jeudi 18 février 2021

STUPEUR de Julie Chibbaro

 



Lucca Éditions
288 pages
17 euros
Traduction : Hermine Hémon
Couverture : Noémie Chevalier





L'avis express de Dup sur Stupeur de Julie Chibbaro

Roman d'ambiance sur les balbutiements de l'épidémiologie en 1906.
Édifiant en cette période de pandémie !

L'AVIS DE DUP




Vous avez vu cette beauté ? La couverture de Noémie Chevalier est vraiment superbe ! Et encore une fois, l'illustration ne rend pas complètement hommage au résultat réel, comme à chaque fois qu'il y a de la dorure sur un livre, et c'est bien dommage. Et puis je voulais signaler également que c'est la première fois que je vois un éditeur (enfin, une éditrice en l'occurrence) mettre ainsi en avant la traductrice, qui a sa place sur la couverture et non en petite ligne sur la page du titre, et c'est tout à son honneur.

Prudence Gawelski est une jeune fille de 16-17 ans à l'esprit vif et curieux qui s'ennuie royalement dans l'école privée où sa mère l'a inscrite pour faire d'elle une employée de maison ou de bureau. Elle préfère largement aller aider sa mère sage-femme la nuit ou pendant les vacances. 

Étant en dernière année d'apprentissage, elles sont encouragées à chercher un travail l'après-midi. Si Prudence envoie plusieurs lettres de motivation, une seule lui proposera un entretien d'embauche : secrétaire d'un chercheur travaillant aux services de santé et de l'hygiène de la ville de New-York. 

Seul hic, c'est un travail à plein temps. Enfin, hic pour sa mère et pour la directrice de l'école mais pas du tout pour Prudence ravie, qui va se battre bec et ongles pour accepter le poste et abandonner les cours soporifiques.

Cependant, notre Prudence est une oie blanche qui va débarquer dans un monde d'hommes, de scientifiques, peu habitués à avoir de la considération pour la gente féminine. Nous sommes en 1906, rappelons le ! 

Elle va donc participer à l'enquête menée par son mentor, M. Soper, en tant que sténodactylo et l'accompagner partout sur le terrain. Il cherche à déterminer l'origine des foyers d'épidémie de typhoïde qui se déclarent ponctuellement dans New-York et ses environs.

Découvrir par ce roman les balbutiements de l'épidémiologie est franchement intéressant. Et surtout la découverte de la notion de porteur sain ! Et puis après, une fois cette hypothèse posée, pouvoir la vérifier. Et ensuite, comment s'en préserver ? Que faire de ces encombrants porteurs sains ? La conscience scientifique et la conscience morale vont s'affronter sévèrement sous le crâne de notre Prudence !

Julie Chibbaro exploite l'affaire Mary "Typhoïde" qui avait défrayée la chronique à l'époque en en faisant un roman fort bien documenté. L'ambiance est bien retranscrite, les personnages tout en retenue, la vie difficile des émigrés de première, deuxième génération. C'est d'ailleurs un roman d'ambiance plus que d'action, qui ne déchaînera pas la passion mais qui reste cependant agréable à lire. Il faut juste être prêt pour une révision des passés-simples 😄, Hermine Hémon est au taquet !!! 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire