lundi 13 juin 2016

DIS-MOI SI TU SOURIS de Eric Lindstrom




Éditions Nathan
390 pages
16,95 euros


4ème de couv :

"Je suis Parker, j'ai 16 ans et je suis aveugle. Bon j'y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente. D'ailleurs j'ai établi Les Règles :
- Ne me touchez pas sans me prévenir ;
- Ne me traitez pas comme si j'étais idiote ;
- Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;
- Ne cherchez jamais à me duper.
Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j'en ai même rajouté une dernière. Alors quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé. Parce que la dernière règle est claire : Il n'y a AUCUNE seconde chance. La trahison est impardonnable".



L'avis de Dup :

Parker a 8 ans lorsqu'un accident de voiture la prive de sa maman et de sa vue. Cela fait donc 9 ans qu'elle gère sa vie d'aveugle, et ma foi plutôt bien quand on découvre que tout les matins à l'aube, elle part seule courir, sprinter plus exactement, sur un stade proche de chez elle. Elle s'est édictée des règles strictes, relisez le résumé, qu'elle applique aux autres comme à elle-même, et n'y déroge jamais.

Parker c'est une un peu une grande gueule qui n'hésite pas à dire ce qu'elle pense. Avec des opinions bien tranchées, jamais de demi-mesure, comme souvent lorsqu'on a 17 ans. Ses réparties sont cinglantes, mais passent bien car elle sait enrober ça avec humour et surtout beaucoup d'autodérision. Une autodérision qui me faisait en même temps sourire et qui me pinçait le coeur.

En fait Parker s'est blindée, forgée une carapace et bien peu de ses proches savent comment s'y prendre avec elle. Il faut dire qu'elle a des excuses notre Parker. Son père qui l'a choyée et guidée dans son apprentissage de la cécité est décédé il y a tout juste trois mois. Le sort s'acharne n'est-ce-pas... mais à noter néanmoins que l'auteur ne vire pas pour autant dans le pathos. Son oncle, sa femme et leurs deux enfants sont venus s'installer chez elle, et une nouvelle vie a dû commencer, avec beaucoup de frictions... À cela se rajoute de gros changements au lycée, une invasion de nouveaux car il y a eut un regroupement de deux établissements. Enfin, pas que des nouveaux, certains étaient au collège avec elle, dont Scott...

Le fil conducteur de l'histoire est classique, les premières amours les déceptions et les espoirs qui vont avec, la merveilleuse béquille de l'amitié qu'il faut savoir consolider... Ce que j'ai le plus apprécié finalement dans ce roman, c'est de voir l'évolution de Parker, qui ne va pas se faire sans douleur. Lorsque les événements arrivent à créer une faille dans sa carapace, quand elle se rend compte par elle-même que c'est son attitude et non son handicap qui l'éloigne des autres, c'est elle-même qui va faire voler en éclats ces barrières. On assiste alors à un combat contre elle-même qui m'a beaucoup ému.

Dis-moi si tu souris est une jolie romance new adulte touchante et loin d'être niaise. Une vraie petite teigne que le lecteur ne peut qu'aimer, tout comme ses proches, qu'elle soit aveugle ou non. Une jolie lecture que je vous conseille sincèrement.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire