lundi 6 décembre 2021

L'ÉTRANGE HISTOIRE DE BENJAMIN BUTTON de Francis Scott Fitzgerald

 


Éditions Actusf
Collection Graphic
121 pages
20 euros




L'avis express de Dup sur L'étrange histoire de Benjamin Button de Francis Scott Fitzgerald

Une idée de génie fort mal exploitée à mon goût, mais fort bien illustrée en revanche !


L'AVIS DE DUP...

Ma foi, une Dup bien embêtée pour trancher !
Pour Naïky et pour Actusf c'est indéniablement


Pour Francis Scott Fitzgerald c'est plutôt




Alors démarrons par ce qui fâche : cette étrange histoire ! Parce que oui, le pitch est quand même assez génial. Cet homme qui nait vieillard et qui va rajeunir au fil du temps qui passe. Oui, je sais, tout le monde a déjà vu le film, mais pas moi... comme d'hab dirai-je ! Alors je me suis dit que j'allais pallier à cette lacune en lisant ce roman. 

Bon, en fait de roman, il s'agit là d'une nouvelle, pire, d'une petite nouvelle, lue en même pas 1/2 heure. Frustration, déception énorme. Mais même en faisant abstraction de ce point qui me fâche à chaque fois, le texte en lui même m'a paru bien creux. Passé la surprise de cette naissance, de la rencontre du père avec son fils de 70 ans, et de ces premiers instants de vie... le reste est un défilement rapide de périodes clés qui mettent juste en évidence le décalage que va subir Benjamin. 

Son intérêt pour les femmes nait à 55 ans, il en a 50 lorsqu'il épouse sa femme de 30 ans. Ils sont en phase pendant une dizaine d'années, chacun ayant alors la quarantaine. Puis le rapport d'âge s'inverse. Il part alors trois années à la guerre où il s'illustre, pour s'occuper...

Il aura eu un fils, qui au fil des ans deviendra un copain du même âge, puis... il deviendra une gêne pour ce dernier. Il s'ennuie, reçoit un courrier pour retourner à la guerre, promu au grade de Général...il a alors l'âge d'un pré-ado.

La scolarité à l'envers aussi était un thème que j'aurai apprécié d'être creusé, mais tout est survolé en fait, même la psychologie du personnage principal. Alors les secondaires que l'on croise brièvement sont vraiment pâles. Réussir à s'ennuyer sur une demi heure de lecture ne m'était jamais arrivé !

Mais heureusement, cet ouvrage est parsemé d'illustrations toutes plus belles les unes que les autres. Les personnages croqués par Naïky sont bien plus expressifs que ceux du texte de l'auteur.

Je vous mets là celles que j'ai préférées, ce sont des crayonnés. (Désolée pour la qualité des photos, mais d'une main, l'autre essayant de tenir le plus à plat l'ouvrage... c'était compliqué !)


le "bébé" pas très ravi de son alimentation...


Le père de Benjamin à la maternité


La rencontre avec sa femme


Le Général donnant des ordres au Colonel à cheval :)


L'étrange histoire de Benjamin Button est un ouvrage superbe, de petit format, cartonné sous jaquette. 
Chaque début de chapitre est illustré d'une horloge qui remonte les heures.



Je ne sais que dire en conclusion. Francis Scott Fitzgerald ne marque pas des points dans mon estime... Je suis déçue par ce texte, mais en même temps contente d'avoir enfin découvert cette Étrange histoire de Benjamin Button. Et surtout je suis ravie d'avoir découvert Naïky, une illustratrice de talent et de posséder ce recueil, un peu comme un artbook ! 


dimanche 5 décembre 2021

Bilan spécial IMAJN'ÈRE

 

Et pour cette occasion, une Dup au clavier qui prend la place de Bookenstock. Il va râler dimanche prochain, c'est sûr !

Voilà un salon que je rêvais de faire depuis des années, sauf que traverser la France depuis mon Jura sur un weekend démarrant le samedi midi, c'était impossible. Mais voilà, c'est fini tout ça, vive la retraite ! Bon, je ne vous cache pas que c'était aussi et surtout l'occasion d'aller rendre visite à mes deux filles désormais angevines.

Et puis le salon des Imaginales n'était pas loin, j'y avais déjà fait un bon "plein". Sauf que je n'avais pas pu y approcher ni Estelle Faye, ni Floriane Soulas. C'était la bonne occasion, et pour être sûre d'être tranquille, avant la horde de fans qui ne manquerait pas, moi je suis venue à l'ouverture, le samedi matin.

Mes amis, quel cadre pour ce ImaJn'ère 2021 !!! C'est beau, même sous la pluie glaciale !



Et c'est encore plus magnifique à l'intérieur 😍



Un petit tour vite fait des lieux, pour repérer. Le stand Argyll un peu isolé, à droite du grand carré. À gauche la brochette d'auteurs que je cherchais : Emmanuel Chastellière, Estelle Faye, Floriane Soulas, Jean-Laurent Del Socorro, Roxane Dambre. L'autre côté les polardeux avec Laurent Whale. Il m'a donné l'impression d'avoir été puni d'avoir écrit un polar :))

C'est lui que je vais voir en premier, pour une dédicace de son Skeleton Coast. Et j'oublie de prendre une photo ! Ça commence bien... Pourtant j'avais de quoi dire, il a coupé ses longs cheveux 😳

J'attaque ensuite le côté fantasy.
Emmanuel Chastellière :
J'avais gardé Shusharrah pour Angers, aux Imaginales il m'avait dédicacé Célestopol 1922.



Estelle Faye, à qui j'ai apporté mon magnifique Reflet de lune avec Chet ♥♥♥. On a bien papoté, de suite éventuelle avec Chet, de Widjigo et ce virage fait dans un genre nouveau, du prochain éventuel toujours dans la même veine. Et je lui ai pris son dernier jeunesse, l'Arpenteuse des rêves. (Derrière Estelle, en pleine conversation avec Emmanuel se trouve Camille Leboulanger)


La suite de la brochette fantasy avec en premier plan tous les livres d'Estelle Faye.


Pouvoir enfin approcher Floriane Soulas, ni assaillie, ni cachée derrière une pile énorme de ses Oubliés de l'Amas comme c'était le cas aux Imaginales. Lui en prendre un, même si c'est de la SF, juste parce qu'Estelle en a tellement bien parlé lors de sa sortie. Et même qu'elle en a remis une couche juste avant :))


J'ai papoté cinq minutes avec Jean-Laurent Del Socorro dont j'ai tout lu, tous dédicacés, sauf ses Chevaliers de la tartiflette, un peu trop jeunesse pour moi.


Puis Roxane Dambre n'étant plus à son poste, je suis repassée de l'autre côté du carré pour aller voir Xavier Dollo, alias Thomas Geha. Avouez que j'ai gardé le meilleur pour la fin 😊 Et puis j'avais une demi-dédicace à récolter 😁



J'adore 😍😍😍


Et voilà, +2 dans ma PAL





Bilan sympa pour un dimanche non 😎



samedi 4 décembre 2021

Bilan et fin du mois de MORGAN OF GLENCOE

 


Un grand merci à Morgan pour sa présence et sa disponibilité ! Merci aussi d'avoir bien voulu nous dévoiler sa "carte trop moche" mais ô combien éclairante sur son univers : Keltia, la Triade et le reste du monde. Tiens, pour la peine, je la remets ! Les explications se trouvent en fin de l'ITV 2.


Merci à tous les participants !

Bilan donc :

  • L'interview participative de 7 pages :


  • Les chroniques découlant du partenariat :



Ramettes (hors partenariat)









Et Morgan nous remercie tous avec un superbe cadeau, ses propres notes de musique. Cliquez ;)




vendredi 3 décembre 2021

KUSHIEL tome 1 de Jacqueline Carey

 

#1
La marque



Editeur : Milady
Collection : FANTASY
Parution : 24/01/2014
Nombre de pages : 840
12.90 euros












☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 1 de Kushiel  ☇



Un récit de fantasy très très dense mais passionnant et immersif.




L'AVIS DE PHOOKA:





Une fois de plus j'arrive après la bataille (mon petit nom c'est "cavalerie" ...). Je découvre enfin la série Kushiel en commençant par son premier tome (si,si ..) La marque. Et contrairement à certaines personnes que je ne nommerai pas (coucou Dup), moi je prends l'histoire dans l'ordre chronologique.

J'apprends donc à connaître Phèdre Delaney, cette servante de Naamah, abandonnée par sa mère, élevée pour donner du plaisir et que Delanay a pris sous la coupe pour en faire une arme d'une efficacité redoutable. Son intellect allié à sa qualité de descendante de Kushiel va en faire une femme hors du commun, dont le destin va être lié à celui de plusieurs royaumes. En cela, elle recevra l'aide de deux hommes peu ordinaires eux aussi. Hyacinthe, prince des voyageurs qu'elle rencontre étant gamine et qui va rester son ami de toujours et peut-être même plus. Et Joscelin. Bon sang, Joscelin. Quel personnage! Ce servant de Cassiel, une sorte de prête combattant est un héros d'une force peu commune. Dès sa première apparition il marque le lecteur et pendant tout ce récit, j'ai tremblé pour lui. Son courage, sa loyauté et finalement son amour en font un personnage d'une grandeur époustouflante et un martyr en puissance. Pauvre Joscelin, sa vie ne sera pas facile, mais pas plus - ni moins- que celle de Phèdre ou de Hyacinthe.

je ne vais pas m'étendre sur le récit lui même. Déjà parce que Dup l'a très bien fait dans sa chronique, mais aussi -et surtout- parce que le contexte politique est tellement complexe que si je commence à vous l'expliquer ici, ma chronique va être longue et confuse. Parce que soyons honnête, si j'ai adoré ce premier tome c'est vraiment pour la force et la richesse des protagonistes principaux. Leurs destins sont juste incroyables et passionnants. Par contre, il faut reconnaître que le contexte politique et géopolitique est d'une complexité telle que parfois j'étais larguée. Heureusement, un peu à la façon du Trône de fer, la mortalité est élevée et le panel de personnages se réduit rapidement rendant le récit plus fluide. Et puisque j'en suis aux défauts, il y a aussi cette propension un peu élevée parfois à répéter plusieurs fois les mêmes choses, ce qui alourdit considérablement le texte. 

Alors, ne vous méprenez pas, j'ai a-do-ré! Et je lirai la suite avec plaisir ... mais pas tout de suite, parce que ce pavé m'a pris 2 semaines et ça fait beaucoup, j'ai besoin de souffler. J'explique juste ici pourquoi je n'en fait pas un coup de cœur alors que pourtant tellement j'ai aimé suivre Phèdre, Joscelin, Hyacinte et tous les autres que j'enrage de ne pas pouvoir le faire. Le roman aurait sans aucun doute gagné à être un peu allégé pour le rendre plus digeste. Quel dommage.

Si vous avez l'occasion de le lire, ne vous laissez pas décourager par le contexte si complexe. Insistez ! Vraiment ! Il en vaut la peine. Vos efforts seront récompensés. Vous n'oublierez pas ces personnages de sitôt. 

Les autres romans de la série:



jeudi 2 décembre 2021

L'ABOMINABLE de Dan Simmons [Audio]

 



Lu par : Matthieu Dahan
Durée : 25 h et 37 min
Éditeur : Audible Studios






L'avis express de Dup sur L'abominable de Dan Simmons

Un récit d'une incroyable richesse, passionnant, profond et angoissant.
Tout pour plaire !


L'AVIS DE DUP


Je suis restée longtemps sous le choc émotionnel que m'a procuré cette écoute. Allier le conteur exceptionnel qu'est Dan Simmons à mon narrateur préféré de tous les temps, j'ai nommé Matthieu Dahan, est une expérience fabuleuse. Même l'interruption de plus d'un mois au milieu de cette écoute ne m'a pas fait perdre une miette du récit. J'ai replongé dedans, mon cerveau branché exactement là où j'avais arrêté !

Dan Simmons nous raconte l'aventure de Jake Perry sur sa conquête du toit du monde, l'Everest, en le laissant narrateur. Début du XXème siècle, entre les deux guerres plus précisément, Jake est alors un jeune étudiant d'Harvard, mais déjà un alpiniste chevronné. Il va nous conter comment il a été approché, lui et son ami français Jean-Claude alpiniste et guide de montagne de Chambéry, par Richard Deacon, dit "le Diacre", un lord anglais pour envisager l'ascension.

Sauf que depuis la débâcle de l'expédition de George Malloy de l'année précédente qui s'est soldée par plusieurs morts, des disparus et qu'en plus on ne sait même pas si le sommet a été atteint ou même si un record a été établi, le Tibet a fermé ses frontières et refuse l'accès de sa montagne sacrée. C'est donc clandestinement qu'ils vont s'en approcher, avec pour mission de retrouver le corps d'un des disparus. Mais ne nous leurrons pas, ils ont tous derrière la tête le secret espoir de le vaincre ce terrible mont, même si leur exploit ne sera jamais ni reconnu, ni validé. 

Je ne sais combien de pages fait ce roman, ce doit être un pavé au vu des 25 heures et quelques d'écoute. 25h sur cette expédition, de la préparation, à l'approche, puis aux différents camps installés ! Monter, redescendre, remonter. Toutes les difficultés matérielles, sportives et climatiques nous sont narrées dans le détail et jamais une seule seconde on ne s'ennuie. Mieux, on a l'impression de devenir spécialiste... lové dans notre fauteuil bien au chaud !

Et le talent de Dan Simmons ne s'arrête pas là, car il va glisser dans son récit une intrigue impliquant de l'espionnage et du contre-espionnage en pleine période de la montée du nazisme. À cela, il nous rajoute la présence du légendaire yéti craint mais vénéré par les locaux.

Alors d'après vous, qui est l'abominable dans cette histoire ? Le yéti, le roquet à moustache ou bien le mont Everest ? Et bien, une seule chose pour le savoir : le lire ou l'écouter. Personnellement je vous conseille chaudement l'écoute, car Matthieu Dahan sublime le texte. Pensez bien avant à vous munir de votre bouteille d'oxygène et des cachets pour la toux cependant !