vendredi 25 novembre 2016

LUX de Maud Mayeras





Éditions Anne Carrière
247 pages
19 euros


4ème de couv :

C’est l’histoire d’un retour, d’une sentence et d’une vague qui monte à l’horizon. 2016. Antoine Harelde débarque à Ceduna, dans les terres arides du sud de l’Australie. Vingt ans auparavant, il a passé un été dans cette petite ville perdue et, en l’espace de trois mois qui l’ont vu quitter l’adolescence, il a connu la joie, l’amitié, l’amour et l’horreur. Aujourd’hui il est un homme. Il n’a pas oublié, il n’a rien pardonné. Mais la justice prend d’étranges et inquiétantes couleurs à la lumière de l’apocalypse.
Ballade meurtrière sur fond de fin des temps, Lux est le roman de la confirmation d’une jeune auteure au sommet de son art.




L'avis de Dup :

Jusque là Maud Mayeras nous avait proposé du thriller, du pur et dur avec Hématome et Reflex. Aujourd'hui avec Lux elle prend un virage pour nous proposer un roman noir. Du noir de chez noir, mais accrochez vous parce que je vais vous dire quelque chose de presque antinomique : ce roman est lumineux. Il se dégage de cette lecture, de cette histoire sombre et de ses personnages une luminosité extraordinaire qui vous explose en pleine face. Wow, quel bijou ! Jamais roman n'aura aussi bien porté son nom !

Cette lumière est directement issue de la plume de l'auteur qui tout en nous plongeant dans la noirceur de cette histoire arrive à dégager une forme de poésie. Même avec des mots crus l'écriture reste chaleureuse. Qu'est-ce-que je l'ai aimé sa carne puante et jurante (LACHEMOISALEPLUIECONNASSE).

Ce court roman n'est pas un thriller mais n'en est pas moins un page turner. Dès les premières pages on plonge dans une ambiance oppressante, étouffante. Maud Mayeras a bien choisi son continent pour dérouler son histoire : l'Australie et son Outback chauffé à blanc par un soleil implacable, omniprésent, sa poussière rouge et collante. L'ambiance n'est pas stressante, elle est pesante. On y sent comme une menace partout : dans les éléments du paysage tel qu'il est décrit, dans ce patelin du bout du monde Ceduna, non mais franchement qui connait Ceduna ? Pesante aussi dans cette volonté de vengeance du personnage principal Antoine. Et encore plus pesante quand la vengeance est aboutie et qu'on réalise que l'on a lu qu'un petit quart du bouquin...

Je n'ai pas envie de vous en dire plus, le résumé de la 4ème de couv est suffisant. Juste que ce roman est un bijou, oui je me répète, mais c'est pour la bonne cause, je ne voudrais pas que vous passiez à côté. Les mots de l'auteur nous bercent pour mieux nous triturer en dedans. Avec des personnages bien cabossés qu'on ne peut qu'aimer, surtout quand le cabossage vient de l'enfance, comme souvent avec Maud Mayeras. J'ai encore le coeur serré à les évoquer : Antoine, Lark, Cockie, et Hunter...oui,  Hunter qu'on se prend en pleine tronche. Je ne peux que vous conseiller de les rejoindre au plus vite.

Petit roman, petite chronique mais énorme coup de coeur.


Hop un thriller pour le challenge de la Licorne


Un thriller 3 points
< 400 pages 0 point
Une femme auteur 1 point
française 1 point


Et je l'inscris également dans mon Défi des 4 As by Licorne


Option défi 1 validé 

(* DEFI 1 : Lire un livre dont l’auteur a un nom et un prénom qui commence par la même lettre : 6 PT)





Aucun commentaire:

Publier un commentaire