mardi 8 décembre 2020

GUERRES ET SORTILÈGES tome 1 de Jeffe Kennedy


#1
La guerre de Lonen


Editions Alter Real
Parutions 04/10/2019
308 pages
20 euros en papier
5.99 euros en ebook






☇ L'avis éclair de Phooka sur La guerre de Lonen de Jeffe Kennedy  ☇



Le choc de deux civilisations à travers deux personnages.
Un roman étonnant !



L'AVIS DE PHOOKA:




Lonen est le troisième fils du roi des Destrye, un prince sans la responsabilité de devenir lui-même roi un jour et ça lui convient très bien. Au début du roman, il est sur le champ de bataille face à des golems dont la puissance est redoutable. En effet les Destrye sont en guerre contre Baràn et ils ont décidé que cette fois ils iraient jusqu'au bout pour vaincre Barà, la cité Baràn, quelque soit le prix à payer ... Leur sacrifice est immense. Ils ont dû apprendre à vaincre ces monstrueux golems, à combattre les terribles sorciers Baràn, mais le dénouement approche et ils sont en vue de la cité. L'assaut final va avoir lieu, un assaut qui fera bien des morts des deux côtés, mais pour Lonen il n'y a pas de doute, le jeu en vaut la chandelle. Il s'agit en effet de protéger toute la population Destrye de la mise à sac par les Baràn de leurs lacs et points d'eau.

Depuis quelques années la sécheresse règne à Barà, les ressources d'eau sont au plus bas. Alors pour compenser les Baràn ont envoyé des golems "au loin" chercher de l'eau par tous les moyens. Sans tenir compte des populations autochtones, sans se préoccuper des morts directes et indirectes. Les Destrye sont à bout, ils n'ont plus rien à perdre. Ils ont traqué les golems pour remonter à leur source et ont découvert ce peuple de sorciers habitant dans ces terres arides. Maintenant les Destrye n'ont plus de choix: c'est tuer ou être tué.

Du côté de Barà, beaucoup de gens ignorent la provenance de l'eau dont ils usent et abusent. Ce que les Baràn savent par contre c'est que les Destrye sont des barbares, que la guerre fait rage depuis longtemps déjà et qu'ils approchent de la ville. Les Baràn sont, de leur point de vue en tout cas, des gens d'un raffinement extrême. La magie est leur force, une magie complexe dans laquelle la femme est la source de la magie tandis que les hommes en sont l'outil. Ainsi, quand un couple "idéal" se forme, sa puissance est incomparable. Les mages qui sont sur le champ de bataille sont donc soutenu par leurs femmes sur les remparts, elles sont donc des cibles idéales sauf que personne n'a jamais réussi à franchir ces remparts. Du moins jusqu'à ce jour ...

Oria, la princesse de Baràn est cloîtrée dans sa tour. Isolée du monde, car trop sensible à la magie et aux émotions. Elle n'a pas peur, personne n'a jamais franchi les portes de la cité, la magie est trop puissante. Elle ne porte pas encore le masque dont tous les mages sont affublés dès qu'ils maîtrisent leur art. La magie d'Oria est trop instable ou trop étrange.  De loin, elle observe les combats, jusqu'au moment où elle voit un Destrye se hisser sur les remparts et commencer à tuer les prêtresses ...

Le choc de deux civilisations à travers deux personnages. Lonen, un "barbare" hirsute, couvert de sang et de poussière, va se retrouver face à Oria qui n'est jamais sorti de Barà, ni même de sa tour. Pourtant leur intelligence et leur empathie vont leur permettre de trouver une paix fragile. Une paix qui sera mise à mal par les manigances des frères d'Oria.

Il est rare de voir deux héros aussi opposés, sans être caricaturaux. Lonen a beau être un barbare, il a une sensibilité et une intelligence qui le rendent plus humain que le roi et les princes de Baràn. Sans compter que sa cause est juste, ce que réalise très vite Oria qui décide de l'aider à sa façon.

Ce premier tome est étonnant. Il commence en pleine bataille, il finit avec une autre. La guerre en est le centre. La guerre sur le champ de bataille, la guerre pendant les négociations, la guerre quand le traité est rompu par la traîtrise. Et au milieu de tout ça il y a Oria et Lonen que tout oppose. Ils ne se comprennent pas, la magie est un concept trop éloigné pour Lonen et Oria le considère comme un barbare. Pourtant quelque chose se passe entre ces deux là, quelque chose qui leur permettra peut-être de sauver leur peuple, mais la marche à franchir est très haute. Trop haute peut-être ? À vous de voir, il vous suffit de découvrir ce très sympathique roman !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire