lundi 3 décembre 2018

LE VOILE DE LANCES de Bradley P. Beaulieu



SHARAKHAÏ

# 3

LE VOILE DE LANCES



Éditions Bragelonne
596 pages
25 euros


Le pitch :

Depuis la Nuit des Innombrables Lames, les rebelles des Hôtes sans Lune sont traqués sans relâche. La plupart d'entre eux ont été obligés de fuir la cité. Çeda, qui s'est réfugiée dans le désert, découvre qu'un Roi compte se retourner contre les autres souverains. Elle espère exploiter ces dissensions, mais en qui peut-elle faire confiance ? Tous sont susceptibles de la trahir.
Çeda imagine alors un plan risqué : libérer les asirim, les esclaves immortels des Rois. Mais le meilleur stratège de ces derniers, le Roi des Lames, est à ses trousses...
Tandis que la jeune fille tente de sauver les siens, la machiavélique reine de Qaimir, l'impitoyable mage de sang Hamzakiir et le Roi des Lames se préparent au terrible affrontement qui décidera du sort des peuples du désert...






/!\ spoil sur les tomes précédents !

Appréciez cette couverture magnifique de Marc Simonetti ! Elle dépeint à merveille une des scènes de ce livre. Qu’est-ce que j’aime cette série, l'intérieur, l'extérieur, tout est bien ! L’auteur a créé un univers qui me ravit à chaque tome. Aussi bien le désert du Grand Shangazi que sa perle d’ambre plantée au milieu, la ville de Sharakhaï. Les termes développés pour transformer ce désert un véritable océan de sable parcouru par des navires de toutes sortes, du plus grand vaisseau amiral de la flotte royale au petit skiff en passant par les boutres, les caravelles etc. sont juste énormes.

Et ces tribus du désert, ces peuples nomades qui ne se déplacent qu’en voilier ( et non à dos de chameaux ou dromadaires), donne une ambiance magique à ce roman. Lorsqu’ils font une pause, une halte, les navires sont installés en cercle et ils se réunissent au centre ce qui donne une petite connotation western délicieuse. Ces bateaux sont leurs biens les plus précieux et ils savent les manier à la perfection. L’auteur ne peut être qu’amateur de voile tant les termes techniques sont pointus et adaptés. 

Dans ce tome trois nous allons assister à de grandes batailles navales, à des courses poursuites dans le désert qui sont des passages intenses de lecture. Le fracas des nombreux combats résonne encore à mes oreilles alors que j’ai fermé mon livre depuis un moment. On sera plus souvent dans le désert que dans la ville de Sharakhaï ici.

Çeda poursuit toujours son but : détruire les rois de Sharakhaï. Elle en a déjà occit deux, un troisième a fuit dans le désert. C’est le Roi des lances, l'odieux Onur, amateur de chair humaine... Il fait bande à part, cherche à rallier, enfin à assujettir plutôt, les tribus du désert et affronter Sharakhaï pour être le seul à régner. Mais le but ultime de Çeda a changé, elle n’est plus animée par la quête aveugle du début, celle de venger sa mère. Ce qu’elle désire plus que tout, c’est libérer les asirim. Ces ancêtres de la treizième tribu, assujettis au bon vouloir des Rois, prisonniers des adicharas et qui souffrent depuis plus de 400 ans, depuis qu’ils ont été floués par les Rois et les Dieux. Seule la déesse Nalamae est de leur côté et tente de rééquilibrer les pouvoirs.

L’intrigue de Bradley Beaulieu se ramifie, se densifie. Les rois complotent, plusieurs factions se dessinent. Hamzakiir le grand mage de sang compte bien en profiter. On découvre plus en profondeur les pouvoirs de chaque Roi conférés par les dieux et c’est passionnant.
Les Hôtes de la Lune ont subit un revers, fuient Sharakhaï et rejoignent les survivants de la treizième tribu. Çeda va se joindre à eux. Elle tâchera de rallier quelques Vierges du Sabre à son combat.
  
Mais la plus grande comploteuse dans l’affaire, c’est sans aucun doute Meryam, la frêle et fragile reine du Qaimir, puissante mage de sang, qui louvoie entre tous ces Rois, Mages et Démons. Lorsqu'elle dévoile son plan et son but à la toute fin de cet opus j’avoue que je suis restée comme deux ronds de flan. Je ne la voyais absolument pas venir et du coup je n’ai qu’une hâte, lire la suite. Elle embarque Ramahd dans sa tornade, réussira-t-il à se désengluer ?

Et puis il y a Davud aussi, grand mage de sang en devenir. Il est toujours accompagné d'Anila qui se révèle une nécromancienne de talent. Ce jeune Davud, étudiant appliqué du Collegium de Sharakhaï, secrètement amoureux de Çeda est lui aussi manipulé. Par le Roi Sukru d’abord puis par un mystérieux personnage qui se fait appeler le Moineau. Or au milieu de cet opus, Davud disparaît et on n’en entend plus parler ! Rhaaaaaa, vivement le tome 4 !

Le voile de lances est un pavé de 596 pages que j’ai savouré page après page, durant une semaine. L’intrigue de Bradley Beaulieu monte en puissance et il nous livre avec ce tome 3 un roman bourré d’action, de combats navals et de complots à tout-va. Les personnages principaux sont ciselés et charismatiques, les secondaires très nombreux s'étoffent considérablement. Et toujours cet univers qui reste un enchantement malgré ou grâce à sa rudesse, ses grands écarts de température, son manque d’eau, ses tempêtes de sable et ses nombreux dangers. Je suis vraiment fan !!!



Si vous avez raté le début :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire