vendredi 16 septembre 2016

ALIGHT de Scott Sigler






Editions Lumen
568 pages
15 euros
sortie le 15 septembre 2016


" Si c'est la guerre qu'ils veulent, ils l'auront. Ils auraient dû réfléchir avant de s'attaquer à nous. " 

Échappés de leurs cercueils, M. Savage, surnommée Em, et ses compagnons ont parcouru des kilomètres de couloirs envahis d'ossements, affronté la faim et la soif, combattu un redoutable ennemi, les Adultes, avant de pouvoir enfin sortir du piège dont ils étaient prisonniers. Mais arrivés sur Omeyocan, le monde qui leur est destiné, les jeunes survivants déchantent vite... 

Pour protéger et nourrir son peuple, à présent constitué de centaines d'enfants, Em va devoir explorer une cité dévastée, perdue au cœur d'une jungle habitée par de terribles créatures et, semble-t-il, d'autres êtres humains. Mais le danger qui guette la troupe ne vient pas seulement de l'extérieur. À mesure que le passé rattrape les adolescents, des clans se forment, des luttes intestines menacent la cohésion du groupe, l'adorateur d'un dieu assoiffé de sang est même prêt à tout pour renverser la jeune Savage... 

Jusqu'où Em ira-t-elle pour conserver sa place de chef ? Entre la survie de tous et le pouvoir, que choisira-t-elle ? Dans la suite d'Alive, Scott Sigler, véritable maître du thriller psychologique, joue une fois de plus avec nos nerfs. Et avec quel brio !





L'avis de Phooka:



Vous vous souvenez de mon énorme coup de coeur pour Alive ? Non ? Retournez donc lire ma chronique. En voici la suite: Alight.

Vous savez quoi? Je pourrais écrire le même billet que pour le précédent opus.  Gros avis de coup de coeur, alerte rouge.

Em et tous les enfants ont réussi à échapper aux adultes. Du moins le pensent-ils. Ils ont atterri sur une planète inconnue: Omeyocan. Cette planète, elle est pour eux. Ils ont été programmés pour y survivre. Survie qui ne sera pas si facile car toutes les infrastructures de cette planète sont en ruine, la nourriture ne tarde pas à manquer et cerise sur le gâteau, il semblerait qu'elle ne soit pas aussi inhabitée qu'il était prévu. Ne parlons pas des araignées géantes ....

Em et sa troupe ne peuvent compter que sur eux même pour coloniser cette planète et ils se lancent dans une sorte de survival géant. Evidemment, ce serait trop simple de ne faire face qu'aux dangers extérieurs, certains ne vont pas se priver de saper les efforts de l’intérieur. Aramovski compte toujours prendre le pouvoir quelque soit le prix à payer. Heureusement Em peut compter sur quelques fidèles, Bishop, O'Malley et les autres. Mais resteront-ils fidèles? Feront-ils le poids face à cette religion insidieuse que distille Aramovski ?

Et que signifient les cercles qu'ils ont sur le front ?  Ils semblent être associés à des capacités: guerriers, scientifiques, diplomates ...Oui mais le cercle de Em est vide ... creux ...

Une fois de plus, tous les protagonistes du récit vont devoir se surpasser pour faire face aux dangers. Ils sont nombreux ces dangers, prévisibles ou inattendus. Em va trouver des alliés, mais surtout elle ne va pas lâcher. Son caractère de chien va faire qu'elle ne se laissera pas abattre quoiqu'il arrive. Certains personnages secondaires vont émerger, pour le bien ou le mal. Et tous, sans exception sont réalistes, vivants avec leur forces et leurs failles. Ils sont tellement réels, qu'on a du mal à se dire que ce sont des héros de papier.

Car oui ce qui est étonnant avec cette série, c'est la façon dont on s'attache aux héros. Des héros incroyablement humains, que l'on aime ou que l'on déteste. Et comme l'auteur ne les épargne pas, on verse des larmes, on a les tripes nouées. Les chapitres sont relativement courts et les pages défilent toutes seules. Le livre se lit en apnée, mais l'apothéose ce sont les cent dernières pages. J'étais tellement frustrée de ne pas lire plus vite, j'avais envie de sauter des pages, de voir la fin, j'enrageais. Vraiment, c'est rare qu'un livre me fasse un tel effet. C'était à la fois terriblement frustrant (de ne pas être capable de lire plus vite pour savoir) et incroyablement excitant. Et puis évidemment est arrivée la fin, moment d'intense frustration, il me faut la suite et j'espère ne pas avoir à attendre trop longtemps.


Si vous avez aimé Alive, vous adorerez Alight. Et si vous n'avez pas lu Alive, je me demande encore ce que vous faites devant cet écran, foncez donc chez votre libraire pour vous le procurer ! Et prenez Alight par la même occasion. Croyez-moi, vous ne le regretterez pas !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire