mardi 18 septembre 2018

L'AUTOMNE DES MAGICIENS Tome 2 de Helène Mérelle


L'Automne des magiciens
 Tome 2: La Reine Noire


Editions Bragelonne
Collection Fantasy
Date de parution: 16/08/2018
503 pages
25 euros

Seule héritière légitime du trône, Octavianne se retrouve reine d’Elgem malgré elle, un destin qu’elle n’a jamais voulu. Et cette succession ne va pas sans heurt : elle fait l’objet de mystérieuses agressions à plusieurs reprises. D’autres défis l’attendent, comme aider son peuple à affronter la menace de la famine hivernale, en dépit de la méfiance ou de la condescendance de ses conseillers, qui ne voient en elle qu’une gamine inexpérimentée.

Et comment apaiser son compagnon Adalgis, qui considère le palais royal comme une cage dorée ? Surtout qu’un rival inattendu se révèle : Maurin, le capitaine de la garde, qu’Octavianne a aimé autrefois et qu’elle croyait mort. La jalousie de l’homme-lion est féroce, tandis que Maurin de son côté lui rend bien son hostilité, car il ne voit en Adalgis qu’un animal. Entre ces deux êtres que tout oppose, la nouvelle reine aura-t-elle encore la liberté de choisir ?






**Attention c'est une chronique de tome 2 donc il y a quelques spoilers sur le tome 1**

Si vous souhaitez découvrir le tome 1, ça se passe ICI

Le récit de ce second opus est en directe continuité avec le précédent. Octavianne a sauvé Adalgis de justesse en puisant profondément dans sa magie. Mais bien que vivant, Adalgis est totalement inconscient et ne semble pas se réveiller malgré tous les soins et la magie que lui apporte Octavianne. Elle a essayé tout ce qu'elle connaissait, elle a puisé dans ses ressources les plus profondes, elle a écumé tous les livres  de la bibliothèque et a même demandé conseil à Gungor, mais rien ne marche ...

Octavianne est obnubilée par le coma d'Adalgis, à tel point que rien d'autre ne compte. Et rien d'autre ... c'est "juste" le fait qu'elle soit reine, qu'elle ait un royaume à gérer et un peuple qui compte sur elle. Mais son amour est trop fort et occupe toutes ses pensées. Bien évidemment, d'autres se verraient bien gouverner à sa place, du moins prendre les décisions. A commencer par sa propre soeur Quintinie qui l'abreuve de conseils en tous genres et essaye de la secouer pour qu'elle reprenne sa place au conseil en tant que reine. Petit à petit Octavianne va céder et tenter de gouverner Elgem. Là, elle va se rendre compte que ce n'est pas si simple, que sa jeunesse va lui poser problème et que beaucoup de personnages haut-placés en profitent pour prendre des décisions à sa place. Mais Octavianne n'est pas là par hasard. Les péripéties de son périple passé lui ont forgé le caractère et l'ont instruite. Et surtout, elles lui ont donné une idée fixe dont elle ne démordra pas: l'esclavage doit disparaître. Et pas seulement dans son royaume comme c'est déjà le cas, mais dans tous les royaumes voisins. C'est "son projet" ! :)

Octavianne doit se battre contre bien des gens mais aussi contre elle-même. Ce qui est certain, c'est qu'il y a quelqu'un sur qui elle peut compter en toutes circonstances : le capitaine Maurin. Il assure sa protection rapprochée, la suit partout. C'est son ombre, toujours présent, silencieux, efficace ... et amoureux! Oui amoureux comme aux premiers jours, mais de l'eau a passé sous les ponts depuis alors il n'en montre strictement rien. Il excelle juste dans ce qu'il fait.

C'est avec beaucoup de plaisir que je me suis replongée dans l'automne des magiciens. Le personnage d'Octavianne, si fort et si plein de magie montre tellement de failles ... On se demande comment elle va évoluer. Elle a un côté obscur parfois, et si sa bonté et sa droiture font toujours front jusqu'à présent, on est en droit de se demander si cela sera toujours le cas. Les pressions et les coups du sort qu'elle subit vont elle la changer ? Pas facile d'être à la fois reine, puissante magicienne, femme et amoureuse. Arriver à gérer tous ces différents côtés est une gageure de tous les instants. 

Et là, je vais digresser, car à travers Octavianne, c'est un peu le sort de beaucoup de femmes que l'auteure décrit. Et ce "petit" détail (pas si petit en fait) nous amène à ce qui fait que ce roman est si actuel bien que de la pure fantasy. Il y a donc bien sûr le destin d'Octavianne à mettre en parallèle avec le destin de toute femme qui veut mener de front vie professionnelle et privée. Mais aussi, et surtout, le parallèle entre la lutte d'Octavianne contre l'esclavage et celle, plus actuelle, contre le travail des enfants ou des employés sous payés du monde entier. En "boycottant" les marchandises produites par les pays esclavagistes, Octavianne nous montre peut-être la voie pour faire de même vis à vis des pays faisant travailler des enfants, ou des pays polluants ou ..ou ... Bref, Octavianne a le courage de faire ce que beaucoup de nos politiciens actuels ne font pas. Et ça ne se fait pas sans casse ...
Alors bien sûr, ces digressions de ma part sont peut-être pures supputations, et ne constituent en aucun cas la trame du récit. Car oui, nous sommes bien face à de la pure fantasy. Et de la bonne ! Combats, magie, trahisons, manipulations et manigances en tous genres en sont le fil conducteur, et Octavianne va devoir faire face à tout ça. Elle le fera avec brio parfois, avec naïveté aussi. Elle fera des erreurs, comptera sur les mauvaises personnes, mais une chose est sûre elle rebondira toujours.

La reine noire est un vrai plaisir de lecture. Totalement immersif, le roman se dévore rapidement. Octavianne grandit sous nos yeux, apprend, évolue et le lecteur se l'approprie totalement. Le monde créé par Hélène Mérelle sonne juste, on y évolue avec un immense intérêt. On en redemande. Vivement la suite !!



Aucun commentaire:

Publier un commentaire