lundi 24 février 2020

L'ENVOL DU PHÉNIX de Nicki Pau Preto




Tome 1 : Sœurs de sang




Lumen Éditions
725 pages
16 euros





L'avis express de Dup sur L'envol du phénix de Nicki Pau Preto


Exit les dragons, place aux phénix, et la différence est de taille : ils ne crachent pas du feu, ils s'embrasent. 
Un vrai feu d'artifice ce roman !



L'AVIS DE DUP



Il y a une vingtaine d'années, une guerre fratricide a opposé le peuple de Pyra et ses Dresseurs de Phénix contre le reste de l'Empire. Les Dresseurs et leurs phénix ont été presque tous exterminés, ceux qui ont réussi à s'échapper sont traqués. Mais ils ne sont pas les seuls à être persécutés, toute personne présentant le moindre don d'animagie est réduit en esclavage.

L'animagie est le pouvoir de communiquer avec les animaux, comme une sorte de télépathie. Cette capacité est sublimée par les Dresseurs qui sont liés à leur phénix. Et puis il y a l'ombremagie, mais là, peu de gens en sont dotés, c'est la même chose avec les humains. Nous allons suivre trois personnages, Véronyka, Tristan et Sev, le personnage principal étant Véronyka qui, par le nombre de chapitres qui lui sont dédiés, interviendra beaucoup plus.

Lorsque nous faisons la connaissance de Véronyka, elle vit seule avec sa soeur Val. Elle est écrasée par l'incroyable personnalité de cette Val à qui on balancerait des baffes sans hésiter. Acariâtre, autoritaire, dominatrice, manipulatrice et peu aimante... tout pour plaire n'est-ce-pas ? J'ai oublié de préciser, si toutes deux sont animages, Val est aussi ombremage et se sert de son don sans vergogne. Elles sont en cavale et veulent se lier à deux phénix dont elles ont trouvé les oeufs et rejoindre Pyra.

Tristan est apprenti Dresseur, dans une communauté cachée dans les montagnes de Pyra. Il a presque toutes les compétences pour devenir Dresseur, presque. Juste un léger handicap, il a peur du feu... Or la particularité de ces animaux de combat c'est bien de s'enflammer et cramer tous les adversaires. Et son autre gros problème, c'est que le commandant de l'escadre de Dresseurs n'est autre que son père...Tristan vit très mal son statut de "fils de".

Sev est un animage, fils d'un couple de Dresseurs. Orphelin depuis la guerre, il s'est débrouillé tout seul pour survivre et surtout il s'est employé à cacher ses talents d'animage. N'ayant aucune compétence, il s'engage dans l'armée de l'Empire. Son unité est envoyée dans le nord, vers Pyra pour une mission secrète...

Si au début Véronyka nous semble un peu effacée, dominée, elle va finir par se rebeller contre les actions de sa soeur et prendre son indépendance. On assiste alors à sa véritable métamorphose, et c'est tant mieux car c'était un personnage que j'aimais moyennement. L'empathie se développe très vite au fil des pages. Tristan également est très touchant, avec ses failles et sa façon de lutter contre. Sev est plus ambigu, mais je pense qu'il n'a pas donné tout son potentiel dans ce tome où il est plus en retrait que les deux autres.

On suit ces trois là avec un intérêt certain, attendant la convergence inéluctable. Les Dresseurs d'un côté qui s'entraînent mais qui ne savent rien de l'armée qui les piste. Elle donnera lieu à une bataille finale époustouflante. Et puis, il y a toujours l'ombre de Val qui plane, avec une révélation choc que je n'avais absolument pas venir et qui me propulse directement sur les starting-blocks pour lire la suite.

Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce roman. Ne prenez pas peur devant le pavé, ce sont 725 pages qui s'avalent en un rien de temps. L'écriture de Nicki Pau Preto est top, les personnages attachants et l'intrigue, soit classique, recèle plus d'une surprise. En résumé, du tout bon que j'ai adoré !!!


1 commentaire: