vendredi 13 décembre 2019

VERITY LONG tome 1 d'Angie Fox


Tome 1
ESPRITS DU SUD





Editions: ALTER REAL
Nombre de pages: 342
Date de sortie: 29/11/19 



☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 1 de Verity Long d'Angie Fox ☇



Un roman léger, bourré de mystères et de fantômes, avec une héroïne pleine de ressources. Bref une très agréable lecture !






Un grand merci à Delhia du blog Between Dreams and reality pour cet envoi. Grâce à elle et à son blog tour, je découvre à chaque fois un genre de roman différent de ceux dont j'ai l'habitude. Sans doute pas le genre de romans que je lirai en temps normal, cependant j'ai toujours beaucoup de plaisir à les découvrir et c'est un coup de fraîcheur parmi mes lectures habituelles ! Cette fois-ci ne déroge pas à la régle et c'est encore une jolie découverte que je me suis retrouvée à dévorer.

Ce premier tome nous fait découvrir Verity Long, une jeune femme intelligente et pleine de ressources, mais qui se retrouve dans une situation très difficile. Verity est originaire de Sugarland dans le sud des Etats-Unis où elle habite dans une vieille maison que lui a léguée sa grand-mère. Une maison  chargée d'histoire qu'elle adore. Quand nous la rencontrons, la vente aux enchères de tout le contenu de la maison vient de se terminer. Verity passe sa dernière nuit dans la maison sur un vieux futon qu'elle a récupéré. Le lendemain la maison sera vendue elle aussi. Tout ça parce qu'elle a refusé d'épouser Beau, le fils d'une famille extrêmement influente de la ville. Depuis, elle est méprisée, pourchassée, elle a perdu son boulot et elle est couverte de dettes. Elle ne possède plus que son futon, quelques vêtements et des sachets de nouilles instantanées ... Ha oui et un très moche vase aussi dont personne n'a voulu aux enchères. Un vase que lui a offert son ex ... et qui s'avère être une urne funéraire dont elle libère le fantôme par hasard. Frankie, le fantôme, est un ancien gangster, plutôt sympa et il va lui ouvrir le monde des esprits. Et des esprits il y en a à Surgarland, surtout dans une ancienne propriété qui appartient à Ellis, le frère de son ex, un policier. Cette propriété est clairement hantée par un poltergeist et Verity va faire de son mieux pour le déloger en échange de l'argent pour sauver sa maison. Oui mais ce n'est pas si facile ...

Un roman plein de suspense et de mystère, voilà une bien agréable lecture. Une fois que l'on passe sur le fait que Verity accepte l'arrivée d'un fantôme un peu trop facilement (ce que l'on peut mettre sur le fait que dans le sud, les croyances dans l'au-delà sont plus ancrées), la lecture est vraiment prenante. La rencontre avec Frankie est épique, celle avec Ellis troublante et celle avec le poltergeist effrayante. Beaucoup de choses sont cachées dans ce récit, et pas seulement des fantômes. Le suspense tient jusqu'au bout et la tension grandit.
Verity est une héroïne très réussie. Elle n'a pas froid aux yeux, mais elle est consciente de ses limites. Elle est débrouillarde et combative sans être caricaturale. Bref, une femme dont on a plaisir à suivre le parcours.
L'écriture d'Angie Fox est fluide et les chapitres s'enchaînent à toute allure. je me suis surprise à passer une bonne partie de ma soirée plongée dans le roman et à attendre avec impatience le moment de m'y replonger.

Comme dit plus haut, j'adore le blogtour qui me permet de découvrir des romans dont je n'aurais sans doute jamais entendu parler. Celui-ci en est un parfait exemple. Je me suis régalée, je vais très probablement en lire la suite dès que possible. Si vous avez envie d'une lecture légère mais bien fichue, n'hésitez pas !




jeudi 12 décembre 2019

SOEUR SAINTE de Mark Lawrence





Éditions Bragelonne
408 pages
25 euros





L'avis express de Dup sur Soeur Sainte de Mark Lawrence


Une conclusion parfaite d'une trilogie qui sera restée passionnante jusqu'au bout.
Trois tomes, trois coup de cœur !



L'AVIS DE DUP




Avant toute chose, j'aimerai remercier Mark Lawrence pour le résumé qu'il nous propose des deux tomes précédents, car même si Nona et sa situation à la fin du Tome 2 étaient bien restées dans ma tête, j'avais quand même quelques trous de mémoire quant à l'intrigue trapue que nous suivions. Ainsi il a tout remis sur les rails et c'est comme si j'avais enchaîné les tomes, super !

Lorsqu'on retrouve Nona, trois ans se sont écoulés depuis la fin du Tome 2 ! Elle est en classe sainte, elle a presque fini son cursus, plus qu'une ou deux Ordalies, et va bientôt devoir choisir sa voie future : retourner chez elle est exclu, elle n'a plus de chez elle. Devenir moniale, oui, mais quel ordre ? Les Écarlates et les armes ? Les Grises, les poisons et les ombres ? Les Bleues et le maniement de la Voie ou bien les Noires, les Saintes qui consacrent leurs vies à prier l'Ancêtre ? Je vous laisse la surprise ! Et puis on retrouve Nona, 3 ans avant, fuyant aux côtés de Zole, donc bien juste après la fin de l'opus précédent. Cette dernière s'est chargée du Coeur-de-nef repris aux Noï-Guin après la baston mémorable dans le palais de Sherzal. Elles vont traverser un bout de pays Scithrowl puis grimper sur, puis sous, le glacier nord.

L'auteur va donc alterner son récit, de chapitre en chapitre, entre ces deux périodes. Celle du passé permettant de comprendre un peu mieux ce qui se passe aujourd'hui. La situation de l'Empire n'est guère brillante, la reine guerrière Adoma et ses Scithrowls ont largement dépassé la frontière est et marchent sur la capitale, Vérité. Les Dursiniens à l'ouest, ont prit possession des ports sur la côte. L'heure est à la guerre, moniales et novices s'y préparent. L’abbesse Vitrage est décédée, mais elle a manipulé les fils de la trame future, en missionnant chacune de ses ouailles sur qui elle savait pouvoir compter, à une tâche bien précise. Et c'est ce qu'on découvre dans ce dernier volume de la trilogie, donc je ne vous en dirai pas plus si ce n'est que c'est passionnant.

Les personnages que nous suivons continuent à gagner en profondeur, spécialement Nona qui arrive maintenant, presque, à juguler ses terribles colères. Presque seulement... et gare quand ça déborde. Ce que j'apprécie beaucoup dans ce personnage, c'est sa naïveté vis à vis de ses facultés ! C'est une armée à elle toute seule cette gamine. Il faut dire que la magie développée par Mark Lawrence est exceptionnellement adaptée pour le coup, notamment avec les liens filés que je vous laisse découvrir. Personnellement, ça me laisse rêveuse et adorerai partager un peu de sang marjal moi ! On découvre un peu plus l'impassible Zole, qui s'essaie même à plaisanter ! Bah, en fait toutes celles qui gravitent autour de Nona : Ara, Jula, Rudi, Bouilloire, Pomme, Poêlon (une révélation celle-ci !) et tant d'autres.

J'ai adoré ce Soeur Sainte, avec un dernier quart speed, plein de tension et d'action, qui se lit d'une traite quasiment en apnée. Une trilogie que je vous conseille fortement. Avec l'univers si particulier de l'Abeth, ses calottes glacières et son goulet, sa lune convergeante, avec un système de magie découlant du sang absolument génial, des personnages plus qu'attachants, une intrigue riche et prenante, le tout servi par une écriture sûre et fluide... que voulez-vous, cela ne peut donner qu'un coup de coeur !
Petite remarque tout de même, il n'est jamais question du Livre des Anciens, mais du Livre de l'Ancêtre dans le roman. Dommage que la traduction du titre passe à côté...


Mark Lawrence sur Bookenstock :




mercredi 11 décembre 2019

SKIN TRADE de George R.R. Martin




Éditions Actusf
Collection Perles d'Épice
248 pages
20 euros





L'avis express de Dup sur Skin Trade de George RR Martin


Un thriller fantastique sous forme de novella rudement efficace.
Âmes sensibles, s'abstenir !




L'AVIS DE DUP



Franchement, l'illustration là au-dessus ne rend pas hommage à la beauté de ce livre ! Nan mais c'est vrai ! Regardez donc, admirez ! Voilà encore un beau cadeau de Noël !!!




Et cette beauté s'avale en une soirée, préface comprise. Soit, c'est une novella, une bonne grosse nouvelle, mais c'est aussi un redoutable page-turner que nous propose là George RR Martin. Une belle preuve que cet auteur, prolifique s'il en est, maîtrise parfaitement tout type d'exercice d'écriture, tout genre confondu, comme l'explique si bien Emmanuel Chastellière dans sa préface.

Je précise que je n'ai pas lu ce qui suit cette novella, car c'est la présentation d'un extrait d'un autre roman de l'auteur... or j'étais bien assez frustrée par la fin de la précédente ! Vraiment, je ne suis pas faite pour ce genre littéraire court, trop court. J'en salue pourtant la prouesse : arriver à attacher le lecteur aux personnages en si peu de pages n'est pas donné à tout le monde.

L'auteur nous entraîne dans une ville imaginaire des Etats-Unis, une ville sur le déclin, jamais nommée par ailleurs. Les descriptions, l'ambiance qui y règne m'ont immédiatement fait penser à l'univers de Stephen King, avec ces immenses abattoirs désaffectés, ses quais lugubres, ce funiculaire privé, rouillé et craquant de partout. Ambiance glauque parfaitement rendue !

Willie Flambeaux est agent de recouvrement, le métier par excellence qui hérisse : le rapace qui se nourrit de la misère des autres. Pourtant, en peu de pages GRR Martin nous montre sa profonde humanité et nous fait l'adopter. Willie qui avait rendez-vous avec son amie Jenny, arrive et renifle l'odeur du sang. Oui, vous avez bien lu, renifle. La police est déjà sur place et Willie fuit les lieux et va s'en remettre à Randi Wade, une autre amie, détective privée. Randi va enquêter, d'autant que Jenny n'est pas le seul meurtre qui frappe la ville depuis quelques temps. Et cette enquête va remuer un passé douloureux et non élucidé pour notre détective.

Skin Trade démarre comme un thriller, et les touches de fantastique arrivent de façon subtile et crédible, comme ce premier indice, renifle. L'auteur nous plonge progressivement dans une ambiance d'urban fantasy avec des loup-garous, pardon des lycanthropes, Willie y tient ! Et l'histoire bascule très vite dans l'horreur et l'hémoglobine, mais le tout porté par deux personnages attachants et surtout touchants. J'ai adoré ! Bon, beaucoup moins la fin, abrupte, surprenante, et... glaçante, quand on l'a enfin comprise (il m'aura fallu la relire plusieurs fois)(à tête reposée, ce fut plus efficace !). N'ayant pas l'intention de me frotter à sa saga interminable du Trône de fer, cette nouvelle me conforte néanmoins à explorer toutes les autres productions de George RR Martin.




mardi 10 décembre 2019

Idées de cadeaux de Noël: et pourquoi pas des livres ?



Hein ? Ça vous étonne qu'on vous propose d'offrir (ou de recevoir) des livres pour Noël.

 Le livre = le cadeau idéal.


Point final, ça ne se discute même pas !

Du coup avec la miss Dup on s'est dit que parmi nos lectures récentes, il y en a certaines qui feraient tout particulièrement de zoulis cadeaux...



  • Pour les enfants de 10-12 ans :  la nouvelle série de Paul Beorn, Le club des chasseurs de fantômes. Commencez de préférence par le tome 1, Le navire des disparus. Deux tomes parus à ce jour, c'est un régal.







Sans compter que ça a de la gueule non? Les livres sont magnifiques en plus d'être fabuleusement intéressants !


  • Pour les Young Adult et les adultes :  Dans la catégorie Beau livre, Les six royaumes de Adrien Tomas, illustré par Dogan Oztel, à feuilleter, à bouquiner, à admirer, à savourer.



  • Pour adultes only et amateurs de frissons :  Un concentré d'émotions avec Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

lundi 9 décembre 2019

LES SIX ROYAUMES de Adrien Tomas




RÉCIT ILLUSTRÉ PAR DOGAN OTZEL



Éditions Mnémos
Collection Ourobores
255 pages
32 euros




L'avis express de Dup sur Les six royaumes de Adrien Tomas


Un superbe ouvrage de qualité qu'on ne se lasse pas de parcourir, feuilleter. 
On peut y piocher, papillonner ou le lire assidûment selon l'humeur du moment. 
Une chose est sûre, on y revient sans cesse !



L'AVIS DE DUP



Irego d'Eystilar est dans sa dernière année de noviciat à Iriloyë, une des quatre citadelles de l'Étoile Grise. Elle est chargée, ou s'est chargée plutôt, d'une mission d'investigation pour conclure son apprentissage et devenir une matriarche, une sorte de thèse de fin d'étude si vous voulez. Ambitieuse et sûre d'elle, elle promet de faire la lumière sur l'immortalité. Le sujet intéressant fortement l'ensemble de la sororité vieillissante, elle obtient quasiment tous les crédits qu'elle demande.

Elle va d'abord se pencher sur tous les autres types de magie existant sur ce monde, puisque celle des Soeurs Grises, le Pouvoir des Mots conjugué à l'hylium ne suffisent pas. Ce sera une recherche essentiellement bibliographique, sauf pour le chamanisme kharan, peuple de tradition orale où elle devra se rendre sur place. Elle aura beau dire pis que pendre de ces peuples inférieurs, elle prendra malgré tout plaisir à échapper aux hauts murs gris de la citadelle.

Ayant échoué à trouver une piste dans les arts magiques, elle va méthodiquement creuser la technologie, en étudiant les golems puis en allant observer sur place le plus célèbre d'entre eux, l'Ange de fer d'Évondia, créé par le nain Nashgar. Après la technologie, elle se penchera sur l'alchimie moderne, puis l'alchimie naturelle issue de la Grande Forêt et des différents peuples qu'elle abrite. Ensuite ce sera au tour des grands Mystères révélés, les Démons, les Dieux, les Runiques, etc.

Cette trame de recherche va permettre à Adrien Tomas de faire le tour de son univers, de présenter à son lecteur les différents pays, régions, villes,

ici une ville de Seï 


peuples, 


là un Nain monté sur un Troglodyte, appelé parfois Troll :)


espèces, 

un ko'ar, qui a l'humeur cool puisque son plumage est bleu...

créatures, créations,

Alvéar, l'Ange de fer


magies, croyances et grand Mystères.

un Runique et son orbe


Le tout est superbement illustré par le grand Dogan Oztel. Vous imaginez bien que je ne vous ai présenté qu'un tout petit, petit échantillonnage des merveilles que recèle ce livre ! 

S'il se feuillette avec beaucoup de plaisir, ce n'est pas en revanche un roman qui se lit d'une traite. Il faut savoir prendre son temps pour parcourir le journal d'investigation d'Irego d'Eystilar. S'il s'adresse à tout un chacun, il est cependant bourré de clins d'oeil aux autres romans de l'auteur. On retrouve tout de suite la plume caractéristique et pleine d'humour d'Adrien Tomas. C'est toujours un plaisir de le lire, même sous cette forme moins romancée. Les six royaumes est un bien bel ouvrage que je suis ravie d'accueillir dans ma bibliothèque, et une sacrée bonne idée de cadeau à faire pour Noël, qu'on se le dise !!!

dimanche 8 décembre 2019

Semaine 49 sur Bookenstock [bilan]


 Grosse semaine pour les vénérables !

  • D'abord Dup s'est visiblement régalée avec le fameux Wyld (je vous avoue que Dup n'étant ni fan de métal, ni fan de D&D, j'avais un peu peur, mais elle a adoré !!)



  • Puis Phooka a enchaîné avec la version audio de Même pas mort. Du tout cuit hein, du Jaworski lu par Lebert, elle ne pouvait qu'adorer !





  • Mercredi encore rien comme la semaine dernière. Purée ces feignasses de mémés !!! 😠


  • Jeudi, nouveau coup de coeur pour Dup avec L'ombre des arches . Décidément belle semaine pour Dup !













  • En ce moment Phooka lit le tome 2 de Codex Alera (et elle aime !) , Dup est plongée dans le tome 3 du Royaume Blessé (et elle aime aussi !).

  • Sinon Dup a reçu The Witcher en collection Big Bang (Phooka l'avait acheté dans la collection "blasons"). Tiens, elles pourraient se faire une lecture communce les mémés (sauf que Dup est du genre Ferrari et Phooka du genre escargot alors ça risque de traîner cette histoire ...).



  • Ha tiens et si nous parlions Séries ? Dup est en train de découvrir Lucifer ... (Non Phooka ne l'a pas du tout incitée, du tout du tout ....). Argh!!! Elles m'obligent à mettre une photo de Lucifer!! Les affreuses !! Et Phooka elle est plongée dans Big Bang Theory (et dans Fargo aussi et The Good place). M'enfin, je me demande quel intérêt elle a à regarder BBT alors qu'elle est tous les jours entourée de gens comme ça. Elle serait pas un peu maso la Phooka ?? 







Allez bonne semaine, des bises, signé Bookenstock

vendredi 6 décembre 2019

SANGS MAUDITS Tome 2 de Bettina Nordet


Tome 2: L'éveil des damnés

Editions du Chat Noir
Parution : 31/10/2019
19.90 euros
 5.99 euros en numérique
226 pages




☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 2 de Sangs Maudits de Bettina Nordet ☇


Un tome 2 un peu en dessous du premier, mais qui reste néanmoins très agréable à lire.



L'AVIS DE PHOOKA:







Le tome 1 de Sangs Maudits avait été une superbe découverte et une énorme surprise pour moi. Je m'attendais à une petite bluette et j'avais pris en plein dans la tête un monde complexe et original, peuplé de métamorphes et de créatures de tout genre. Un monde post-apo qui plus est, ce qui lui conférait un charme indéniable. Nul doute alors que j'attendais la suite avec impatience ...

**attention risque de spoilers sur le tome 1 **

Le début du tome 2, L'éveil des damnés, reprend le récit exactement là où on l'avait laissé. Kalden n'a pas d'autre possibilité que de se réfugier parmi "les siens", les métaberserks, à Kaladamden et de parler à leur roi Arken, pour expliquer sa situation. Shannell quant à elle, est toujours auprès du prince de Côme en quête d'un moyen de prévenir l'empereur de l'immense trahison qui se prépare. Le chemin vers l'empereur est jalonné de pièges et elle est toujours recherchée en tant que criminelle. Elle a des ennemis extrêmement puissants et sa débrouillardise et son intelligence seront bien utiles.

Les personnages de ce récit sont toujours aussi passionnants et fouillés. Cependant, la première partie du récit traîne un peu en longueur. Oui Kalden est loin de Shannell, oui leur amour est difficile, mais en fait personnellement je m'en fiche un peu parce que ce n'est pas ça le coeur de l'histoire. Ce qui est vraiment étonnant dans le monde créé par Bettina Nordet, c'est ce mélange de moderne et d'ancien, par les présence des artefacts, ces étonnantes créatures métamorphes, ces Ment-G, ces chevaliers-dragons avec leur armures ultra-modernes. Tout un bestiaire et un monde vraiment très original et dont le lecteur veut comprendre les origines, alors les amours contrariées de Shannell et Kalden ne sont vraiment pas une priorité.
Fort heureusement arrive vraiment un moment clé dans la lecture. La rencontre avec Ambrosios. Je ne vous dirai rien sur ce personnage, mais sachez qu'il est la clé de tout. A partir de ce moment, le roman reprend toute son ampleur et si quelques pages auparavant j'étais presque prête à jeter l'éponge et à abandonner ma lecture, là je me suis mise bien au contraire à le dévorer. Car tout s'explique et tout s'accélère. Même si Ambrosios, n'est pas -et de loin- le personnage le plus important du récit, il est celui qui permet de tout expliquer, il est "celui qui sait". Et avec la connaissance vient la compréhension et tout devient alors possible. Kalden et Shannell prennent alors une nouvelle dimension et le récit prend une toute autre ampleur.

Ce deuxième et dernier opus de Sangs Maudits a bien failli me tomber des mains et ça aurait été bien dommage. Si le début de ce tome est un peu lent et répétitif, la suite vaut vraiment le détour. La plume de Bettina Nordet est toujours aussi agréable et surtout son imaginaire post-apo-fantasy est vraiment très flamboyant. Un joli diptyque à découvrir !



jeudi 5 décembre 2019

L'OMBRE DES ARCHES de Vincent Mondiot





Éditions Mnémos
348 pages
21 euros




L'avis express de Dup sur L'ombre des arches de Vincent Mondiot



Un réel plaisir de lecture, plein de peps et de gouaille tout en étant profond. 
Un équilibre parfait entre amusement, émotions et découvertes.  



L'AVIS DE DUP




Dans ma chronique Des mondes-miroirs, j'avais dit en conclusion : " Si j’ai un reproche à faire à ce roman c’est que l’imagination sans borne des auteurs nous a dévoilé tout un tas de structures qui font de cet univers un monde vraiment original et unique, notamment ses énormes arches reliant la capitale aux autres régions, sans qu'on sache comment elles sont arrivées là et pourquoi, à quoi servent-elles ? De même, des titans figés sont éparpillés sur le territoire mais on n’en sait pas plus. C’est terriblement frustrant et cela m’empêche de faire un coup de cœur de cette lecture qui par ailleurs m’a beaucoup plu. J’espère bien que Vincent Mondiot et Raphaël Lafarge reviendront dans ce monde de Mirinar afin de nous en apprendre plus. Je déteste rester ainsi sur des interrogations. J'espère bien que ce roman est une introduction, et quelle introduction !!!". Le moins que je puisse dire aujourd'hui c'est que j'ai été entendue, et le résultat est là : c'est un COUP DE CŒUR !

Parce que cette nouvelle aventure que vont partager Elsy et Élodianne va démarrer au pied d'une arche, celle de la province d'Aurterre. Parce qu'elle va les entraîner au pied de celle d'Hurquoine, qu'elles vont marcher à l'ombre de celle de Carnadon. Et si le mystère demeure, pire, s'épaissit, il n'en reste pas moins qu'on en parle. Même chose pour les titans, ces statues monstrueuses et gigantesques, vestiges d'un autre temps. En fait, pour bien comprendre ce monde de Mirinar, il faut voir cette carte !



Voilà, les arches y sont bien visibles et on comprend tout de suite la démesure de ces constructions mystérieuses. Et la magnifique illustration de couverture de Qistina Khalidah prend d'un coup tout son sens. Néanmoins, elles restent toujours un mystère : l'exploration de celle de Loffrieu une dizaine d'années avant avait mis à jour une engeance, des spores contaminants toutes espèces vivantes transformées alors en rebuts. Ici on va découvrir qu'une autre arche contient des espèces de monstres minéraux, capables de prendre vie, ils sont articulés avec engrenages, rouages et huile pour lubrifier tout ça ! Et cela pose inévitablement la question de ce monde antérieur à l'époque que nous suivons, donnant un parfum de fantasy post-apo des plus délicieux.

Depuis l'aventure précédente, Élodianne est devenue spécialiste des mondes-miroirs et aujourd'hui pas loin d'en trouver des applications utiles pour le peuple de Mirinar, comme celui de voyager au travers. Elle va être dépêchée par le gouvernement pour tenir des conférences à ce sujet dans les provinces de l'État. Elsy l'accompagne en tant que garde du corps. Les deux amies pensent à ce périple un peu comme à des vacances... mouahaha, c'était sans compter sur Vincent Mondiot !!!

En résumant rapidement les événements, elles vont être proches d'un attentat et accusées d'en être responsables, ce dernier va déclencher un mouvement de rébellion à Auria vis à vis du gouvernement Mirinéçois, elles seront prises en otage et accompagneront de force la délégation aurterroise qui va sillonner Mirinar pour trouver des appuis auprès des autres provinces. Bref, des vacances qui tournent court !

Cette intrigue va permettre de sillonner l'État des Arches, d'en apprécier la diversité. Chaque province a sa spécificité, et les descriptions de l'auteur sont appuyées par quelques illustrations sympas. Auria, à l'image de son légat, est une ville militaire, carrée, austère. Risteaux, une ville industrieuse et archi-polluée. Le désert de Lazirac toujours aussi infesté de rebuts que lors du tome 1, Nadis une ville portuaire, troglodyte, installée dans une falaise de marbre surplombant l'océan, et enfin, Hoka Bakomo (que mon esprit s'est acharné à lire Bamako...) à Atépéha, surprenante, exotique.

Le système de magie inventé par l'auteur est vraiment original et vaut le détour. On avait bien creusé celui des mondes-miroirs, mais on va encore l'approfondir pour mon plus grand plaisir (c'est juste énorme). On en découvre ici d'autres facettes avec celui des matiéristes qui façonnent, celui des aquiloniens qui maintiennent captives les molécules de magie empêchant ainsi d'autres mages d'agir, etc...

Dans L'ombre des arches nous suivons donc Élodianne et Elsy "accompagnant" les membres de la délégation Aurterroise. Outre les deux premières qui se complètent toujours à merveille et que l'on apprécie toujours autant, l'auteur va nous présenter une galerie de personnages extrêmement fouillés et intéressants. Linne et Rekvan m'ont énormément touchée, chacun à leur manière. Alken aussi d'ailleurs, même s'il est l'ado caricatural de la bande.

Les dialogues sont enlevés et plein de peps, la gouaille d'Elsy toujours aussi fleurie et jouissive à lire. Les personnages particulièrement attachants. L'intrigue prenante et pleine d'action, zéro temps mort. L'univers riche et encore plein de promesses pour plein de tomes à venir. Je serai au rendez-vous, je me suis régalée !


mardi 3 décembre 2019

MÊME PAS MORT de Jean-Philippe Jaworski [Audio]


Les rois du monde livre 1


Durée : 14 h 7 min 
Série : Les rois du monde, Livre 1
Version intégrale | Livre audio
Date de publication :25/02/2016
Éditeur : Audible Studios





☇ L'avis éclair de Phooka sur la version audio de Même pas mort de Jaworski ☇


L'écriture magnifique de Jaworski sublimée par la voix et le talent de Lebert. Une fois de plus, un duo gagnant.


L'AVIS DE PHOOKA:





Une fois encore je vais me concentrer sur la partie "audio" de ma "lecture". Je ne vais pas trop revenir sur le récit lui-même qui a été chroniqué de nombreuses fois. Comme toujours, la chronique de Dup vaut le détour. C'est avec ce roman qu'elle a découvert l'écriture de Jaworski, mais surtout le duo  maintenant indissociable Jaworski/Lebert. En ce qui me concerne, j'ai découvert ce duo avec Gagner la guerre qui reste et restera sans doute toujours un énorme choc. J'avais très envie de retrouver la voix de Jean-Christophe Lebert associée aux textes de Jean-Philippe Jaworski, mais j'avais aussi un peu peur. Parce que dans mon imaginaire, Lebert EST Benvenuto. C'est lui ! C'est sa voix. Donc retrouver cette voix pour raconter le récit de quelqu'un d'autre m'inquiétait énormément. De fait, les premières minutes m'ont déstabilisée. C'est qui ce Bellovèse au ton si sérieux ? Ou était la gouaille de Benvenuto ? Mais ces premières minutes passées, le récit m'a emportée avec lui. Lebert est devenu Bellovèse, ce roi âgé qui nous raconte sa vie, sa jeunesse avec une force impressionnante. 

Donc Bellovèsenous raconte sa vie. Sa vie de roi celte. Il commence par un Bellovèse jeune adulte, pas encore un guerrier car ses cheveux n'ont pas été coupés, mais déjà un jeune homme. Une guerre, Bellovèseest mort ... ou presque. Par flashback, nous allons découvrir le jeune homme, l'enfant élevé par sa mère, insouciant, un peu canaille, mal dégrossi ...

J'ai dit que je ne revenais pas sur le récit, mais sachez que ce premier tome des rois du monde permet de découvrir la jeunesse de Bellovèse. Sa jeunesse, sans savoir ou presque ce qu'il est réellement. Une frustration énorme car le récit est parsemé d'indices sur ce qui lui est arrivé "après" et que le lecteur découvrira sans aucun doute dans les tomes suivants. Pour le moment nous alternons entre l'enfant et le jeune guerrier irrespectueux. Un récit initiatique qui alterne combats et magie dans ce magnifique décor de la Gaule. Des allers-retours permanents entre différentes périodes, différents endroits pourraient rendre l'histoire complexe. Certes, elle n'est pas linéaire mais malgré sa complexité, le lecteur n'est jamais perdu. Le fil conducteur, la voix de Bellovèse, donc celle de Lebert, est là pour vous guider ...

Une fois de plus Lebert excelle. Il est Bellovèse vieux, il est Bellovèse jeune, mais il est aussi tous les autres personnages, Ambigat, Danissa, Sumarios, Albios ... Quelle puissance et quel talent. Évidemment cela ne serait pas possible sans le texte original de Jaworski qui se révèle, une fois encore, comme un maître conteur. Un texte fabuleux, magique et d'une puissance sans pareille.

Même pas mort, est un immense coup de coeur. Un magnifique texte de Jaworski d'une richesse sans pareille et d'une complexité magnifique, conté par un Lebert au talent immense. Un audio à découvrir sans hésitation !



lundi 2 décembre 2019

WYLD Tome 1 de Nicholas Eames



Tome 1 - LA MORT OU LA GLOIRE




couverture du livre Wyld T1 de Nicholas Eames (version française)

Éditions Bragelonne
576 pages
18,90 euros





L'avis express de Dup sur La mort ou la gloire de Nicholas Eames


Une lecture jouissive qui m'a fait rire, pleurer, frémir, alternativement ou en même temps.
Énorme coup de coeur !





L'AVIS DE DUP

curseur de satisfaction : coup de coeur



Saga, c'est le nom de ce groupe légendaire de cinq mercenaires, une roquebande que tout le monde a connu... enfin, tous les vieux. Quant aux jeunes, et bien leurs "vieux" leurs en ont rabâché les oreilles suffisamment ! Mais voilà, cette gloire, elle date de 20 ans.

Clay Cooper, dit Main Lente parce qu'il fallait toujours qu'il prenne un premier coup avant de réagir, coule des vieux jours, peinard, avec sa femme Ginny et sa fille Tally de 9 ans. Mais tout cela va voler en éclat avec la visite de Gabe, dit Gabriel le Magnifique, qui vient lui demander de l'aide pour sauver sa fille Rose, 20 ans, prise au piège dans une ville assiégée à l'autre bout du royaume, pire, de l'autre côté du Cœur de Wyld, une immense région forestière infestée de monstres. Bien entendu Clay va dire "Non", puis Tally va lui asséner le premier coup nécessaire "Et si c'était moi papa, tu irais ?"

Ils vont partir sur les routes, tous les deux (se faisant détrousser dès le premier jour par une roquebande de nanas), pour reformer Saga, traverser tout le royaume de Grandual, traverser le Coeur de Wyld, franchir une chaîne montagneuse pour atteindre la plaine où se trouve Castia, assiégée par une horde de milliers de monstres assoiffés de sang, rassemblés là par un druine. Oui, un druine, pas un druide. La différence ? Les oreilles poilues de lapins des druines :D. Bref, une quête insensée.

De l'Heroic Fantasy on ne peut plus classique n'est-ce-pas ? Et pourtant, il y a de l'originalité dans ce récit. Ces groupes de mercenaires sont vraiment présentés comme des groupes de rock star, avec un manager, faisant des tournées triomphales, adulés par des milliers de fans. Leurs instruments de scène étant une épée pour Gabe, un bouclier pour Clay, deux dagues pour Matrick, une hache pour Ganelon, et tout et n'importe quoi issu d'un sac sans fond pour Moog, le mage de l'équipe qui me faisait penser sans cesse à un Merlin azimuté !

Que j'ai aimé ces personnages pourtant on ne peut plus caricaturaux, chacun dans le domaine de la baston. Ils ont tous une profondeur incroyable, un caractère propre et une histoire de vie qui remue bien les tripes. Et pourtant, les descriptions de Nicholas Eames ne les épargnent pas ! Cheveux blancs ou clairsemés, voire les deux, gros bide, arthrose et rhumatismes à gogo...Ô vieillesse ennemie. 

Que dire de l'univers ? Du moyenâgeux moderne, si, si ! On y circule à pied, à cheval ou en vaisseaux volants... mais à vos risques et périls car dans les cieux volent aussi des dragons, des vouivres, des chauve-souris de la taille d'un chien... entre autre. Remarquez, au sol, c'est pire ! L'auteur a une imagination débordante dans le domaine des monstres. On y trouve tout le bestiaire classique, toute mythologie confondue, plus des créations propres allant de l'ours-hibou, au lutin des poubelles, en passant par un mix de races, d'espèces, de genres voire de variétés. Un régal vous dis-je ! Ah oui, et j'oubliais de dire, dans cette forêt, il n'y a pas que des monstres, il y a aussi des arbres. Mais peu de ceux-ci sont normaux, les autres sont de véritables teignes appelés aussi tréants, qui se déplacent sur leurs racines, vous broient entre leurs branches, vous réduisent en bouillie avant de vous absorber...

Mille fois j'ai craint qu'ils n'y arrivent pas, mille fois j'ai frémis, serré les dents et eu mal au dos comme eux, mais bien plus de mille fois j'ai souri, parfois ri franchement et souvent, très souvent eu le coeur pressé tant certains passages sont poignants. J'ai a-do-ré cette lecture. C'est un mélange savant de toutes les émotions humaines qui se bousculent dans ces lignes, se mêlent et parfois donnent envie de rire et de pleurer en même temps. C'est une ode à l'amitié et à la famille, mais aussi à la vieillesse, et ma foi, vénérable oblige, j'y ai été plus que sensible ! Énorme coup de coeur ! 
Et même si l'épilogue m'a fichu un sacré coup au moral, je piaffe d'impatience pour lire le tome 2 qui concernera Rose. Cette saga s'annonce donc comme une série de one-shot à ne rater sous aucun prétexte (Phooka si tu m'entends...) !


dimanche 1 décembre 2019

Semaine 48 sur Bookenstock [bilan]



La semaine a été bien meilleure cette fois-ci avec de très jolies lectures ...

Quoi de neuf cette semaine par ici ?


  • Dup a totalement craqué sur le nouveau Giebel qu'elle a dévoré dans le week-end aux dépens de ses heures de sommeil. Mais bon ce n'est pas une surprise, Dup et Giebel c'est une histoire d'amour depuis toujours !



  • Puis Phooka nous a emmené dans un univers assez tordu ma foi avec Vengeful, ça a l'air franchement bizarre  comme roman, bizarre mais super bien ! donc ...



  • Tiens mercredi les Vénérables n'en ont pas fichu une et n'ont rien publié ... Je ne les félicite pas !

  • Jeudi, Dup est reparti dans le thriller avec Cauchemar , ça colle des frissons dans le dos ce bouquin !!



  • Ouf, Phooka nous parle vendredi d'un mignon petit jeunesse de Paul Beorn. Ça met un peu de fraîcheur dans la liste étouffante de la semaine !!






  • Et comme le mois de novembre est arrivé à sa fin, les coups de coeur ont été annoncés samedi !



Donc sinon Dup est plongée dans les six Royaumes d'Adrien Tomas et le dernier Chattam (toujours aussi gourmande). Visiblement elle traverse une période thriller en ce moment ! Phooka, elle retourne à Calderon avec le tome 2 de Codex Alera.

Quoi de neuf chez les Vénérables sinon ? On me souffle dans l'oreillette qu'elles commencent à manigancer un nouveau Mois de pour début 2020 ... Stay tuned !

Allez bonne semaine, des bises, signé Bookenstock