mardi 17 septembre 2019

UNE ÎLE (ET QUART) SOUS LA LUNE ROUGE de Thomas Geha (Phooka)




couverture du livre Une île (et quart) sous la lune rouge. T. Geha

Éditions Timelapse
85 pages
9,50 euros


Le résumé :

Chaque île a ses légendes et son folklore. Sauvage et fascinante, celle-ci a sa lune rouge.
Deux scientifiques, une jeune fille, un GI, un psychiatre et un journaliste vont s'y intéresser, chacun à leur façon. 
Jusqu'à ce que vienne le temps des révélations.




☇ L'avis éclair de Phooka sur Une île (et quart) sous la lune rouge de Thomas Geha 


Une friandise à déguster sans modération.



L'avis de Phooka




Une fois de plus j'ai été grillée par Dup qui a lu cette novella avant moi et qui l'a superbement chroniquée. Du coup , je vous invite à aller lire sa chronique parce que moi je ne vais pas entrer dans les détails au risque de répéter les mêmes mots et arguments. D'autant plus que des détails, il faut en connaître finalement le moins possible pour se laisser bercer par le charme et la surprise de ce joli petit conte façon "Thomas Geha". Une île, qui pourrait fort bien être bretonne, deux biologistes, une jeune fille, un ancien militaire, un psy et un journaliste. Mélangez-bien, secouez, rajoutez un zeste d'imaginaire et vous voici plongé dans cette belle histoire.

Une histoire courte certes, mais qui a le temps de se développer, de surprendre le lecteur et surtout de l'imprégner de poésie et d'embruns. Comme toujours Thomas Geha a un don pour vous emporter dans ses récits, j'ai goûté les plats de la "mère Yvette" mais aussi les sandwichs au jambon, j'ai senti le vent dans mes cheveux et frémis sous la lune rouge. Bref, j'étais immergée. 

Et comme le dit Dup dans sa chronique, il y a une vraie fin, des explications et tout tombe sous le sens (ou presque). Du coup, je n'ai pas ressenti la frustration que me procure une nouvelle, bien au contraire.
J'en profite d'ailleurs pour digresser allègrement et dire que j'ai commencé le recueil du même Thomas Geha "Chuchoteurs du dragon & autres murmures". La nouvelle éponyme, la toute première est un pur plaisir. Un monde, des personnages, tout est fabuleux. Mais la frustration d'en être éjectée si vite alors que le potentiel du récit était énorme, m'a rendue folle de rage ...et je n'ai pas continué. Je sais c'est idiot, mais vraiment le format nouvelle ne me convient pas. Trop de frustrations que je suis incapable de gérer. Surtout quand il s'agit de Thomas Geha. Parce que c'est trop bien du Thomas Geha et qu'on ne peut pas le prendre "avec modération". Bref je m'égare

Ce petit recueil est juste superbe, belle histoire, belles illustrations. Une jolie friandise que la gourmande que je suis a dévoré. Je suis bien contente de l'avoir dans ma bibliothèque! Voilà!

(et bravo à Marielle pour son superbe travail d'éditrice ;))






lundi 16 septembre 2019

LE GOÛT DU DANGER de Erin Beaty





Éditions Lumen
595 pages
16 euros




L'avis express de Dup sur Le goût du danger de Erin Beaty


Une intrigue politique affûtée qui entraînera Sage loin d'Alex et mettre bien à mal leur relation.
Toujours aussi passionnant. Une série épatante.




L'AVIS DE DUP




Ceci est un tome 3 donc des risques de spoilers sur les tomes précédents.

Les aventures de Sage et de Alex s'achèvent avec ce Goût du danger, troisième opus de la série La couleur du mensonge, et j'en suis bien chagrinée. J'ai pris un réel plaisir à les suivre de tome en tome.

Elle a pris de l'assurance notre jeune Sage, entre la petite apprentie de la grande marieuse du Royaume qu'elle était dans La couleur du mensonge et sa montée en grade à la toute fin du Parfum de la trahison où le Roi de Demora l'a nommée Ambassadrice suite à son rôle auprès du Royaume Casmun.

Quant à Alex, de Capitaine dans l'armée, il est devenu Commandant des Norsaris, cette unité d'élite récemment reformée. Il ne doit cette promotion qu'à son courage et son efficacité et non parce qu'il est le fils du Général Quinn, Commandant suprême des armées demoranes, comme beaucoup de mauvaises langues le suggèrent.

Il y a des remous politiques du côté de Kisimar, ce Royaume belliqueux situé au sud de Demora et jouxtant le Royaume de Casmun. Le Roi kisimar est mort, son fils de six ans accède au trône, la régence est assurée par la mère de l'enfant, la Reine Zoraya. Or, coup de théâtre, le Kisimar demande des pourparlers pour la paix ! C'est Sage que le Roi envoie pour négocier, aux côtés de son fils Robert. Sage se rendra à Dardepenne, lieu des négociations, accompagnée de son amie Clare et de la Princesse casmunie, Alianah. Alex, lui sera chargé de la protection de toute la délégation demorane.

Rencontres, négociations, intimidations, magouilles, le tout sous haute tension. Sage se rend compte qu'au moindre de ses faux pas, elle risque de précipiter son royaume et celui de Casmun dans une nième guerre destructrice. Sous haute tension également ses relations avec ses amies et même avec Alex. En effet ce dernier refuse le passe-droit récemment octroyé par le Roi qui lui accorde le droit de se marier avant ses 24 ans, depuis qu'il est Commandant. 

Ce qui aurait pu être un huis clos à Dardepenne va prendre un nouveau virage et nous entraîner à travers le Royaume de Demora suite à des événements inattendus. Sage va devoir prendre des décisions seule, et même si elles sont bonnes au final, elle va affronter le courroux de ses proches. Solitude et remise en question au programme.

Le seul bémol qui m'empêche d'en faire un coup de coeur, c'est que l'identité du coupable de la machination mise en place pour faire capoter les négociations est fort mal dissimulée par Erin Beaty, enlevant ce qui aurait dû être la révélation finale. Il n'en reste pas moins que ceci est accessoire, car ce qui fait le must de cette série c'est bien la relation compliquée entre deux personnages charismatiques que j'ai adoré et que je suis bien triste d'abandonner là. Cette trilogie reste un coup de coeur malgré tout et sera proposé aux votes du GpP 2020 !



Et pour le plaisir des yeux, je remets là les trois couvertures magnifiques proposées par Lumen.



vendredi 13 septembre 2019

[BD] DANTHRAKON T1 de Arleston et Boiscommun



Tome 1: Le grimoire glouton


Editions Drakoo
Parution: septembre  2019
47 pages
14.50 euros



☇ L'avis éclair de Phooka sur Danthrakon d'Arleston et Boiscommun ☇



Première publication des nouvelles éditions Drakoo dirigées par Arleston et dédiées à l'Imaginaire sous toutes ses formes (SF, steampunk, fantasy etc ...) en BD , ce Danthrakon augure de belles lectures.


L'avis de Phooka





Nuwan est un apprenti marmiton. Il travaille sous la houlette d'un chef cuistot d'un genre plutôt esclavagiste, mais quand il peut s'échapper, il en profite pour rejoindre la belle Lerëh, une étudiante en magie, qui apprend à lire à Nuwan à ses heures perdues. Alors que Lerëh laisse Nuwan à sa lecture dans la bibliothèque, celui-ci furète dans l'espoir de trouver un livre de magie pour l'aider en cuisine. Car son ambition est de devenir un grand cuisinier. Mais Nuwan va ouvrir le grimoire qu'il ne faut pas, et tout le contenu du grimoire se déverse dans son corps. Terrorisé, Nuwan essaye de cacher ce qui lui est arrivé (ce qui n'est pas facile quand on "pisse de l'encre"), mais lorsqu'un affreux inquisiteur est appelé pour enquêter sur la disparation, non pas du grimoire mais de son contenu, il comprend qu'il doit fuir ....




Un scénario digne d'un roman de fantasy, servi par un graphisme sublime et puissant. Franchement que demander de plus ? Ha si ... l'humour d'Arleston bien sûr. Toujours présent, toujours au bon moment. Il fait mouche à tous les coups.

Cette série est prévue en trois tomes et il est clair que je serai de la partie. Suspense, humour, beauté des dessins tout y est pour faire une belle BD. 




En plus, si vous achetez comme moi le premier tirage, vous aurez à la fin un magnifique recueil de dessins et d'études des personnages. C'est à tomber !!!











jeudi 12 septembre 2019

QUE LE DIABLE L'EMPORTE de Anonyme





Sonatine Éditions
400 pages
21 euros





L'avis express de Dup sur Que le diable l'emporte de Anonyme


Cette saga tarantinesque va toujours plus fort, toujours plus loin, sans complexe aucun.
Coup de coeur !


L'AVIS DE DUP




« Vous êtes bien-pensant ? Conformiste ? Poli, honnête et respectable ? Vous voulez le rester ? N’ouvrez jamais ce livre. »

Voilà ce qu'il y a d'écrit en accroche sur la 4ème de couv, juste avant le résumé. Et bien, toute vénérable que je suis, c'est-à-dire bien-pensante, polie, honnête et respectable, je n'ai pas hésité une seule seconde à ouvrir ce livre, que dis-je, à me jeter dessus dès réception ! Et je n'ai pas peur de le dire, je me suis délectée. 

On retrouve notre Bourbon Kid et Beth, déménageant souvent, talonnés par le FBI mais aussi par Scratch, le diable himself. Un Scratch pas content du tout de s'être fait berner par le Kid qu'il croyait mort. Il va donc lui concocter un plan machiavélique, c'est sa signature après tout, comme un jeu d'échec. Et là, le titre du livre prend tout son sens. Le Kid et sa douce, enceinte, viennent d'emménager dans un ravissant cottage, loué par un ancien monastère, au Texas. Le décor est bucolique : au milieu d'un cimetière... Après lui avoir fait affronter, dans l'ordre, des vampires, des momies, des ninjas puis des Cavaliers de l'Apocalypse, ce coup-ci l'auteur lui balance des nonnes psychopathes !!!

En parallèle, à Santa Mondega, les Dead Hunters (pour mémoire il s'agit de Rodeo Rex, Elvis et Jasmine) ont bien du taf avec l'approche de l'éclipse quinquennale. Ils doivent enquêter sur une récente hécatombe de gays assassinés. Ils seront "aidés", et là les guillemets s'imposent, par notre inimitable barman Sanchez et sa petite amie Flake. 

L'intrigue est complètement barrée, peut-être même encore plus que les tomes précédents, mais tellement jubilatoire qu'on lui pardonne tout à notre cher Anonyme. Elle est propice aux excès... en tout genre, amis scatos bonsoir ! On est en high level de lubricité, mention spéciale pour le personnage de Jasmine.

Et toujours autant de références culturelles, qu'elles soient musicales, cinématographiques ou sériesques (sur lesquelles j'ai glissé allègrement ;)). On prend les mêmes et on recommence vous allez me dire, et bien non, il y a une nouveauté dans cet opus : un nouveau personnage est mis en scène par l'auteur, il s'agit du Comte Dracula. Et voilà, une référence littéraire à rajouter à la longue liste proposée. Pauvre Dracula, il en prend plein la tronche... et je ne vous dirai pas de quoi !!!

La fin proposée par l'auteur est juste énorme. Il nous a rebattu les cartes entièrement, proposé des filiations improbables mais exquises entre ses personnages. Ouiiii, Janis Joplin ! On va forcément la revoir sur le devant de la scène prochainement. En tout cas je suis prête pour la nouvelle donne qui promet beaucoup. Entre la dernière phrase du roman prononcé par le Kid et ce FIN (peut-être...), moi je suis déjà sur les starting-blocks !

Ahumm... petite précision, si vous ne l'avez pas compris : pour public averti only !!!


mardi 10 septembre 2019

En octobre chez Folio SF [sorties]






Octobre 2019


*******

Adrian Tchaikovsky
 Dans la toile du temps


Traduit de l'anglais par Henry-Luc Planchat

Prix Arthur C. Clarke




*******


Karin Tidbeck
 Amatka


Traduit de l'anglais et du suédois par luvan


*******


Jo Walton
 Les griffes et les crocs


Traduit de l'anglais (pays de Galles) par Florence Dolisi

World Fantasy Award



*******