jeudi 31 octobre 2019
mardi 29 octobre 2019

Le prieuré de l'oranger de Samantha Shannon [sortie]


Sortie le 31 octobre





et  21 novembre 2019 (edition collector)







Editions De Saxus
1024 pages
29.90 euros (éditions collector)
997 pages
24.90 (edition normale)


Un monde divisé.
Un reinaume sans héritière.
Un ancien ennemi s'éveille.

La maison Berethnet règne sur l'Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d'elle...
Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l'usage d'une magie interdite s'impose pour cela.
De l'autre côté de l'Abysse, Tané s'est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence.
Pendant que l'Est et l'Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s'éveillent d'un long sommeil... Bientôt, l'humanité devra s'unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.
lundi 28 octobre 2019

Chez Sonatine en novembre 1/2 [Sortie]





Sortie le 7/11/2019
448 pages
22 euros



Un cauchemar qui va vous tenir éveillé toute la nuit.
Acacia Pine, États-Unis. Une petite fille, Alyssa Stone a mystérieusement disparu. Noah, un des flics du village fait irruption chez le principal suspect. Envahi par la colère, il le séquestre et le torture jusqu’à ce que l’homme lui révèle le lieu où Alyssa est captive. Noah file alors vers une vieille maison abandonnée, la ferme des Kelly, où il la retrouve enchaînée dans la cave, encore en vie.

Fin de l’histoire ? Non, début de l’histoire. Dévoiler davantage la suite des événements serait criminel. Sachez seulement que ceux-ci se passent douze ans plus tard. Le jour où Alyssa est à nouveau portée disparue. Et que le cauchemar recommence.

L’auteur d’Un Employé modèle et de Ne fais confiance à personne nous revient plus en forme que jamais avec ce thriller d’une efficacité rare, entêtant comme un cauchemar récurrent.


Celui là, je vous en parle très bientôt, enfin dès que je l'ai reçu et lu hein :)
vendredi 25 octobre 2019

DRAGON BLOOD Tome 3 d'Anthony Ryan



Tome 3: L'empire des cendres



Editions Bragelonne
Grand Format
Parution: 03/07/2019
25 euros
648 pages




 ☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 3 de Dragon Blood d'Anthony Ryan ☇



Quel pavé! Mais quel plaisir !
Une superbe conclusion pour cette trilogie fabuleuse.





L'Argent et ses altérés envahissent les cités et les ports les uns après les autres. Tels une immense vague que rien ne peut arrêter. L'Argent est sans pitié, aussi bien vis à vis de ses "ennemis" que de ses propres hommes. Peu importe le nombre d'altérés tués lors d'une attaque, du moment que le nombre de prisonniers est supérieur et permet ainsi de reconstituer les troupes. Les altérés ne sont que de la chair à canon. 
Sirus fait aussi parfois les frais de la colère du dragon quand une attaque ne fonctionne pas aussi bien que prévu. Sirus, toujours tiraillé entre sa loyauté (obligée) vis à vis de l'Argent et son reste d'humanité qu'il cache profondément en lui pour que personne ne le remarque. Il est devenu le grand général des armées du dragon et à ce titre il ne peut pas avoir la moindre pitié lui non plus. Il est un sacrifié, mais pourra t'il sauver son âme ?

Du côté des humains, chacun est parti dans une direction différente pour aller au bout de sa mission et essayer un moyen de contrecarrer l'avance de l'Argent, voire même idéalement de l'éradiquer. Mais que peuvent faire des humains sans aucun pouvoir face aux milliers d'altérés, aux Gueules et aux Sinoples? Hé bien beaucoup finalement ...

Lizanne  avec son petit groupe finit par trouver un refuge, une sorte de havre de paix dans lequel elle va tout mettre en oeuvre pour fabriquer des armes de plus en plus puissantes pour faire face aux dragons. Elle représente la technologie, et les progrès qui sont faits en temps de guerre. En cela elle est aidée par de nombreux et fidèles collaborateurs. Mais comme tous les progrès scientifiques réalisés en temps de guerre, il y a des limites à ne pas dépasser ...

De son côté Hilmore, toujours à la tête de son brûle-sang est chargé de convoyer Clay et sa troupe dans leur quête insensée visant à trouver un moyen de vaincre l'Argent. Pour cela ils vont devoir débarquer et s'aventurer dans des terres ô combien dangereuses. Avec cette équipe, c'est le côté aventure qui est mis en avant.

Evidemment Clay et Lizanne restent en contact par transe-azur et ainsi les fils de la toile d'araignée vont se tisser, jusqu'au dénouement final dans lequel le courage et abnégation de tous ces héros atteindra l'apothéose ...

Que rajouter que je n'ai pas déjà dit dans mes précédentes chroniques? L'écriture d'Anthony Ryan est toujours aussi efficace, que ce soit dans les descriptions ou les batailles. Ses personnages sont fouillés, profonds. Ils ont leurs fêlures, leurs points forts. Ils sont terriblement humains, et ce sont de vrais héros de roman sachant se transcender.


Et puis bien sûr il y a les dragons: les Gueules, les Sinoples, les Sables et l'Argent ...Tous avec leurs forces et leurs faiblesses. Ces dragons qui ont été chassés pour leur sang dont on fait ces poudres capables de donner des pouvoirs à des sangs-bénits tels que Lizanne ou Clay. Quelle idée de génie de faire de ces dragons à la fois des victimes et des bourreaux, d'en faire des monstres ou des élus. On les déteste souvent, mais on pleure aussi parfois à la mort de certains. Jamais le thème du dragon n'avait été abordé de la sorte et rien que pour ça, cette série est un coup de génie.


Après un superbe deuxième tome, je n'avais aucun doute sur les qualités qu'aurait le troisième. Dragon Blood est une trilogie fabuleuse avec des personnages complexes et des situations inextricables, le tout servi par une écriture puissante. Une trilogie à ne pas manquer assurément !




Anthony Ryan sur Bookentsock:

jeudi 24 octobre 2019

TANGO ENDIABLÉ de Seanan McGuire



INCRYPTID # 1

TANGO ENDIABLÉ





Éditions Alter Real
Collection Imaginaire
424 pages
22 euros




L'avis express de Dup sur Tango endiablé de Seanan McGuire


De l'Urban Fantasy qui met un certain temps à s'installer mais qui se savoure une fois que la mayonnaise est prise !




L'AVIS DE DUP




À mon tour de participer au Blog-Tour de Delhia du blog Between dreams and reality avec ce roman écrit par Seanan McGuire qui officie également sous le nom de Mira Grant.

Verity Price vient de s'installer à New York où sa mission première est de veiller sur les cryptides de cette ville. Entendez par cryptides tout ce qui n'est pas recensé par la zoologie classique. Et, dans l'Urban Fantasy de Seanan McGuire, ils sont sacrément nombreux. Avec des noms parfois connus comme dragons, tanukis, parfois à demi connus comme les souris Aeslins et parfois -en tout cas pour moi- inconnus au bataillon (et, à mon grand damne déjà oublié). Certains sont humanoïdes et se noient dans la population humaine, d'autres absolument pas et vivent cachés.

Il faut savoir également que Verity est issue d'une famille qui a fait sécession du Covenant : une organisation qui chasse tout cryptide quel qu'il soit. Les Price eux respectent ceux qui vivent en harmonie avec l'homme. Donc Verity, qui est une cryptozoologue comme le reste de sa famille, vit cachée à cause du Covenant. Sauf qu'elle a une passion : la danse de salon de compétition. Sauf que pour vivre à New York dans un studio riquiqui sous-loué, elle doit gagner sa vie. Pour ce faire, elle est serveuse dans un bar à striptease un brin particulier. Tenu par un croquemitaine qui allume les ténèbres (littéralement hein : " Dave, éteins moi ces ténèbres que j'y vois clair s'il-te-plait"), ce bar rassemble une grosse communauté de cryptides.

Si j'ai eu beaucoup de mal au début de ma lecture, noyée dans les termes nouveaux et les explications qui vont avec, petit à petit je m'y suis faite et bien installée dans le récit. Puis l'entrée en scène de Dominic, un agent du Covenant, plutôt pas mal de sa personne, apporte un certain piquant à cette lecture. Il faut dire que les dialogues avec Verity, déjà assez enlevés, grimpent d'un niveau entre ces deux là.

Pour ce qui est de l'intrigue, elle met un certain temps à s'installer, laissant un peu le lecteur dans le flou. Des cryptides disparaissent, que des femmes (ou des femelles c'est vous qui voyez). Verity enquête tout en essayant de se défaire du scotch appelé Dominic, trouve une nouvelle secte qui agit dans l'underground new-yorkais et découvre le scoop rêvé de tout cryptozoologue digne de ce nom...mais je ne vous en dirai pas plus ! 

Et Verity court toujours, son enquête, ses cours ou ses compètes, devant ou derrière Dominic, son taf au strip bar... et nous derrière, cette course devenant de plus en plus frénétique. Alors que je trouvais cette lecture fastidieuse au début, au final je me suis bien amusée et ne bouderai pas le plaisir de lire la suite de cette saga. Un très agréable divertissement.




mercredi 23 octobre 2019

Chez Decitre Grenoble ce jeudi: soirée de l'imaginaire avec ...



Par ordre alphabétique:


Jean-Laurent Del Socorro
Thibaud Latil-Nicolas
Olivier Boile


[ L'imaginaire prend le pouvoir ! ] 




Le mois d'octobre, pour la troisième année consécutive, est le mois de l'Imaginaire.

Pour fêter et agrémenter cette belle mobilisation, nous vous proposons une soirée spéciale en compagnie de trois auteurs coups de cœur :

-Jean-Laurent Del Socorro pour son roman Je suis fille de rage aux éditions ActuSF
-Thibaud Latil-Nicolas pour son roman Chevauche-Brumes aux éditions Mnémos
-Olivier Boile pour son recueil de nouvelles Et tu la nommeras Kiev aux éditions Nestiveqnen

Rendez-vous jeudi 24 octobre à partir de 19h30 !


(Oui, oui c'est demain, vous avez bien lu!)


mardi 22 octobre 2019

MOITIÉS D'ÂME de Anthelme Hauchecorne


CHRONIQUES DES CINQ TRÔNES


# 1 -  MOITIÉS D'ÂME



Gulf stream éditeur
525 pages
20 euros




L'avis express de Dup sur Moitiés d'âme de Anthelme Hauchecorne


Un Anthelme Hauchecorne au top de sa force, je me suis régalée (ahum...deux fois) avec ce récit !


L'AVIS DE DUP



Ce roman, j'ai mis un temps fou à le lire. Pourquoi ? Parce que en fait c'était une relecture, donc quasiment aucune découverte pour moi, à part les derniers chapitres. Et oui, ma mémoire de poisson rouge a encore frappé, et très fort pour le coup ! Quand j'ai entendu parler de cette sortie je me suis ruée sur les rangs des SP : un nouvel Anthelme Hauchecorne, je fonce ! La joie de recevoir un si beau livre, dédicacé en plus, et puis lecture, et là... Liutgarde, Rollon, mais je connais : j'avais fait partie des bêta-lecteurs !!! Rho la déception, c'est affreux à dire pour un roman qui m'avait beaucoup plu, mais voilà, j'attendais du nouveau. Je peux vous dire que je me suis traitée de tous les noms d'oiseaux, dame Phooka peut en attester...

Alors je l'ai mis de côté, pour laisser passer cet état d'esprit et repartir dans cette aventure dont je n'avais gardé en mémoire que les grandes lignes et absolument pas le titre !!! Et même s'il me manquait le moteur de la découverte, je n'ai pas boudé mon plaisir une seconde fois. Parce que je vous le dis tout de go, ce roman est génial et c'est (deux fois) un coup de coeur. Plonger dans cet univers plein de mägerie, de Faëes, le tout dans un décor hivernal somptueux, c'est du bonheur. Retrouver Liutgarde et Rollon, ce jeune couple qui voyage au sein d'une caravane avec d'autres acolytes, dont certains hauts en couleurs, encore du bonheur. Rien que les descriptions des différentes roulottes est un plaisir à lui tout seul. Vous en avez un aperçu sur la magnifique illustration de couverture que l'on doit à Tiphaine Rautureau

Alors, de quoi est-il question ? Et bien essentiellement d'amour. Oui, mais attention, c'est Anthelme Hauchecorne à la plume et je peux vous assurer qu'on est loin du long fleuve tranquille. Tout y passe dans cette passion, traîtrise, secrets, non-dits, jalousie et la confiance qui vole en éclat. En plus, nous avons droit à un triangle amoureux malsain et pas classique quand entre dans la danse Dame Hölle. C'est une Faëe aux pouvoirs toxiques, qui s'insinue dans leurs pensées, épie, discute, houspille, déverse son fiel et sa haine des humains. Et puis, parce que sinon, ce serait trop simple, nos deux amoureux ont un statut de fugitifs. Elle fuit un vieux mari tyrannique imposé et lui, ses maîtres de l'école de mägerie pour une raison que je vous laisse découvrir.

Dans un monde où le pouvoir est la magie, pardon, la mägerie, où celle-ci ne fonctionne qu'à deux, Anthelme Hauchecorne nous fait découvrir à sa façon les différents dysfonctionnements du pouvoir en fonction du type de relation qui existe entre chaque couple de mäges que nous croiserons. Franchement, c'est passionnant.

Et, précision non inutile, ce premier tome d'une tétralogie annoncée se suffit à lui-même. Quatre volumes pour ces Chroniques des Cinq Trônes... cela interpelle n'est-ce-pas ? Et bien je vous laisse découvrir pourquoi ! 

Tout dans cet ouvrage est de qualité. La couverture cartonnée, le signet, les illustrations (dessus, dessous, sur les côtés et dedans), le papier, la police d'écriture très recherchée et surtout, surtout, l'écriture elle-même. Toujours aussi riche, mais jamais avec excès. La proportion narration dialogue dosée pile poil comme il faut. Des personnages attachants, des dialogues enlevés, des situations souvent cocasses et pourtant il ressort de tout cela une réflexion caustique sur l'humanité dans laquelle on retrouve bien l'auteur. 

Classé en jeunesse parce que, soit, nos ados peuvent le lire, ce roman conviendra également à tout adulte consentant -entendez par là, ayant quelques affinités avec les lectures de l'imaginaire. Si c'est votre cas, foncez, vous ne le regretterez pas. Il vaut largement son prix.

lundi 21 octobre 2019

UN PALAIS DE GLACE ET DE LUMIÈRE de Sarah J Mass


Tome 4: Un palais de Glace et de Lumière



Editions La Martinière J.
15 euros
336 pages
Parution: 03/10/2019




☇ L'avis éclair de Phooka sur Un palais de glace et de lumière de Sarah J. Mass ☇


Quatrième tome, quatrième coup de coeur !
Ça se passe de commentaires, non?









Alors celui-là, à peine arrivé, immédiatement lu.
Si vous suivez ce blog, vous savez que je suis totalement sous la charme de l'écriture de Sarah J. Mass et de cette série en particulier. Dès l'annonce de la sortie de ce nouvel opus, je trépignais, dès réception j'ai abandonné toute autre lecture pour me plonger dedans.
Une fois de plus je me suis régalée.

Un an s'est écoulé depuis la fin de la guerre, la paix est bien fragile et les blessures nombreuses et profondes. Des blessures physiques, des blessures morales, la guerre a laissé de profondes traces. Même Velaris a été durement touchée et beaucoup de quartiers de cette magnifique cité ont été détruits. Tout est à reconstruire: les corps, les villes et les âmes. Ce sont d'ailleurs sans doute ces dernières qui sont les plus difficiles à guérir. Chaque personne, chaque habitant a vécu un traumatisme: maisons détruites, membres de la famille tués. 
La guerre a été terrible.
Pour Rhys et Feyre aussi le retour à la paix est difficile. Ils doivent gérer cette paix si fragile, se réconcilier avec d'anciens ennemis et surtout gérer leurs proches. Car si Feyre et Rhys peuvent faire face à deux, ce n'est pas le cas des gens qui les entourent: Lucien, Cassian, Mor, Az, Elain ... Tous essayent de vivre au mieux avec leurs blessures. Et puis il y a Nesta ...

Je vais être honnête: j'ai eu un peu peur lorsque j'ai entamé ma lecture. La guerre était finie non? Tout semblait réglé ... du moins à peu près. A tel point même que je n'étais pas sûre qu'il y ait une suite. Mais alors que je m'attendais à un tome un peu plus "mou", à des redites, je me suis pris ce roman en plein dans la tête.
Waouh, elle en a encore sous le pied Sarah J. Mass !! C'est le moins qu'on puisse dire.
Elle arrive à rendre les situations de paix (précaire certes, mais paix quand même) tout aussi passionnantes que les situations de guerre. Et s'il n'y a pas de combats à coup d'épées ou de haches, il y en a d'un tout autre type. Et c'est tout aussi passionnant.

Gérer la paix avec les Illyriens n'est certes pas de tout repos, se retrouver face à face avec Tamlin est un challenge, mais le plus difficile pour Feyre et Rhys c'est de gérer leurs proches. Feyre doit faire accepter leur sort à ses deux soeurs et celles-ci ne sont pas faciles ... Nesta en particulier, dont le comportement est totalement irrationnel au grand damne de Cassian. Tout s'entremêle et c'est un immense puzzle que Feyre doit essayer de reconstruire. Clairement, il lui manque des pièces ...

Bon je ne vais pas vous baratiner pendant des pages. A quoi bon ... Ce quatrième tome est une tuerie, comme les trois précédents (et comme le prochain vu les deux premiers chapitres que j'ai lu ...). Quatrième tome, quatrième coup de coeur ! Ça se passe effectivement de commentaires, non?

Sarah J. Maas sur Bookenstock:







vendredi 18 octobre 2019

Le prochain Giebel est pour le 21 novembre 2019 [Sortie]



CE QUE TU AS FAIT DE MOI

KARINE GIEBEL





Sortie le 21 novembre 2019


Déjà l'annonce d'un nouveau Giebel me fait frétiller d'impatience, mais après avoir lu ce résumé, je n'en peux déjà plus d'attendre. Mon Dieu que ça promet !!!

Le résumé :



Personne n'est assez fort pour la vivre.
Personne n'est préparé à l'affronter, même si chacun la désire plus que tout.
La passion, la vraie...
Extrême.
Sans limites.
Sans règles.


On se croit solide et fort, on se croit à l'abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n'y tombera. Pourtant, il suffit d'un seul faux pas. Et c'est l'interminable chute.
Aujourd'hui encore, je suis incapable d'expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j'avais plongé seul...


Cette nuit, c'est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d'interrogatoire. Que s'est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?

Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l'un après l'autre, sans aucune pitié.


Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu'elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?

Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d'effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin.


La passion selon Karine Giebel... conduit forcément à l'irréparable.


jeudi 17 octobre 2019

ERAGON Légendes d'Alagaësia Livre I de Christopher Paolini


La fourchette, la sorcière et le dragon
Légendes d'Alagaësia - Livre I


Editions Bayard Jeunesse
15.90 euros
314 pages




☇ L'avis éclair de Phooka sur le livre I des Légendes d'Alagaësia de Christopher Paolini ☇



Lire ces légendes c'est se replonger dans le monde d'Eragon et y retrouver des héros qu'on a aimé. Une vraie cure de jouvence.







Trois récits composent cet ouvrage, trois histoires qui font suite au dernier tome de l'Héritage et qui permettent de retrouver quelques-uns des personnages de la quadrilogie.

L'action se situe un an après la chute de l'empire et si Galbatorix a été vaincu, tout n'est pas pour autant résolu. Eragon se noie dans le travail, ne sachant plus où donner de la tête. Son but: recréer une école pour les futurs dragonniers. Pour cela, il a trouvé l'endroit idéal, mais la quantité de travaux à faire est gigantesque. Ce lieu devra bien sûr être un centre de formation pour les futurs dragonniers, mais aussi protéger les oeufs et les nouveaux dragons qui vont naître. Sans compter bien sûr qu'il doit être un abri pour les EldunarI qui renferment l'âme des anciens dragons. Pour parvenir à entreprendre ces travaux de titan, Eragon doit faire collaborer Nains, Elfes, Humains et autres Urgals, ce qui n'est pas non plus une mince affaire. Alors Eragon travaille d'arrache-pied, ne prenant quasiment pas de repos et Zafira (Saphira) commence à s'en inquiéter. Alors pour essayer de distraire un peu son dragonnier elle va l'envoyer voir les EldunarI.

Ainsi commence la première histoire: La fourchette. Les EldunarI permettent à Eragon de visionner un petit évènement qui se passe dans une auberge lointaine. Là, la fille de l'aubergiste rencontre un mystérieux voyageur qui attend un marchand pour faire un échange. Pendant l'attente, la gamine va raconter son histoire au voyageur, puis elle va se retrouver bien malgré elle mêlée au grabuge qui suivra ...

Dans le deuxième récit, on retrouve Angela et Solembum, son chat-garou. Un vrai plaisir de retrouver ces deux-là, Angela toujours aussi excentrique et imprévisible a décidé d'écrire ses mémoires ... On va ainsi y retrouver Elva (cette gamine que Eragon a malencontreusement béni ...) dont le destin reste toujours aussi sombre.

Pour le troisième opus, c'est cette fois un Urgal qui va raconter à Eragon un mythe de son peuple. Comment un village a été dévasté par un dragon, comment une gamine a survécu et comment elle et tout son village sont resté dans leur vallée à vivre sous l'oeil du dragon qui s'était installé sur un pic montagneux au dessus d'eux ...

Alors effectivement, le récit de l'épopée d'Eragon ne progresse pas d'un pouce. Il n'est le héros d'aucun des trois récits, il n'en est que le récipiendaire. A travers ces contes, on apprend à connaître un peu plus le monde d'Alagaësia et surtout on se replonge dans cette formidable aventure. Je comprends que beaucoup aient été déçus, pensant sans doute y trouver un tome 5, mais il n'y a rien de cela dans ce premier tome des Légendes d'Alagaësia. Juste trois récits, qui pour ma part m'ont ravie, que j'ai dévoré comme une friandise, le temps d'une ou deux soirées. Juste pour le plaisir.

Retrouver ces personnages, ce monde est effectivement une sorte de cure de jouvence dont il ne faut pas se priver. Mais il ne faut rien en attendre de plus au risque effectivement d'être déçu.  Pour ma part je n'avais pas beaucoup d'attente envers ce livre, pensant que c'était juste un moyen de surfer sur le succès "Eragon" et pour ma part la surprise a été bien agréable et ma lecture a largement dépassé mes attentes, ce qui le met dans les coups de coeur!

De plus, ces trois récits sont publiés dans un magnifique écrin. Reliure et papier de qualité, c'est un objet d'art que les éditions Bayard nous met entre les mains. 







mardi 15 octobre 2019

DRAGON & POISONS de Bauthian et Morse


Editions Drakoo
Parution: 02/10/2019
14.50 euros
46 planches





Bienvenue à Pâmoison. Jolie cité, où il fait bon vivre ...non en fait pas du tout, Pâmoison est une cité où tout se règle à coup de poison. Les duels font fureur et les rues sont jonchées de cadavres. Sympa ... 

Là, vivent nos trois héros: Nevo un médecin au comportement pas toujours très net, Natch une ingénieure bricoleuse de génie et Greyson un grand guerrier qui n'a peur de rien. Ces trois-là sont amis, enfin presque, c'est-à-dire qu'ils sont amis sauf si ils décident de se trahir mutuellement. Leur idée du moment: aller jusqu'au puits des souhaits pour y affronter le dragon. C'était censé être une collaboration. Du moins à l'origine ...

Un scénario qui va à toute allure, de l'inventivité et de l'humour, le tout servi par un dessin plein de pep's, que demander de plus (à part la suite évidemment ...) ?




Dragons & Poisons est une superbe BD, au scénario sacrément bien ficelé qui réserve son lot de surprises. La révélation finale ouvre un nombre de portes incroyable pour la suite du récit. Quelle ne fût pas ma déception de voir que cette "série" ne comptera que 2 tomes. Ça explique le seul défaut que je trouve à cet ouvrage: son incroyable richesse.

Oui son incroyable richesse en arrive à être presque un défaut. Cette inventivité sans limite de la part de l'auteur doit rentrer dans les 46 planches qui composent cet album.  Or, toutes ces idées auraient tellement méritées d'être détaillées et explorées dans tous leurs moindres détails que ça en est -presque- frustrant pour le lecteur.

Du coup, on revient en arrière, on imagine, on rêve, on se pose des questions. Tous les non-dits et les possibles sont juste fabuleux.

La pompon, c'est que le dessin lui même foisonne de détails. Au même titre que le scénario, il est d'une telle richesse qu'on y revient, on scrute. Le monde créé par l'auteure et la dessinatrice aurait  tellement mérité d'être approfondi.

Mais quelle idée de ne faire que deux tomes !!!! Il y a matière à tellement plus.

Bon je râle mais en fait, j'adore. C'est juste que je suis gourmande et que les ingrédients, aussi bien au niveau du scénario que du dessin, auraient pu donner lieu à une grande saga.

En l'état, Dragons & Poisons est une super BD, agréable, fun, pleine de suspense et de révélation.

Et drôle en plus. Tenez, prenez l'exemple du dragon qui peste parce qu'on le dérange "encore":

"Non, mais quand on est éternel, deux glands tous les vingts ans, c'est souvent."

Non, vraiment tout y est, un coup de coeur, mais s'il vous plaît vous pouvez la faire un peu plus longue cette série?






lundi 14 octobre 2019

LES RÉVÉLATIONS de Michel Zajdenberg






Vérone Éditions
478 pages
22 euros





L'avis express de Dup sur Les révélations de Michel Zajdenberg


Une donne de départ originale, une intrigue bien menée mais qui ne tient pas la route jusqu'au bout. Dommage !


L'AVIS DE DUP




Une fois n'est pas coutume, j'ai accepté de lire un livre venant d'une maison d'édition à compte d'auteurs, d'un parfait inconnu cela va sans dire (encore que aujourd'hui...). Qu'est-ce-qui m'a fait dire oui à celui-ci et non à tous les autres ? Juste le mail de sollicitation émanant du fiston de l'auteur. Le ton du mail surtout. Est-ce que je regrette ma mansuétude ? Oui... et non.

Oui parce qu'on retrouve tous les écueils des auto-édités, et ils sont nombreux... mise en page, fautes, lourdeur des métaphores, répétitions, etc.

Non, parce que je me suis retrouvée ferrée par cette histoire que nous déroule l'auteur. Du jour au lendemain, plus personne ne peut dormir. Pire, même les anesthésies échouent. Seuls les mineurs de moins de 16 ans sont épargnés. Voilà la donne de départ. À partir de ça, Michel Zajdenberg nous fait suivre d'une part une équipe de l'hôpital John Hopkins de Baltimore qui cherche une solution médicamenteuse au problème. D'autre part, une autre équipe qui va se former autour d'un somnologue (si, si 😃) parisien sollicité par le président français himself.

Le roman est découpé en trois parties, la première servant à découvrir les personnages et ils sont nombreux, mais aussi à planter le décor et découvrir les conséquences de la donne de départ. Le seconde concerne les recherches frénétiques de chaque côté de l'Atlantique. Aux USA, ils s'acharnent à trouver une molécule salvatrice tandis qu'en France ces recherches plus qu'intuitives de notre charlatan somnologue suivent la piste de la disparition simultanée de nombreux autistes graves. La troisième partie sera la convergence de ces deux équipes manipulées par un mystérieux "Maître" pour avoir le fin mot de l'histoire et recevoir ces fameuses Révélations.

Bon, j'ai bien apprécié les deux premières parties, beaucoup moins la dernière que j'ai trouvé disons, capillotractée. L'univers pour le moins chaotique qui découle du manque de sommeil est super bien décrit, passionnant, stressant à souhait, et surtout réaliste. La construction en alternance fait bien son office de moteur de lecture, savamment entretenu par l'auteur qui finit chaque chapitre par un mini-cliffhanger bien trouvé. Il nous tient en haleine véritablement, et j'ai dévoré ces deux tiers du bouquin en vraiment peu de temps. Mais j'avoue avoir décroché dès la première rencontre avec le "Maître" qui dès l'âge de 2 ans manie les équations mathématiques les plus trapues...entre autre. Nos équipes de chercheurs partent donc rejoindre le Maître et j'avais l'impression de suivre deux colos qui partent en vacances version Les bronzés. Les situations sont rocambolesques et bien peu réalistes.

Bref, je n'ai pas du tout aimé ce dernier tiers alors que j'avais jusque là été emballée. C'est franchement dommage ! Je ne peux que vous laisser faire votre opinion par vous même.




jeudi 10 octobre 2019

KING OF SCARS de Leigh Bardugo





Éditions Milan
520 pages
17,90 euros




L'avis express de Dup sur King of Scars de Leigh Bardugo


Que se cache-t'il derrière cette superbe couverture ?
Un superbe texte !





L'AVIS DE DUP




Je suis devenue une fan inconditionnelle de Leigh Bardugo. Son univers, le Grishaverse, est tout simplement énorme, et le découvrir en profondeur tome après tome est un vrai plaisir. De plus ce nouveau diptyque, King of Scars, va mettre en avant Nikolaï, le roi écorché, un personnage que j'avais beaucoup aimé dans Grisha (vous trouverez les liens en fin de chronique).

Mais avant toute chose, vous voudrais vous informer qu'il ne faut absolument pas découvrir Leigh Bardugo par ce dernier livre car il spoile aussi bien Six of crows que Grisha, et ce serait vraiment dommage pour vous, car l'essayer c'est l'adopter, forcément !

Dans ce nouveau roman l'autrice va adopter deux arcs narratifs différents qui ne se croiseront pas du tout dans ce premier tome, mais forcément dans le second car ils concernent tous les deux l'avenir de Ravka. Le premier rassemble Nikolaï et Zoya, devenue Générale de la seconde armée, qui cherchent une solution pour débarrasser le roi de son monstre embarqué, tout en tentant de sauver Ravka d'une guerre imminente. Le second concerne Nina qui se trouve à Fjerda avec deux autres grishas et qui ont pour mission secrète de repérer les grishas fjerdans opprimés par les croyances de ce peuple du grand nord. Peuple qu'elle connait bien notre Nina pour avoir aimé à la folie son Matthias.

Retrouver ainsi trois personnages secondaires des séries précédentes au devant de la scène n'est que du bonheur. Surtout Nikolaï et Nina, parce que Zoya, c'est Zoya quoi...
- Nikolaï a toujours bon fond, un poil trop peut-être pour gouverner un pays au bord du gouffre, mais il est secondé par l'intransigeante Zoya. Ce qui me plait le plus dans ce personnage, c'est son humour et sa répartie, en toutes circonstances. Il manie à merveille l'autodérision également et en aura recours bien souvent "grâce" au monstre logé en lui, semé là par le Darkling.
- Nina, c'était déjà un personnage fort dans Six of crows. On la retrouve avec ses blessures profondes, elle n'a toujours pas fait le deuil du décès de Matthias. Elle a accepté cette mission dans le but de ramener le corps de ce dernier dans son pays natal. Mais les injustices qu'elle découvre sur place vont prendre le pas sur son malheur et on retrouve petit à petit la Nina effrontée, têtue. Une grisha puissante, même si son pouvoir a changé à cause de la drogue, le jurda parem. Obstinée et intelligente, elle mettra tout en oeuvre pour sauver les grishas.
- Et enfin, je garde le meilleur pour la fin, Zoya. Zoya, une véritable peste dans Grisha, une traître qui plus est, je l'avais trouvée plus qu'antipathique. Leigh Bardugo nous la montre toujours aussi rigide et sèche en lui prêtant une répartie cinglante, mais qui fait mouche à chaque fois. Et puis, petit à petit, avec l'aide de nombreux flash-back, elle creuse sa psychologie intime. On apprend à mieux la connaître, puis à la comprendre et enfin à l'aimer vraiment très fort. Quel personnage ! Elle éclipse même les deux autres et je n'ai qu'une hâte la retrouver.

Voilà, j'ai vraiment TOUT aimé dans ce roman et en AURAIT fait un ÉNORME COUP DE COEUR s'il n'y avait pas eu les deux dernières pages qui clôturent ce volume. L'autrice nous a pondu un vrai coup de théâtre, que je dois avouer on ne voit absolument pas venir, mais que je trouve complètement WTF ! Rhaaa que c'est nul cette fin, pourquoi, mais pourquoi cette solution trop facile !  Deux pages qui gâchent tout, allez dame Bardugo, on gomme ça et on recommence s'il-vous-plait !
Je trépigne néanmoins pour lire la suite malgré tout, même si je crains qu'on finisse par tourner en rond...


Leigh Bardugo sur Bookenstock :


GRISHA


SIX OF CROWS


mardi 8 octobre 2019

TIME BOMB de Joelle Charbonneau





Editions Milan
15.90 euros
280 pages
Parution: 19/08/2019


☇ L'avis éclair de Phooka sur Time Bomb de Joelle Charbonneau ☇


Du  bon et du moins bon. Un roman qui se lit vite mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable.




De Joelle Charbonneau Dup et moi avions lu tous ses romans sortis en français (voir liste à la fin de cette chronique) et nous nous étions régalées, donc aucune hésitation à se lancer dans la découverte de son petit dernier , Time Bomb, malgré une impression de déjà vu.

De fait le postulat "lycée en crise, ados bloqués dans un huis-clôt avec un coupable parmi eux" n'est pas un concept original, loin s'en faut. Le récent "Qui ment fleurtait avec le même sujet avec talent. Le coup de génie de Joelle Charbonneau est de présenter la situation à l'envers. En effet, jusqu'à présent le scénario de ce genre de roman commençait par une journée ordinaire au lycée, un évènement puis le fameux huis-clôt dans lequel le lecteur découvre petit à petit les protagonistes du récit, chacun semblant plus innocent que son voisin.

Dans Time Bomb, le recette est inverse. L'auteur nous convie d'abord à découvrir les six adolescents qui seront les héros de ce récit. Un chapitre par personnage à la fin duquel le lecteur apprend que celui-ci part au lycée dans l'idée de faire un coup d'éclat. Six personnages, six coupables potentiels avant même que quoi que ce soit n'arrive au lycée. Alors quand la première bombe explose, ils sont tous forcément suspects. Chacun a ses raisons, chacun a envie ou besoin de "faire quelque chose" au lycée. Mais ce quelque chose n'a pas la même signification dans la tête de chacun: depuis le tag ...jusqu'à la bombe.

Le début du roman augurait d'une bonne lecture. Six coupables potentiels, six raisons de poser des bombes. La première bombe explose, le chaos et petit à petit les six adolescents vont se rejoindre pour le fameux "huis-clôt". Oui mais voilà, ça ne marche pas. Pourtant je trouvais l'idée de les présenter comme potentiels terroristes dès le départ, vraiment intéressante, mais les interactions entre les six m'ont laissée de glace. Alors que Joelle Charbonneau nous faisait adorer Cia dans Elite, elle ne réussit pas ici à nous faire partager les motivations de ses personnages. Oui, on lit le roman et oui on a envie de savoir qui est le "vrai" coupable et pourquoi. Et oui encore, on veut apprendre comment tout cela va se finir et qui va s'en sortir et comment. Mais il manque quelque chose. Une âme au roman.

Time bomb est un roman qui se lit jusqu'au bout, par curiosité, pour connaître le dénouement. Il joue bien son rôle de thriller ado. Un chapitre par personnage, le rythme est frénétique. Chacun est venu au lycée pour une bonne ou plutôt une mauvaise raison: faire quelque chose qui fera date. Mais qui est celui ou celle qui a décidé de le faire sauter ? La question reste en suspend pendant une bonne partie du récit.  Cependant, on ne peut s'empêcher d'en ressortir un peu déçu. Le manque d'intérêt réel vis à vis des différents protagonistes du récit réduit l'impact des révélations. Et si le roman se lit jusqu'au bout, il ne restera clairement pas dans ma mémoire. Dommage, il ne manquait pas grand chose pour en faire un thriller très réussi.


Joelle Charbonneau sur Bookenstock:


lundi 7 octobre 2019

LA PIERRE DU CHAOS Tome 1 de Gabriel Katz et Stéphane Créty [BD]



Tome 1 - Le sang des ruines




Éditions Drakoo
48 pages
14,50 euros
Parution octobre 2019


ou sinon, vous pouvez le lire ci-dessous en agrandissant ma photo


J'adore cette illustration ! 
Vous voyez là la région d'Enoch où sont envoyés Navel et Araes...



L'avis express de Dup sur La pierre du chaos T1 de Gabriel Katz


Les Éditions Drakoo poursuivent leur route avec ce deuxième album, un récit de pure Fantasy, de la vraie, jouissive, à la sauce Katzienne !



L'AVIS DE DUP



Rholala qu'est-ce-que j'ai adoré cette BD ! Du Katz pur jus, servi par un illustrateur du tonnerre, Stéphane Créty. Ça dépote, et pas toujours dans la dentelle, c'est gore mais c'est beau. 

Des doigts volent...


Des têtes aussi !




J'ai entendu et lu, ça et là, un parallèle entre l'Empire romain et l'invasion des Goths, des Huns, etc...Mais non, pas du tout, c'est un empire katzien, point à la ligne. Ce n'est pas parce qu'ils portent une cape rouge, un plastron lustré et un casque surmonté d'un balai-brosse qu'il faut en faire des romains !





Juste des guerriers. Une armée de guerriers disciplinée. Et on en parle de la formation des jeunes recrues ? Oui celles qui se croyaient envoyées dans un endroit planqué.. Tout dans la finesse, outch... pauvres Navel et Araes !



Navel, c'est le gentil. Il est là parce que c'est son devoir, mais il se languit de sa jeune femme enceinte qu'il a laissé à la capitale Xénia. 
Araes, c'est la grande gueule, celui qui ne peut pas s'empêcher de la ramener. Un personnage comme les affectionne Gabriel Katz. On sent même l'humour, la répartie refrénée par les contraintes d'un scénario court, à ciseler sévère. Il lui manque les tatouages dans le dos et je vois le Desmeon de Aeternia moi ! 

Et vos Huns, vos Goths, mais non, c'est juste les affreux, et purée, il sait bien les dessiner les affreux sieur Créty !!! Vous en avez quelques exemples sur la couverture, mais là ils sont calmes, faut pas les fâcher. Et puis il y a aussi les mages, les magiciens, les sorciers, appelez les comme vous voulez. Eux aussi ils ne sont pas beaux, mais pourtant, parmi eux il y a la petite Enarya... pas affreuse pour le coup. J'attends beaucoup d'elle dans les tomes suivants. "La renvoyer à ses casseroles" qu'ils disent... mouahaha, ils ne connaissent pas les personnages féminins de m'sieur Katz !

L'artefact qui se déclenche... là aussi ça dépote ! On entrevoit à peine les conséquences à long terme. A court terme elles sont... euh spectaculaires !!! Mention spéciale à Leonardo Paciarotti pour la colorisation de cette BD d'ailleurs ! 




Et c'est Gabriel Katz à la plume n'est-ce-pas ? Alors, devinez comment ce tome se finit ? Avec un cliffhanger bien sûr !!! Non pas ça ! Rhaaaa !... À moins que... à moins que sous l'agnelle se cache la furie, allez savoir avec cet auteur !!!

J'ai A-DO-RÉ
FONCEZ !!!




Deux petites encore, pour le plaisir des yeux parce que ces dessins sont splendides !