lundi 4 décembre 2017

ZALIM # 2 de Carina Rozenfeld





Éditions Scrinéo
382 pages
16,90 euros


Résumé :

Au cœur des paysages hostiles et sublimes d’une Scandinavie rêvée, le combat d’une femme contre le monstre en elle, pour les siens et pour son royaume.
Elyana a fui son royaume dans l’espoir de le sauver. Accompagnée de Jad, elle s’éloigne vers le nord inhabité. Mais malgré les efforts de chacun, la guerre prend de l’ampleur à Arensdaal. Alors qu’Ederinn, Kaia et Agda cherchent une solution pour repousser les troupes de Rakeshin qui se font plus dangereuses chaque jour, la jeune femme apprend à connaître ses deux compagnons de voyage.
Plusieurs menaces planent au-dessus d’elle… Son ennemi est-il vraiment celui qu’elle croit ?




À ne lire que si vous avez lu le tome 1 !


Retrouver Zalim était une chose que j'attendais avec impatience car ce que nous avait laissé entrevoir Carina Rozenfeld à la toute fin du précédent volume promettait beaucoup : alors que ce dernier n'avait été présenté que comme un démon sanguinaire incontrôlable durant tout le premier volet, le final montrait une communication possible entre lui et son hôte.

Ce tome 2 qui achève le diptyque de l'auteur, je l'ai avalé deux fois plus vite que le premier alors même que je lui reproche quelques longueurs. La raison en est simple, l'auteur installe une alternance dans ses chapitres et c'est le syndrome du "un petit chapitre de plus" pour rejoindre tel ou tel personnage !

Tantôt nous sommes en présence d'Elyana et de son hôte embarqué, indissociables donc, toujours accompagnée de Jad. Un Jad plus tourmenté que jamais. Ils ont quitté la capitale et fuient vers le nord, la banquise. Le plus loin possible d'Arensdaal et même de toute civilisation que Zalim serait susceptible de massacrer.

Tantôt nous revenons sur la capitale où la guerre continue à faire rage. La mort du roi ne change pas grand chose pour son premier ministre Ederinn. Enfin si finalement, il est mieux secondé par Kaia qui a pris l'intérim d'Elyana en son absence. Mais le Rakeshin ne faiblit pas, il semble même de plus en plus vindicatif malgré la terrible raclée encaissée grâce à l'intervention de Zalim.

En fait ce ne sont pas tant des longueurs dans les chapitres concernant Zalim, Elyana et Jad qui m'ont gênée, celles-ci sont largement compensées par les descriptions somptueuses des paysages scandinaves. Ce sont plutôt les répétitions trop nombreuses des hésitations et attentes de nos deux protagonistes humains. Ils se parlent peu, du coup leurs dilemmes respectifs restent inchangés un poil trop longtemps avant que ça n'évolue en toute fin de volume. Heureusement l'évolution de la relation entre Elyana et son démon accapare bien l'attention du lecteur.

Néanmoins, les chapitres concernant Arensdaal offrent énormément d'action pour compenser. Et surtout, surtout une composante steampunk augmentée. Les armées d'automates du premier volet c'est de la gniogniote à côté ! Non franchement ce diptyque proposé par Carina Rozenfeld vaut vraiment le détour. Ce fut une lecture plus que sympathique malgré ce ressassement trop prononcé des états d'âme d'Elyana, et de Jad surtout, qui m'empêche d'en faire un coup de coeur.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire