mardi 5 juin 2018

[Audio] LE JOUR DU CHIEN de Patrick Bauwen









Le pitch :


Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l'avoir tuée. C'était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu'elle me menace... Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l'apogée du mal. 


Sur les traces d'un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l'Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L'Œil de Caine.






Mes lectures de Patrick Bauwen remontent essentiellement à avant le blog pour L’oeil de Caine et Monster, puis au tout début du blog avec Seul à savoir en 2010. Et depuis plus rien. Pourtant consciencieusement, je les ai tous acheté dès leur sortie, tant l’impact de ceux déjà lus résonnait encore en moi. Et comme toujours je n'ai pas pris le temps de les lire...

Ayant croisé l’auteur dernièrement aux Quai des polars, l’envie de m’attaquer à son petit dernier s’est fait plus pressante. Et là, bonheur : je le trouve dans le catalogue d’Audible. Ni une, ni deux, chargé, écouté, adoré. Conclusion : FONCEZ !!!
Voilà c’était la chronique de Dup...
Bon OK !

Dès les premières lignes l’auteur accapare notre attention en faisant de son personnage principal Chris Kovak le narrateur qui nous interpelle et qui parle à la première personne du singulier. Et ce qu’il nous narre nous fait entrer de suite dans le vif du sujet : il est victime d’une agression dans le métro alors qu’il tâchait de défendre une jeune femme qui se faisait chahuter par deux racailles à capuche. Le premier la malmenait tandis que le second filmait… La vidéo des agresseurs, devenue virale sur Internet, passe en boucle et stupeur, dessus apparaît le visage de Djeen, sa femme morte depuis plusieurs années…

Et à partir de là, cela ne s’arrête plus ! Patrick Bauwen nous entraîne à 100 à l'heure derrière Kovak qui se sent manipulé, rue dans les brancards, envoie balader les flics qu'il trouve bien trop attentistes et fonce enquêter seul, ou presque. Il sera notamment aidé par Audrey, la jeune femme qu’il a protégé dans le métro, qui se trouve être une JAP : juge d’application des peines.

J’ai adoré ce personnage de Kovak que l’on ne peut qu’amalgamer avec l'auteur. Comme lui, il est médecin urgentiste. On voit grâce à lui les services des urgences par l’autre côté de la lorgnette. Pour avoir deux filles qui ont fait leur semestre d’internat aux urgences, je peux vous dire que les mots de Patrick Bauwen sonnent juste. Manque de temps, manque de moyens, manque de personnel, mais chacun fait avec. Comme lui, il vit à Paris et tous les coins et recoins de la capitale nous sont décrits à merveille. Tout y est, les décors, l’ambiance, les odeurs. Il nous fera découvrir aussi le Paris underground avec les couloirs de métro, les égouts, les catacombes. Les rave party et la totale démesure qu’il peut y avoir parfois dans les sous-sols de la capitale… L’auteur prête à son personnage principal une répartie géniale qui font des dialogues des passages enlevés et délicieux.

Patrick Bauwen essaime des fausses pistes à tour de bras, dissimulant pourtant des tas d’indices que nous piétinons allègrement, ce qui fait que les coups de théâtre et retournements de situation sont légions ! Le suspense est intenable, dès les premières pages et jamais il ne va baisser en intensité. J’avais parfois envie de dire au narrateur d’accélérer la cadence. Les pauses marquées à chaque changement de chapitre étaient une vraie torture...

Quant à la fin… C’est ce que j’appelle de la double détente. La révélation finale est scotchante, déstabilisante. Au tour du lecteur de se sentir manipulé. Puis surgit l’épilogue… Et c’est l’effet retour du boomerang, vlan, en pleine tronche ! J’adore. 
Le jour du chien : À lire absolument, ou à écouter car le narrateur est parfait, pour les amateurs de thrillers. 
Quant à moi, je ne vais pas en rester là avec Monsieur Bauwen car j’ai découvert avec ravissement que tous ses romans sont disponibles en audio. Il me reste Les fantômes d'Eden à découvrir, mais comme c'est une suite de Monster lu en 2009... Heureusement les beaux jours étant devant être là, jardinage et randonnées en compagnie de mes audiolivres  sont seront au programme !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire