vendredi 31 mai 2019

Nos coups de cœurs de mai 2019





Et donc sélectionnés pour le GpP de 2020


COUPS DE CŒUR SFFF




Couverture de Que passe l'hiver de David Bry (poche)



COUPS DE CŒUR THRILLER-POLAR

rien


COUPS DE CŒUR YA/ Jeunesse




Magikids

COUPS DE CŒUR Audio

(nous créons nouvelle catégorie "audio" pour 2019)





ouverture du livre audio Meijo de Stefan Platteau


mardi 28 mai 2019

LA BIBLIOTHEQUE DE MOUNT CHAR de Scott Hawkins


Editions Folio SF
Trad. de l'anglais (États-Unis) par Jean-Daniel Brèque
Collection Folio SF (n° 633)
Parution : 02-05-2019
576 pages
Prix: 9 euros


Le résumé ici


☇ L'avis éclair de Phooka sur La bibliothèque de Mount Char ☇



Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Vous connaissez bien sûr cet adage extrait de l'art poétique de Boileau. Et bien si  j'avais eu besoin d'une preuve, je l'aurais. Vingt fois j'ai failli abandonner, ce roman. La lecture du premier tiers a été un calvaire. Et puis à force d'insister, je suis enfin rentrée dedans et même si beaucoup de choses ont continué à me déplaire (en particulier la violence malsaine qui exsudait des pages), il me fallait continuer pour en connaître la fin ...






Ayant pour habitude de ne pas lire les chroniques des livres que j'ai envie de découvrir, je me suis fiée à la quatrième de couverture et aux exclamations dithyrambiques lues ça et là sur le net. J'ai donc eu envie de découvrir cette Bibliothèque de Mount Char, m'attendant à me balader aux milieux de rayonnages couverts de manuscrits en tous genres. Quelle monumentale erreur ...

Le roman commence dans la forêt et le lecteur fait connaissance de Carolyne, David et les autres. On ne sait pas qui sont ces gens. Clairement ils ne sont pas vraiment humains, mais on en comprend pas ce qu'ils sont et quels sont leurs buts. Du moins ça a été mon cas. Rajoutons à cette entrée en matière nébuleuse, des scènes de violences gratuites et malsaines (visiblement ces gens aiment beaucoup s'entretuer pour se ressusciter ensuite) et vous comprendrez que je me suis sentie perdue. Fort heureusement je me suis souvenue d'un tweet de l'Ours Inculte à ce sujet. Aussi suis-je allée lire sa chronique pour savoir si je devais absolument m'accrocher. Lui aussi avait eu du mal avec le début. Enfin quand je dis début, c'est un euphémisme puisque L'ours lui-même écrit qu'il faut patienter environ 200 pages pour qu'on commence à rentrer dans le roman. 200 pages, ce n'est pas rien, même si le roman en fait presque 600. Alors je me suis accrochée. Je ne saurais pas dire vraiment pourquoi. L'envie de comprendre certainement car jamais je ne m'étais sentie aussi perdue en lisant un livre.  Je me suis vraiment traînée. Deux semaines pour lire ces fameuses 200 pages. Par petit bout, jetant mon livre avec la ferme intention d'abandonner pour de bon, puis le reprenant quand même. Par pure curiosité.

Et puis effectivement vint le moment où arrivent deux humains. Des vrais humains dont on comprend le comportement. Steve et Erwin ont été la bouffée de fraîcheur tellement attendue. Ils ont permis à la lectrice perdue que j'étais de refaire surface. Une bouée. A ce moment du récit, on commence à comprendre, le décor et les personnages se mettent en place. Et toujours cette curiosité qui pousse à poursuivre pour comprendre le pourquoi, le comment. Pourtant des scènes de violence jalonnent toujours le récit. Le flash-back sur la "première mort" de Carolyne a bien failli une fois de plus me faire abandonner. Je sais que ces scènes permettent de comprendre le comportement des personnages, en particulier celui de David, mais pour moi c'est trop. Ça va trop loin. Je suis une chochotte sans doute, mais surtout je ne m'attendais pas à "ça" en lisant la quatrième de couverture. Quand j'ai lu: 

Elle et sa fratrie d’adoption ont été élevés suivant les coutumes anciennes de Père. Ils ont étudié les livres de sa Bibliothèque et appris quelques-uns des secrets de sa puissance.
je l'ai pris au pied de la lettre et j'ai imaginé les douze orphelins en train de découvrir des livres entourés d'un père aimant. Pas du tout, mais j'étais loin du compte. Oui la bibliothèque existe. Oui les orphelins recueillis par "Père" doivent chacun se spécialiser dans un des domaines couverts par cette bibliothèque. Mais là s'arrête l'analogie avec une bibliothèque "normale" dans laquelle par exemple il n'est nul besoin de mourir pour apprendre à ressusciter ou de souffrir pour apprendre à surmonter la douleur.

Et la cerise sur le gâteau c'est quand même :
Avec une galerie de personnages mémorables, La Bibliothèque de Mount Char est à la fois terrifiant et hilarant, visionnaire et captivant.
C'est à la fois on ne peut plus vrai et faux. Oui les personnages sont mémorables, oui le roman est terrifiant et surtout captivant. Par contre le côté visionnaire m'échappe, quant à être hilarant ... On ne doit pas tous rire de la même chose !

Et pourtant il y a beaucoup de choses que j'ai aimées. Le personnage de Steve, si humain, faillible et confiant. Il suit Carolyne en dépit de tout, en lui faisant (presque) totalement confiance. Une sorte de marionnette emportée par cette aventure et manipulée par Carolyne. Erwin si pro, si militaire, si surhomme et l'humain implacable qui lui aussi se retrouve manipulé par les évènements. Et puis il y a les lions, Dresde et Naga, sans doute les plus "humains" et les plus majestueux personnages du roman.

Alors oui on peut parler de Lovecraft ou de Gaiman, deux auteurs que j'adore pour situer le roman. Mais même si je comprends le pourquoi de ces références, je n'arrive pas à y adhérer. Je suis bien incapable de vous dire si j'ai aimé ou détesté ce livre. La seule chose que je sais, c'est que je voulais connaître le pourquoi d'un tel livre et que pour ce faire, il me fallait arriver au bout. Ça m'a coûté, mais j'y suis arrivée. Si je devais le relire sachant ce que je sais maintenant, je refuserais tout net. Et pourtant je suis fière d'être allée au bout malgré tout. En tout cas ce qui est sûr c'est que le roman ne laisse pas indifférent. Si vous attendez que je vous dise "lisez-le" ne comptez pas sur moi, mais ne comptez pas sur moi non plus pour vous dire "ne le lisez pas". 


lundi 27 mai 2019

L'ASSASSIN ROYAL Tome 1-2-3 de Robin Hobb [Audio]



L'ASSASSIN ROYAL
Robin Hobb



Couverture du tome 1 version audioCouverture du tome 2 version audio

Couverture du tome 3 version audio


Durée des 3 tomes : 47 heures 



⏩  L'avis express de Dup sur les 3 premiers tomes de L'assassin royal de Robin Hobb  ⏪


Trois tomes qui retracent l'enfance puis l'adolescence de Fitz au château de Castelcerf. Ses misères, ses brimades innombrables, mais aussi ses joies, ses amours. Ses actions, ses secrets, ses espoirs et ses doutes. Fitz, un personnage inoubliable.



Blablabla


Arriverais-je un jour à finir cette longue saga ? Tome 1 lu une première fois avant l'aventure bloguesque. Tome 1 relu en 2014 lorsque j'ai pu obtenir en SP l'intégrale 1 parue chez J'ai lu. Tome 2 et Tome 3 ont suivi, trois chroniques en moins d'un mois. Et puis plus le temps de glisser des intégrales de plus de 1000 pages entre les autres lectures. Quelques années après, a commencé pour nous (Phooka et Dup) l'aventure Audible. Depuis le début j'ai dû chroniquer une bonne trentaine de livres audio. Et je dois avouer qu'à chaque fois que je parcourais le catalogue Audible les sagas de Robin Hobb me faisaient de l’œil. Et puis voilà j'ai craqué, j'en avais trop envie. J'ai d'abord chargé le tome 4 pour me rendre compte que mes souvenirs étaient flous, même appuyés de mes chroniques. Ni une ni deux, on reprend à zéro. Aujourd'hui ce sera une chronique d'intégrale, en quelque sorte celle que je n'ai pas faite jadis.




L'AVIS DE DUP

Curseur de satisfaction de Dup : Coup de coeur



ATTENTION, je parle des 3 tomes, donc forcément des SPOILS !


On ne présente plus Fitz Chevalerie, le souffre douleur de Robin Hobb. Il est le narrateur de son histoire alors qu'il est vieux et perclus de douleur. Il prend le récit du cours de sa vie dès son arrivée au château de Castelcerf, déposé là comme le paquet encombrant qu'il est: le bâtard du prince Chevalerie, Roi-Servant du royaume des Six Duchés. Élevé d'abord dans les écuries par Burrich, puis pris sous l'aile du Roi Subtil qui le destine à devenir son assassin.

Il se liera d'amitié avec ceux qui se présenteront à lui comme professeur, Burrich et Umbre. Il obtiendra le respect du Roi-Servant Vérité, de sa femme Kettricken et même de la femme de son père Patience, du Roi Subtil et de son fou. Mais il se fera un solide ennemi de l'ambitieux prince Royal et de Galen, son professeur d'Art.

Au cours de ces trois tomes, nous découvrons la situation catastrophique des Six Duchés sans cesse attaqués par les Pirates Rouges. Ce harcèlement qui reste une énigme. Pourquoi tuer, brûler, détruire ou forgiser les hommes (leur arracher l'âme en quelque sorte) sans rien exiger? Qu'est ce que donc que cette forgisation?

Ces trois tomes nous permettent de découvrir en profondeur l'univers de Robin Hobb, les Six Duchés et le royaume des Montagnes dont est issue la Reine-Servante Kettricken. D'entendre parler de Terrilville, du Désert des pluies et des Anciens, trois noms qui résonnent chaudement à mon oreille après avoir lu la saga Les Cités des Anciens. Ils nous permettent également d'appréhender les deux types de magie développés par l'autrice : le Vif et l'Art. J'en ai adoré le principe et sa mise en place, même si l'apprentissage n'a pas été une partie de plaisir pour Fitz !

Lorsque l'on quitte ce Tome 3, les Six Duchés sont au bord de l'implosion, les duchés côtiers d'un côté et ceux de l’intérieur de l'autre. Subtil est mort, Royal s'est intronisé et quitte Castelcerf, Kettricken a disparu, pas de nouvelles de Vérité parti chercher les Anciens et Fitz... ben c'est Fitz quoi ! Et je ne vous en dirai pas plus...

Il me reste à vous parler de la version audio, que je peux donc comparer à la version lecture. Elle est faite par Sylvain Agaësse que j'avais déjà apprécié dans sa lecture de deux thrillers de Patrick Bauwen, Le jour du chien et La nuit de l'ogre . Ce fut également le cas ici, même si l'engouement n'est pas aussi intense qu'avec Matthieu Dahan (Stefan Platteau) ou Jean-Christophe Lebert (Jean-Philippe Jaworski). Ceci dit c'est difficile de comparer, les textes lus étant radicalement différents. Bref une écoute agréable et addictive, car je vous avoue que j'ai déjà entamé l'écoute du tome 4.


Robin Hobb sur Bookenstock :



vendredi 24 mai 2019

[Sorties] LÀ-BAS, TOUT IRA BIEN de Pascale Perrier et Sylvie Baussier





Chez Scrinéo
Parution le 9 mai
288 pages - 14,90 €




2030. France. Une terrible crise économique ravage le pays, et la plupart des habitants sont forcés de partir. Sur la route pour aller "là-bas", 4 000 kilomètres plus au nord, avancer est un combat de chaque instant. Une question les taraude : est-ce que là-bas, tout ira bien ?



jeudi 23 mai 2019

MAGE DE BATAILLE de Peter Flannery (Dup)




Éditions Albin Michel
Collection Imaginaire
538 pages
24 euros




⏩  L'avis express de Dup sur Mage de bataille de Peter Flannery  ⏪


Un roman de fantasy épique enlevé mêlant une part initiatique à une part héroïque, servi par une plume simple et entraînante, avec de jeunes personnages attachants.



L'AVIS DE DUP





Falco est un ado maigrichon et maladif. Orphelin recueilli par un vieux mage de bataille aveugle chez qui il a un peu le rôle de valet. Mais ce qui caractérise le plus Falko à Caer Dour, c'est qu'il est le fils de son père, un mage devenu fou lorsque son dragon est devenu noir. Alors que l'armée des Possédés (les vilains, les très vilains) marche sur Caer Dour, le mage de bataille de la ville revient et va invoquer un dragon. Pas de chance, celui qui vient d'au-delà de la Mer sans fin est noir, il lui faut donc le tuer. Mais Falco, attiré comme un aimant dès qu'il s'agit de dragons, s'en mêle et fiche tout en l'air. La ville perd le dragon ET son mage de bataille. Les habitants n'ont plus que la solution de la fuite vers une ville mieux défendue...

Exode, bataille de ouf, bravoure. L’Émissaire de la Reine, présent parmi eux, pourra recruter sa prochaine fournée de guerriers sur des actes réels. Ainsi nous allons suivre une poignée d'ados en formation militaire à l'Académie Royale: Falco, Malaki son meilleur ami le fils du forgeron, Bryna la petite amie de ce dernier, archère émérite, Alex... voilà pour les sympas. Bellius, Jarek pour les antipathiques.

J'ai lu ça et là comme critique que ce roman était beaucoup trop classique. Hé bien vous savez quoi, moi j'aime ça ! J'ai été embarquée dès les premières pages par le récit de Peter Flannery, par son écriture simple et entraînante. Cet auteur maîtrise l'art de la guerre et la description des combats. Cette bataille dans la montagne entre l'armée des Possédés et l'armée en déroute de Caer Dour ! Wouah ! Et encore, il n'y avait pas de dragon en jeu là !

J'ai beaucoup aimé le personnage principal Falco. La culpabilité de son héritage et de son action récente lors de l'invocation a fait fondre mon petit coeur. Les brimades répétitives qu'il subit, son long parcours d'entrainement, son évolution petit à petit à la recherche d'une assurance qu'il était loin d'éprouver au début, tout le rend vraiment attachant. Ces amis le sont aussi ainsi qu'Aurélian, son professeur bourru, un peu brut de décoffrage, L’Émissaire et la Reine. Et comme souvent dans ces romans jeunesse ou young adult, ce sont les personnages négatifs qui paraissent trop caricaturaux, à l'image de Bellius ce jeune noble imbu de sa supériorité. Ils sont vraiment transformés en tête à claques avec pas un seul fond de pensée ou d'acte positif !

On pourrait croire l'intrigue linéaire: la bataille, la formation à l'école militaire puis la guerre vers les fronts est où se massent les Possédés. Mais c'est sans compter l'ordre des Mages qui complote en sourdine. Que cachent-ils? Pourquoi faut-il qu'ils mettent des bâtons dans les roues de Falco? Quel sera le rôle exact de Meredith, fils de Morgan Saker grand mage complotiste? Meredith n'est qu'apprenti-mage mais... bref c'est passionnant et il me tarde vraiment de lire la suite de cette histoire.

Mage de bataille est un roman de fantasy épique classique comme j'aime, avec tous les ingrédients nécessaires pour une lecture agréable, fluide et intrigante. Le must de ce roman étant la multitude des personnages attachants. Les mémés sont unanimes, car moi aussi j'en fais un coup de coeur. Vous n'avez qu'à lire l'avis de Phooka, elle en parle bien plus longuement que moi.


mardi 21 mai 2019

Les voyageurs du Livre Portail : l'Intégrale par Sophie Moulay [sortie]


Les voyageurs du Livre Portail
L'Intégrale


Disponible en ebook et bientôt en format papier




Les contes de fées ne sont pas des livres comme les autres. Pour chacun d’entre eux, il existe quelque part un exemplaire particulier, un livre-portail, qui permet au lecteur de pénétrer dans l’univers du conte. Mais attention aux conséquences ! Une mésaventure est vite arrivée et tout changement dans le conte affecte aussi le monde réel.

Livre I : La Larme du Saule


Lorsqu’au lieu d’effectuer une punition, Roland, quinze ans, décide de relire La larme du saule, un conte de fées étudié en sixième, il bascule dans une réalité parallèle, peuplée de princesses, de dragons et de fées, mais qu’il risque à tout moment d’écraser. Les ennuis commencent. L’aventure aussi...

Livre 2 : La Sorcière des Plaines


Ariane rêve toutes les nuits de Roland, le prince de ce conte de fées, La Larme du Saule, qu’elle a volé au CDI de son collège. Lorsqu’un étrange personnage tente de récupérer son livre-portail, elle décide de ne pas se laisser faire, persuadée que Roland a besoin de son aide. L’aventure recommence. Les ennuis aussi...

Dans cette version intégrale, Sophie Moulay nous offre les aventures complètes d’Ariane et Roland, dans l’univers sombre et cruel des contes de fées.


J'ai commencé la lecture de cette intégrale et c'est vraiment très sympa. PLus d'infos très bientôt!
lundi 20 mai 2019

TERMINUS de Tom Sweterlitsch




Couverture du livre Terminus

Éditions Albin Michel 
Collection Imaginaire
448 pages
24,90 euros




⏩   L'avis éclair de Dup sur Terminus de Tom Sweterlitsch   ⏪


Un roman de science fiction avec des voyages temporels et leurs paradoxes, le tout fortement teinté de thriller, pour les amateurs du genre.



L'AVIS DE DUP



Cette chronique, c'est l'histoire d'une Dup qui comprend pourquoi elle a choisi SVT plutôt que Physique comme branche préférentielle après son bac scientifique pour sa vie future... Je me suis littéralement noyée dans ce roman, complètement perdue dans une faille spatio-temporelle où j'ai dû rejoindre une boucle et ne jamais en ressortir. Et maintenant me revient la tâche de vous en parler... Well ! Est-ce raisonnable ?
Shannon Moss est agent spécial du NCIS, enquêtrice spécialisée pour les crimes concernant la Navy. On est 1997 et justement, elle enquête sur le meurtre d'une famille entière : la mère et les deux plus jeunes enfants tandis que la fille aînée, 17 ans, est portée disparue. Le principal suspect est le père de famille, un SEAL Navy, sorte d'agent d'élite. Jusque là, je suivais...

Sauf que ce Seal Navy, Patrick Mursult, fait partie des "marins" de l'espace, portés disparus. Car oui, la Navy a trouvé le moyen de voyager dans l'espace ET dans le temps. Mais il y a eu de la perte dans les essais et plusieurs vaisseaux ne sont tout bonnement jamais revenus.

Pour son enquête Shannon va justement grimper dans son vaisseau perso, le Colombe grise, et arpenter l'avenir, empruntant différents "tunnels" ou TFI (Trajectoire Future Inadmissible), débarquant dans diverses années futures. Toujours les mêmes personnages qui s'entrecroisent, mais à chaque fois, ils ont eu des trajectoires de vie différentes. Le cerveau de Shannon analyse les situations, les possibles, le cerveau de Dup débranche devant ces possibilités infinies d'échos, de Doppelgängers...

D'autant que là-dessus se greffe la certitude que notre terre va un jour rejoindre son point final, un Terminus. Shannon a pu le contempler : notre planète blanche, morte, plus rien de vivant, que de la glace. Les descriptions de ce Terminus font vraiment froid dans le dos. Or ce Terminus qui devait advenir dans un futur lointain se rapproche du temps réel, et apparemment ces sauts s'effectuent à chaque fois qu'un vaisseau arpente ces fameux TFI.

Le personnage de Shannon Moss est particulièrement bien campé. Le trait de caractère qui la dépeint le mieux est, je crois, sa pugnacité : "quelqu'un d'autre abandonnerait" est son mantra. Elle a subit un revers très rude lors de son exploration du Terminus, et malgré tout, elle est prête à tout pour mener à bien ses missions. Parler des autres personnages me semble plus difficile car ils montrent un visage différent dans chaque TFI. Le côté thriller est efficace, et le serait sans doute plus si l'auteur n'avait pas autant accentué les explications scientifiques qui m'ont paru bien trop longues et trop techniques.

Terminus est un roman de SF fortement teinté de thriller, où la physique quantique règne en maître pour les férus d'explications scientifiques. Ils sont nombreux et je comprends que ce livre fasse l'unanimité parmi ce lectorat. Bon, vous l'avez compris, ce ne fut pas mon cas. Et pourtant la personnalité marquée et l'intelligence de cette Shannon en font un personnage attachant. Et puis le côté thriller m'a accroché jusqu'au bout car il me fallait savoir.

samedi 18 mai 2019

Potins de Dup et Phooka : Pas d'Imaginales pour nous cette année !



Pour éviter qu'on nous demande à chaque coin de rue facebook si "on va aux Imas cette année" et que ça nous crève le coeur à chaque fois, on vous le dit ici tout fort:

Non aucune des deux Vénérables ne sera aux Imaginales cette année !


Affiche des Imaginales 2019


Croyez-bien que ça nous fend le coeur, mais c'est comme ça !

Nous souhaitons à tous ceux qui y vont de passer un excellent moment (ça ne peut pas être autrement de toute façon).

Ayez une pensée pour nous et pour tout ceux qui n'y vont pas et qui aimeraient. Vous pouvez même trinquer à notre santé (avec modération bien sûr ! )

Bonnes Imaginales à tous! 


vendredi 17 mai 2019

JUSTICIÈRE, Volume 1 de Brandon Sanderson


 LES ARCHIVES DE ROSHAR, Tome 3
Justicière
Volume 1

Couverture du livre Justicière 1

Editions le livre de poche
864 pages
22.90 euros

Traductrice: la fabuleuse et talentueuse Mélanie Fazi






☇L'avis éclair de Phooka sur le volume 1 de Justicière de Brandon Sanderson☇



Les archives de Roshar est un must. Justicière le confirme, une fois de plus. C'est LE livre que j'emporterais sur une île déserte sans hésitation.

(Ok, comme me le glisse Dup dans l'oreillette, je triche un peu parce que c'est quelques kilos de livres que je prends du coup! :))




L'AVIS DE PHOOKA





*Spoiler Alert* Ben oui quand même quand on arrive au tome 3, on est un peu obligé !

Les Néantifères sont de retour.
Les Aléthis se sont réfugiés dans la cité légendaire d'Urithiru, à l'abri de la tempête éternelle. Dalinar Kholin a réussi à convaincre son entourage qu'il n'est pas fou, que ses visions sont réelles, qu'elles lui sont apportées par le-Père-des-Tempêtes, mais surtout qu'elles ont un but: informer Dalinar de son rôle de rassembleur. Il doit en effet reformer les chevaliers Radieux. Mais demander à Dalinar d'être le rassembleur pour défendre la paix, c'est quand même oublier un peu vite son surnom d'Épine Noire. Non pas que Dalinar n'en soit pas capable ou profondément convaincu, mais c'est que sa réputation le précède. Et sa réputation n'est pas d'apporter la paix ... Alors convaincre les autres rois de le suivre ne sera pas aisé, loin de là.
Pendant ce temps, Shallan apprend à maîtriser ses pouvoirs de Radieuse, aidée de son sprène Motif. Elle crée des illusions de plus en plus bluffantes, au point de réellement devenir quelqu'un d'autre. Adolin lui apprend à utiliser sa Lame d'Eclat et ses deux-là s'entendent de mieux en mieux. Shallan s'épanouit clairement un peu plus chaque jour, loin de Jasnah ...
Kaladin, le Marchevent, est toujours fidèle au Pont Quatre, même si ses devoirs l'amènent souvent loin de ses hommes. Il est le chevaucheur de tempêtes et maîtrise lui aussi chaque jour un peu mieux ses pouvoirs.                                                    
Et puis il y a Renarin, discret, étrange. Il a été adopté par le Pont Quatre lui aussi, et il se sent bien parmi ces hommes frustres qui ont su l'intégrer. Mais lui aussi est un Radieux et il va devoir faire ses choix.

On retrouve bien évidemment tous les personnages qui ont su se frayer un chemin jusqu'au coeur du lecteur. Par petites touches, Brandon Sanderson les fait évoluer, les peaufine, c'est un incroyable travail d'artiste qui se joue sous nos yeux.
Dalinar, rigide et froid mais qui prend tellement à coeur son rôle d'unificateur dans le but de défendre l'humanité contre les Néantifères. Il est l'Épine noire oui, ou plutôt il l'a été. Il ne peut pas renier cette partie de lui. Pourtant il ne veut que le bien, mais comment convaincre des rois qu'il a combattu il n'y pas si longtemps. Chaque réponse négative est un coup de poignard de plus et pourtant il prend ça avec un stoïcisme et une patience qui forcent l'admiration.
Shallan et ses multiples facettes est un personnage absolument incroyable. Elle peut être n'importe qui et d'un seul coup, cette femme si peu sûre d'elle-même devient pleine de ressources et de confiance. Quel changement ! C'est un immense plaisir de la suivre, de comprendre son questionnement et de la voir s'épanouir. Enfin jusqu'à ce que ... non je ne vous dirai rien! ;)
Kaladin, mon chouchou. Qu'est ce que je l'aime celui-ci (même si j'aime tous les autres, il reste quand même mon préféré). Il est incroyablement humain, toujours prêt à aider. Même les parshis ...Sa capacité d'intégration dans un groupe, quel qu'il soit, est juste fabuleuse. Il est le meneur né, l'exemple à suivre. Il est Kaladin !
Et puis il y a Renarin, petit personnage de rien au début de la série et qui prend toute sa place et toute son ampleur au fil des pages. Je suis sûre qu'il va nous étonner et qu'il va prendre son envol pour quelque chose de fantastique.
Mais là , je n'ai parlé que des Radieux, mais il ne faudrait surtout pas oublier les personnages dit "secondaires" et qui ne le sont pas. Adolin bien sûr, que je trouvais tête à claque lors de "notre rencontre" et que j'apprécie de plus en plus. Navani, si intelligente et si précieuse pour Dalinar. Et tous les autres, les soldats du Pont Quatre, ceux de Shallan, Gaz, Roc, Skar, Teft et il ne faudrait pas oublier Moash. Qu'est ce que je les aime tous !!

Je pourrais vous baratiner des heures sur cette série, mais honnêtement la seule chose à faire c'est de la découvrir. Alors oui je sais que chaque tome est composé de deux volumes de quelques  800 pages chacun. Ça peut faire peur. Mais vraiment, ça vaut le coup. C'est une immersion totale, un voyage extraordinaire. Chaque personnage est tellement réaliste et "complet" qu'il en devient vivant et que vous le "voyez" évoluer sous vos yeux. Le monde créé par Brandon Sanderson est atypique, souvent perturbant, mais toujours passionnant. Et par dessus tout, ce sont ses habitants qui en font toute la force et la puissance.

Oui je suis fan et alors ? ;)

Sanderson c'est la quintessence de la fantasy. Les archives de Roshar est un voyage extraordinaire dont le lecteur ne revient pas indemne. C'est une plongée fabuleuse auprès de personnages hors du commun auxquels vous allez vous attacher et qui vont devenir vos meilleurs amis le temps de la lecture ... et même après. Bref, Justicière est évidemment un immense coup de coeur.

Le volume 2 de ce tome 3 sortira le 02 juin.



Sanderson Brandon sur Bookenstock ....


jeudi 16 mai 2019

QUE PASSE L'HIVER de David Bry




Couverture du livre Que passe l'hiver

Pocket Éditions
485 pages
8,80 euros


le résumé ici


⏩  L'avis express de Dup sur Que passe l'hiver de David Bry  ⏪

Une histoire pleine de magie et de froid, de meurtres et de mystères, servie par une plume poétique. 
Et surtout, surtout, un personnage principal inoubliable ! Stig ♥♥♥




L'AVIS DE DUP

Curseur de satisfaction de Dup : Coup de coeur





À la naissance de ce monde, ils étaient cinq dieux ou Ordrains réunis sur le Wegg. Quatre partirent, chacun vers un point cardinal différent pour former des clans, le cinquième resta veiller sur le Wegg et sa Clairière. Chaque année, au solstice d'hiver, les représentants des clans doivent revenir pour renouveler leur allégeance au Roi de l'Hiver.

Chacun des clans possède un don transmis par leur Ordrain. Ainsi nous avons les Dewe qui ont la possibilité de se déplacer dans les ombres. Les Lugen qui pratiquent la magie en pactisant avec les esprits. Les Oren qui peuvent deviner l'avenir en observant les différents fils des possibles concernant la destinée de chaque être humain. Et enfin, le clan des Feyren qui sont des métamorphes.

Stig, notre personnage principal est le fils cadet du seigneur Feyren, et a tout juste 20 ans. Lorsque nous le rencontrons, dès le premier chapitre, c'est sous sa forme de corbeau tandis qu'il observe le Wegg du ciel alors que le reste du clan chevauche, en approche. Et Stig est fort impatient car c'est son premier rassemblement. Jusque là, il devait rester chez lui et n'avait droit qu'aux compte-rendus des festivités par son frère Ewald.

Il bout, il piaffe notre Stig. Mais ce qui devait être une grosse fête est entachée dès le premier soir par la mort du seigneur Dewe. On annonce qu'il s'est étouffé, sauf que Stig observait justement l'homme au moment du drame et il sait pertinemment que ce n'est pas un étouffement accidentel. Il va très vite se faire des amis parmi les autres clans qui partagent son opinion, et ensemble ils vont commencer à enquêter. Mais c'est une hécatombe qui s'enclenche...

Dans un décor somptueux et glacial, avec une météo fort peu clémente, David Bry nous déroule un huis clos plein de magie, de mystères, de croyances. Cette mythologie nordique nous imprègne, nous berçant et nous glaçant tout à la fois. Un récit qui prend souvent des allures de thriller haletant et violent. J'ai été embarquée par ce roman, complètement en osmose avec le personnage de Stig que j'ai aimé dès les premières pages. Orphelin de mère, rejeté et méprisé par son père à cause d'un pied bot, il n'a pas eu la vie facile. Et malgré tout, il est plein de vie, d'élans de tendresse, d'amour pour son frère qui tente toujours de le protéger, d'affection pour l'étrange et froide prophétesse de leur clan, Anasie.

Les personnages sont nombreux, au moins une dizaine par clan, on en suit une bonne poignée de chaque, et pourtant jamais l'auteur ne nous perd. La psychologie de chacun est soignée et l'hécatombe créée impacte d'autant plus qu'on s'attache à nombre d'entre eux, et l'on haït d'autant plus fort les peu sympathiques dont fait partie le père de Stig.

J'ai adoré cette lecture, l'univers, l'ambiance, le rythme tantôt descriptif de ce décor somptueux, tantôt effréné et sanglant. J'ai aimé les personnages, j'ai a-do-ré Stig. J'ai découvert avec Que passe l'hiver un auteur à la plume envoûtante et compte bien me mettre à l'affût de ses parutions passées et futures ! Un très très beau coup de cœur.


mercredi 15 mai 2019

TATTOO BLUES de Julien Heylbroeck [Sorties]




Parution prévue le 16 mai 2019


Regardez moi cette beauté !

Couverture du livre Tattoo blues

Couverture de André Sanchez



La 4ème de couv :


« Tu vas débarquer et résoudre ses problèmes sans savoir ce qu’il y a derrière ? T’es l’Homme qui tombe à pic, peut-être ? »


Los Angeles, 1978. Atticus Thurston est un vétéran du Viêtnam. Le lendemain d'une soirée alcoolisée, il se réveille avec un tatouage sur l'épaule – une phrase dans un alphabet inconnu – dont il n'a aucun souvenir, si ce n'est qu'il a été fait par une jolie jeune femme, dans une petite boutique perdue au fond d'une ruelle.
C'est Polang Kanthol, son voisin du rez-de-chaussée, réfugié cambodgien et restaurateur, qui lui en apprend la signification : le tatouage, en khmer, veut dire « aidez-moi ».
En cherchant à sauver la fille, les deux enquêteurs amateurs vont se retrouver aux prises avec un producteur de soap opera amnésique, un stock de diamants volés et un duo de tueurs à gages excentriques. S’ils ne font pas gaffe, tout ça pourrait fort mal finir...






mardi 14 mai 2019

Les sorties chez Folio SF en juin 2019 [Sorties]



Juin 2019

*****


Estelle Faye
 Les seigneurs de Bohen


Couverture du livre Les seigneurs de Bohen
Couverture de Pierre Droal



*****

Laurent Genefort
 Le sang des immortels


Couverture du livre Le sang des immortels
Couverture de Pierre Droal




*****
lundi 13 mai 2019

LES NOCES DE LA RENARDE de Floriane Soulas





couverture du livre les noces de la renarde

Éditions Scrineo

586 pages

18,90 euros





⏩  L'avis express de Dup sur Les noces de la renarde de Floriane Soulas  ⏪


Laissez vous perdre dans la magie du folklore japonais qui relie le XVème siècle à nos jours. Laissez vous plonger dans cette culture à nulle autre pareille. Goûtez au dépaysement made in Floriane Soulas.




L'AVIS DE DUP

Curseur de satisfaction de Dup : J'ai adoré




Les noces de la renarde nous plonge à la fois dans le Japon du XVème siècle et dans celui d'aujourd'hui. Dépaysement assuré pour qui ne connait pas ce pays, cette culture, ce peuple si respectueux des croyances, de la hiérarchie, des aînés... bref respectueux de tout. Nous allons suivre en alternance deux jeunes femmes, Hikari en 1467 et Mina en 2016. La première dans les montagnes d'Izumi, près d'Osaka, la seconde à 500 km de là, à Tokyo.

Hikari qui peut avoir l'apparence d'une femme, est en fait une yokaï. Un terme un peu générique qui regroupe tout ce que le folklore japonais propose : esprit, fantôme, démon, apparition. En effet, lorsqu'elle est là-haut dans la montagne avec ses soeurs de clan, Hikari est une renarde. La seule différence entre elles est le nombre de queues. Hikari vient d'acquérir sa cinquième queue, Ino la chef du clan en a sept. Mais ce qui passionne Hikari, plus que les rites et traditions, c'est d'observer les humains, ces mortels qui vivent dans un petit village en bas de la montagne. Et plus particulièrement leurs bûcherons... enfin, un bûcheron : Jun.

Mina, elle, est une lycéenne d'aujourd'hui, habitant Tokyo, la ville la plus peuplée du Japon. Et pourtant elle souffre cruellement de solitude. Elle vit seule avec sa mère qu'elle croise peu, son père est décédé alors qu'elle était petite. De plus, elle s'est isolée des autres à cause de son don qu'elle considère plus comme une malédiction : elle peut voir et même interagir avec les yokaïs. Elle voit les fantômes, les change-formes, si elle croisait Hikari, elle verrait la renarde plus que la femme, etc... j'avoue cependant que les différences entre certains yokaïs me sont restées confuses.

La construction de ce roman avec son alternance entre les deux périodes créé une bonne dynamique de lecture, d'autant que les deux histoires que nous suivons ont peu de choses en commun. Une histoire d'amour qui brave les interdits d'un côté, une enquête dangereuse et débridée de l'autre : un tueur en série de yokaïs sévit à Tokyo. Alors que Mina serait bien restée en dehors de cette histoire, l'envie de conquérir l'amitié de Natsune qui lui a demandé son aide est la plus forte.

Ces deux histoires vont peu à peu entrer en résonnance, se compléter, puis finalement se fondre et se mêler d'une façon subtile et remarquable. J'avoue avoir été bluffée par l'autrice, après m'être creusée la tête pour trouver le lien pendant une grande partie de ma lecture.

L'univers japonais avec tous ses us et coutumes est très bien retranscrit, les décors, l'architecture également. Je voyais défiler sous mes yeux les nombreuses photos que m'avait envoyées dame Phooka lors de son voyage au Japon, comme les fameux toriis des temples Shinto.

Les personnages principaux sont bien campés, souvent touchants. Je n'irai pas jusqu'à dire attachants. Ce trop plein de retenue dans les sentiments, typiquement japonais je le sais, crée en moi une certaine distance. Sans doute pour la même raison, les méchants de l'histoire m'ont paru très caricaturaux, que ce soit Ino ou le père de Natsune.

Malgré ces légers bémols, j'ai bien apprécié cette lecture. J'ai lu ce pavé de presque 600 pages en peu de temps et savouré sa douce conclusion. Envie de dépaysement ? Ce roman de Floriane Soulas est fait pour vous. Et puis franchement, comment résister à une si belle couverture !?!? Le talent d'Aurélien Police ne cesse de m'enchanter. Il décrit à merveille l'ambiance ouatée et pleine de magie des Noces de la Renarde. Il ne me reste plus qu'à découvrir Rouille qui est déjà en ma possession et qui me fait encore plus envie maintenant.


dimanche 12 mai 2019

Une nouvelle vie pour CÉLESTOPOL de Emmanuel Chastellière



Depuis cette semaine, vous pouvez trouver dans toutes les bonnes librairies la version poche de Célestopol de Emmanuel Chastellière.


En voici la couv



Couverture du livre Céléstopol (poche)

Éditions Libretto
352 pages
10,70 euros




Pour mémoire, ce recueil de nouvelles que je considère comme un roman, est sorti en grand format en 2017, et ce fut un doux coup de coeur.



Vous pouvez trouver mon avis sur Célestopol de Emmanuel Chastellière ICI



samedi 11 mai 2019

ActuSF : un crowfunding pour une nouvelle collection !







Depuis plus de 15 ans, les éditions ActuSF publient toutes les facettes de l'imaginaire (fantasy, science-fiction, steampunk, fantastique…), des grands noms internationaux comme Robin Hobb, George R. R. Martin, Nancy Kress, Robert Silverberg, aussi bien que de jeunes auteurs et autrices francophones qui feront les futurs succès de demain.

Depuis 2014, elles participent aux publications de la collection de poche Helios du collectif les Indés de l'imaginaire (Éditions ActuSF, Mnémos et Les Moutons Électriques).

En 2016, elles lancent la collection Bad Wolf, centrée sur la fantasy francophone.

En 2017, elles créent la collection Young Adult NAOS avec les Indés de l'imaginaire. 

En 2020, elles lanceront leur nouvelle collection de textes illustrés : ActuSF Graphic. 



Pour lancer cette nouvelle collection sur les rails, un crowfunding concernant les deux premiers ouvrages est en cours sur Ulule. 

ICI

Go, go, go ! Il vous reste 28 jours !