mercredi 10 avril 2013

Troisième volet de l'Interview d'Oliver Peru



Nous ne sommes pas encore mi-avril et déjà un tome 3
qui sort, bien rempli d'ailleurs !

Pour lire ou relire le début de l'ITV c'est ici : Tome 1 et Tome 2

Il est toujours là... :))



Book en Stock & Oliv Peru


Difficile de parler de soi. Habituellement, j'évite... Mais, on ne dit pas non à Book en Stock. Je me tiens bien droit, je respire et je me lance. Non, je respire encore... et cette fois j'y vais.



Je m'appelle Oliv(i)er Peru, j'ai sept ans, la tête dans les nuages, je dessine tout le temps et j'adore les super héros et les bouquins. Je passe mon temps à rêver à d'autres univers mais je n'en parle pas, je sens qu'on pourrait me trouver bizarre.

J'ai dix ans, je lis la revue Strange, je suis fan des X-Men, j'adore les films d'horreur et quand je pense à mon avenir, je rêve de tas de choses qui paraissent étranges aux autres. Quand je dis que je veux être écrivain, dessinateur, travailler dans la BD ou faire des films, personne ne me prend au sérieux. On me sourit gentiment et on me dit que je trouverai un vrai métier avant de faire toutes ces choses-là. Je ne comprends pas trop le principe du « vrai métier » alors je m'en moque un peu.

J'ai douze ans, je m'ennuie au collège, je me raconte des histoires et je dessine beaucoup. Je suis cependant moins naïf, j'arrête de croire qu'un de ces quatre matins, je vais être enlevé par des créatures d'une autre réalité pour mener d'incroyables aventures aux côtés de grands rois et chevaliers. L'improbable mécanique des portes spatio-temporelles commence à m’apparaître et je pressens que je vais passer toute mon existence dans notre monde.

J'ai quatorze ans, je passe en seconde. On veut « m'orienter », mais mes rêves sont toujours là. On me répète pourtant souvent que le « vrai métier » est plus important, et que mes passions ne sont que des hobbies que je pourrai exercer une fois que j'aurai une situation. Beaucoup trop compliqué à comprendre, tout ça. Je reste sourd à tous les conseils qu'on me prodigue. Je pense malgré tout qu'il faut que je donne le change et je réfléchis à une nouvelle carrière pour faire bonne figure : footballeur professionnel (je précise que je veux jouer en Angleterre ou en Espagne) ou alors basketteur en NBA (là, je choisis Chicago). Les gens me regardent avec des yeux encore plus ronds qu'avant. « Ben quoi, c'est des vrais métiers, non ? Et puis ça rapporte carrément plus d'argent que les livres ! »

J'ai vingt ans, je m'ennuie à la fac, je n'y vais pas souvent, je dessine et j'écris toujours plus. J'envoie mes œuvres de jeunesse chez quelques éditeurs. Les rares qui me répondent me disent que je dois progresser avant de pouvoir être publié. Je suis déçu, je me trouvais plutôt bon... Je commence à douter. Et si tout ce qu'on m'avait dit depuis vingt ans était vrai ? Et s'il me fallait un « vrai métier » ? Comment je vais m'en sortir... Je suis déjà trop vieux pour la NBA.

J'ai vingt-trois ans. Un éditeur accepte de me faire travailler dans une petite revue. Il me propose de dessiner quelques pages de BD aux côtés d'un scénariste. Je suis heureux, c'est le début de ma carrière, enfin.
Excusez, je m'arrête là. Faut que je file, une porte spatio-temporelle vient de s'ouvrir... Et si c'était pour moi ?
On se raconte la suite sur Book en Stock !



****************************


Merci :-)
J'ai une autre question : lorsque "l'écriture effective" commence, savez-vous exactement où vous allez ou bien certains personnages vous entraînent-ils sur des sentiers (pour rester dans le thème de la forêt) que vous n'auriez pas pensé explorer ?

Olivier :

Je sais toujours où je vais quand je commence une histoire. Je me lance rarement sans avoir une idée précise de mon final. En revanche, le chemin pour arriver à cette fin n'est pas écrit à l'avance. Je me force même à ne pas prendre de notes pour ne pas figer le récit et je m'oblige à y réfléchir en permanence. Cela me permet de rester ouvert aux bonnes idées qui pourraient subvenir alors que mon schéma mental du récit est déjà bien établi. Du coup, les personnages et l'histoire évoluent au fur et à mesure que je la raconte. Et souvent vient un moment magique où tout prend vie, les héros s'écrivent tous seuls, ils acquièrent leur propre voix, veulent décider eux-mêmes de leur destin, et je deviens juste un « canal » au travers duquel ils se racontent eux-mêmes. Quand ce moment arrive dans un roman, tout devient limpide et facile, je serais tenté de dire que le livre s'écrit tout seul.
Pour résumer, je dirai donc que je cogite du premier au dernier mot d'un roman, comme si j'assemblais un puzzle mental, mais je reste ouvert à toute nouvelle pièce qui pourrait y trouver sa place.



Bonjour Oliver,

Je découvre par les questions précédentes que vous êtes aussi auteurs de BD... désolé de mes carences. Je n'ai lu de vous que Martyrs, Druide et le cycle des "Hauts - Conteurs" dont il me manque encore le tome 5..... Si avec les réponses déjà données je vois comment vous travaillez en solo, comment cela se passe t'il lorsque vous travaillez en duo?
Les œuvres de Pierre Pevel, Pierre Bordage ou Robin Hobb vous semblent-elles aussi proches que votre propre domaine de création ?

Olivier :

Bonjour, Olivier.

Pour la première question, il vous faut jeter un œil un peu plus haut ;-)

Quant aux œuvres des auteurs que vous citez, je vous avoue n'avoir lu que les premiers tomes de l'Assassin Royal de Robin Hobb.

J'avais beaucoup aimé son traitement des personnages, et d'une certaine façon, et sans prétention, je pense que oui, nous avons des points communs. Surtout dans l'approche sensible et réaliste de nos héros. Comme Robin Hobb, je m'attache plus que tout à ce que mes personnages soient « vrais ». Et même quand ils semblent clichés ou caricaturaux au premier abord, je fais en sorte de dévoiler ce qui les rend si humain. Il me semble que Robin Hobb excelle dans ce registre. Ensuite pour ce qui est des univers, je pense que oui, on peut nous comparer. Mais, j'ai envie de dire que tous les mondes fantasy ou médiéval fantasy se ressemblent d'une façon générale. Ce qui les distingue est souvent de l'ordre du détail, des petites idées qui leur donnent un peu de cachet.

Quant aux livres de Pierre Pevel ou de Pierre Bordage, je peux vous dire que j'en entends beaucoup de bien et que j'en ai quelques uns dans ma bibliothèque mais je n'ai toujours pas eu le temps de les lire. Idem pour Gemmel (dont je n'ai lu que Troie) ou Martin (je me suis arrêté aux deux premiers livres il y a dix ans et je n'ai jamais eu le courage de poursuivre quand la parution a repris). Je suis un grignoteur de bouquins, j'en commence beaucoup, mais j'en finis peu par manque de temps.



Merci de ta réponse qui est encore mieux que ce que j'en attendais :p

Ton chat s'appelle Gilead. Je t'informe qu'à partir de maintenant je vais lire tous tes livres.

La fin de la Tour Sombre ne m'a pas vraiment déçue, je me suis dit après tout, c'est logique et ça renforce le côté "maudit" (je n'en dis pas plus pour ceux qui ne l'ont pas lu). Et Magie et Cristal me fout trop les boules. Je préfère Terres perdues avec Blaine le Mono :D

Je reviendrais avec d'autres questions (sur la BD notamment), je vois que pour l'instant tu as déjà du boulot !

Olivier :

Cool ! Une lectrice à vie grâce à mon chat !


Merci pour votre réponse.
Et merci les filles pour cette belle rencontre et ce chouette concept des interviews du mois de !
Amicalement

Olivier :

Merci à vous.

Denis :

Bonjour,

J'ai apprécié toutes tes BD, y compris les plus anciennes. Les univers sont toujours originaux et mystérieux avec des rebondissements bien orchestrés.
La BD Guerres Parallèles avaient l'air très prometteuse malheureusement pas de Tome 2 à l'horizon. Y a t'il un espoir pour qu'un jour il sorte ? Je ne pose même plus la question pour Blackhole (dommage, j'adore la SF).
D'ailleurs tu préfères dessiner/écrire/lire la SF ou la Fantasy ?

D'autre part, j'ai récemment dévoré Druide, un grand exploit car je déteste lire ! je n'ai même pas peu finir le Seigneur des Anneaux ni le Trône de Fer, trop longs dans leur description et dans leurs intrigues. Alors qu'avec Druides l'immersion est directe, les rebondissements sont permanents, bref pas le temps de s'ennuyer. Du coup, je ne vais pas tarder à commencer Martyrs.

Dans Shaman, j'ai adoré le récit à la fin du Tome 2 qui permet en quelques pages d'étoffer l'univers, c'était presque équivalent à l'histoire d'un tome entier. J'ai trouvé l'idée excellente et je me demandais si tu avais pensé à faire des "BD-livres" : un format BD avec 50% de BD et 50% de roman entrelacés tout au long de l'ouvrage et qui aurait les avantages d'insérer une histoire plus longue dans 54 pages, d'avoir l'immersion graphique des paysages et des personnages et d'insérer des informations (description longue, émotions ressenties par les protagonistes...) mons facilement retranscriptibles en BD. Qu'en penses-tu ?

Merci encore de prendre le temps de répondre, c'est une belle initiative.

Olivier :



Bonjour, Denis.
Merci pour tous ces compliments et content de t'avoir fait lire un bouquin sans images :-) 

Pour ce qui est de l'idée d'un roman/BD, oui, je pense que ce serait une belle idée à réaliser un de ces quatre. Je suis d'ailleurs en train de travailler tranquillement sur un nouveau projet de bouquin jeunesse pour lequel j'ai déjà fait des dizaines d'illustrations et quelques strips BD. Je ne sais pas quand je sortirai tout ça, mais j’espère que ça te plaira. 

Ensuite, pour ce qui est de la série Guerres Parallèles, que j'écrivais et dessinais il y a 6 ans, je ne pourrai malheureusement jamais la poursuivre. Je vais parler de choses que j'évoque rarement mais Guerres Parallèles est le dernier album sur lequel j'ai travaillé avec mon frère avant sa disparition. Il était mon coloriste et nous avions des tas de projets ensemble, nous devions même commencer une série chez Marvel aux États-Unis. Je suis aujourd'hui incapable de me replonger pleinement dans le dessin d'une BD, et dans l'univers des Guerres Parallèles. Les années passent mais certaines cicatrices restent ouvertes. À l'époque, j'ai même arrêté de dessiner pendant un an. Je suis navré pour les lecteurs qui espèrent une suite mais la perte de mon frère a fait de moi un homme et un auteur différent, et c'est en me tournant vers l'écriture de romans que j'ai réussi à avancer. Désolé pour le ton un peu plus grave de ces dernières lignes, mais je pouvais difficilement éluder la question.



Re-bonjour Olivier,

J'ai souvent eu l'impression en lisant Martyrs que le lien qui unissait les deux frères était décrit comme un lien unissant deux jumeaux, portant ils ne le sont pas.

As-tu fait ce choix justement pour nous démontrer la force de leur lien ?

Olivier :


La fraternité et la gémellité sont des thèmes qui me touchent et sur lesquels j'aime travailler. Quant aux rapports entre frères que j'écris, j'y mets un peu de mon expérience. Mon frère et moi étions si proches qu'on nous prenait parfois pour des jumeaux. J'imagine que cela transparaît aujourd’hui à travers mon écriture. Mais si les liens entre Irmine et Helbrand dans Martyrs sont aussi si forts, c'est aussi parce qu'ils sont seuls au monde et qu'ils ne peuvent compter que l'un sur l'autre pour survivre à tous les dangers qui les menacent. Ils sont les derniers descendants d'une grande nation guerrière que les puissants veulent voir disparaître définitivement et à cause de cela, ils ne peuvent faire confiance à personne.


Ah ! ça ne fait même pas 10 jours que vous êtes sous le feu des projecteurs et BAM j'ai déjà deux pages d'interviews à lire !!

J'aime toujours lire les présentation des auteurs, elles sont originales. Avez-vous lu celles de vos prédécesseurs ????

Bon, j'avoue ne pas encore avoir l'occasion de lire un de vos livre (ni une de vos BDs ou alors j'ai formaté ma mémoire entre temps.....), d'où ma question suivante :

Si je devais absolument lire un de vos livre, lequel me conseillerez-vous et pourquoi ?

Et comme j'adore cette question et que peu d'auteur y échappe : les M&m's font ils partis de votre régime alimentaire ? Ou est ce qu'il leur est impossible de voyager dans votre système digestif ?

(désolée, je suis dans mes révisions en ce moment.... j'ai l'impression d'être obligée de placer "œsophage" ou "amylase" dans mes conversations !!! c'est horrible !)

Olivier :



Salut, Crunches.

Que de questions et d'enthousiasme (ça se voit aux nombreux points d'exclamation) ;-)

Alors, si vous ne deviez lire qu'un seul de mes livres, j'ai envie de vous conseiller Martyrs, ma dernière parution. Selon moi, c'est mon livre le plus abouti, le mieux écrit et le plus fort au niveau des émotions. C'est celui qui vous offrira le plus beau voyage dans mon imaginaire.

Et pour les M&M's, bien sûr qu'ils font partie de mon régime. Je suis capable d'en avaler un paquet de 500 grammes en une soirée. J'adore particulièrement les M&M's Crispy. Mais j'ai aussi une tendresse particulière pour les oursons chocolat guimauve ;-) Je suis un vrai gourmand, tendance glouton.

Et bon courage pour vos exams !


Re Bonjour :)
Une petite question concernant la BD :
Comment ça se passe pour le choix du dessinateur ? Est-ce que tu sais déjà avec qui tu vas travailler avant même d'avoir écris le scénario ?

"Comme vous l'aurez sans doute deviné, l'or que certains personnages ont
dans les yeux est un lien entre Druide et Martyrs. Mais je ne travaillerai sur cette idée que dans plusieurs années. Il faudra être patient pour tout savoir ;-)"

What ?!? Plusieurs années ?!? Bon je raye cette phrase de ma mémoire sinon je vais me faire souffrir inutilement x_X ...Donc ah oui, tu as un petit favori parmi les X-Men ?

Olivier :

En BD, non, je ne sais pas toujours d'avance avec qui je vais travailler mais il est quand même rare que j'écrive un script sans savoir qui va les dessiner. Le choix des dessinateurs se fait souvent en fonction des disponibilités et des amitiés. Je travaille avec des gens que j'aime ou dont j'admire le travail. Les deux vont souvent de pair.
Par exemple, dernièrement sur ma série Zombies, Soleil m'a permis de développer des one-shots (qui devraient paraître en 2014) et j'ai écrit des débuts d'albums sans savoir qui allait œuvrer dessus. Plusieurs dessinateurs ont donc fait des essais et sont appropriés les scripts pour nous offrir des versions très différentes les unes des autres. Et au final les deux premiers artistes qui ont été choisis sont vraiment très forts. Nous sommes seulement en train de commencer les albums mais je suis déjà impatient qu'ils sortent ;-)


Sophie Rosset :

Bonjour !

J'ai eu l'occasion de lire quelques pages de Druide. J'ai eu envie d'acheter. Mais ... pour des raisons de place, je n'achète plus de romans papier. Or ... vous ne publiez pas en électronique. Pourquoi ?

Olivier :


Bonjour, Sophie. 

Pour l'instant, comme Druide et Martyrs sont publiés chez J'ai Lu, il appartient à mon éditeur de décider ou non de les publier en électronique. Pour ma part j'y suis favorable et eux aussi mais les freins sont plutôt techniques. Je crois savoir que J'ai Lu travaille sur un projet de publication électronique mais ils veulent bien faire les choses et cela prend du temps, surtout vu la quantité d'ouvrages qu'ils publient chaque année. Je ne peux donc guère vous donner de détails sur ce point. Je pense que cela viendra prochainement, mais impossible de vous préciser une date.


Niki :

Bonjour Oliv(i)er Peru !

J'ai récemment découvert une superbe couverture pour Judge Dredd...
Ma question : que faites-vous de vos originaux ?
Merci pour votre réponse et ce joli texte de présentation !

Olivier :



Bonjour, Niki.

Et merci pour le visuel de Dredd. C'est un des éditeurs avec qui je travaille qui publie les intégrales en ce moment en France et quand il m'a proposé de faire la couv, j'ai sauté de joie. C'est un personnage tellement charismatique des années 80 que je ne pouvais pas refuser.

Pour ce qui est des originaux, je n'en ai pas vraiment sur cette image. Je suis parti d'un rough fait en 5 minutes sur un coin de table et j'ai travaillé la suite à la palette graphique directement sur Photoshop.

Pour le reste de mes originaux, je n'en fais pas grand chose surtout que je dessine de moins en moins. J'en offre parfois à mes amis et il m'est aussi arrivé d'en vendre par l'intermédiaire de galeries qui s'intéressent à mon travail. Un de ces jours, je pense que je vendrai « mes belles pièces » au profit d'une asso ou d'une belle cause.



Maiiiiiieuuuuh ! C'est quoi cette présentation qui se termine comme ça ? Je veux savoir ce qui se passe après 23 ans moi ! Mais comme je n'ai pas assez de temps là tout de suite pour lire la première page d'interview, j'aurai peut être les réponses plus tard, tant pis.

Je voulais déjà passer pour te dire hello, et pour te souhaiter la bienvenue sur Bookenstock, j'espère que tu passes un bon séjour ici !

J'ai déjà lu Druide que j'avais beaucoup aimé, d'ailleurs, c'est Phooka qui m'avait prêté son exemplaire (merci Phooka :D), et j'ai également lu le tome 1 des Haut conteurs ... que je n'avais pas trop aimé (un chouilla trop "enfantin" pour moi). Quoiqu'il en soit, Dup m'a donné très très fort envie de lire Martyrs.
Tu pourras donc dire merci à Dup et à Phooka, car c'est en partie grâce à elles que je découvre tes oeuvres :D

J'ai une petite question concernant les Haut conteurs (bizarre, j'ai une question sur le livre que je n'ai pas apprécié ...).
C'est comment d'écrire à 4 mains ? Vous vous êtes organisés comment avec Patrick McSpare ? Qui est venu trouver qui pour écrire ? Comment est venue l'idée d'écrire ensemble ? Comment est ce que vous avez fait, tant au niveau de l'écriture, que du partage des idées, que de la mise en place de tout ça pour en former plusieurs livres ?
Et au final, tu préfères quoi ? Travailler seul ou en binôme ? Ou alors ce sont toutes les deux des expériences particulières et agréables ?

Bon, on va arrêter là, hein, parce que je partais sur une "petite question".

Olivier :



Salut, Olya.

Que de questions :-) Je crois avoir répondu à la plupart d’entre elles précédemment.

Je peux en revanche vous raconter comment sont nés nos Conteurs. Il y a 4 ans, j'ai rencontré les éditions Scrineo et je leur ai proposé le concept des Haut-Conteurs. Cela leur a plu et j'en ai profité pour leur dire que j'avais aussi envie de travailler dessus avec un vieil ami à moi. Vous l'avez deviné, il s'agit de Patrick Mc Spare. Il était aussi en contact avec Scrineo mais pour un autre projet. On a finalement décidé qu'on s'amuserait plus en bossant ensemble et on a convaincu notre éditeur en lui envoyant les premiers chapitres de notre série. Nos héros étaient ainsi lancés.

Quant au fait de travailler seul, à deux ou en équipe, je n'ai pas vraiment de préférence. Je suis toujours sur plusieurs projets en même temps. Seul pour mes romans, avec des dessinateurs sur mes BD, et parfois dans des grosses équipes quand je suis sur des projets audiovisuels. Mais en tout cas, je peux vous dire qu'avec Patrick, on a adoré bosser ensemble et on a déjà des idées de bouquins à faire ensemble à l'avenir. On ne sait pas encore quand on s'y mettra, mais on renouvellera l'expérience.



Roooooh la loose. Je viens de voir que quelqu'un avait déjà posé ma question :( Ca m'apprendra à ne pas avoir le temps de lire les interviews précédentes ...

Bon, je repasserai plus tard avec quelque chose d'inédit ...

Olivier :

Pas de problème, et puis j'ai ajouté quelques détails, malgré tout ;-)




8 commentaires:

Snow a dit…

Bonjour, c'est re-moi
J'aurais une question qui a un rapport avec Druide (et ça me trotte dans la tête depuis hier)
L'idée de l'Arbre Vie, est-ce que ça a un rapport conscient avec Yggdrasil (l'arbre monde scandinave) ou l'Arbre de la Connaissance (de la Bible) ou un truc mythologique avec des arbres?

Unknown a dit…

Eh beh ça papote, ça papote ^^
Tu m'as offert un ticket book-en-stock sur la 1ère page, mais j'aurais enchaîné avec d'autres questions de toute façon. C'est la Thaly Ley ^_^

Alors... J'ai été soufflée de voir le pavé Martyrs écrit en plus en tout petit. C'est très dense et pourtant, aucune longueur dans la narration et l'intrigue, je me régale et ai presque fini (je ne lis pas très vite, je savoure chaque phrase mais du coup, je suis un peu à la bourre ^^")

Bref, te souviens-tu combien de temps il t'a fallu pour rédiger une telle pépite ? As-tu des habitudes d'écrivain en dehors des musiques de fond ?

Je vois que tu as un chat toi aussi. T'es-tu inspiré de son caractère pour créer Karmalys ? (tout le monde sait combien les chats sont tyranniques et ne supportent pas qu'on conteste leur autorité naturelle :P)

J.a.e._Lou (Rêve général) a dit…

Bonjour Olivier,

Je n'ai pas de question particulière, car en fait, j'ai déjà une réponse (l'histoire des yeux dorés dans Druide ET Martyrs, j'avais préssenti le lien, ça m'a même frappé quand j'ai lu le premier chapitre de Martyrs, je me suis dis "Ben didonc, il est obsédé par les yeux dorés" ^^).

Je laisse donc juste un message pour dire que de ce que je lis sur Book en Stock, ça me donne encore plus envie de lire Martyrs (duquel je n'ai lu que le premier chapitre) et autres car tu as l'air hyper sympathique et qu'on a vraiment l'impression que tu aimes papoter avec tes lecteurs :)

Nahe a dit…

Bonsoir Oliv(i)er,

je suis plongée dans Druide en ce moment et j'ai beaucoup de mal à en sortir... Déjà merci !
Je suis passée lire l'interview et je retiens cette excellente présentation, je note aussi de me précipiter sur Martyrs. Je retourne à ma lecture, les questions (s'il en reste après ces 3 pages)viendront ensuite. A bientôt !

Anonyme a dit…

C’est encore moi !

Je viens de finir Martyrs ^_^

Je redoutais de nombreux passages avec trois tonnes de description et de récits peu captivants pour poser l’univers, et bien je ne me suis complètement trompé. Comme dans Druide, les intrigues s’entremêlent et tiennent en haleine, même au départ où l’on pourrait croire qu’il faille du temps avant que ça démarre. Dès le début on suit la traque que mène un assassin, l’un des protagonistes principaux, et l’on découvre qu’il s’agit d’un art entre les mains expertes de ce guerrier au sang de dragon. Sa rencontre avec un spectre très particulier attise l’envie de savoir le pourquoi du comment jusqu’à la fin du livre. A chaque fois, la tension de ne redescend que démarrer une nouvelle intrigue qui convergeront toutes dans le même sens. Donc miracle, je ne me suis pas ennuyé une seconde !

Autre miracle, l’écriture est tellement bien ficelée qu’on a l’impression à chaque fois de découvrir les secrets avant que la vérité n’éclate pour on se laisse surprendre systématiquement.

Dernier miracle. En arrivant vers la dernière centaine de pages, une de mes grandes craintes est revenue : « il va falloir que j’attende le tome 2 pour avoir la fin de l’histoire… les boules ». Et bien non, à ma grande surprise la fin du tome 1 se suffit à elle seule. Certes tous les secrets de l’univers ne sont pas percés mais les principales intrigues sont dénouées y compris celle du spectre. Certes, il y a toujours matière pour un second tome mais je trouve que le premier se suffit à lui-même.

Donc un grand merci.

Denis

PS : le nouveau continent que voudrait découvrir Helbrand ne serait-il pas celui de Druide ? Dans les deux cas les ancêtres des héros ont bu du sang de dragon…

Mariejuliet a dit…

Bonjour,
Pas de nouvelles questions, mais j'ai juste envie de dire que je lis avec plaisir les questions et les réponses.Je n'ai pas encore lu Druide (ni martyr), mais il est sur ma liste de "courses" ;-) pour les Imaginales.

Unknown a dit…

Encore moi ^^" J'espère ne pas paraître pressante en intervenant à nouveau avant que tu aies eu le temps de répondre à ce qui a été dit entre-temps, mais je suis poisson rouge et ai peur d'oublier à nouveau cette question qui me turlupinait un peu :)

On a parlé des yeux d'or des Arserkers, mais pas de leur nom. Un lien avec le mythe des Berserkers, je suppose ?

Saefiel a dit…

Bonjour Oliver,

Je vais te tutoyer si tu me le permets. C'est plus sympathique !

Je dois t'avouer que j'ai découvert ton talent il n'y a pas très longtemps, surtout à travers les BD (Zombies notamment, je suis un genre de monomaniaque avec ce genre d'histoire j'avoue). Quand à Druide et Martyrs, ils m'attendent dans ma bibliothèque et j'ai le pressentiment que je ne serais pas déçue, je suis pressée de les commencer dès que j'en aurais finis avec mes exams !

Alors ma question se situe par rapport à ton travail d'écriture:

Est ce que tu as déjà été confronté au phénomène si redouté de la page blanche ? Et, si oui, comment l'as tu surmonté ?

Autre question complètement égoïste :Est ce que tu comptes venir bientôt faire une petite dédicace à Lyon ? :D

Je pars réfléchir à d'autres petites questions ! Merci !