lundi 26 mars 2018

LES DIEUX SAUVAGES # 2 de Lionel Davoust




2 - LE VERROU DU FLEUVE


Éditions Critic
503 pages
23 euros


4ème de couv :

L'armée démoniaque, mi-chair mi-machine, du dieu Aska est aux portes de Loered, la ville sur laquelle repose la défense et la stabilité du royaume - le Verrou du Fleuve.
Le Verrou doit tenir, ou la Rhovelle est perdue. Mériane, à la tête de maigres renforts, compte bien honorer sa propre prophétie et libérer la ville. Mais quand les hommes se mêlent de contrarier les Dieux, elle en est réduite à limiter les dégâts.
Face au désespoir qui s'installe, elle incarne le seul espoir du peuple, et l'instinct de survie fait taire, pour un temps, les dissensions. Pour autant, les manigances politiques se poursuivent en coulisses, et la guerre commence à peine que certains préparent déjà l'après.
Mais sur la route du Verrou du Fleuve, son mythe s'écrira avant tout dans le sang, la terreur et la peine.







On retrouve Mériane à la cour du duc de Belnacie, où elle n'a enfin plus à faire preuve de sa légitimité en tant que Messagère de Wer. Depuis la bataille de Doélic elle a enfin toute l'écoute du duc et d'Erwel qui, depuis qu'Izara a délaissé la régence du royaume, est techniquement le souverain de Rhovelle. Elle les informe qu'Aska a massé toutes ses troupes au nord de Loered et s'apprête à prendre d'assaut la forteresse. Ils doivent donc aller prêter main forte au duc Thormig de Loered.

Thormig que l'on suit en parallèle, avec ses généraux, ses espions, qui luttent becs et ongles contre les assauts des forces démoniaques menées par Ganner. Il y a sept enceintes concentriques qui protègent la ville de Loered installée au beau milieu du fleuve Aÿs. La bataille fait rage, malgré une inégalité des forces en présence. Et elle va durer les deux tiers du livre, le temps que Mériane et sa troupe rallient Loered. Et Thormig de répéter en y croyant de moins en moins : "Le Verrou tiendra !"

Parallèlement encore, on suit les tractations d'Izara, l'ex Reine du royaume, qui elle aussi cherche à apporter son soutien à Loered alors que le grand Arquide tente de mettre main basse sur le pouvoir.

Les personnages sont toujours aussi bien fouillés. Qu'est-ce que je l'aime cette Mériane et son fichu caractère. On assiste à la naissance d'un souverain d'envergure en suivant Erwel. On fait la connaissance d'un nouveau personnage : Maragal, un chronète, c'est-à-dire un chroniqueur au service du Dieu Wer, qui va venir se scotcher à Mériane... comme si elle n'avait pas assez de la ferveur aveugle de Léopol… Quant à Darén, toujours aussi azimuté, Lionel Davoust lui a trouvé un rôle sur mesure !

Je dois avouer un petit coup de mou concernant les passages d'assauts des troupes peu ragoutantes de Ganner contre Loered, les lisant encore plus vite pour retrouver les autres protagonistes dont Mériane et ceux gravitant autour d'elle. Sauf que, juste avant l'arrivée de Mériane à Loered, Lionel Davoust nous lâche une véritable bombe en une toute petite phrase de Wer... Et voilà, ferrée à nouveau la Dup. Avec une nouvelle interrogation en tête : qui ? Oh non, je n'en dirai pas plus, zavez qu'à le lire !

Le dernier tiers de ce tome 2, ne sera que de la bataille autour des enceintes de Loered, mais le récit alterne de points de vue entre tous les personnages présents sur place et cela change de paragraphe en paragraphe, et non plus par chapitre. Le rythme qui en découle est ahurissant, impossible de lâcher ce livre ! Et pour mon plus grand bonheur, on retrouve alors Chunsène et son drôle de pouvoir ainsi que la mystérieuse Nehyr qui entrent elles aussi dans la ronde de la narration. Qui apportent quelques réponses, mais en soulèvent tellement d'autres, fondamentales, que l'on n'a plus qu'une hâte, avoir le tome 3 en main !

Voilà, c'était un compte-rendu de chronète Dup, au service du Dieu Davoust. :))


Aucun commentaire:

Publier un commentaire