jeudi 6 juillet 2017

L'APPEL DU DRAGON de Jean-Luc Bizien.





Éditions ActuSF
336 pages
14,90 eoros


Le pitch :

Une quête initiatique pleine de bravoure et de tolérance.

L’Empereur-Mage se fait vieux. Il faut sans tarder préparer la relève et trouver les héros capables de repousser les forces des Ténèbres qui menacent la cité de Selenae. Kaylan, le jeune paysan, Sheelba la belle magicienne et Shaar-Lun, l’intrigant voleur ont décidé de tenter leur chance.
Hélas pour eux, les épreuves sont effroyables. On raconte qu’aucun des derniers candidats n’est ressorti des souterrains de la ville. Pour devenir l’Élu, il faut triompher de redoutables épreuves et affronter ses peurs les plus secrètes.
L’un d’eux parviendra-t-il à se hisser sur le trône et à empêcher le réveil du monstre qui sommeille dans les profondeurs de la terre ?




L'appel du dragon paru récemment aux Éditions ActuSF (mai 2017) est en fait une réimpression de deux courts romans parus en 2000 chez Bayard jeunesse qui sont Le souffle du dragon et L'éveil du dragon. Même si les personnages sont les mêmes d'un récit à l'autre, ils peuvent se lire séparément tant l'histoire traitée diffère.

LE SOUFFLE DU DRAGON :

L'Empereur-Mage commence à montrer des signes de faiblesse, or Seleane a besoin de toute sa puissance pour maintenir au loin les forces des ténèbres qui sans cesse menacent d'engloutir la ville. Le grand prêtre de la Lune sombre, Arh' En Dal, va organiser un énième recrutement afin de sélectionner un potentiel successeur. 

Ici il faut que je fasse une parenthèse car moi j'y ai vu un clin d'oeil à Ayerdhal. Je me leurre sans aucun doute mais c'est son portrait que je voyais durant ma lecture, et ma foi c'était sympa d'y repenser ainsi.  Arh' En Dal donc, va passer de villes en villages pour enrôler des jeunes volontaires, mais ils sont peu nombreux, les sélections précédentes ayant vu périr tous les candidats.

Nous allons suivre plus particulièrement  Kaylan un jeune paysan passionné d'armes, Sheelba une apprentie magicienne et Shaar-Lun un jeune voleur de la Guilde des mendiants de Seleane. Ils vont être lâchés en pâture ainsi qu'une grosse poignée d'autres candidats, à l'entrée des souterrains de la ville qui s'appelle la Gueule du dragon. Les descriptions des lieux montrent qu'elle porte bien son nom...

Les épreuves terribles qui les attendent vont se succéder à un rythme effréné et ne laisseront que peu de répit aux jeunes lecteurs. Il me faut souligner l'imagination débordante de Jean-Luc Bizien quant aux dites épreuves dont certaines m'ont hérissé les poils de façon fort désagréable !

En mettant en commun leurs compétences, nos trois jeunes vont tant bien que mal s'en sortir... or un seul pourra être l'Élu, et donc il vous faudra le lire pour savoir lequel !

Un roman jeunesse très rythmé qui ravira sans aucun doute le lectorat pour lequel il est adapté. Cependant, il fait partie de ces romans qu'on ne peut pas dire "de 7 à 77 ans", car il manque nettement de profondeur. Privilégiant l'action, l'auteur détaille peu les sentiments, les pensées de ses personnages ce qui fait qu'on ne s'attache pas à eux. On ne connait pas leur passé non plus, on entrevoit tout juste la peine des parents de Kaylan lorsqu'il se porte volontaire, mais lui rien. Ni regret, ni remord, ni nostalgie. Rien...

L'ÉVEIL DU DRAGON :

On prend les mêmes à peine plus vieux et on recommence, la quête différant un peu tout de même car ils affrontent directement les forces des Ténèbres. Sheelba sera un peu plus en retrait, accaparée par des responsabilités euh...maternelles. Kaylan va devoir retourner dans la Gueule du dragon chercher son "bien" qu'apparemment Shaar-Lun lui a volé. Et encore une fois affronter beaucoup de dangers, encore différents.

Mes réflexions sont exactement les mêmes que pour la première histoire, donc je ne me répèterai pas. Ces deux romans en un seul se lisent très vite et seront sûrement parfaits pour de jeunes lecteurs peu assidus. D'abord parce que ce sont deux histoires bien distinctes et courtes, le format du livre ne fait pas peur. Ensuite parce que le style de Jean-Luc Bizien est terriblement accrocheur, avec des phrases courtes et simples, beaucoup de dialogues et d'action, les descriptions réduites au minimum. Un ouvrage parfait pour une découverte de la Fantasy.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire