dimanche 8 décembre 2019

Semaine 49 sur Bookenstock [bilan]


 Grosse semaine pour les vénérables !

  • D'abord Dup s'est visiblement régalée avec le fameux Wyld (je vous avoue que Dup n'étant ni fan de métal, ni fan de D&D, j'avais un peu peur, mais elle a adoré !!)



  • Puis Phooka a enchaîné avec la version audio de Même pas mort. Du tout cuit hein, du Jaworski lu par Lebert, elle ne pouvait qu'adorer !





  • Mercredi encore rien comme la semaine dernière. Purée ces feignasses de mémés !!! 😠


  • Jeudi, nouveau coup de coeur pour Dup avec L'ombre des arches . Décidément belle semaine pour Dup !













  • En ce moment Phooka lit le tome 2 de Codex Alera (et elle aime !) , Dup est plongée dans le tome 3 du Royaume Blessé (et elle aime aussi !).

  • Sinon Dup a reçu The Witcher en collection Big Bang (Phooka l'avait acheté dans la collection "blasons"). Tiens, elles pourraient se faire une lecture communce les mémés (sauf que Dup est du genre Ferrari et Phooka du genre escargot alors ça risque de traîner cette histoire ...).



  • Ha tiens et si nous parlions Séries ? Dup est en train de découvrir Lucifer ... (Non Phooka ne l'a pas du tout incitée, du tout du tout ....). Argh!!! Elles m'obligent à mettre une photo de Lucifer!! Les affreuses !! Et Phooka elle est plongée dans Big Bang Theory (et dans Fargo aussi et The Good place). M'enfin, je me demande quel intérêt elle a a regarder BBT alors qu'elle est tous les jours entourée de gens comme ça. Elle serait pas un peu maso la Phooka ?? 







Allez bonne semaine, des bises, signé Bookenstock

vendredi 6 décembre 2019

SANGS MAUDITS Tome 2 de Bettina Nordet


Tome 2: L'éveil des damnés

Editions du Chat Noir
Parution : 31/10/2019
19.90 euros
 5.99 euros en numérique
226 pages




☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 2 de Sangs Maudits de Bettina Nordet ☇


Un tome 2 un peu en dessous du premier, mais qui reste néanmoins très agréable à lire.



L'AVIS DE PHOOKA:







Le tome 1 de Sangs Maudits avait été une superbe découverte et une énorme surprise pour moi. Je m'attendais à une petite bluette et j'avais pris en plein dans la tête un monde complexe et original, peuplé de métamorphes et de créatures de tout genre. Un monde post-apo qui plus est, ce qui lui conférait un charme indéniable. Nul doute alors que j'attendais la suite avec impatience ...

**attention risque de spoilers sur le tome 1 **

Le début du tome 2, L'éveil des damnés, reprend le récit exactement là où on l'avait laissé. Kalden n'a pas d'autre possibilité que de se réfugier parmi "les siens", les métaberserks, à Kaladamden et de parler à leur roi Arken, pour expliquer sa situation. Shannell quant à elle, est toujours auprès du prince de Côme en quête d'un moyen de prévenir l'empereur de l'immense trahison qui se prépare. Le chemin vers l'empereur est jalonné de pièges et elle est toujours recherchée en tant que criminelle. Elle a des ennemis extrêmement puissants et sa débrouillardise et son intelligence seront bien utiles.

Les personnages de ce récit sont toujours aussi passionnants et fouillés. Cependant, la première partie du récit traîne un peu en longueur. Oui Kalden est loin de Shannell, oui leur amour est difficile, mais en fait personnellement je m'en fiche un peu parce que ce n'est pas ça le coeur de l'histoire. Ce qui est vraiment étonnant dans le monde créé par Bettina Nordet, c'est ce mélange de moderne et d'ancien, par les présence des artefacts, ces étonnantes créatures métamorphes, ces Ment-G, ces chevaliers-dragons avec leur armures ultra-modernes. Tout un bestiaire et un monde vraiment très original et dont le lecteur veut comprendre les origines, alors les amours contrariées de Shannell et Kalden ne sont vraiment pas une priorité.
Fort heureusement arrive vraiment un moment clé dans la lecture. La rencontre avec Ambrosios. Je ne vous dirai rien sur ce personnage, mais sachez qu'il est la clé de tout. A partir de ce moment, le roman reprend toute son ampleur et si quelques pages auparavant j'étais presque prête à jeter l'éponge et à abandonner ma lecture, là je me suis mise bien au contraire à le dévorer. Car tout s'explique et tout s'accélère. Même si Ambrosios, n'est pas -et de loin- le personnage le plus important du récit, il est celui qui permet de tout expliquer, il est "celui qui sait". Et avec la connaissance vient la compréhension et tout devient alors possible. Kalden et Shannell prennent alors une nouvelle dimension et le récit prend une toute autre ampleur.

Ce deuxième et dernier opus de Sangs Maudits a bien failli me tomber des mains et ça aurait été bien dommage. Si le début de ce tome est un peu lent et répétitif, la suite vaut vraiment le détour. La plume de Bettina Nordet est toujours aussi agréable et surtout son imaginaire post-apo-fantasy est vraiment très flamboyant. Un joli diptyque à découvrir !



jeudi 5 décembre 2019

L'OMBRE DES ARCHES de Vincent Mondiot





Éditions Mnémos
348 pages
21 euros




L'avis express de Dup sur L'ombre des arches de Vincent Mondiot



Un réel plaisir de lecture, plein de peps et de gouaille tout en étant profond. 
Un équilibre parfait entre amusement, émotions et découvertes.  



L'AVIS DE DUP




Dans ma chronique Des mondes-miroirs, j'avais dit en conclusion : " Si j’ai un reproche à faire à ce roman c’est que l’imagination sans borne des auteurs nous a dévoilé tout un tas de structures qui font de cet univers un monde vraiment original et unique, notamment ses énormes arches reliant la capitale aux autres régions, sans qu'on sache comment elles sont arrivées là et pourquoi, à quoi servent-elles ? De même, des titans figés sont éparpillés sur le territoire mais on n’en sait pas plus. C’est terriblement frustrant et cela m’empêche de faire un coup de cœur de cette lecture qui par ailleurs m’a beaucoup plu. J’espère bien que Vincent Mondiot et Raphaël Lafarge reviendront dans ce monde de Mirinar afin de nous en apprendre plus. Je déteste rester ainsi sur des interrogations. J'espère bien que ce roman est une introduction, et quelle introduction !!!". Le moins que je puisse dire aujourd'hui c'est que j'ai été entendue, et le résultat est là : c'est un COUP DE CŒUR !

Parce que cette nouvelle aventure que vont partager Elsy et Élodianne va démarrer au pied d'une arche, celle de la province d'Aurterre. Parce qu'elle va les entraîner au pied de celle d'Hurquoine, qu'elles vont marcher à l'ombre de celle de Carnadon. Et si le mystère demeure, pire, s'épaissit, il n'en reste pas moins qu'on en parle. Même chose pour les titans, ces statues monstrueuses et gigantesques, vestiges d'un autre temps. En fait, pour bien comprendre ce monde de Mirinar, il faut voir cette carte !



Voilà, les arches y sont bien visibles et on comprend tout de suite la démesure de ces constructions mystérieuses. Et la magnifique illustration de couverture de Qistina Khalidah prend d'un coup tout son sens. Néanmoins, elles restent toujours un mystère : l'exploration de celle de Loffrieu une dizaine d'années avant avait mis à jour une engeance, des spores contaminants toutes espèces vivantes transformées alors en rebuts. Ici on va découvrir qu'une autre arche contient des espèces de monstres minéraux, capables de prendre vie, ils sont articulés avec engrenages, rouages et huile pour lubrifier tout ça ! Et cela pose inévitablement la question de ce monde antérieur à l'époque que nous suivons, donnant un parfum de fantasy post-apo des plus délicieux.

Depuis l'aventure précédente, Élodianne est devenue spécialiste des mondes-miroirs et aujourd'hui pas loin d'en trouver des applications utiles pour le peuple de Mirinar, comme celui de voyager au travers. Elle va être dépêchée par le gouvernement pour tenir des conférences à ce sujet dans les provinces de l'État. Elsy l'accompagne en tant que garde du corps. Les deux amies pensent à ce périple un peu comme à des vacances... mouahaha, c'était sans compter sur Vincent Mondiot !!!

En résumant rapidement les événements, elles vont être proches d'un attentat et accusées d'en être responsables, ce dernier va déclencher un mouvement de rébellion à Auria vis à vis du gouvernement Mirinéçois, elles seront prises en otage et accompagneront de force la délégation aurterroise qui va sillonner Mirinar pour trouver des appuis auprès des autres provinces. Bref, des vacances qui tournent court !

Cette intrigue va permettre de sillonner l'État des Arches, d'en apprécier la diversité. Chaque province a sa spécificité, et les descriptions de l'auteur sont appuyées par quelques illustrations sympas. Auria, à l'image de son légat, est une ville militaire, carrée, austère. Risteaux, une ville industrieuse et archi-polluée. Le désert de Lazirac toujours aussi infesté de rebuts que lors du tome 1, Nadis une ville portuaire, troglodyte, installée dans une falaise de marbre surplombant l'océan, et enfin, Hoka Bakomo (que mon esprit s'est acharné à lire Bamako...) à Atépéha, surprenante, exotique.

Le système de magie inventé par l'auteur est vraiment original et vaut le détour. On avait bien creusé celui des mondes-miroirs, mais on va encore l'approfondir pour mon plus grand plaisir (c'est juste énorme). On en découvre ici d'autres facettes avec celui des matiéristes qui façonnent, celui des aquiloniens qui maintiennent captives les molécules de magie empêchant ainsi d'autres mages d'agir, etc...

Dans L'ombre des arches nous suivons donc Élodianne et Elsy "accompagnant" les membres de la délégation Aurterroise. Outre les deux premières qui se complètent toujours à merveille et que l'on apprécie toujours autant, l'auteur va nous présenter une galerie de personnages extrêmement fouillés et intéressants. Linne et Rekvan m'ont énormément touchée, chacun à leur manière. Alken aussi d'ailleurs, même s'il est l'ado caricatural de la bande.

Les dialogues sont enlevés et plein de peps, la gouaille d'Elsy toujours aussi fleurie et jouissive à lire. Les personnages particulièrement attachants. L'intrigue prenante et pleine d'action, zéro temps mort. L'univers riche et encore plein de promesses pour plein de tomes à venir. Je serai au rendez-vous, je me suis régalée !


mardi 3 décembre 2019

MÊME PAS MORT de Jean-Philippe Jaworski [Audio]


Les rois du monde livre 1


Durée : 14 h 7 min 
Série : Les rois du monde, Livre 1
Version intégrale | Livre audio
Date de publication :25/02/2016
Éditeur : Audible Studios





☇ L'avis éclair de Phooka sur la version audio de Même pas mort de Jaworski ☇


L'écriture magnifique de Jaworski sublimée par la voix et le talent de Lebert. Une fois de plus, un duo gagnant.


L'AVIS DE PHOOKA:





Une fois encore je vais me concentrer sur la partie "audio" de ma "lecture". Je ne vais pas trop revenir sur le récit lui-même qui a été chroniqué de nombreuses fois. Comme toujours, la chronique de Dup vaut le détour. C'est avec ce roman qu'elle a découvert l'écriture de Jaworski, mais surtout le duo  maintenant indissociable Jaworski/Lebert. En ce qui me concerne, j'ai découvert ce duo avec Gagner la guerre qui reste et restera sans doute toujours un énorme choc. J'avais très envie de retrouver la voix de Jean-Christophe Lebert associée aux textes de Jean-Philippe Jaworski, mais j'avais aussi un peu peur. Parce que dans mon imaginaire, Lebert EST Benvenuto. C'est lui ! C'est sa voix. Donc retrouver cette voix pour raconter le récit de quelqu'un d'autre m'inquiétait énormément. De fait, les premières minutes m'ont déstabilisée. C'est qui ce Bellovèse au ton si sérieux ? Ou était la gouaille de Benvenuto ? Mais ces premières minutes passées, le récit m'a emportée avec lui. Lebert est devenu Bellovèse, ce roi âgé qui nous raconte sa vie, sa jeunesse avec une force impressionnante. 

Donc Bellovèsenous raconte sa vie. Sa vie de roi celte. Il commence par un Bellovèse jeune adulte, pas encore un guerrier car ses cheveux n'ont pas été coupés, mais déjà un jeune homme. Une guerre, Bellovèseest mort ... ou presque. Par flashback, nous allons découvrir le jeune homme, l'enfant élevé par sa mère, insouciant, un peu canaille, mal dégrossi ...

J'ai dit que je ne revenais pas sur le récit, mais sachez que ce premier tome des rois du monde permet de découvrir la jeunesse de Bellovèse. Sa jeunesse, sans savoir ou presque ce qu'il est réellement. Une frustration énorme car le récit est parsemé d'indices sur ce qui lui est arrivé "après" et que le lecteur découvrira sans aucun doute dans les tomes suivants. Pour le moment nous alternons entre l'enfant et le jeune guerrier irrespectueux. Un récit initiatique qui alterne combats et magie dans ce magnifique décor de la Gaule. Des allers-retours permanents entre différentes périodes, différents endroits pourraient rendre l'histoire complexe. Certes, elle n'est pas linéaire mais malgré sa complexité, le lecteur n'est jamais perdu. Le fil conducteur, la voix de Bellovèse, donc celle de Lebert, est là pour vous guider ...

Une fois de plus Lebert excelle. Il est Bellovèse vieux, il est Bellovèse jeune, mais il est aussi tous les autres personnages, Ambigat, Danissa, Sumarios, Albios ... Quelle puissance et quel talent. Évidemment cela ne serait pas possible sans le texte original de Jaworski qui se révèle, une fois encore, comme un maître conteur. Un texte fabuleux, magique et d'une puissance sans pareille.

Même pas mort, est un immense coup de coeur. Un magnifique texte de Jaworski d'une richesse sans pareille et d'une complexité magnifique, conté par un Lebert au talent immense. Un audio à découvrir sans hésitation !



lundi 2 décembre 2019

WYLD Tome 1 de Nicholas Eames



Tome 1 - LA MORT OU LA GLOIRE




couverture du livre Wyld T1 de Nicholas Eames (version française)

Éditions Bragelonne
576 pages
18,90 euros





L'avis express de Dup sur La mort ou la gloire de Nicholas Eames


Une lecture jouissive qui m'a fait rire, pleurer, frémir, alternativement ou en même temps.
Énorme coup de coeur !





L'AVIS DE DUP

curseur de satisfaction : coup de coeur



Saga, c'est le nom de ce groupe légendaire de cinq mercenaires, une roquebande que tout le monde a connu... enfin, tous les vieux. Quant aux jeunes, et bien leurs "vieux" leurs en ont rabâché les oreilles suffisamment ! Mais voilà, cette gloire, elle date de 20 ans.

