mardi 29 novembre 2022

CHASSEUSE DE VAMPIRES tome 4 de Nalini Singh


#4
La lame de l'Archange



Série : Chasseuse de vampires, Volume 4
Durée : 12 h et 30 min
Version intégrale Livre audio
Date de publication : 07/12/2017
Langue : Français
Éditeur : Audible Studios






☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 4 de Chasseuse de vampires  ☇


Rhaaa quelle "révélation" de m**
La fin totalement ratée.
Alors que j'adore l'histoire de Dmitri.
Ça m'énerve !!!


L'AVIS DE PHOOKA:




Un tout jeune vampire assassiné, un tatouage bizarre en langue ancienne, Dmitri dépêché par Gabriel pour enquêter sur cette affaire, fait appel à la guilde des chasseurs de vampires pour l'aider. Or la spécialiste des langues anciennes c'est Honor. Mais Honor n'est plus ressortie du bunker de la guilde depuis son sauvetage. Elle qui a été kidnappée et torturée par des vampires renégats pendant des mois... Elle ne s'en est jamais remise. Quand on l'a emmenée à l’hôpital les médecins ont dit qu'il aurait presque mieux valu qu'elle soit morte. Elle est détruite de l'intérieur, mais elle veut rebondir alors elle va accepter cette enquête qui va l'obliger à faire équipe avec des vampires dont le pire de tous, leur chef Dmitri ...

Dmitri on le connait, il est le chef des Sept de Gabriel, l'Archange de New York. Il est celui qui a essayé d'éloigner d'Elena qu'il considère comme un danger pour l'Archange. Elena, son talon d'Achille. Dmitri, si dur, si inflexible et dont on dit qu'il ne trouve du plaisir que dans la violence et la souffrance.

Une drôle d'équipe va voir le jour. Honor, si forte et pourtant brisée et Dmitri dont le passé cache aussi bien des tourments. Ces deux âmes brisées vont se trouver à travers une enquête ou même plutôt une quête qui va les amener à éliminer aussi tous les tortionnaires d'Honor.

Dmitri c'est un personnage de la série que j'adore ... ou que j'adore haïr selon les moments. Il est dur et inflexible, violent et cruel, mais d'une fidélité sans faille envers Gabriel et par conséquent envers Elena. Pourtant il considère Elena comme un danger potentiel énorme. Gabriel est un archange millénaire, sa puissance est incommensurable, le seul moyen de l'atteindre serait de s'en prendre à Elena et Dmitri le sait bien. Et voilà que lui aussi commence à se trouver dans la même situation, attiré par Honor, une chasseuse de vampire, une simple humaine ... Il a pourtant mis beaucoup de femmes dans son lit, des femmes qu'il a aussitôt oubliées car depuis presque un millénaire il est resté fidèle en amour à sa femme Ingred. Celle avec qui il était marié avant de devenir un vampire contre son gré.

C'est une magnifique histoire d'amour sur fond d'enquête palpitante. Alors pourquoi je râle me direz-vous ? D'abord parce que j'aime ça mais bon c'est pas nouveau... Non mais surtout parce que la conclusion de cette histoire m'a rendue furieuse. Oui c'est un happy end mais un happy end que je déteste. Et là je vais devoir passer en spoiler désolée [spoiler] pourquoi Honor doit être la réincarnation d'Ingred? Sérieux ? C'est d'un tarte !!! Et puis c'est gros comme une maison au fil du récit, on le sent venir et ça nous est présenté comme un retournement de situation? Nalini Singh nous avait habitué à mieux! Si vraiment elle voulait faire intervenir Ingred pourquoi pas ... elle aurait pu apparaître en rêve à Dmitri et lui donner sa bénédiction un truc du genre, de façon à ce qu'Honor reste Honor à 100%. Parce qu'Honor est forte et j'aurais voulu qu'elle reste inchangée, tout en tombant amoureuse de Dmitri. [/spoiler]. Bref, donc le twist final m'a déplu et fortement agacée, au point que je me demande si je vais écouter la suite alors que j'adore cette série, son univers et ses personnages. J'ai aimé aussi voir Gabriel et Elena à travers les yeux de Dmitri. On se rend compte de la puissance effarante de Gabriel et de la peur qu'il suscite. C'est vraiment agréable d'avoir un autre point de vue. Donc je vais voir, attendre un peu pour décider si je continuerai la série ou pas. 

Pour ceux qui l'ont lue, dites moi si ça vaut le coup ou pas. Votre avis m'intéresse au plus haut point ! ;)

Ce tome 4 permet donc de donner la parole a Dmitri et Honor. Dmitri est un personnage vraiment passionnant. Pas de ceux qu'on oublie, et certainement pas de ceux qu'on aimerait croiser. Mais quel plaisir de le suivre et d'en apprendre plus sur lui. S'il n'y avait ce twist final idiot, j'en aurais fait un coup de coeur c'est sûr!


lundi 28 novembre 2022

PAPILLON DE NUIT de R. J. Ellory [Audio]

 


Éditeur Audible*
Lu par Pascal Casanova
Durée 15h 12 mn
525 pages la version papier chez Sonatine ;)

*Apparemment ce titre n'existe plus au catalogue d'Audible.




L'avis express de Dup sur Papillon de nuit de R.J. Ellory

Coup de coeur absolu pour ce roman noir, beaucoup moins connu que Seul le silence et pourtant tout aussi puissant !


L'AVIS DE DUP



R.J. Ellory est pour beaucoup le maître des romans noirs. Ce Papillon de nuit est son premier roman publié en 2003. Il faudra attendre 2015 pour que Sonatine nous l'offre en français. Alors que depuis 2008 et le best seller Seul le silence toutes les parutions de l'auteur font un tabac des deux côtés de l'Atlantique. C'est un mystère pour moi, car Papillon de nuit est vraiment de la même veine ! Une lecture écoute poignante, portée par un personnage tout aussi fort.

Daniel est blanc, Nathan est noir. Ils avaient alors six ans, lorsqu'ils ont partagé un sandwich au jambon sur les bords d'un lac. Et depuis cette année de 1952 ils ne se sont jamais quittés. Alors pourquoi Daniel se retrouve-t'il aujourd'hui, nous sommes alors dans les années 80, dans le couloir de la mort pour le meurtre de Nathan ?

Un mois avant son exécution Daniel va être présenté au père John Rousseau pour entendre sa confession. Le récit alternera entre le quotidien de son incarcération d'une part : on y abordera bien évidemment des réflexions sur la peine de mort. Et d'autre part les flash-backs contés par Daniel qui nous entraînerons dans les années 60. Ellory va mêler la grande Histoire et la petite, comme il sait si bien le faire. 

Ces gamins ont grandi dans un monde où la ségrégation est encore bien ancrée dans les mentalités. Et pourtant on voit grandir cette amitié puissante face à l'adversité et la paranoïa. Jeunes adultes la menace de la conscription les verront fuir ensemble leur ville, leur famille. L'Amérique est en crise, l'assassinat de Kennedy, la guerre du Vietnam, la lutte de Martin Luther King et le Ku Klux Klan, les complots politiques et le Watergate...

Tout au long de ces 15 h d'écoute, la voix de Pascal Casanova, grave et profonde, parfaite pour ce roman, nous conte un monde de violence où prend vie un récit d'amitié, d'amour et de mort. Il prend le temps, posément, car effectivement il y a peu d'action dans le texte de Ellory hormis quelques bastons ou bien des fuites de nos deux amis. Cette descente aux enfers de Daniel n'en reste pas moins un récit captivant, bouleversant qui m'a pris aux tripes du début à la fin.

Daniel Faure est un personnage de R.J.Ellory aussi inoubliable que l'était Joseph Vaughan de Seul le silence. Des personnages apportant la lumière dans un récit d'une profonde noirceur. Et le lecteur se retrouve tel un papillon de nuit, à être irrésistiblement attiré par cette vive clarté brillant dans l'obscurité. 

 

dimanche 27 novembre 2022

Semaine 47/2022 sur Bookenstock [Bilan]

 

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Celle-ci a été bien remplie, une publication par jour, bien mes mémés !

On ne se prend pas la tête et on la joue chronologique !




  • Mardi Phooka vous parle d'une romance, enfin surtout de la narratrice de l'audio qu'elle a écouté. Bad romance.




  • Jeudi, gros coup de coeur de Dup pour Midnight City de Rozenn Illiano.




  • Vendredi le coeur de Phooka balance sur Nevernight de Jay Kristoff. Plagiat ? Hommage ?


  • Samedi Dup étale ses barbouilles. Je vous emmène faire un petit tour à Venise :)


  • Dimanche, et bien c'est moi qui tiens le crachoir pour vous résumer tout ça ! Voilà, on a fait le tour. À la semaine prochaine !  


Bye !

Bookenstock

samedi 26 novembre 2022

Les barbouilles de novembre de Dup

 

Ma source d'inspiration reste toujours la merveilleuse Lois Davidson, ses tutos sur YouTube, ses peintures sur Instagram... bref partout où elle publie ses aquarelles. À chaque tableau j'apprends quelque chose de nouveau, c'est cool !



23 x 30 cm
Un brin têtue, j'ai refait mes sunbeams,
avec des couleurs d'automne ce coup ci.
Exit la soucoupe volante 😁




23 x 30 cm...
Quand je vous dis que je vous mets les croûtes aussi 😂
Un champ de fleurs... jaunes 😁. Dommage la traînée orange au milieu hein ! Mais bon, même le jaune est trop jaune 😝






18 x 26 cm
Paysage de neige, essai petit format


23 x 30 cm
Bah, j'aime bien les deux !






18 x 26 cm
De loin le tutoriel qui m'a le plus inspiré !
Je l'ai tellement aimé que j'ai refait ce fond sur plusieurs format pour en faire autre chose, à ma sauce ce coup ci.



23 x 30 cm

et enfin,



20 x 40 cm


Novembre n'est pas fini, 
mais les prochaines barbouilles iront dans le billet suivant.

vendredi 25 novembre 2022

NEVERNIGHT tome 1 de Jay Kristoff [Phooka]

 #1

N'oublie jamais

Editions J'ai Lu
Parution 05/10/2022
784 pages
10.50 euros




Les informations sur le site des éditions J'ai Lu





☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 1 de Nevernight de Jay Kristoff  ☇



Coup de coeur ... ou pas coup de coeur ?
That is the question ...


L'AVIS DE PHOOKA:

 ou pas ...



 plutôt ?



J'ai Lu publie les romans DeSaxus en format poche pour le plus grand plaisir des lecteurs. Ainsi, il m'a été donné de découvrir le tome 1 de la série Nevernight de Jay Kristoff. Enfin, me direz-vous !

Après un ou deux chapitres un peu cryptiques (mais qui s'expliquent par la suite), nous faisons la connaissance de Mia, une gamine d'une dizaine d'années. Mia, qui aurait pu avoir une vie rêvée de princesse se retrouve au cœur de la tourmente. Son père s'est attiré des ennemis puissants et ceux-ci ont décidé de mettre un point final à l'influence des Corvere. Alors le père de Mia est exécuté sous une accusation de trahison, sa mère et son petit frère sont emprisonnés au plus profond d'un cachot dont on ne ressort jamais. Et elle, Mia, est supposée mourir. Sauf qu'elle s'échappe. Elle fuit comme si sa vie en dépendait ... ce qui est le cas. Jusque dans les bas-fonds de Sepultura. Là elle va croiser Mercurio, un drôle de bonhomme qui va la prendre sous son aile et devenir son Shahiid. Il va l'élever et lui apprendre tout ce qu'il sait pour qu'elle devienne une adepte de l'Église rouge, une tueuse. Si elle a le niveau, elle pourra ainsi y faire son apprentissage pour devenir une lame. Pour ça, elle devra faire ses preuves. Elle et les autres apprentis qu'elle va rencontrer sur place: Tric, Ashlinn, Chut, Jessamine ...

Nous suivons donc Mia dans cet apprentissage, son initiation. Mais Mia n'est pas une jeune femme ordinaire. D'ailleurs si elle était ordinaire, elle ne serait pas arrivée sous la montagne pour apprendre des meilleurs. Personne ici n'est ordinaire. Mais Mia a "un truc en plus". Un non-chat. Et un pouvoir sur les ombres. La formation est sans pitié. Ceux qui ne peuvent pas tenir le niveau meurent. C'est aussi simple que ça. Petit à petit le nombre d'élèves diminue alors que les épreuves grandissent. Combats, séduction, poison, vol à la tire ... tout y est enseigné par les meilleurs et il faut exceller dans tous les domaines. Mais dans un endroit où la compétition est si rude, il faut savoir qui sont les amis ou les ennemis. Ou plutôt, il faut savoir qu'il n'y a pas d'amis ...

Dites ? Ça ne vous fait pas penser à quelque chose ou plutôt à quelqu'un cette Mia ? Une certaine Arya Starck, issue d'une famille noble dont les parents ont été exécutés et qui devient une sans-visage, un assassin? Ce parallèle entre ces deux héroïnes si proches m'a titillée pendant toute ma lecture, je dois l'avouer.

Et puis il y a ces "vers" qui attaquent les gens dans le désert. Des vers qui peuvent engloutir les gens et les attelages, être vraiment énormes et qui peuvent être éloignés en martelant des percussions ...

Curieuses coïncidences non ? Est ce que c'est moi qui me fait des idées ? Je suis étonnée de ne pas avoir déjà vu de commentaires à ce sujet alors je me demande si ce n'est pas moi qui affabule ... Please, si vous avez eu ce genre de réminiscences faites le moi savoir que je me sente moins seule !

Alors coup de cœur ou pas ?

Oui voilà bien la question. Laissez-moi vous expliquer mon dilemme ...

Il existe en ce moment deux Phooka. Oui je sais, une c'est déjà trop mais voilà, c'est comme ça. 

Il existe donc une Phooka qui a adoré sa lecture et qui a eu de courtes nuits, trop plongée dans le récit pour respecter les horaires normaux de sommeil. Et puis il y a la Phooka qui se dit que quand même il y a beaucoup de "pompage sur la copie du voisin" et que si Jay Kristoff pense que le lecteur ne va pas le remarquer, il se trompe quand même un peu. Il pense que personne ne va noter ces détails ? Que ses lecteurs ne connaissent pas l'Imaginaire ? Alors oui, ça peut tout à fait être juste un clin d'œil, un hommage (après tout on parle de Game of thrones ou de Dune, beaucoup de gens connaissent, ça ne peut pas passer inaperçu) ... mais dans le cas du parallèle Arya/Mia c'est quand même un peu "trop". Et pourtant malgré tout ça, il a néanmoins réussi à me captiver de bout en bout, son écriture si visuelle m'a entrainée dans ce récit haletant. J'ai adoré suivre Mia et éprouvé une empathie énorme envers cette gamine (et Tric 💗💗) et donc même cette Phooka là ne peut pas renier avoir pris un immense plaisir à cette lecture. C'est juste que dans le fond de sa tête une petite sonnerie d'alarme était là en permanence, étouffée certes, très lointaine et presque inaudible souvent, mais présente néanmoins. Alors je ne peux pas décemment en faire un coup de cœur.

Quel dommage, j'aurais tellement voulu être dithyrambique, je me suis tellement régalée. En tout cas, N'oublie jamais reste un énorme plaisir de lecture quoiqu'il en soit. Mais je vais attendre le tome 2 pour me faire une idée plus précise sur cette trilogie.



Jay Kristoff sur Bookenstock (les chroniques de Dup)

jeudi 24 novembre 2022

MIDNIGHT CITY de Rozenn Illiano

 


Auto-édition.
Sortie prévue le 25 novembre 2022

Admirez cette superbe couverture réalisée
par Rozenn Illiano elle même !





L'avis express de Dup sur Midnight City de Rozenn Illiano

L'impact d'un roman sur l'auteur ? À moins que ce ne soit l'inverse ?
Un roman dans un roman, une mise en abyme magistrale !



L'AVIS DE DUP


Bookenstock s'était inscrit comme partenaire de Rozenn Illiano il y a quelques mois et il y a peu, l'autrice nous a proposé ce roman à la lecture. Après avoir remporté le chifoumi contre Phooka 😁 c'est donc entre mes mains qu'à atterri ce Midnight City. Je m'étais déjà frottée à cette plume avec Le phare au corbeau qui m'avait bien plu mais sans plus. Il en va tout autrement avec celui-ci qui est un gros coup de coeur.

On va suivre en parallèle deux histoires.

D'un côté, celle de Midnight City, une cité plongée dans un éternel minuit. Belle et mystérieuse, au parfum de caramel et de feu de bois, aux couleurs déclinant toutes les nuances de l'indigo. Une cité où les habitants rêvent éveillés et où les rêvarchitectes sont là pour tenir à l'écart les cauchemars. Mais la grande horloge, pilier central de Minight City s'arrête et c'est la cata. On y suivra Cyan, ancien rêvarchitecte et la funambule qui tentent de sauver la cité.

De l'autre, celle de Samuel, écrivain jusque là anonyme qui sort de l'étourdissant, l'épuisant marathon suite à la publication de son dernier roman devenu un best seller. La pression de l'éditeur, des lecteurs pour obtenir un nouveau roman l'étouffe et c'est la page blanche. Arrive alors un mécène providentiel qui lui offre l'argent et donc le temps qu'il veut pour écrire en paix ce qu'il veut ! Sam va alors coucher sur le papier le roman qu'il a en tête depuis des années : Midnight City.

En fait, ce n'est pas un livre que l'on lit ici, mais bien deux qui finissent par se croiser, s'entrecroiser. Du grand art !

Le premier est totalement onirique, passionnant et pourtant plein de dangers sous ses airs poétiques. L'écriture de Rozenn Illiano est magnifique, ses métaphores sont vibrantes, la justesse de ses remarques parfaites. Une citation sera bien plus explicite que mes mots :

"Il n'entendait plus son don éteint, et voilà que ce dernier se réveille. Cyan le sent bouger au fond de lui, un pincement dans le ventre, comme l'étrange douleur éprouvée quand on tombe amoureux ou lorsqu'on perd un proche. Une drôle de lumière qui monte telle une vague, des picotements dans les doigts et l'écho du cœur qui bat plus vite." 

Le second nous parle de la vraie vie... d'écrivain. Les forums de partage, l'envie d'être publié ou l'inverse, l'envie de garder pour soi ses pensées. Les sensations lorsqu'on met ses tripes dans un texte, ou l'inverse encore devant la page blanche. On y parle de légitimité, du poids de la critique, de l'édition, de l'auto-édition, des livres voyageurs, etc, etc... Je ne vais pas continuer l'énumération, mais tout y est et franchement c'est un livre que je conseille en premier lieu aux auteurs eux-mêmes. Le personnage de Sam est vraiment attachant, et celui de Roya, son amie de plume le devient petit à petit. Quant à celui du mécène, il est... fascinant, je n'en dirai pas plus, il faut le découvrir !

Ce Midnight City qui est le roman de Sam, mais aussi celui de Rozenn Illiano, est un roman dans un roman, une mise en abyme ! Un monde où l'imaginaire vient en aide au monde réel en permettant d'évacuer les peurs, les incertitudes et les deuils de l'auteur. Mais lorsque la fiction, le fantastique va surgir dans la réalité, tout se mêle alors et cela donne un chef-d'oeuvre magistral. J'ai adoré cette lecture, vraiment !


mercredi 23 novembre 2022

Les sorties de novembre 2022 chez FOLIO SF [Sorties]

 

Novembre 2022

*********


Une seule sortie pour ce mois de novembre ...

Estelle Faye

 Un reflet de lune




mardi 22 novembre 2022

BAD ROMANCE tome 1 de Céline Mancellon [Audio]

 


Editions Hardigan









☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 1 de Bad Romance de Céline Mancellon  ☇


Si je vous en parle ici c'est pour l'époustouflante performance de la narratrice.
Rien d'autre !!



L'AVIS DE PHOOKA:




Normalement je ne fais pas de chroniques des romances et pourtant il m'arrive d'en écouter. Je trouve ça apaisant, surtout quand je suis un peu à cran. J'en ai écouté pas mal qui vont de sympa à réussies ... en passant par complètement WTF. Mais si je veux vous parler de celle-ci c'est parce que la narratrice, Véra Pastrélie est tout simplement bluffante et que son talent et son interprétation méritaient d'être mis en avant.

Le récit est assez simple et pas vraiment original, même si son traitement par l'autrice, Céline Mancellon, est bien mené (dans le genre). Katrina, Kate pour les intimes, est une jeune femme de 18 ans à peine. Elle campe avec sa sœur de 16 ans, quand un type franchement éméché déboule dans sa tente sans prévenir. Aucune mauvaise intention, il s'est juste trompé, mais Kate qui a tendance à se comporter comme une lionne pour protéger sa soeur le chasse avec pertes et fracas. Pourtant le gars pourrait faire peur ou en tout cas impressionner. Grand gabarit, musclé et tatoué, il est l'archétype du mec qu'on évite d'embêter et il est évidemment beau comme un dieu. Chris, le beau gars donc, n'a pas l'habitude d'être traité de la sorte. Lui qui joue les gros bras pour un mafieux russe du coin. Les deux vont se re-rencontrer plus tard et leur attirance va être énorme. Bref du classique vous me direz.

Oui mais déjà l'écriture est bien fichue. Des chapitres qui alternent entre le point de vue de Kate et celui de Chris. Quand Kate prend la parole, l'écriture est plus douce, plus légère et plus innocente. Quand c'est Chris, et en particulier quand il parle avec ses potes, le ton est dur et souvent vulgaire. Le tout est toujours saupoudré d'humour et c'est un vrai régal. Le langage est résolument "moderne",  et ne plaira pas à tous. Il est souvent vulgaire mais la vulgarité est différente si c'est Kate ou Chris qui narre. Ces deux là ont un très lourd passé et on va le découvrir au fur et à mesure. Préparez-vous à beaucoup de "mélo" (un peu trop à mon goût).

Mais là où je voulais en venir, c'est l'incroyable prestation de la narratrice qui arrive à changer de tessiture et de tonalité d'un chapitre à l'autre. Elle EST Kate, douce, gentille mais volontaire. Et elle EST Chris, bagarreur, fou d'amour pour Kate, instable, violent. Chris est une "racaille" en fait (le genre de mec que j'ai pas envie de croiser perso, même s'il a des "excuses") violent, bagarreur, qui picole trop et Véra Pastrélie donne parfaitement le ton. Il prend vie avec sa voix et c'est vraiment vraiment dingue. Elle m'a tellement scotchée que j'ai pris un monstrueux plaisir à l'écouter.

Après, on aime ou pas le récit. On y croit ou pas. On supporte ou pas cette relation tordue et le "mélo" qui va avec. On accepte ou pas la façon dont les gens sont traités dans l'histoire. Chacun son choix. Je voulais juste souligner une performance. Celle de la narratrice. Tellement impressionnante que j'ai cru qu'il y en avait deux. Une pour chaque perso ... Je ne sais pas si j'aurais écouté ce roman jusqu'au bout sans elle. Sincèrement. Ouais, je suis bluffée !!! 









lundi 21 novembre 2022

L'ÉPÉE, LA FAMINE ET LA PESTE de Aurélie Wellenstein

 


Éditions Scrinéo
416 pages
21 euros
Une couv' de folie signée Aurélien Police






L'avis express de Dup sur L'épée, la famine et la peste de Aurélie Wellenstein

Un univers sombre et angoissant où évoluent trois personnages mémorables.


L'AVIS DE DUP


Dès le début de ce roman nous sommes plongés dans un monde bien sombre où les araignées ont répandu la peste grise. La plupart des personnes mordues sont atteintes de léthargie alors que quelques femmes acquièrent des pouvoirs qui font peur et sont appelées des tarentas. Bien vite on mettra tout sur leur dos, et le roi, par le biais de l'église toute puissante, mettra en place l'inquisition pour traquer ces "sorcières". Un univers où on se demande malgré tout qui de l'homme ou de l'araignée mène la danse...

Qui dit araignées, dit toiles collantes partout, dit cocons enrubannant leurs proies, la plupart pendants des arbres, des toits, des... argh, la plume tellement visuelle d'Aurélie Wellenstein a bien mis à mal mon arachnophobie ! Elle peut se vanter d'avoir déclenché des kyrielles de frissons incontrôlables !!! Heureusement, on va suivre trois personnages terriblement attachants qui détourneront souvent mon attention. 

Cillian, Erin et Sulyvhan. Deux mômes et un homme qui a déjà bien vécu. Ce sera un récit à trois voix qui nous permettra de découvrir leur passé, leurs histoires foncièrement différentes, émouvantes dont le point commun est l'inquisition. Cillian parce qu'il est possédé par l'esprit d'un loup après avoir enfilé accidentellement un heaume d'apparence lupine qu'il ne peut plus retirer. Sulyvhan parce qu'il ne veut plus rien à voir avec l'inquisition dont il faisait encore partie deux années avant et qu'il veut sauver son fils. Et enfin Erin qui se retrouve emprisonnée sur dénonciation calomnieuse par un amoureux éconduit.

Ces trois là vont finir par se rencontrer et fuir l'inquisition ensemble. Et même s'ils ont chacun leur but, le lien qui les unis va grandir au fur et à mesure des épreuves qu'ils vont traverser. Des épreuves je ne vous cache pas, souvent très violentes, des périodes de stress intense attendent le lecteur bien souvent. Ils doivent rejoindre la Tisseuse, la première tarenta, princesse promise au prince devenu roi maintenant, désormais recluse dans une tour, au milieu d'une ville morte.

L'évolution des personnages au cours de ce volume est vraiment passionnant. Physiquement bien sûr, mais surtout psychologiquement. L'empathie que l'on éprouve pour eux va crescendo dans ce présent mouvementé et plein de danger alors qu'elle démarrait fort avec le récit de leur passé. Inutile de dire combien on piaffe de poursuivre le récit pour connaître leur futur ! D'autant qu'Aurélie Wellenstein nous concocte un final explosif et carrément surprenant !

Un univers sombre et glaçant dans lequel évoluent trois personnages fabuleux, passionnants et fondamentalement différents. Une belle exploration de la part d'ombre qui se développe en chacun d'eux. Une fin à laquelle on ne s'attend pas qui nous colle sur les starting-blocks pour lire la suite de ce diptyque. En attendant, ce tome 1 est un gros coup de cœur. 



Aurélie Wellenstein sur Bookenstock :

dimanche 20 novembre 2022

Semaine 46/2022 sur Bookenstock [Bilan]

 

Quand je vous disais que cela n'allait pas durer les semaines archi-remplies !!!

Mais bon, elles ont bien bossé mes mémés quand même, surtout avec une qui était sur le flanc à cause du covid ! Les quatre chroniques réglementaires, syndicales, habituelles sont là !


  • Lundi Dup entame la semaine avec un audio qu'elle a écouté cet été. The must-read de R.J. Eloory, Seul le silence et bien sûr, elle a adoré.


  • Mardi Phooka pas encore patraque peste après son urban fantasy qui aurait pu être 100 fois mieux. Jane Jameson tome 2



  • Vendredi Phooka poursuit vaillamment l'écoute de La horde des lycans Tome 2. Pour mémoire, elle avait trouvé nul le tome 1 ! Constance récompensée car elle l'a trouvé bien meilleur :))


  • Samedi queue dalle, même pas de barbouilles de Dup ! Samedi prochain peut-être ?


Et bien voilà, c'est tout...

Bon dimanche et à la semaine prochaine !

La bise

Bookenstock

vendredi 18 novembre 2022

LA HORDE DES LYCANS tome 2 de SG Horizon [audio]

 

#2
Le guerrier obscur


Editions Audible
1 jeton ou 19.95 euros
Lu par : Erwan Zamor
Série : La Horde des Lycans, Volume 2
Durée : 11 h et 8 min



Les informations sur le site d'Audible






☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 2 de la horde des Lycans  ☇



Un tome 2 bien meilleur que le premier.
J'avoue en avoir été la première surprise !!
Je suis obligée de faire mon mea culpa ...




L'AVIS DE PHOOKA:





Si vous vous souvenez j'ai publié il y a quelques temps déjà la chronique du tome 1 de la horde des lycans en audio. Dire que j'avais pas aimé était un euphémisme. j'avais apprécié la prouesse du narrateur, Erwan Zamor qui arrivait à garder son sérieux malgré la niaiserie du texte, mais je m'étais aussi peu à peu intéressée au texte sans pour autant apprécier plus que nécessaire mon écoute. Néanmoins j'avais été jusqu'au bout parce que ma curiosité avec été piquée.

Et vous savez quoi?

Je SUIS vraiment une curieuse ! Parce que petit à petit, cette fichue curiosité m'a titillée et j'ai eu envie de savoir. Mais oui, que sont devenus mes fabuleux Domination, Abomination, Thunder, Silence, Ombre, Temptation et Ash ? Sans compter Léa maintenant. Bref, vous me connaissez, je suis incapable de résister et j'ai écouté le tome 2. Et vous savez quoi ???? Ben c'est plutôt pas mal !! Si,si, je vous assure.

Alors oui les sept lycans s'appellent toujours Domination, Abomination, Thunder, Silence, Ombre, Temptation et Ash, là dessus on ne peut rien y faire. Mais cette fois-ci le récit est bien plus sombre, plus construit et moins basé sur le sexe. La nouvelle venue, Jessie, l'âme-sœur de Silence est une détective. Alors quand ils vont se retrouver aux prises avec un coven de sorciers qui ont décidé de les tuer tous, elle ne va pas rester les bras croisés. Et même si ses armes ne sont pas aussi puissantes qu'un lycan, elle va jouer son rôle. De plus une bonne partie du récit est une sorte de huis-clos où Silence et Jessie sont isolés des autres Lycans par une sorte de bouclier magique. Tous les deux ils vont devoir faire face à des attaques répétées et ultra violentes de sorciers, Jessie va soigner Silence (la scène où elle doit enlever toutes les balles qu'il a reçu est franchement errkkk ...), Silence trop diminué va perdre conscience, Jessie doit assurer, bref c'est vraiment intense et bien construit! Oui, oui, je sais, ce que j'écris peu surprendre compte tenu de ce que j'ai dit du tome 1. Je dois faire mon mea culpa alors j'assume !

Pas sûre pour autant d'écouter le tome 3 ... quoique vu la fin ça va encore me titiller et connaissant ma fichue curiosité, je ne peux jurer de rien. Mais en tout cas, sachez que cette fois j'ai trouvé cette écoute plutôt agréable, même si pour le coup je trouve que le narrateur en fait un peu trop, mais je suppose qu'il est reparti sur les bases du premier opus et je le comprends! 

Allez, j'ai fini mon mea culpa ;)


jeudi 17 novembre 2022

TWO DARK REIGNS de Kendare Blake


THREE DARK CROWNS Tome 3 :

TWO DARK REIGNS 



Éditions LEHA
430 pages
20 euros





L'avis express de Dup sur Two Dark Reigns de Kendare Blake

Un troisième tome bien sombre pour une parfaite transition avec le quatrième annonçant directement la couleur : Five Dark Fates.


L'AVIS DE DUP




/!\ Attention, spoils inévitables vis à vis des tomes précédents.

Katharine est donc intronisée Reine de Fennbirn, tandis que Arsinoé et Mirabella vivent sur le continent où elles ont enterré Joseph qui n'a pas survécu à ses blessures. Elles sont hébergées chez Billy, et supportent les reproches incessants de la mère et la soeur de ce dernier.

L'alternance de narration repérée par les lieux reste de mise comme dans les tomes précédents, la troisième entrée sera Bastian, la ville des Guerriers, où se cache Jules Milone après sa spectaculaire évolution à la fin du tome précédent. Elle est sous le joug de la malédiction de la légion : personne ne peut vivre avec deux dons or Jules est une puissante naturaliste en plus d'être une guerrière accomplie. Et apparemment, elle le vit bien... pour l'instant.

Katharine, toujours habitée par l'esprit des reines mortes a bien du mal à gouverner sereinement, d'autant qu'il semble que le brouillard protecteur de l'île ait des comptes à régler avec elle. Et comme cela ne suffisait pas, Jules, entraînée par Emilia fomente une rébellion qui prend de l'ampleur. Jules pourrait-elle devenir une reine ?

Sur le continent, si Mirabella fait des efforts pour s'intégrer, ce n'est pas le cas d'Arsinoé qui en a toujours fait qu'à sa tête. Et cela ne va pas s'arranger lorsqu'elle va être la proie de rêves bizarres. Dès qu'elle ferme les yeux, elle se retrouve dans le corps de Daphnée, la reine perdue ayant vécu il y a 400 ans, à l'époque de la dernière reine bleue, Illiann.

Un petit aparté est nécessaire je pense pour expliquer ce qu'est une reine bleue. Lorsqu'une reine accouche de triplées, celles-ci sont donc élevées ensemble jusqu'à 6 ans puis séparément jusqu'à 16 (Three Dark Crowns) où elles ont alors une année pour s’entre-tuer afin de déterminer laquelle des trois règnera (One Dark Throne). Si d'aventure la reine accouche d'une quatrième fille, cette dernière est bombardée immédiatement reine bleue et ses trois soeurs éliminées dans la foulée ! Pas cool les lois de la Déesse n'est-ce-pas ?

Mon empathie vis à vis des personnages n'a pas changé, tout du moins vis à vis des trois ex-prétendantes au trône. Jules qui tient une part plus importante de l'histoire ici est pourtant bien plus terne que dans les tomes précédents et c'est bien dommage. J'aime toujours autant Billy qui a bien du mérite à suivre Arsinoé dans ses délires. Et j'ai bien aimé le rôle que Kendare Blake fait jouer à Madrigal, alors qu'elle était jusque là la mère frivole et insouciante de Jules. 

En fait le nouveau personnage de ce tome n'est autre que le brouillard qui occupera un rôle prépondérant, stressant. Brouillard créé par la reine bleue Illiann... tout se croise et ce sera l'occasion d'approfondir l'histoire de Fennbirn et ma foi, c'était passionnant.

Je suis restée malgré tout sur ma faim, car Kendare Blake nous laisse vraiment en stand by sur cette fin d'opus, beaucoup de pistes ouvertes dans ce Two Dark Reigns mais rien de résolu, et pour cela il faudra attendre le quatrième et dernier tome dans lequel je place beaucoup d'espoir : Five Dark Fates.