mardi 30 octobre 2018

OLANGAR 2/2 de Clément Bouhélier (Phooka)




OLANGAR

BANS ET BARRICADES

2/2


Éditions Critic
490 pages
22 euros



À Olangar, le combat des nains a laissé des traces sanglantes dans le quartier portuaire. D’âpres négociations s’ensuivent tandis que les candidats à la Chancellerie multiplient les manœuvres politiques et les coups bas pour l’emporter. Pour mener à bien la lutte des ouvriers et contrer les agissements du clan de Malberg, le nain Baldek être obligé d’avancer masqué. Il entame un jeu dangereux avec ses ennemis directs, comme avec ses alliés les plus loyaux.
Pendant ce temps, loin de la capitale, Evyna et Torgend débarquent à Frontenac pour y trouver Stej Lombor, un ancien ami d’Andréan d'Enguerrand. Dans la chaleur étouffante et la cacophonie permanente de la Ville de Fer, la sœur meurtrie et l’elfe découvre une vérité terrifiante. Séparés au gré des épreuves, confrontés aux plaines arides de l’Oydimörk, ils sont forcés de nouer une alliance contre nature pour venger enfin le frère d'Evyna et mettre au jour le complot qui menace le royaume.







La meilleure façon pour moi d'écrire cette chronique serait juste de reprendre la dernière phrase de ma chronique du premier tome "Si je conclus en vous redisant que j'ai TOUT aimé, ça vous suffit où je dois en remettre une couche ? "

Voilà, j'ai tout aimé dans le tome 1 ... y compris le tome 2 !!!!


Retrouver Torgend, Evyna et Silja, les suivre dans leur incroyable épopée est juste un immense plaisir. Cette fois ils ont quitté Olangar et ses magouilles politiques, laissant les nains gérer la crise. Eux, ils arrivent à Frontenac ... et c'est pire encore. Une ville effarante, effrayante, pleine de bruit et de fureur. Un endroit où personne ne voudrait mettre les pieds de son plein gré. Frontenac, la ville de fer. On se la prend en plein dans la figure, le bruit nous arrache les tympans. Il nous faut fuir au plus vite cet endroit démentiel. Fort heureusement les héros aussi devront fuir, en ordre dispersé, pour mieux se retrouver par la suite. Et c'est à ce moment là que nous rencontrons Ergan. Ergan, un Orc, un Peau-Verte, un ennemi ... ou pas. Sans doute le personnage le plus mystérieux et le plus touchant de cet opus. Car non, les Orcs ne sont pas des bêtes sauvages comme tendent à penser les habitants d'Olangar. A travers Ergan nous en apprenons beaucoup sur eux. Beaucoup et si peu ... Quand on referme la dernière page, on se surprend à se dire que nous aussi nous aimerions visiter les Hauts-Lieux et en apprendre un peu plus sur leur mode de vie. Mais ici n'est pas le propos.

En parallèle, les nains continuent à se défendre becs et ongles à Olangar. Leur guerre est sans doute plus psychologique. Magouilles politiques, chantage et tricheries sont au rendez-vous et sortir de cet autre bourbier est tout aussi complexe. 

Ce deuxième tome est en droite lignée du premier, une continuation de ce récit qui m'avait déjà enchantée. Il est difficile d'en parler sans risquer de spoiler. Dup l'a très bien fait dans sa chronique alors je ne vais pas m'étendre. 

La seule chose que je veux rajouter c'est que cette fantasy-politique est un régal. Et que quand on comprend l'ampleur du complot alors on réalise à quel point l'auteur a bien tissé sa toile. Pas étonnant que le lecteur se soit englué dedans !

Mon seul petit regret : J'aurais juste aimé avoir des nouvelles des quatre elfes qui ont aidé Torgend. Peut-être un jour, au détour d'un autre récit ? 

Olangar est un immense coup de coeur, un diptyque qui se déguste et se dévore sans aucun temps mort. Tout y est passionnant, absolument tout et franchement c'est vraiment suffisamment rare pour être noté. Chaque saveur, chaque détail a son utilité, son intérêt et l'ensemble ainsi concocté est un vrai régal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire