samedi 11 mai 2013

Interview tome 2 de Marie Pavlenko



On continue par ici
La première partie est ICI

Je remets la présentation de Marie, elle est bien sympa !




Imaginez.


Un salon, tout de blanc vêtu. Un tapis blanc, des meubles blancs, des étagères blanches, des livres blancs. La femme qui vit ici a 45 ans, les cheveux noirs coupés courts.

Imaginez.


Un salon design. Un tapis moderne, des meubles pointus, des étagères tendance, des livres rangés par couleurs. La femme qui vit ici a 45 ans, les cheveux noirs coupés courts.

Imaginez.


Un salon foutraque. Le tapis est chiné, les meubles de guingois, les étagères débordent, les livres sont empilés dans les coins. La femme qui vit ici a 45 ans, les cheveux noirs coupés courts.

Est-ce la même femme ?
Non.



Entrer chez quelqu'un, c'est accéder à une partie de lui. Ce qu'il veut montrer, la surface, mais aussi, la personne qu'il est, profondément.

Cette photo a été prise dans mon salon ( je n'ai pas 45 ans, ni les cheveux noirs coupés courts ).

Les éléments que je vous y donne à voir, je les ai choisis vite, d'instinct. Je ne voulais pas y réfléchir. Ils sont le reflet de mon « conscient » et de mon « inconscient ».

Voilà, je vous ouvre un petit bout de chez moi.

Et maintenant, j'attends vos questions :)

Marie



*****************************



Bonjour Marie =) J'ai eu la chance d'être sélectionnée pour recevoir La fille Sortilège et la chroniquer et je suis presque à la fin (il me reste une petite centaines de pages) Une chose est sur je n'ai pas envie de le terminer, sachant qu'il n'y aura pas de suite (ou alors pas avant un certains temps si j'en crois la question de Olya).

J'ai été impressionnée par vote façon d'écrire que je trouve très naturelle à lire pour le lecteur est très posée, du coup j'en suis venu à me poser la question de savoir si avant de vous lancer dans l'écriture d'un livre vous preniez le temps d'écrire un petit résumé de chaque chapitre pour bâtir l'histoire avant de réellement l'écrire ou si vous préférez y aller à votre feeling.

Et à savoir si vous avez eu la même démarche dans votre façon d'écrire pour Saskia et La fille Sortilège (une série et un tome unique ne s'écrivent peut être pas de la même façon ?) Je suis très curieuse de savoir tout ça =)

En tout cas merci pour cette sympathique présentation et de répondre à toutes nos questions, c'est vraiment super !

Marie :

Bonjour Esmeria,


Merci pour tous ces gentils mots :)
Alors non, pas du tout, j'y vais complètement à l'aveugle... Je connais le début et la fin (et encore, parfois, je change d'avis en cours de route...). Et j'écris Saskia de la même façon, effectivement. C'est "comme ça vient". Parfois, au gré des besoins et de l'avancement, je reviens en arrière, je corrige, je modifie, etc. Mais je ne sais pas planifier. J'ai aussi un gros mois et demi de rewriting, pendant lequel je lis tout, je rabote, je lis tout, je polisse, je lis tout, je cisèle. J'unifie.


Ça te va ?
À vite



Olya :

Bonjour Marie,

En lisant les réponses aux questions des autres lecteurs, je vois que tu as plein de projets en tête, et ça c'est vraiment chouette pour nous :)

Bon, comme je suis curieuse, et pas uniquement concernant tes livres et tes méthodes d'écriture, je vais poser plein d'autres questions !

* Est ce que tu as un animal de compagnie ?
* Que penses-tu des chats ?!
* Ton plat préféré ?
* Ton dessert préféré (encore plus important que le plat !) ?
* Ton personnage préféré dans Harry Potter (en supposant que tu l'aies lu, puisque tu en parles à un moment) ? :D

Je te laisse répondre à ces questions, et je reviendrai à la charge plus tard !

Bonne semaine :)


Marie :

Coucou Olya,

bon, je vais être honnête, tu risques d'être très déçue par mes réponses.

- Non, je n'ai pas d'animal de compagnie.
- Je ne pense rien des chats...
- Je n'ai pas de plat préféré, j'aime bien trop de choses.
- Idem.
- J'aime Harry, Ron, Dumbledore, Rogue, Hagrid, Buck, Fred et Georges, Lupin et plein d'autres... C'est d'ailleurs la raison (enfin, une des raisons) pour laquelle JK Rowling est si forte : parce qu'on est attaché à ses personnages et qu'on ne veut plus les quitter (est-ce que tu savais qu'elle avait prévu de tuer Ron, au troisième tome, je crois, et puis qu'ensuite, elle a renoncé ?).
Bises


Bonjour Marie,
Je viens de découvrir et de finir de lire "La fille sortilège", et je suis enchantée, pas forcément férue de littérature jeunesse (j'ai 47 ans ...je sais qu'il n'y a pas d'âge, mais j'en lis peu ordinairement),et là, j'ai été charmé par Erine qui rappelle à toutes les jeunes filles et femmes, les vraies valeurs de la vie, de l'amitié, de l'amour et de la tendresse avec ses proches, ses parents en autre... et ce passage avec ses parents m'a profondément bouleversé, sans doute du à une projection personnelle de ma part... est ce le cas pour vous également ?
Comme d'autres, l'histoire appelle une suite et je pense que vous déjà des demandes importantes !et je me rajoute à la liste car on a pas envie de lâcher cette jeune fille, si dure et si fragile...Un coup de coeur pour moi !
Je regrette une chose, c'est de ne pas vous avoir lu plus tôt, car cette année, je ne vous ai pas vu au "printemps du livre" de Montaigu, l'année dernière je crois, (ou peut-être celle d'avant, le temps passe si vite) vous présentiez SASKIA, et je suis passée alors trop précipitamment devant votre stand ! erreur ! Est ce indiscret de savoir pourquoi cette année, je n'ai pas vu, hélas ! votre nom sur un des stands ? et peut-on espérer vous y voir l'an prochain ?
Merci de continuer à nous ravir, Marie, et continuez à enchanter nos imaginaires de vos histoires simples mais efficace dans leur originalité et leur contenu. Juste avant de partir, je trouve votre présentation visuelle très belle et sympathique ! Bon mois chez book en stock... Il faut dire qu'on est bien reçu chez Dame Phooka et Dame DUP!
A bientôt


Marie :

Bonjour Licorne, quel joli pseudo !
Merci pour tous ces mots si touchants, ils me vont droit au coeur (que j'ai sensible).
En ce qui concerne les parents d'Érine, j'aurais besoin que tu précises ta pensée. Que veux-tu dire exactement ? Est-ce que tu veux savoir s'il s'agit de quelque chose que j'ai vécu ? Ou autre chose ?
J'étais effectivement à Montaigu l'année dernière, et je n'y suis pas venue cette année car je n'y étais pas invitée, c'est très simple. Je vais généralement partout où l'on me demande de venir, car c'est toujours des belles expériences de rencontrer des lecteurs, quel que soit leur âge, hein... :) Et je t'avoue que je ne sais pas du tout ce qui se passera l'année prochaine. La seule information dont je suis certaine, c'est que je l'annoncerai sur mon site si je viens, parce que j'y indique toujours mes déplacements.
À bientôt,
Marie


Zina :

Bonjour Marie, j'ai de nouvelles petites questions si tu le veux bien.
Tout d'abord, je m'interroge sur le monde de l'édition.
Comment se passe les relations entre l'auteur et l'éditeur ? Et une fois que le livre est publié ou sur les starting-block, comment se passe la promotion de l'ouvrage ? Es-tu impliquée ? Et pour le choix de la couverture, as-tu ton mot à dire ? Personnellement, malgré les "reproches" qui ont pu lui être fait, j'aime beaucoup celle de Scrinéo :)
Saskia vient d'être réédité chez Pocket, comment cela s'est-il passé ? Est-ce l'éditeur ou l'auteur qui lance les démarches ? Et si c'est le premier, qui contacte-t-il ? L'éditeur d'origine ou toi-même ?
Ensuite, je me demandais pourquoi tu avais choisi d'écrire pour la jeunesse plutôt que pour les adultes ? et pourquoi de la fantasy ? bien que j'ai vu que tu pensais actuellement à un roman pour "filles déjantées" ;)
Merci beaucoup !

Marie :

Coucou Zina,
je vais essayer de t'éclairer du mieux que je peux...


Je pense que les relations sont fonction de l'auteur ET de l'éditeur :)
Pour ma part, jusqu'à présent, j'ai eu des éditeurs qui intervenaient peu sur mes textes et surtout, qui respectaient mes choix et mon opinion. Je ne pourrai pas travailler avec un éditeur tyrannique ou trop interventionniste.
Idem pour la promotion, ça dépend des maisons et de la façon dont tu souhaites t'engager, en tant qu'auteur. Moi, je suis toujours ultra-partante pour bouger ou répondre aux questions parce que je pense que c'est important de soutenir mes livres (je ne passe pas autant de temps sur un ouvrage pour ensuite le laisser tomber ou faire sa vie tout seul...). Après, tout dépend aussi du budget que la maison d'édition consacre à ton livre, les moyens qu'elle y met (qu'elle le choisisse ou qu'elle le puisse), et c'est là que tout diffère. Par exemple, je sors dans quelques jours une BD chez Delcourt, et le suivi est magistral : ils ont fait des centaines de Dossiers de Presse, ils ont prévu trois jours plein d'interviews, etc. Bref, c'est agréable, parce qu'on se sent soutenu. Scrineo est une petite maison, mais ils se démènent, ils se bougent, ils m'envoient à des salons, et ils tiennent compte de mon avis, j'aime beaucoup travailler avec la personne qui s'occupe de tout ça, elle est pro.


Pour la couverture, ça dépend du contrat. Tu peux demander à avoir un droit de regard ou non, tout est négociable, et tout est fonction de la personne avec laquelle tu bosses. J'ai beaucoup de chance, je peux mettre mon grain de sel :)


Pour le poche, ça dépend aussi :)
C'est grâce à moi (enfin, grâce à un ami qui le lui a recommandé) que l'éditrice de Pocket a eu Saskia entre les mains. Ensuite, elle négocie avec l'éditeur directement si l'auteur a cédé ses droits.


Je préfère la jeunesse car je m'en sens plus proche. C'est une littérature qui ne se prend pas au sérieux et qui se permet beaucoup. J'aime la fantasy, ce qu'elle offre, l'évasion, son potentiel narratif et imaginaire, son infini, en gros :)


voilàààààà !
Marie :)


Zina :

J'en rajoute une petite ! En ce moment, on voit beaucoup d'adaptations ciné de séries fantastiques. Est-ce quelque chose dont tu as déjà rêvé ou qui te plairait ?
Voilà, j'arrête !


Marie :

Bien sûr que j'en rêve :) D'autant qu'admets que des Enkidars sur grand écran, ça doit claquer ! :)
Mais il faut d'énormes succès en librairie et à l'international, pour cela, car ce sont les Américains, la plupart du temps, qui rachètent les droits.


Licorne :

Rebonjour Marie!

Merci pour ses réponses, désolée pour Montaigu, et je guetterai le programme de l'an prochain car c'est un des seuls salons qui se trouve dans mon coin ! Alors je suis très à l'écoute des auteurs qui sont présentés...et je ne savais pas qu'on y était invité, bah... Ils ne savent pas ce qu'ils perdent! ;) et nous SI !... Et bien pour repréciser ma question, en fait je cherche souvent à savoir s'il y a une grande part de sa propre expérience dans ce que l'on écrit... je suis persuadée que oui, mais de là à être autobiographique, il y a de souvent de grands pas... Mais quand l'émotion est très forte dans un livre, et j'ai été spécialement touchée par ce chapitre, je me demandais si vous n'aviez pas vécu cette situation, c'est à dire une longue séparation avec un proche, et un bonheur de le retrouver, par exemple... j'ai ressenti ça avec un de mes parents lorsque j'étais plus jeune... et je croyais toujours que la porte me serait fermée alors que nous étions tous les deux comme des "imbéciles" à attendre que chacun se décide à faire le premiers pas ! Le genre d'orgueil qu'il faut parfois mettre de côté ! Bref... Les relations entre mères filles et filles pères sont tellement bien évoquées que je voulais savoir aussi si vous aviez vous même des enfants, s'ils étaient vos premiers lecteurs et si oui, leur réactions ?
Merci encore de prendre de votre temps.
Bonne journée

Marie :

Re-coucou Licorne,


je pense que ça dépend de chacun. Je n'irais pas jusqu'à dire "une grande part de sa propre expérience". Tu as raison, toute personne qui écrit insuffle dans ses textes une part d'elle-même. Mais c'est la même chose pour un musicien ou un peintre. Je crois qu'il est impossible, quand on crée, de se déconnecter de la personne que l'on est, profondément... puisque créer est intimement lié à ça, justement.
Pour moi, un écrivain est celui qui parvient à immerger son lecteur dans un monde cohérent, avec des personnages attachants ou fascinants, et la littérature commence avec l'imagination (je sais que ce n'est pas très actuel, à l'heure de l'auto-fiction à outrance :). D'ailleurs, c'est pour cette raison que j'aime autant la littérature de l'imaginaire : elle emporte loin de la trivialité de notre quotidien, de notre vie, et pourtant, quand elle est réussie, elle résonne de façon extraordinaire avec elle. C'est la magie et la force de cette littérature : insuffler de "l'humain" là où il ne devrait pas y en avoir (je ne sais pas si je suis très claire !).
Et donc, pour répondre à ta question, non, je n'ai jamais vécu ça :) Mais j'essaie d'imaginer de l'intérieur ce que je ressentirais si tel était le cas...
Et dans ces conditions, ton message me touche beaucoup beaucoup.
Oui, j'ai des enfants, mais ils sont trop petits pour lire mes livres, surtout La Fille-Sortilège.


Marie nous ayant fait une "deux-en-un", je mets à la suite les deux interventions suivantes qui se rejoignent ;)

Snow :

Bonjour Marie, bienvenue dans le salon de Phooka et Dup pour ce mois de toi ^^
Je viens tout juste de finir le tome 1 de Saskia (chronique pour la mi mai ^^) et je me demande pourquoi je ne l'ai pas lu avant et pourquoi je n'ai pas encore la suite dans ma PAL parce que j'ai tout simplement A-DO-RÉ
Bon j'ai déjà lu toutes les questions et les réponses du coup j'ai déjà pas mal de réponses à des questions auxquelles je ne pensais pas ^^

j'aurais du coup une petite question que j'aime bien poser aux auteurs!
Tes personnages, tu les inventes de bout en bout ou ils se créent tout seuls ou tu les inventes et ils possèdent une vie propre ?


Bonjour Marie,

Et dire que ma question devait être la deuz juste derrière Olya :p mais mon pc en a décidé autrement, c'est pourquoi j'ai mis un peu de temps à revenir poser mes questions !

D'abord, j'aimerais commencé par le commencement, je t'ai découvert par une fan qui n'avait pas compris mon ironie sur le mur d’Étonnants Voyageurs 2012, je l'ai contacté par MP en m'excusant si mon ton un peu cinglant l'avait blessé, mais je voulais passer un message. Elle m'expliquait alors qu'elle venait en train en famille te voir rien que toi, parce qu'elle avait découvert « Les livres de Saskia » et les avaient fait découvrir à ses filles. J'ai trouvé ça extraordinaire qu'elle fasse tout ce trajet rien que pour toi, et je me suis dit que Saskia devait vraiment valoir le détour. Du coup je me suis présentée au stand scrinéo et malheureusement je te t'ai pas vu :'(, alors j'ai préféré attendre pour découvrir saskia, attendre que tous les tomes soient parus car je n'aime pas attendre entre les tomes ^^

Et puis, j'ai continué de suivre ton actualité, et « le mois de » Made in Book en Stock, annonce alors Marie Pavlenko ! Avec un partenariat avec Le pré aux clercs pour La fille-Sortilège, un one-shot !! Je suis assez friande des one-shot en fait, puisque j'aime pas attendre entre les tomes comme tu as dû comprendre :p Et effectivement, malgré mon appréhension à lire un young adult, je n'ai pas été déçu.

Bon mes questions ont finalement étaient posées : Mais je vais les formuler autrement, à partir des chroniques de saskia et ayant lu la fille-Sortilège, je me rends compte que tes personnages sont remarquablement construit. J'ai lu sur une de tes réponses que tu écrivais totalement à l'aveugle, pour les personnages également ? Fais tu des fiches pour chacun des personnages ? Car je trouve qu'ils ont tous une personnalité bien construite. Je comprends qu'il ne soit pas évident de passé de Erine à Saskia, mais même lors de l'écriture de la Fille-Sortilège comment fais tu pour respecter l'essence de chaque personnage ?
Tu as aussi un don pour faire passer les émotions, j'avais mal aux tripes pour Érine, quand elle retrouve sa famille, les révélations sur Malcor, ou quand sa petite sœur lui offre un dessin. Ça aussi ça te vient naturellement ? construire une émotion et la faire passer dans un bouquin moi je trouve ça magique, en générale quand un livre me fait pleurer c'est qu'il a réussi à m'atteindre et me plaire, alors bravo.

J'attends donc la sortie du tome 3 de Saskia pour me lancer dans cette aventure.


Marie :

Coucou Cornwall, et coucou Snow, parce que je vais vous répondre à toutes les deux, étant donné que vos questions se recoupent !


Alors... euh, je ne sais pas trop par quel bout commencer :)
Au départ, quand j'écris une histoire, je pars toujours d'un personnage. Je n'ai qu'une vague ébauche en tête, une caractéristique, parfois juste un détail. Par exemple : je voulais qu'Érine déterre des cadavres. (Je ne déflore rien en le disant...)
Ensuite, je pense au décor, je laisse mariner, et je commence à écrire. Le personnage se confronte à l'action, et se dessine peu à peu. Je ne pense pas l'histoire en tant que concept (certains auteurs le font, mais je ne sais pas fonctionner de cette façon), mais comme une série d'événements qui s'enchaînent et viennent malmener le personnage, le troubler, ou l'émerveiller. Et le personnage prend forme en réagissant à ces événements. Saskia et Érine n'ont pas les mêmes réactions :)
Souvent, je retravaille beaucoup le début pour m'approprier les personnages, me mettre dans leur peau, essayer d'être au plus près d'eux, de voir les choses (les gens, l'inconnu, le paysage) au travers de leurs yeux, que ça "sonne vrai". Et puis, une fois que je suis avec eux, je déroule.


J'espère que ça répond à votre questions :)


Et Cornwall, merci infiniment pour tes gentils mots, qui me touchent beaucoup. Pour moi aussi, l'émotion dans un livre est très importante, mais il faut que ce soit dosé avec justesse pour ne pas virer au gnangnan, et ce n'est pas facile ! :) Je ne sais si j'ai réussi que lorsque j'ai des retours de lecteurs, et ce sont de magnifiques cadeaux :)


Je vous embrasse !



6 commentaires:

  1. Rebonjour Marie!

    Merci pour ses réponses, désolée pour Montaigu, et je guetterai le programme de l'an prochain car c'est un des seuls salons qui se trouve dans mon coin ! Alors je suis très à l'écoute des auteurs qui sont présentés...et je ne savais pas qu'on y était invité, bah... Ils ne savent pas ce qu'ils perdent! ;) et nous SI !... Et bien pour repréciser ma question, en fait je cherche souvent à savoir s'il y a une grande part de sa propre expérience dans ce que l'on écrit... je suis persuadée que oui, mais de là à être autobiographique, il y a de souvent de grands pas... Mais quand l'émotion est très forte dans un livre, et j'ai été spécialement touchée par ce chapitre, je me demandais si vous n'aviez pas vécu cette situation, c'est à dire une longue séparation avec un proche, et un bonheur de le retrouver, par exemple... j'ai ressenti ça avec un de mes parents lorsque j'étais plus jeune... et je croyais toujours que la porte me serait fermée alors que nous étions tous les deux comme des "imbéciles" à attendre que chacun se décide à faire le premiers pas ! Le genre d'orgueil qu'il faut parfois mettre de côté ! Bref... Les relations entre mères filles et filles pères sont tellement bien évoquées que je voulais savoir aussi si vous aviez vous même des enfants, s'ils étaient vos premiers lecteurs et si oui, leur réactions ?
    Merci encore de prendre de votre temps.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Un livre avec des dragonnnnsss!!! Ouiii :-D Toujours pas de nouvelle question, mais beaucoup de plaisir à lire les réponses aux questions que les autres ont trouvé.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Marie, bienvenue dans le salon de Phooka et Dup pour ce mois de toi ^^
    Je viens tout juste de finir le tome 1 de Saskia (chronique pour la mi mai ^^) et je me demande pourquoi je ne l'ai pas lu avant et pourquoi je n'ai pas encore la suite dans ma PAL parce que j'ai tout simplement A-DO-RÉ
    Bon j'ai déjà lu toutes les questions et les réponses du coup j'ai déjà pas mal de réponses à des questions auxquelles je ne pensais pas ^^

    j'aurais du coup une petite question que j'aime bien poser aux auteurs!
    Tes personnages, tu les inventes de bout en bout ou ils se créent tout seuls ou tu les inventes et ils possèdent une vie propre ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Marie,

    Et dire que ma question devait être la deuz juste derrière Olya :p mais mon pc en a décidé autrement, c'est pourquoi j'ai mis un peu de temps à revenir poser mes questions !

    D'abord, j'aimerais commencé par le commencement, je t'ai découvert par une fan qui n'avait pas compris mon ironie sur le mur d’Étonnants Voyageurs 2012, je l'ai contacté par MP en m'excusant si mon ton un peu cinglant l'avait blessé, mais je voulais passer un message. Elle m'expliquait alors qu'elle venait en train en famille te voir rien que toi, parce qu'elle avait découvert « Les livres de Saskia » et les avaient fait découvrir à ses filles. J'ai trouvé ça extraordinaire qu'elle fasse tout ce trajet rien que pour toi, et je me suis dit que Saskia devait vraiment valoir le détour. Du coup je me suis présentée au stand scrinéo et malheureusement je te t'ai pas vu :'(, alors j'ai préféré attendre pour découvrir saskia, attendre que tous les tomes soient parus car je n'aime pas attendre entre les tomes ^^

    Et puis, j'ai continué de suivre ton actualité, et « le mois de » Made in Book en Stock, annonce alors Marie Pavlenko ! Avec un partenariat avec Le pré aux clercs pour La fille-Sortilège, un one-shot !! Je suis assez friande des one-shot en fait, puisque j'aime pas attendre entre les tomes comme tu as dû comprendre :p Et effectivement, malgré mon appréhension à lire un young adult, je n'ai pas été déçu.

    Bon mes questions ont finalement étaient posées : Mais je vais les formuler autrement, à partir des chroniques de saskia et ayant lu la fille-Sortilège, je me rends compte que tes personnages sont remarquablement construit. J'ai lu sur une de tes réponses que tu écrivais totalement à l'aveugle, pour les personnages également ? Fais tu des fiches pour chacun des personnages ? Car je trouve qu'ils ont tous une personnalité bien construite. Je comprends qu'il ne soit pas évident de passé de Erine à Saskia, mais même lors de l'écriture de la Fille-Sortilège comment fais tu pour respecter l'essence de chaque personnage ?
    Tu as aussi un don pour faire passer les émotions, j'avais mal aux tripes pour Érine, quand elle retrouve sa famille, les révélations sur Malcor, ou quand sa petite sœur lui offre un dessin. Ça aussi ça te vient naturellement ? construire une émotion et la faire passer dans un bouquin moi je trouve ça magique, en générale quand un livre me fait pleurer c'est qu'il a réussi à m'atteindre et me plaire, alors bravo.

    J'attends donc la sortie du tome 3 de Saskia pour me lancer dans cette aventure.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Ton actu en ce moment n'est pas que La Fille-Sortilège je crois. Tu as une BD aussi sur le gaz non ?
    Peux-tu nous en dire plus ? Le pitch, la couv, tout quoi !
    Et aussi la différence de boulot entre un roman et un scénario de BD.

    RépondreSupprimer