lundi 4 mai 2020

BLACKWING # 2 de Ed McDonald




Tome 2 - LE CRI DU CORBEAU



Éditions Bragelonne 
Collection poche
504 pages
8,20 euros
Parution le 12 août 2020






L'avis express de Dup sur Le cri du corbeau de Ed McDonald


De la Fantasy bien dark, mais parsemée de rayons de lumière dans un univers post-apo. 
Toujours aussi déroutant, toujours aussi passionnant. 



L'AVIS DE DUP




Je vais démarrer cette chronique par un remerciement à l'auteur qui nous offre un résumé condensé du volume précédent. C'est plus qu'appréciable, c'est rare et ça mérite d'être relevé.

Ed McDonald laisse passer quatre ans entre les événements qui ont eu lieu à la fin du tome 1 et le démarrage de celui-ci. Le temps que Valengrad panse ses plaies après l'attaque des monstres des Dieux des Profondeurs, après qu'Ezabeth se soit sacrifiée pour tous les sauver. Quatre ans pendant lesquels Ryhalt cauchemarde toujours en voyant Ezabeth lui tendre la main dans une explosion de lumière. Quatre ans qu'il ne dort quasiment plus ou seulement en s'écroulant ivre mort.

Mais il n'est pas le seul à la voir. Les témoignages affluent de toute part : une Dame de lumière fait des apparitions partout dans le réseau de Phos. Il n'en faut pas moins pour que naisse une nouvelle religion, un véritable culte à la Dame lumineuse qui prend de plus en plus d'ampleur. Mais c'est immanquable, qui dit espoir, dit manipulation. C'est l'invasion des gilets capuches jaunes dans Valengrad. Et ça a tendance à exaspérer Ryhalt, même si quelque part cela suscite une lueur d'espoir au fond de lui.

Il y a toujours des personnages pas très funs qui gravitent autour de Ryhalt. À commencer par Maldon, qu'il doit garder à l'oeil. Ancien favori, devenu immortel coincé dans un corps d'enfant, et possédant des pouvoirs incroyables. Les deux yeux percés et pourtant il voit. Ce personnage générait en moi un profond malaise, presque pire que celui de Saravor, le rafistoleur, c'est dire ! Et puis il y a toujours Corbac... dire qu'il fait parti des "gentils" celui-ci !!!

Heureusement dans ce tome notre capitaine des Ailes Noires est bien plus entouré que précédemment. En plus de Tnota et Nenn vient se rajouter Valiya qui le secondera au boulot. Elle sera d'une aide précieuse par sa force de caractère et son efficacité incroyable. Et puis, et surtout, la petite Amaira, une orpheline du siège de Valengrad que Ryhalt a pris sous son aile. 10-12 ans, effrontée, pas la langue dans sa poche, le personnage parfait pour apporter une touche de lumière dans la noirceur du récit. 

Parce que oui, c'est bien dark quand même cette série. Et Ed McDonald ne va pas se priver pour nous replonger au coeur de cette Désolation qui pue et contamine, où à chaque pas surgit une horreur sans nom. Mais il faut bien qu'il y retourne pour sauver la ville, sauver Amaira et Valiya. Cette motivation sera bien plus forte que l'injonction toujours aussi spectaculaire de Corbac. Nan mais franchement, quelle horreur cette façon de communiquer !!! En attendant, ce titre Le cri du corbeau est parfait...

Dans ce tome 2 l'auteur réussit un parfait équilibre entre une narration toujours aussi impressionnante dans ses découvertes, des batailles vraiment jouissives et des moments intenses de tension dramatique. J'étais déjà bien prise par ma lecture dès le début, mais passé la moitié, le récit est devenu un véritable page-turner. Wow que j'ai aimé ! Vivement le tome 3 !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire