lundi 19 juin 2017

SHARKO de Franck Thilliez




HENNEBELLE-SHARKO # 6



Fleuve Éditions
Collection fleuve noir
575 pages
21,90 euros


4ème de couv :

« Sharko comparait toujours les premiers jours d’une enquête à une partie de chasse. Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s’élançaient à la poursuite du gibier. A la différence près que, cette fois, le gibier, c’était eux. »

Le lieutenant Lucie Henebelle a tiré sur un homme en dehors de toute procédure. Pour la protéger, son compagnon Franck Sharko, lui aussi flic au 36 quai des Orfèvres, a maquillé la scène de crime. Ils vont récupérer l’affaire. Celle d’un type retrouvé dans sa cave, mort d’une balle dans la gorge.
Y a-t-il plus infernal, quand on est flic, que de devoir enquêter sur son propre crime ?






En bonne aficionados, chaque année j'attends le nouveau Thilliez. Mais j'avoue qu'une année sur deux je flippe : l'année où l'auteur remet en selle son couple récurrent Franck Sharko et Lucie Hennebelle. A chaque fois je pense que je vais me lasser. Grossière erreur. En fait je ne sais pas comment il fait, mais à chaque fois c'est mieux. Plus intense, plus percutant, plus... plus tout quoi ! Gros coup de coeur. Il doit y avoir une belle fibre masochiste chez moi, car chaque année, que ce soit avec ses one-shots ou ses Hennebelle-Sharko, j'attends ma claque Thilliez.

Avec Sharko, le roman, l'auteur va vraiment plus loin. Il balance son couple phare au coeur de l'intrigue, mais pas comme d'hab ! Relisez le résumé, oui, ils enquêtent sur leur propre meurtre. Enfin, celui de Lucie, mais Sharko s'est chargé de la seconde couche afin 1) de maquiller la scène pour qu'on ne puisse pas remonter à Lucie et 2) que le meurtre soit suffisamment dégueu choquant pour que l'enquête soit directement confiée au 36 et non au commissariat de banlieue dont il aurait dû dépendre. Donc on peut bien dire que c'est leur crime. A la décharge de Lucie, elle a tiré en légitime défense... sauf qu'elle n'avait aucun droit d'être rentrée dans le domicile de ce Ramirez. Qu'y faisait-elle ? Et bien ça, je ne vais pas vous le dire, nanmého !

Mais imaginez donc, diriger l'enquête, magouiller pour falsifier les "perquizes", induire en erreur volontairement leurs collègues, ceux avec qui ils partagent tout. Surveiller en permanence ce qu'ils disent, leurs regards, où ils mettent leurs pieds, et par-dessus tout cela LA CULPABILITÉ. Franck Thilliez va nous décortiquer l'impact psychologique de cette affaire sur ses deux personnages fétiches de façon magistrale, rendant ce roman prenant de bout en bout.

Heureusement pour eux, le meurtre de Ramirez va plonger le 36 dans une affaire de plus grande envergure, avec beaucoup d'autres meurtres qui s'enchaînent. Pour résumer rapidement, le Ramirez était loin, très loin d'être un ange. Pire, il n'était qu'un des piliers d'une sorte de secte mi-satanique, mi-vampirique.

Et comme toujours avec cet auteur, il va plonger l'enquête dans un domaine médical et ça, j'avoue que j'adore ça (mon métier sans doute). A chaque roman il explore un nouveau domaine. C'est creusé, documenté, pointu et passionnant. A chaque roman je me dis que j'aurai aimé l'avoir comme prof, il a un don pédagogique indéniable cet homme, car jamais son discours n'est pontifiant. C'est le déroulé de l'enquête qui apporte l'un après l'autre les éléments nécessaires à la compréhension du sujet qu'il traite, et la leçon passe toute seule. Mieux, elle s'imprime directement.

En résumé, une enquête trapue, dont chaque étape est cruciale et millimétrée par l'auteur, Chaque détail, chaque découverte est importante et apporte une pièce au puzzle monstrueux qui ne se dévoilera qu'à la toute fin. Et durant toute cette longue enquête, 575 pages tout de même, Hennebelle et Sharko dans l'oeil du cyclone, l'angoisse persistante, l'épée de Damoclès bien tranchante au-dessus de leurs têtes. Magistral monsieur Thilliez ! 


Lecture inscrite au challenge Le défi des 4 As de Licorne



Mon défi principal : Le défi N°3

« Lire un policier ou thriller avec un personnage récurrent ( merci de citer le nom du personnage récurrent) : 3 PT»





Aucun commentaire:

Publier un commentaire