mardi 22 mai 2012

NON STOP de Frédéric Mars par Micelnat





Éditions Hachette 
Collection black moon
658 pages
18 pages


Résumé : 

9 septembre 2012, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz Mc Geary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S'ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient. Quels que soient leur âge et leur couleur de peau. La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les Death Walkers, les marcheurs de la mort, ne fait que commencer.



La chronique de Micelnat


Encore une découverte d’auteur grâce à ce partenariat avec les Editions Black Moon et Book en Stock.

Belle bête, pas facile à tenir d’une main allongée sur le sable… Ca tombe bien la météo est pourrie alors je lis confortablement installée dans mon canapé (au chaud !!!)

Un scénario catastrophe sur fond de mémoire du 11 septembre mené tambour battant (tout se passe en 3 jours, à peine)… quelques longueurs parfois, mais cela nous permet de souffler un peu, de réfléchir à ce qui va bien pouvoir se produire.
Une nouvelle forme de terrorisme dans un futur très très proche (septembre 2012)… ; idée originale, saupoudrée de quelques nouvelles technologies pour faciliter le travail des enquêteurs.
Des histoires de complots politiques dont je ne maitrise pas toutes les ficelles, mais qui n’ont pas empêché la lecture de ce roman. La fluidité de l’écriture y est sûrement pour quelque chose.


S’agissant des personnages, ils sont très nombreux car beaucoup de structures américaines méconnues voire inconnues nous sont présentées (les premières pages de présentation peuvent faire peur d’ailleurs dès le départ..). Se livre alors un combat entre ceux qui sont sur le terrain et ceux qui décident… Une véritable cellule de crise doit être mise en place avec certains arrivistes qui passeraient bien outre quelques civils, victimes et dangereux bien malgré eux, pour faire parler d’eux et voler la vedette à d’autres. Mais on doit vite mettre tout se petit monde d’accord pour avancer et sauver ce qui peut encore l’être.


On s’attache forcément aux deux protagonistes principaux. Sam Pollack, très écorché par ce 11 septembre 2001, mérite qu’on fasse un peu plus connaissance, alors vivement un prochain opus… Quant à Liz McGeary, très carriériste au dépend de toute relation personnelle, notamment avec Sam, on ose espérer qu’elle change un peu après toutes ces péripéties à ses côtés. Qui sait ???

Reste la fin… je ne suis pas trop happy end… mais certains préfèrent… c’est le choix de l’auteur, j’accepte…

Merci encore à Dup et Phooka de me laisser tenter ma chance sans blog… ;)

Je file maintenant sur la page du mois de Frédéric Mars car une question me titille… 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire