jeudi 27 juin 2019

LES DIEUX SAUVAGES # 3 de Lionel Davoust



3 - LA FUREUR DE LA TERRE


Couverture de La fureur de la terre de Lionel Davoust

Éditions Critic
790 pages
25 euros




⏩  L'avis express de Dup sur La fureur de la terre de Lionel Davoust  ⏪


Le siège de Loered, le Verrou du fleuve, se poursuit, dans la fureur, la boue et le sang.




L'AVIS DE DUP

Curseur de satisfaction : J'ai adoré


Attention, spoil sur les tomes précédents.

Voilà un troisième tome qui porte bien son titre : 790 pages emplies de fureur, toute concentrée sur la ville de Loered. Ganner et les enfants d'Aska s'acharnent contre les enceintes protégeant la ville. Les combats font rage et sont décrits avec beaucoup de précisions... pour le bonheur et pour le pire du lecteur. Les troupes pour le moins horrifiques du dieu Aska repartent sans arrêt à l'assaut des fortifications. Loered en possédait sept, trois ou quatre étaient déjà tombées au tome précédent.

Mériane, aidée par certaines "manipulations-bricolages" géniales de Nehyr continue de broyer du Spectre Armuré, du Décharné, du Sauteriau à tour de bras, bref de l'askalite, mais aussi de galvaniser les combattants weristes. Il manque de la main d'oeuvre ? Qu'à cela ne tienne, elle enrôle et forme les femmes de Loered au combat... au grand damne de tout le clergé bien pensant. Même Wer se tient coi, c'est dire !

Un tome fort sombre car on a bien du mal à croire en une issue favorable au conflit. Pire, s'il n'est pas perdu par les batailles, il semble bien que les maladies et la famine qui guettent vont s'en charger. L'essentiel de ce pavé nous parle de cette guerre pleine de fureur, on patauge dans la boue, le sang et la putréfaction, parfois avec lassitude il faut bien le reconnaître. 

Mais Lionel Davoust poursuivant sa narration en alternant les points de vue nous permet de temps en temps d'échapper à cette ambiance de destruction massive. Ainsi nous partons aux côtés d'Erwel et de Léopol chercher des renforts dans le sud-est de la Rhovelle. Nous retournons également parfois dans la capitale Ker Vasthrion, pour suivre Izara la Régente du Royaume qui a fort à faire pour garder les rênes du pouvoir. Intrigues et complots politiques vont bon train.

Les personnages sont toujours aussi savoureux, forcément de plus en plus fouillés au fil de pages. Mériane est celui qui m'épate le plus. Malgré son immense fatigue, sa lassitude et son mépris même de la religion et de celui qu'elle sert, Wer, sa volonté reste infaillible, elle se bat pour l'humain. Son humour grinçant et sa répartie dans ses dialogues avec Wer restent le soleil qui éclaire ces pages bien sombres. Le duo Chunsène-Nehyr est toujours aussi délicieux même s'il évolue grandement. Le vieux duc Thormig de plus en plus touchant. Erwel me surprend et je réserve mon opinion. Darèn toujours aussi azimuthé et Léopol toujours aussi borné, lui j'aimerai beaucoup le voir changer.

Une grosse différence par rapport aux tomes précédents, c'est que nous avons plus souvent les points de vue du bord askalite avec Ganner et Daphn. On découvre certaines motivations... surprenantes, et on comprend que les causes de ce conflit sont bien plus complexes que ce que l'on pensait précédemment.

Ce que j'ai préféré dans ce volume, c'est découvrir plus en profondeur les différentes technologies utilisées par les troupes d'Aska. Un mélange de procédés techniques poussés rappelant grandement ceux de notre XXIe mêlées à la magie, c'est captivant. Technologie et énergie, la dranaclase, venant du passé, du fameux empire déchu d'Aresthia. On touche du doigt un paradoxe temporel plus que motivant pour poursuivre l'aventure de ce cycle ambitieux de Fantasy proposé par l'auteur. A suivre donc !!!

Lionel Davoust sur Bookenstock :





Aucun commentaire:

Publier un commentaire