lundi 14 décembre 2020

LE PORTEUR DE LUMIÈRE Tome 5 - 2ème partie de Brent Weeks

 

LE BLANC INCANDESCENT

SECONDE PARTIE


Éditions Bragelonne
648 pages
25 euros





L'avis express de Dup sur Le Blanc incandescent 2 de Brent Weeks

La vraie fin d'une trilogie en six tomes ! 😄
Grandiose !


L'AVIS DE DUP



Quelle bataille, mais quelle bataille ! Au moins 500 pages sur les 650 concernent la bataille du Roi Blanc contre la Chromerie, donc autour des îles de Petite Jaspe et Grande Jaspe !!! Le plan détaillé de celles-ci au début du roman est plus que bienvenu !

Quant aux pages restantes, une centaine se situe avant la bataille, la cinquantaine restante Brent Weeks s'amuse avec son lecteur en nous offrant un épilogue, puis deux, puis trois ! Et si vous êtes comme moi et que vous lisez également les remerciements, il y réserve une surprise. J'aime beaucoup l'humour de cet auteur ! D'ailleurs il donne le la avec sa dédicace :

À ma femme Kristi,
[{blablabla].

À mes lecteurs bornés qui méritent bien une récompense*.

Et tout en bas de la page, en tout petit :
J'ai bien dit qu'ils méritaient, pas qu'ils l'auraient.

Kip, et ses Invincibles sont donc de retour à la Chromerie, il vient d'informer Karris, le Blanc et Andross, le Promachos et accessoirement son grand-père, du plan d'attaque de Koios, le Roi Blanc. Il va arriver avec une flotte nombreuse et surtout les banes de chaque couleurs. Or ces banes ont la propriété de neutraliser les créateurs, principale défense de la Chromerie.

Kip a un plan ceci-dit, une solution pour détruire les banes, mais il faut qu'il puisse accéder aux Miroirs, donc être élu Prisme à la place de Zymum, son infect demi-frère. Pour ce faire il a donc besoin du seing blanc de Karris et Andross. Seulement Andross a autre chose en tête. Depuis plus de quarante ans il est obsédé par une prophétie qui l'aura guidé toute sa vie : Le Porteur de lumière sauvera les sept sapatries, mais l'interprétation exacte lui échappe encore. Serait-il (et il l'espère) ce Porteur de lumière ? Ou bien est-ce Kip ? Gavin ?

Gavin quant à lui poursuit son bras de fer avec le dieu Orholam, loin de tout ça et pourtant ils en sont le cœur...

Pendant qu'Andross cherche sa solution en jouant aux Neuf Rois avec Kip, Teia traque inlassablement les membres de L'Œil Brisé. Tous ses amis sont de retour et elle se sent encore plus seule. Elle réussira finalement à infiltrer la toute dernière réunion de ces traitres qui s'apprêtent à pactiser avec Koios et paralyser la Chromerie de l'intérieur.

Et puis le jour de la Fête de la lumière est là, le soleil se lève et dévoile la flotte ennemie en approche... 500 pages d'une bataille phénoménale, époustouflante. Brent Weeks intensifie la valse des narrateurs en rajoutant dans la ronde des personnages jusqu'alors secondaires. Déjà qu'il y avait beaucoup de personnages principaux... Il raccourcit les chapitres permettant d'avoir une vue d'ensemble presque synchronisée des actions. Du très grand art !

La pression et le suspense grimpent sans cesse, la lecture devient hypnotisante, tellement que s'en est presque dérangeant ! Lorsque je devais poser mon livre par la force des choses, j'éprouvais un sentiment de malaise d'abord, puis très vite de soulagement ! C'est la première fois que je ressens cela. Mais Brent Weeks a réussi à glisser un aimant dans ses phrases, ses mots, il fallait que j'y revienne le plus vite possible. Ce sixième tome m'a tenue en haleine du début à la fin. 648 pages d'action et de suspense, je vous promets, c'est étourdissant ! 

C'est un auteur que je continuerai à suivre les yeux fermés. J'adore sa plume, son humour qui transparaît dans les dialogues, son imagination fertile. Qu'il continue dans cet univers ou en invente un autre, je prendrai le train en marche, Et s'il tarde trop, je sais que j'ai encore à explorer son autre série, L'ange de la nuit , une vraie trilogie ! Parce que oui, Le Porteur de lumière devait être une trilogie hein ! :))


Brent Weeks sur Bookenstock :

PETITE LÉGENDE :
☺ = Chronique de Phooka
☻ = Chronique de Dup

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire