lundi 3 octobre 2011

OMBRE BLANCHE de Clemence Housman





Éditions Le Pré aux Clercs
Auteurs : Clemence Housman
Couverture : Pascal Croci
Illustrations : Laurence Housman 

192 pages
19 euros




Présentation de l'éditeur

La première histoire de loup-garou !

Cette première histoire de loup-garou est un grand classique de la littérature de l'imaginaire encore méconnu en France. Jean-Pierre Dionnet, grand spécialiste de fantastique, revient dans sa préface sur la naissance du mythe du loup-garou et sur la collaboration de Clemence et Laurence Housman, deux virtuoses des récits angoissants.

Au coeur de l'hiver, alors qu'il fait nuit et que la neige a recouvert chemins et forêts, une étrange et fascinante créature fait irruption dans une ferme. Les paysans, tout d'abord effrayés par cette apparition, sont vite séduits par Fourrure blanche et l'un deux, Sweyn, en tombe immédiatement amoureux. La magnifique jeune femme à la peau blanche et au regard de feu doit son surnom à l'élégant manteau de loup blanc qui lui recouvre entièrement le corps.
Le frère jumeau de Sweyn, Christian, parti depuis de longues heures à la chasse, débarque alors que tous ses amis entourent Fourrure blanche. En arrivant, son regard avait été attiré par de larges empreintes de pattes de loup dans la neige qui s'arrêtaient juste devant la porte de la ferme. En guise d'animal, une femme se tient au milieu des siens ébahis. Pressentant un grave danger, il cherche à alerter son frère, mais ce dernier ne veut rien entendre.
Quelques jours passent, quand Rol, un enfant de 4 ans disparaît mystérieusement puis c'est au tour de la vieille Trella... Un frisson d'angoisse passe sur le village, mais personne n'ose s'avouer que Fourrure blanche est à l'origine du mal. Christian n'a alors plus qu'une idée en tête : retrouver la femme loup et lui faire expier ses crimes.

Clemence Housman est née en 1861 en Angleterre dans une famille de sept enfants. En 1883, elle décide de partir étudier la littérature à Londres en compagnie de son frère Laurence. Laurence, très doué en dessin, illustrera tous les récits de sa soeur. Leur étroite collaboration a duré plus de 30 ans.


L'avis de Phooka:

Voilà un livre vraiment extraordinaire (dans le sens "qui sort de l'ordinaire") qui ravira les amateurs de fantastique et sans doute les autres aussi.
Deux textes relativement courts (environ 80 pages), deux univers différents, mais qui se ressemblent au moins sur un point: le danger vient de femmes belles et indépendantes . Des femmes telles qu'il en existaient peu à cette époque et qui représentent à la fois une sorte d'idéal mais qui sont aussi source de peur.
Dans Ombre Blanche, le loup garou est femme. Elle attire, ensorcelle. Elle est sans pitié. Elle arrive un soir de neige, sous sa forme humaine, dans une ferme où habite une grande famille et entre autres, deux frères jumeaux qui sont comme les doigts de la main. La beauté de la femme va ensorceler l'un, tandis que l'autre va deviner ce qui se cache sous l'apparence. Et ce dernier n'aura de cesse que d'essayer de sauver son frère. Une belle métaphore, dans laquelle la femme loup-garou, est la source de la discorde qui va naître entre les deux frères. Elle est le symbole du Mal et seule son éradication pourra permettre de retrouver un semblant de paix. Mais à quel prix?
Dans La mer inconnue, on y  retrouve encore une fois, le symbole de la femme belle et dangereuse. Sorte de sirène qui essaye d'ensorceler le jeune marin en usant de sa beauté et de sa ruse. Cette nouvelle m'a paru bien courte et m'a laissée sur ma faim, et en fouinant sur le net, je me suis rendue compte qu'elle était tronquée. Car on se doute bien que cette sirène ne vas en rester là et qu'il doit se passer autre chose. C'est un peu dommage, même si le texte est intéressant. J'aurais bien aimé lire le récit complet.

En tout cas ces deux textes sont très agréables à lire et sont le reflet de la pensée de l'époque: la fascination pour les femmes belles, fortes et indépendantes doublée de la peur que ce genre de créature suscitait. Cette peur qui se cristallise en représentant ces femmes sous une double identité, celle de femme et de monstre incarnant le Mal (loup-garou ou sirène). Et cette confrontation est vraiment passionnante. C'est un peu la face obscure de la force beauté ! :))

Le style d'écriture est très agréable et finalement pas du tout vieillot ou daté (contrairement à certains auteurs de la même époque). Le lecture est fluide, plaisante et propose vraiment une jolie alternative aux textes récents. Une sorte de parenthèse rafraichissante.



Et enfin, last but not least, il faut parler des illustrations superbes ponctuant la lecture. Déjà la couverture qui montre déjà que ce livre n'est pas "comme tous les autres", mais aussi toutes les illustrations intérieures de Laurence et Clémence Housman, frère et sœur qui illustrèrent chacun leurs récits. Des illustrations parfois étranges, parfois dérangeantes et toujours intrigantes. On en peut s'empêcher de les scruter et d'essayer de comprendre toute leur signification.






Donc les deux textes, plus les illustrations (et les commentaires de Jean-Pierre Dionnet qui nous permet de mieux comprendre l'univers des deux auteurs) font de ce livre une petite perle hors du commun et hors du temps. A découvrir assurément!



D'autres avis: actusf (merci à eux, c'est là que j'ai vu que Le mer inconnue avait en réalité 17 chapitres et non 3 !;)),Iluze

Aucun commentaire:

Publier un commentaire