Clay Cooper, dit Main Lente parce qu'il fallait toujours qu'il prenne un premier coup avant de réagir, coule des vieux jours, peinard, avec sa femme Ginny et sa fille Tally de 9 ans. Mais tout cela va voler en éclat avec la visite de Gabe, dit Gabriel le Magnifique, qui vient lui demander de l'aide pour sauver sa fille Rose, 20 ans, prise au piège dans une ville assiégée à l'autre bout du royaume, pire, de l'autre côté du Cœur de Wyld, une immense région forestière infestée de monstres. Bien entendu Clay va dire "Non", puis Tally va lui asséner le premier coup nécessaire "Et si c'était moi papa, tu irais ?"

Ils vont partir sur les routes, tous les deux (se faisant détrousser dès le premier jour par une roquebande de nanas), pour reformer Saga, traverser tout le royaume de Grandual, traverser le Coeur de Wyld, franchir une chaîne montagneuse pour atteindre la plaine où se trouve Castia, assiégée par une horde de milliers de monstres assoiffés de sang, rassemblés là par un druine. Oui, un druine, pas un druide. La différence ? Les oreilles poilues de lapins des druines :D. Bref, une quête insensée.

De l'Heroic Fantasy on ne peut plus classique n'est-ce-pas ? Et pourtant, il y a de l'originalité dans ce récit. Ces groupes de mercenaires sont vraiment présentés comme des groupes de rock star, avec un manager, faisant des tournées triomphales, adulés par des milliers de fans. Leurs instruments de scène étant une épée pour Gabe, un bouclier pour Clay, deux dagues pour Matrick, une hache pour Ganelon, et tout et n'importe quoi issu d'un sac sans fond pour Moog, le mage de l'équipe qui me faisait penser sans cesse à un Merlin azimuté !

Que j'ai aimé ces personnages pourtant on ne peut plus caricaturaux, chacun dans le domaine de la baston. Ils ont tous une profondeur incroyable, un caractère propre et une histoire de vie qui remue bien les tripes. Et pourtant, les descriptions de Nicholas Eames ne les épargnent pas ! Cheveux blancs ou clairsemés, voire les deux, gros bide, arthrose et rhumatismes à gogo...Ô vieillesse ennemie. 

Que dire de l'univers ? Du moyenâgeux moderne, si, si ! On y circule à pied, à cheval ou en vaisseaux volants... mais à vos risques et périls car dans les cieux volent aussi des dragons, des vouivres, des chauve-souris de la taille d'un chien... entre autre. Remarquez, au sol, c'est pire ! L'auteur a une imagination débordante dans le domaine des monstres. On y trouve tout le bestiaire classique, toute mythologie confondue, plus des créations propres allant de l'ours-hibou, au lutin des poubelles, en passant par un mix de races, d'espèces, de genres voire de variétés. Un régal vous dis-je ! Ah oui, et j'oubliais de dire, dans cette forêt, il n'y a pas que des monstres, il y a aussi des arbres. Mais peu de ceux-ci sont normaux, les autres sont de véritables teignes appelés aussi tréants, qui se déplacent sur leurs racines, vous broient entre leurs branches, vous réduisent en bouillie avant de vous absorber...

Mille fois j'ai craint qu'ils n'y arrivent pas, mille fois j'ai frémis, serré les dents et eu mal au dos comme eux, mais bien plus de mille fois j'ai souri, parfois ri franchement et souvent, très souvent eu le coeur pressé tant certains passages sont poignants. J'ai a-do-ré cette lecture. C'est un mélange savant de toutes les émotions humaines qui se bousculent dans ces lignes, se mêlent et parfois donnent envie de rire et de pleurer en même temps. C'est une ode à l'amitié et à la famille, mais aussi à la vieillesse, et ma foi, vénérable oblige, j'y ai été plus que sensible ! Énorme coup de coeur ! 
Et même si l'épilogue m'a fichu un sacré coup au moral, je piaffe d'impatience pour lire le tome 2 qui concernera Rose. Cette saga s'annonce donc comme une série de one-shot à ne rater sous aucun prétexte (Phooka si tu m'entends...) !