jeudi 24 septembre 2020

LES DIEUX SILENCIEUX Tome 1 de Justin Call

 

1 # LE MAITRE DES CHAGRINS



Éditions Bragelonne
550 pages
25 euros




L'avis express de Dup sur Le Maître des chagrins de Justin Call

Une Fantasy faussement classique et pleine de pep's. J'ai adoré.


L'AVIS DE DUP




Chaenbalu est un petit village que l'on pourrait dire perdu au milieu de la forêt de Brake. Mais c'est pire que perdu, c'est masqué, occulté par des sorts magiques. Et que cache-t'on à Chaenbalu ? Une Académie, avec des Anciens, des Maîtres qui forment de jeunes enfants, alors acolytes, à devenir des avatars du Jugement.

Annev 17 ans, n'est encore qu'acolyte lorsque nous faisons sa connaissance, et il s'entraîne dur avec ceux de sa génération car le Test du Jugement approche et un seul d'entre eux finira avatar. Mais Annev n'est pas comme les autres, d'abord parce qu'il ne loge pas à l'académie mais au presbytère, où il a en plus la fonction de diacre sous l'œil attentif et attentionné de Sodar, le prêtre. Cela ne l'empêche pas de se faire des amis, Titus et Therin, des ennemis, Fyn et Kenton.

Contrairement à tous les romans de Fantasy de ce type, on réalise que l'Académie de Chaenbalu est un collège qui forme leurs membres contre la magie. On leur enseigne le maniement de tout types d'armes, la furtivité, le crochetage de serrures, etc, pour aller récupérer ailleurs, dans le vaste monde, des artefacts magiques. En gros c'est un collège anti-magique, car ces artefacts volés, n'ayons pas peur des mots, sont alors stockés, scellés, dans un caveau style abri atomique. Et surtout, ces artefacts, comme toute magie dans ce monde sont considérés à l'académie comme issus de Keos, le Dieu renégat.  Tout individu porteur d'une anomalie ne peut être qu'un fils de Keos. 

Et notre Annev, chapeauté par Sodar, apprend la magie et possède un artéfact magique en lieu et place de son bras gauche qu'il n'a jamais eu depuis sa naissance... Né à Chaenbalu, sa malformation a condamné ses parents, lui a été sauvé et caché par Sodar. Parce que Sodar veille depuis des millénaires sur cette lignée de chevaliers dont est issu Annev, à cause d'une prophétie.

Les cours, les entrainements, les épreuves du Jugement, les amitiés et les inimitiés, tout cela est franchement passionnant. Je me suis régalée avec cette Fantasy faussement classique. La plume de Justin Call est extrêmement visuelle et moi j'y étais dans cette arène pleine de pièges monstrueux que ces mômes devaient affronter, éviter, tout en se méfiant des autres participants. Ce test du Jugement ne sera qu'une petite partie des épreuves qui vont surgir, ce roman est devenu très vite un page turner que je ne pouvais plus lâcher. 

Je me suis énormément attachée à Annev, ce môme intelligent, brillant même mais tiraillé entre son envie de devenir avatar et son sombre secret. Tiraillé par cette compétition du Jugement qui implique de trahir l'amitié qu'il a pour Titus et Therin pour gagner. Tiraillé par ce choix qu'il va devoir faire entre l'Académie ou Sodar et sa prophétie. Plus on avance dans la lecture et plus on en apprend sur l'histoire, la mythologie de ces Dieux qui régissaient ce monde, et plus on se confronte à toutes sortes de magies.

Un final en apothéose avec une bataille qui se déroule sur plusieurs chapitres et ne peut que se lire d'une traite. C'est un festival de baston et de magie époustouflant, flippant... bref, énorme ! J'ai tout aimé dans ce Maître des chagrins, l'univers, l'intrigue, les personnages, c'est un coup de coeur et je n'ai qu'une hâte, avoir la suite entre les mains.



mercredi 23 septembre 2020

Les sorties Sonatine de septembre 2020

 



Résumé :

Élevée au cœur de la Pennsylvanie rurale, Cindy, une gamine livrée à elle-même, ne sait rien du rêve américain. Lorsqu’une belle adolescente surnommée Marilou disparaît près de chez elle, Cindy se rapproche de la mère de celle-ci, Bernadette. Jusqu'à ce que l’impensable se produise : Bernadette, folle de douleur, la prend peu à peu pour sa fille. À quel prix cette illusion fragile peut-elle tenir?





Résumé :

Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne, il tue un homme par accident. Le frère du défunt, connu pour sa violence et sa cruauté, a vite fait de remonter la piste jusqu’à lui. Un face à face impitoyable s'engage alors.





Résumé :

Dans son cottage de bord de mer, Beatrix Abberley est assassinée en pleine nuit. Étrangement, elle paraissait s’y attendre ; elle semblait même savoir qui allait la tuer. Pour Charlotte Ladram – sa nièce par alliance, qui hérite du domaine –, le choc est terrible. Très vite, un homme est accusé. Peut-être trop vite. Car un épais mystère règne autour de Tristram Abberley, le frère de la défunte, célèbre poète mort en 1938 pendant la guerre d’Espagne. Que s’est-il passé là-bas, pour que des ombres que l’on croyait enfouies ressurgissent avec une telle sauvagerie ?
Charlotte essaie de percer l’énigme. Mais le voile qu’elle va soulever est bien plus lourd qu’elle le pensait : un demi-siècle de trahisons et de mensonges soudain exhumés. Le prix de la vérité a-t-il été payé ? Bientôt, un second meurtre est commis…




mardi 22 septembre 2020

CLEMENT COUDPEL CONTRE LES SPECTRES DE SAMAIN de M. d'Ombremont

 

Editions Livr'S
Parution 15/10/2020
18 euros




☇ L'avis éclair de Phooka sur Clement Coudpel de M. D'Ombremont  ☇



Un roman fantastique bourré de créatures et qui pose de bonnes questions.
Loin des clichés, cette lecture est vraiment jouissive.



L'AVIS DE PHOOKA:




Voilà un roman que j'ai mis une éternité à lire pour cause de gros creux de lecture de mon côté et pourtant à chaque fois que j'arrivais à en lire quelques chapitres, une petite voix me disait "bon sang, mais il est super ce roman, t'es vraiment à la ramasse ma fille". Et de fait, ce roman est top et ne mérite certainement pas qu'on mette plusieurs semaines à le lire.

Clément Coudpel est un jeune garçon de 13 ans. Avec son pote Takeshi, ils sont inséparables. Quand ils ne sont pas en cours, ils sont à Kazabulles, leur boutique de mangas favoris et s'ils ne sont pas ensemble IRL c'est qu'ils sont en ligne en train de jouer à League of Legend (LOL). Des mômes normaux finalement ... ou presque, parce Clément est en fait un macrale, une créature magique. Il peut voir les morts et s'en faire obéir. Sauf que Clément ne veut pas de ce pouvoir qu'il considère comme une malédiction. Alors pour pouvoir vivre comme un humain normal, il a un sceau tatoué qui contrecarre sa magie. Même si ce sceau commence à se déliter petit à petit, il reste ferme dans sa décision. Il veut une vie normale et puis c'est tout. De toute façon sa sœur aînée est parfaitement à même de remplir son rôle. Tout comme elle s'occupe de la maison et de son petit frère depuis que leurs parents ont disparu. Mais voilà que sa sœur disparaît et c'est à Clément de tout mettre en oeuvre pour la retrouver. Est-ce que cela implique qu'il doit se réapproprier ses pouvoirs ? Les pressions sont nombreuses et à 13 ans, ce n'est pas facile de faire face.

La première chose qui saute aux yeux avec ce roman c'est son influence geek totalement jouissive. Toutes les références à LOL sont géniales et on sent que l'autrice doit passer du temps dans l'arène !! Mais beaucoup d'autres clins d’œil plus subtils ou plus légers se glissent dans le texte et c'est pour le lecteur un jeu de piste de les retrouver et un grand plaisir quand il y arrive. Le coup de sonnette de Takeshi  quand il arrive au manoir m'a vraiment fait rire parce que la fan du donjon de Naheulbeuk en moi a tout de suite revu la premiere scène du podcast avec l'Elfe qui sonne pour entrer dans le donjon. J'imagine bien que je suis passée à côté d'autres références mais qu'importe, ce petit jeu est vraiment top.

Ensuite la construction des personnages est extrêmement pointue. Clément évidemment, un jeune ado de 13 ans obligé de faire des choix qui ne sont pas forcément dictés par ses envies. Il doit faire face à ses obligations et ses devoirs et c'est un tiraillement permanent pour lui. Heureusement il peut compter sur le soutien sans faille de Takehsi son ami humain, rien qu'humain, mais son courage et sa ténacité font de lui un ami précieux. Et puis il y a Camille la sœur de Clément qui prend tellement de fardeaux sur ses épaules, l'oncle oupyr , Coudmou que je vous laisse découvrir , un héros pas comme les autres c'est sûr. Tous ces protagonistes sont construits avec précision et sans stéréotype. On sent bien qu'il y a une volonté de l'autrice de ne pas faire des clichés de ses personnages.

Mon seul petit bémol concerne la conclusion du roman. Alors que tout le roman se déroule avec précision et une construction très solide, la fin de toutes les intrigues se dénoue quasiment en un seul chapitre (le final bien sûr). À tel point qu'à 3 ou 4 chapitres de la fin je me demandais si il n'y avait pas un second tome de prévu parce que je ne voyais pas comment clore si vite une aventure qui était aussi bien construite. Pour Manon d'Ombremont , clairement l'adage s'applique "Dans un voyage ce n'est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout. " Et clairement le voyage est magnifique, les détours aussi, mais la destination laisse un peu sur ma faim. Ce qui ne retire rien à la grande qualité du récit.

Clément Coudpel contre les spectres de Samain est un roman très réussi, bourré d'une énergie fabuleuse, d'humour, de suspense et d'humanité. C'est supposé être un roman jeunesse puisque le héros a 13 ans, mais j'ai eu pour ma part l'impression de lire un roman plus adulte parsemé de messages importants sur les responsabilités, les choix de vie. Des messages qui sont disséminés dans le récit, jamais moralisateurs mais qui font mouche. Bref, un roman construit et minutieusement réfléchi mais aussi un roman bourré d'action, de suspense et de créatures fantastiques. Un savoureux mélange. 



Vous retrouverez un avis chez CélinDanae



lundi 21 septembre 2020

Défi dessin # 12

 


Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas saoulé avec mes dessins hein !!!

Et bien me revoilà 😁


Au mois d'août, j'ai zappé pas mal de défis, pas le temps, pas d'inspiration, pas d'envie parfois...


Les 15 premiers jours de septembre, j'étais en vacances, fallait voyager léger, alors j'ai pris le strict minimum, un petit carnet (8x14cm) et des feutres extra-fins. J'avais envie de miniature !


Et j'ai fait dans la miniature...

Mon premier doodle, inspiré de l'artiste Visoth Kakvei a lancé le thème gribouillage d'ailleurs 😄



 
ce dernier m'a bien fait mal aux yeux d'ailleurs... il me manquait une loupe !



Retour de vacances, semaine 38, thème lancé par Did : Japon.
Il m'a bien inspiré !

2 aquarelles




Et des mini bambous dans mon mini carnet 





Vala, c'est tout !
Prochain thème : ???
Je ne sais pas à qui le tour d'ailleurs !


dimanche 20 septembre 2020

Semaine 38 sur Bookenstock [bilan]

 



Enfin !!!

La team est au complet!

C'est pas trop tôt. Les mémés sont enfin au boulot. Bon maintenant, faut qu'elles se bougent parce qu'elles ont un paquet de lectures en retard !


  • Côté chroniques, Dup nous a parlé de l'audio de Dune . C'est d'actualité ! 




  • Phooka a replongé dans de la fantasy romancée au coeur de l'Irlande avec Umbra Luna



  • On parle aussi de sorties chez ActuSF et chez HSN (L'homme Sans Nom)


Côté réceptions de la semaine, les mémés croulent sous la lecture, elles ne vont pas s'ennuyer !!



chez Phooka


chez Dup



ce qui lui donne une belle PAL...


Mais ....





Allez, à la semaine prochaine.

La bise

Bookenstock



samedi 19 septembre 2020

La rentrée littéraire 2020 des éditions HSN

 


LA PRINCESSE AU VISAGE DE NUIT

David Bry




Résumé :

Hugo, jeune Parisien, marqué par une enfance de maltraitance et d’humiliations, doit retourner dans son village natal après la mort suspecte de ses parents. Très vite, les secrets et les légendes du village resurgissent… La mort de ses parents aurait-elle un lien avec la princesse au visage de nuit ? Mélange poignant entre conte et modernité, entre enquête et fantastique, légendes mystérieuses et réalités crues, La Princesse au visage de nuit vous marquera à jamais.

Le mot de l'éditeur :

Avec le mois de l’imaginaire qui approche, les éditions de l’Homme Sans Nom vous proposent le dernier roman de David Bry, Coup de cœur des Imaginales 2019 pour son Que passe l’Hiver. David Bry nous livre un conte moderne, intense et poignant dans La Princesse au visage de nuit.


vendredi 18 septembre 2020

Umbra Luna Tome 1 de Nina Davis




La révolte magique: Umbra Luna #1

Editions Alter Real
328 pages
20 euros en papier
5.99 euros en ebook









☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 1 de Umbra Luna de Nina Davis ☇



Une chouette romance de fantasy qui n'en est pas vraiment une et qui permet de croiser toutes les créatures du folklore irlandais. Un voyage très agréable !



L'AVIS DE PHOOKA:





Etant un peu dans un creux de lecture en ce moment, j'ai relancé la machine en me jetant dans une lecture facile et agréable. Et bien m'en a pris ... ou presque vu l'heure à laquelle j'ai éteins !! (Non je ne l'ai presque pas lu d'une traite ... il me restait quelques pages pour le lendemain:))

Umbra Luna est une organisation secrète aux ramifications multiples chargée, entre autre, de recenser toutes les créatures magiques sur Terre. Deux fois par an toutes les créatures sont censées venir signer un registre, ce qui permet de les suivre à la trace.
Jenna une jeune sorcière, travaille depuis 4 ans chez Umbra Luna. Elle est spécialiste des auras et peut détecter d'un simple coup d’œil le type de créature. Elle travaille sous la direction d'un humain, David. Or ce David harcèle Jenna, mais comme c'est le boss personne n'ose rien contre lui. N'arrivant pas à ces fins, David envoie Jenna en mission au fin fond de l'Irlande pour se venger, là où il semble y avoir une intense activité magique non recensée et non identifiée.
Sous le couvert d'un statut d'étudiante à l'université de Cork, Jenna va aller enquêter. Là, elle va découvrir beaucoup de choses qu'elle ignorait et rencontrer évidemment toutes les fabuleuses créatures de l'Irlande. Mais surtout elle va rencontrer William, un prof d'art, dont l'aura obscure ne correspond à aucune créature qu'elle connait.

Umbra Luna est une romance de fantasy, oui, mais bien loin d'une romance classique. D'abord pour être honnête, la partie romance est minimale tant la richesse du monde créé tout autour empiète sur l'histoire entre Jenna et William (non je ne spoile rien, vous vous doutez bien que ces deux-là vont se lier). À travers l'enquête que Jenna va mener pour retrouver la trace de cette empreinte magique, elle va rencontrer toutes sortes de créatures dont certaines dont elle ignorait l'existence (et moi aussi d'ailleurs). Et bien entendu la plupart ne sont pas inscrites au registre, voire même haïssent l'Umbra Luna ...

Jenna va devoir se remettre en question. Elle qui était une sorcière en fuite 4 ans plus tôt, elle qui avait été rattrapée par l'Umbra Luna, puis formée et intégrée va à nouveau faire face à un retournement de situation. Ses certitudes seront mises à mal. C'est une héroïne pleine de doutes, mais aussi pleine de ressources et c'est avec un grand plaisir que nous la suivons dans la faune irlandaise.
William aussi verra ses certitudes ébranlées, pour des raisons bien différentes.
Jenna, William, et toutes les autres créatures rencontrées vont interagir, s'aimer ou se détester et personne n'en ressortira indemne.

Si je dois râler (ben oui j'aime ça), c'est sans doute envers la couverture que je trouve un peu réductrice (pourquoi William est torse nu de façon caricaturale alors qu'en tant que prof, il s'habille pour donner ses cours hein ;)). C'est dommage de réduire ce roman à une romance (c'est l'image que donne cette couverture, plutôt jolie sinon)  alors qu'il est tellement plus que ça !

Ce Révolte magique est un premier tome autosuffisant, ce qui est très agréable. On voit bien qu'il y a matière à faire une suite, mais toutes les intrigues principales qui émaillent le récit trouvent leurs réponses et c'est très agréable.

C'est un réel plaisir de lecture, fourmillant de rencontres exotiques. Le lecteur se perd avec délice au milieu de toutes ces créatures du folklore irlandais. Le suspense est constant, la bataille finale féroce et pleine de surprises. Bref, un roman, pas vraiment romancé finalement, mais vraiment envoûtant. Un très agréable moment de détente.


jeudi 17 septembre 2020

LA NEUVIÈME MAISON de Leigh Bardugo

 



Éditions De Saxus
525 pages
19,90 euros





L'avis express de Dup sur La neuvième maison de Leigh Bardugo


Après les Young Adult, Leigh Bardugo se frotte aux adultes, et le moins que je puisse dire c'est que l'essai est transformé !

L'AVIS DE DUP



Étant une grande fan de Leigh Bardugo depuis le diptyque Six of crows, mais encore plus après la trilogie Grisha (liens en fin de chronique), je ne vous raconte pas le bond que j'ai fait lors de l'annonce par les éditions De Saxus de cette sortie ! Une trilogie adulte 😍 ! Et en plus il est arrivé pile avant mon départ en vacances !

Alors convaincue ? Mais carrément ! 

Lorsque nous faisons la connaissance d'Alex, de son vrai nom Galaxy Stern, elle débarque à New Haven, dans la prestigieuse université de Yale. Mais nous comprenons tout de suite que son inscription n'est qu'une couverture de "normalité" car en fait elle est recrutée par la Neuvième maison, la maison du Léthé. Ce qu'elle considère comme une malédiction s'avère un don unique pour le Léthé : elle voit les Gris (les fantômes des morts). Elle sera chapeautée par Darlington, un "gentilhomme" old school qui lui expliquera toutes les ficelles... sur le tas. 

Qui dit neuvième, dit huit précédentes... Leigh Bardugo nous plonge dans l'univers des fraternités américaines, mais ici version magie. Ces huit maisons, dites les Maisons du Voile, le voile étant la séparation ténue et invisible entre le monde des vivants et celui des morts. Alex a toujours discerné les Gris, ces morts capables de franchir le voile et errer dans le monde des vivants. Sources de terreur permanente pour elle, car elle a bien compris qu'elle est la seule à les voir. 

La Maison du Léthé ne pratique pas la magie en tant que telle, elle est là pour surveiller, discipliner les huit autres. Vérifier que les rituels pratiqués ne dérapent pas, que les Gris ne franchissent pas les protections installées, et plein d'autres tâches... Alex découvre donc en même temps que nous la magie, parce qu'il faut bien comprendre que cette magie n'est connue et accessible qu'aux membres de ces Maisons. 

Âmes sensibles, s'abstenir, on est bien dans du roman pour adulte ! Les éditions De Saxus le signalent bien en début de roman avec un AVERTISSEMENT DE CONTENU, et toujours en majuscule : Violence, sexe, drogue, violences sexuelles, langage grossier, descriptions explicites de blessures. Comme ça vous êtes prévenus, et je précise que tout cela est vrai, Leigh Bardugo n'y va pas avec le dos de la petite cuillère ! Rien que le premier rituel, une pronostication faite par les Skull & Bones est costaud : une prévision du cac40 lue dans les entrailles d'un cobaye, humain bien sûr, emprunté discrétos à l'hôpital le plus proche ! 

Seulement voilà, des rituels dérapent, Darlington disparaît, des magies de portails et même de sujétion échappent aux Maisons et sont utilisées sans contrôle par des étudiants lambdas, un meurtre est commis sur le campus. Alex est persécutée par une gluma, sorte de démon en pleine rue, lorsqu'elle enquête sur ce meurtre qui a une étrange résonance en elle. Les différentes intrigues, toutes passionnantes, se chevauchent, s'entremêlent pour mieux nous perdre. Mais elles permettent un final spectaculaire et inattendu à cet opus ! Rhaa, comme j'ai hâte d'en savoir plus !!!

L'univers développé par Leigh Bardugo est comme d'habitude dense, complexe, et nécessite de s'investir pour y pénétrer. Certains pourraient reprocher cet aspect confus du début, d'autant qu'il est entrecoupé de nombreux flash-back permettant de comprendre le personnage d'Alex. Moi je ne peux que vous dire que ça vaut le coup de s'accrocher. Plus on avance dans le roman et plus la lecture se fait jouissive. C'est un sacré personnage que l'autrice nous développe là, une warrior malgré tous les obstacles,  et je n'ai qu'une hâte, pouvoir lire la suite !!!  Bref, des fois que vous n'ayez pas compris, gros coup de coeur encore une fois pour Leigh Bardugo. ♥♥♥  


Leigh Bardugo sur Bookenstock :



PETITE LÉGENDE :
☺ = Chronique de Phooka
☻ = Chronique de Dup


mardi 15 septembre 2020

Chez ActuSF en septembre 2020 [sorties]

 

Dans les imaginaires du futur

ARIEL KYROU


Collection Trois Souhaits



Avis de l'éditeur :
Journaliste, écrivain, essayiste et chroniqueur de radio, Ariel Kyrou est un grand spécialiste de la science fiction. Avec Dans les imaginaires du futur, il s'intéresse à différents sujets comme les
Intelligences Artificielles, l'exploration de l'espace, les effondrements qui nous menacent, la survie de la terre etc, et il regarde comment les films, livres et séries de science fiction ont déjà réfléchi et mis en scène tout cela. C'est passionnant parce qu'il nous montre notre monde sous le prisme de l'imaginaire, nous invitant à une véritable réflexion. C'est dense et plein d'idées.


L'héritage du rail

MORGAN OF GLENCOE


Collection Naos


Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile...
La suite du roman Dans l'ombre de Paris.
Plus d'infos ici


Le voyage de Haviland Tuf

GEORGE R.R. MARTIN


Collection Collector

Honnête marchand interstellaire amoureux des chats, Haviland Tuf se retrouve par hasard en possession de l'Arche, un gigantesque vaisseau long de trente kilomètres abandonné mille ans plus tôt qui attire les convoitises. Arme de guerre ultime créée par les éco-scientifiques de l'ancienne Terre, il contient à son bord les technologies génétiques capables de bouleverser les écosystèmes de planètes entières et... d'étranges créatures nées de ses cuves de clonage.
Plus d'infos ici



Nightflyers

GEORGE R.R. MARTIN


Collection Hélios


Depuis des temps immémoriaux, les volcryns traversent la galaxie. Personne ne sait d’où ils viennent, où ils se rendent... ni même ce qu’ils sont vraiment. Karoly d’Branin est bien décidé à percer ce mystère en lançant une expédition scientifique. Mais à bord de son vaisseau, les tensions s’accumulent très vite et une menace sourde glace ses participants...
Plus de renseignements ici
lundi 14 septembre 2020

DUNE 1.1 de Frank Herbert [Audio]

 



Dune 1.1

Lu par : Benjamin Jungers
Série : Dune, Volume 1.1
Durée : 18 h
Version intégrale Livre audio
Lizzie pour Audible






L'avis express de Dup sur Dune de Frank Herbert


Une écoute hyper plaisante grâce aux qualités du roman ET du narrateur Benjamin Jungers.
Un audio que je recommande chaudement.




L'AVIS DE DUP



Difficile de parler d'un roman qu'à priori tout le monde connait. Même moi, c'est dire ! Lu alors que j'étais encore au lycée, Dune m'avait fortement marquée car j'ai réalisé en écoutant cet audio que je me souvenais de beaucoup de choses. Et je précise que je n'ai pas vu le film de David Lynch... Mais l'exercice de la chronique ne va pas en être simplifié pour autant. 

Alors vous pardonnerez les fautes de noms propres car ceci est une écoute. Les termes précédés d'une * sont donc des traductions phonétiques de ma part. Le Duc *Letto, sa concubine Jessica, son fils Paul et tout son peuple des *Atréides sont envoyés exploiter la planète *Arakis. Cette Arakis suscite bien des envies, à commencer par l'Empereur galactique, car elle contient une fameuse épice qui possède des propriétés gériatriques fabuleuses. Exploitation qui se fait au détriment de la population locale, les *Frémens. Le Duc sera assassiné pas longtemps après son arrivée, trahi par un proche au profit de leurs ennemis de toujours, les *Arkonens Harkonnen (corrigé par Phooka :)). Paul et sa mère s'enfuient dans le désert, où il découvrira les Frémens, leurs coutumes, leurs croyances. Mais aussi les beautés et les dangers de cette planète. 

Beaucoup de thèmes sont abordés. Les éternelles guerres de religions entre l'islam et le christianisme transparaissent, on parle même de djihad intergalactique. La colonisation bien sûr, mais aussi l'écologie avec le problème de la gestion de l'eau sur cette planète aride. Un brin de magie, ou de chamanisme également traverse le récit avec l'éducation *Bénégécérite Bene Gesserit (dixit Phooka aussi) de Jessica et de Paul. Il y a également un peuple de *Menta qui possède des particularités de prescience qui sont dévoués (ou esclaves ?) des grands de ce monde, Duc, Comte, etc... Un aspect Fantasy est apporté par l'existence sur la planète Arakis de ces vers géants qui surgissent du sable et dévorent comme une friandise des énormes vaisseaux spatiaux.

Les personnages de Franck Herbert sont construits à la perfection, aussi bien les gentils que les méchants. L'essentiel de la narration de ce roman se fait par le biais de dialogues entre les personnages, ce qui fait de Dune un roman idéal pour une adaptation audio. D'autant plus que le narrateur choisi est l'excellent Benjamin Jungers que j'avais déjà apprécié à l'écoute de L'institut de Stephen King. Un peu comme un Matthieu Dahan, il a le don de prendre une multitude de voix qui fait que l'on sait de suite qui parle et c'est carrément un plus. 

J'ai adoré me replonger dans ce grand classique de SF et compte bien poursuivre mon écoute dès que possible. Soit, c'est de la SF, on parle bien de planètes, de vaisseaux nécessaires pour s'y déplacer, etc. Mais ce roman se déroule entièrement sur Arakis, et ma foi j'avais l'impression d'être dans un roman de Fantasy moyen-orientale. J'ai participé au Mook de Dune sur Ulule et ne regrette absolument pas !



dimanche 13 septembre 2020

Semaine 37 sur Bookenstock [bilan]

 


  • Lundi, Dup nous parle de Je suis ta nuit, un roman pour (grands) ados apparemment ... Si Dup le trouve noir et violent c'est que ça l'est, foi de Bookenstock !





  • Mardi, c'est au tour de Phooka de nous présenter Le roi des Krols, un roman de fantasy rondement mené! A suivre !




  • Et Vendredi , un petit tour dans le monde de Lovecraft avec la version illustrée de Dagon


Et pendant ce temps, Miss Dup se la coule douce .... 






Allez, à la semaine prochaine.

La bise

Bookenstock

vendredi 11 septembre 2020

LES CARNETS LOVECRAFT : DAGON illustré par Armel Gaulme




DAGON



Editions Bragelonne
80 pages
15.90
Parution 14/08/2019







☇ L'avis éclair de Phooka sur Les carnets de Lovecraft: Dagon ☇



Un petit carnet très spécial qui vous donnera l'impression que Lovecraft vous l'a légué avec tout son imaginaire crayonné sur les pages.



L'AVIS DE PHOOKA:








Lovecraft, tout le monde connaît! Dagon aussi d'ailleurs.
Bon fin de la chronique du coup! 😁

Et bien, non, pas tout à fait. Parce que si nous sommes bien en face du célébrissime dieu poisson et du texte que tout le monde ou presque a déjà lu, il y a un énorme plus.
On parle cette fois d'une version illustrée avec des crayonnés ou des dessins à l'encre de Chine. Le tout est présenté comme un petit carnet de notes, du genre qu'on pourrait emporter partout avec soi.

Revenons sur le récit. Deuxième guerre mondiale, un officier de marine marchande est capturé par les allemands dans l'océan Pacifique. Il arrive à fuir dans une barque, erre pendant des jours sur l'océan avant de s'échouer sur une "île" très étrange. Là il part à pied sur cette surface comme tout juste sortie de l'eau et encombrée de déchets marins en tout genres. C'est là qu'il va finir par croiser Dagon ...

Une ambiance étouffante et cauchemardesque, déjà parfaitement rendue par le récit. Mais cette fois, chaque page nous révèle la vision du dessinateur. Armel Gaulme est un fan de l'univers Lovecraftien et ses dessins sont d'une précision et fidélité incroyables. Chaque petit détail est rendu. L'atmosphère y est parfaite, ce qui rend la lecture encore plus immersive.












Le format carnet, la qualité du papier et la couverture rigide ajoutent encore au plaisir de lecture. Comme si nous avions trouvé ce carnet au hasard et qu'il nous révélait ses secrets. Ça pourrait même être le carnet de cet officier, qui depuis est devenu fou et parano. On peut l'imaginer représentant toutes les choses qu'il a rencontrées.

Le cadeau idéal, ces carnets sont une petite friandise qui donne l'impression d’être le détenteur d'un carnet secret dans lequel Lovecraft lui-même y aurait dessiné ses décors et ses personnages. Ses monstres aussi ...

Le feuilleter c'est vraiment faire une immersion totale dans le monde fantastique de Lovecraft, un moment unique.





jeudi 10 septembre 2020

OLANGAR, UNE CITÉ EN FLAMME de Clément Bouhélier

 



Éditions Critic
670 pages
24 euros





L'avis express de Dup sur Olangar, une cité en flamme de Clément Bouhélier


Un retour brillant dans l'univers d'Olangar qui ravira les initiés mais qui saura convaincre les novices


L'AVIS DE DUP




Nous retrouvons Olangar et son univers cinq ans après les événements de Bans et Barricades. Les nains veillent farouchement sur les acquis sociaux durement arrachés à l'époque et les orcs se font oublier de l'autre côté de la Mer des Tempêtes après la déculottée qu'ils ont encaissée. Le nouveau chancelier étiqueté régionaliste a laissé passer l'établissement de zones franches, libres de droits et de regards, mais négocie avec les Duchés éloignés en vue d'une colonisation d'îles voisines promettant toujours plus de gains. 

La situation est donc bien différente. Cependant nous allons retrouver quelques personnages forts de la précédente aventure : Torgend, l'elfe déchu, Evyna qui se retrouve suzeraine de la province d'Enguerrand (une femme, OMG !), et du côté des nains, l'absence de Baldek est compensée par le duo Nockis et Kalin. Même s'il est vrai qu'Une cité en flamme peut se lire indépendamment, ce serait quand même dommage que vous passiez à côté de Bans et Barricades, pour deux raisons : 1) La découverte de l'univers, et notamment des deux cités Olangar et Frontenac. 2) Le passé et les aventures de ces personnages influent directement sur leur attitude d'aujourd'hui. Et puis d'ailleurs, 3) Bans et Barricades est juste énorme ! (Vous trouverez les liens en bas de page)

Cette fois ci, ce n'est pas une lutte sociale qui rassemblera nos personnages, mais un ensemble d'éléments disparates, à priori sans liens. Des attaques terroristes non revendiquées frappent autour d'Olangar, puis directement Evyna à Enguerrand. Une pollution de l'environnement ravage les terres des elfes et échauffe ces derniers contre les humains. Quant à Torgend, il veut comprendre pourquoi des hommes recrutent des mercenaires orcs... Ce sera donc trois intrigues sous forme d'enquêtes qui vont évoluer en parallèle jusqu'à se regrouper, toutes pointant vers Lorkhil, la zone franche au sud de Frontenac.

Clément Bouhélier nous régale une fois de plus avec sa fantasy atypique, loin des clichés moyenâgeux (attention j'aime aussi les clichés moyenâgeux !), pleine de poudre et de charbon mildur, avec un côté steampunk bien marqué. Les personnages cités au dessus prennent encore plus d'ampleur et le roman gagne un côté intimiste qui m'a beaucoup plu. De nouveaux personnages sont à découvrir, notamment l'elfe Eirukkus, le capitaine d'Albénas et le sergent Keiv. Intimiste, mais non dépourvu d'action ! Je ne peux malheureusement pas en parler sous peine de spoiler ce roman, mais sachez que Clément Bouhélier a fait encore plus fort que son attaque de train à cheval ! Wow, les cent dernières pages sont justes énormes !!! J'ai sans doute dû rester la bouche ouverte et les yeux exorbités pendant toute leur lecture !

Si on résume : terrorisme, pollution de l'environnement, racisme envers les êtres différents de soi, place de la femme dans la société, développement économique et profit avant tout... Fantasy ou monde réel ? Une cité en flamme est un retour plus que réussi dans l'univers d'Olangar. Si vous avez aimé Bans et Barricades, vous ne pourrez qu'aimer ce nouvel opus. Si vous ne le connaissez pas, réparez vite cette erreur !

 

Clément Bouhélier sur Bookenstock :


















*** Son mois2

Les chroniques :

PETITE LÉGENDE :
☺ = Chronique de Phooka
☻ = Chronique de Dup

mardi 8 septembre 2020

LE ROI DES KROLS Tome 1 de Olivier Martinelli

 

Le livre des purs 
Tome 1: Le roi des Krols


Editions Leha
19 euros en broché
9.99 en ebook
Parution: 18/09/2020


Les Belecks vivent paisiblement au fond d'une vallée perdue. Un soir, les Palocks, leurs ennemis séculaires, les attaquent afin de dérober un manuscrit qui confère un grand pouvoir à ceux qui le possèdent. Daan, comme tous les jeunes de son âge, a été formé à manier les armes. Au cours du combat, il réalise que son père, qu'il croyait simple charpentier, est le Grand Kal, roi de son peuple.



☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 1 du livre des Purs ☇



Un très agréable roman de fantasy servi par une sublime couverture de Marc Simonetti.
Vivement la suite !



L'AVIS DE PHOOKA:







Quatre îles, une grande, fort à propos nommée Grande Île, et trois plus petites: Linus, Leck et Fradeck. On rencontre Daan quand il a 17 ans. Daan est un Beleck. Son père, le Grand Kal, est charpentier. Il a deux autres frères Luk et Lak et une soeur Zila. Ils habitent Glomek, un village protégé car situé dans une sorte de cirque naturel dont la seule entrée est un défilé très étroit qui a été comblé pour éviter toute invasion. D'autres villages composent la population beleck de ce cirque. Les Belecks sont un peuple guerrier et même si les villages sont en paix depuis que le défilé a été comblé, les enfants apprennent à se battre. Parfois de simples jeux qui nécessitent une aptitude au combat, les garçons manipulent plutôt l'épée ou la hache mais les filles sont des archères redoutables. Zila excelle au tir et ne manque jamais sa cible. 

Donc les Belecks de ces villages sont en paix jusqu'au moment où débute ce récit. Mais là, tout va changer. Un bruit d'explosion, le défilé qui redevient accessible, les Palocks arrivent ...

Les Palocks ressemblent beaucoup aux Belecks à ceci près que leur peau est totalement blanche et qu'ils ont six doigts à chaque main. Ils sont aussi un peuple guerrier et ils ont réduits les Krols en esclavage depuis longtemps. Les Belecks vont devoir se battre et reconquérir leur île. Pour Daan ce sera la découverte de ce qui existe au delà du défilé, la révélation en ce qui concerne son père et ce sera aussi l'occasion de prouver sa valeur en tant que guerrier. Bref, un vrai parcours initiatique pour ce jeune homme hors du commun.

Le roman se lit avec énormément de plaisir, les chapitres sont assez courts et bien rythmés, l'écriture est fluide et agréable. Les personnages sont bien construits et on se prend à suivre avec passion tous les héros du roman. Chacun a son rôle et son importance. Daan bien sûr mais aussi ses frères et sa soeur, sans compter ceux qu'il va rencontrer lors de son périple. Mentions spéciales à Sao et Sépa, le guerrier manchot qui en quelques lignes prend toute son importance. Mais ce que j'ai le plus aimé ce sont les spécificités des peuples. Car chaque île a son peuple. Les Belecks sur Lecks, mais aussi les Vélins sur Linus et les Fradins sur Fradeck. Et leurs spécificités sont juste adorables. Les Fradins sont des marins, ils ont une flotte gigantesque dont les bateaux sont tractés par des éolins, sorte d'orques géants. Quant aux Vélins, ils se déplacent dans les airs, chevauchants des soulines. Tout un bestiaire vraiment fascinant, sans compter les monstres à six pattes qui eux sont beaucoup moins amicaux ...

Mais qui aime bien châtie bien dit-on et j'ai deux minuscules reproches à faire D’abord au niveau du langage: à quoi ça sert de créer des unités de temps (une bonde=100 secondes,, une cale=50 bondes), ça ne fait que ralentir la lecture sans rien apporter et de plus, on se rend compte que ces unités créées au début du roman disparaissent au fil des pages ...
Mais ce qui m'a le plus dérangée, ce sont les mystérieux magiciens blancs. Qui semblent si puissants, et qui pourtant se font tuer si facilement. Honnêtement je m'attendais à des combats épiques pour en arriver à bout, et j'ai été déçue. Much ado about nothing. Juste pour les magiciens, parce que sinon des combats épiques, le roman en regorge et ils sont menés tambour battant avec beaucoup de talent.

Ce premier tome est une belle réussite. Le monde créé, les héros, les créatures, tout y est bien dosé. C'est un très agréable moment de lecture et il me tarde d'en découvrir le second volet et de retrouver tous ces héros hauts en couleurs!