lundi 9 mai 2022

RÉMINISCENCES tome 1 de Julie Saurel

 Tome 1



Editions Plume du Web
Parution 16/04/2022
304 pages
16.90 euros
4.99 euros en numérique



Les informations sur le site de l'éditeur Plumes du Web




☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 1 de Réminiscences  ☇




Un démarrage un peu lent et confus mais au final un récit qui se lit avec plaisir.


L'AVIS DE PHOOKA:








J'ai découvert la plume de Julie Saurel avec Alicia Smith, une série que j'aime vraiment énormément. Puis elle m'a proposé de découvrir La dernière chamane qui a été encore une très belle découverte. Donc il était évident que je voulais me plonger dans "son petit dernier" Réminiscences, une série en deux tomes.

Dans ce premier opus, nous allons faire la connaissance de Hannah, une jeune femme flic de 26 ans, orpheline de naissance. Elle mène une vie tranquille avec Theo son petit ami. Enfin tranquille, c'est peut être une façon de parler puisqu'elle enquête sur des meurtres et que la vie de flic n'est jamais très calme. Les horaires il faut oublier. Ça tombe bien, Theo est avocat et lui non plus n'a pas d'horaires donc aucun reproche de ce côté. Ils sont faits pour s'entendre. Et puis, un nouveau meurtre, une jeune femme assassinée. Et un coupable cette fois. Mutique. Hannah qui a un don pour les interrogatoires se retrouve en première ligne pour essayer de savoir qui est le type qu'ils ont arrêté et dont personne ne sait rien, pas même son nom. Hannah a un petit talent qui l'aide pour interroger les gens et leur arracher la vérité. Elle voit leur aura et selon l'humeur cette aura change d'aspect. Elle n'en a jamais parlé à personne de peur de passer pour folle ... Mais l'aura du gars est noire. Toute noire. Tout le temps. Et puis il parle et il lui dit une seule chose: il a tué la femme pour se retrouver en sa présence. Sa présence. À elle. Hannah. 

Hannah ne comprend pas. Elle ne connait pas ce type et rien ne le relie à elle. Du moins à priori. Alors Hannah va chercher à comprendre. Qui est-il ? Et ce qui est-il va finir par se transformer en qui est-elle ?

C'est ce cheminement que nous allons suivre pendant tout ce premier tome. Entre l'enquête qu'elle va mener, les rencontres qu'elle va faire et les rêves qui vont se révéler être des ... réminiscences, elle va petit à petit reconstituer le puzzle. Et ce qu'elle va apprendre va complètement bouleverser sa vie.

J'ai beaucoup aimé Hannah, même si elle est perdue, elle essaie de suivre son chemin et de comprendre. Elle n'est pas faible, elle sait réfléchir et elle sait se battre s'il le faut. Mais ce qu'elle doit encaisser n'est pas facile. Évidemment "l'inconnu" ne va pas être si inconnu que ça mais le lien entre eux n'est pas clair et ce n'est qu'à la fin qu'on comprend toute l'ampleur ... du problème.

Ce que j'ai oublié de préciser c'est que le récit se passe dans une ville fictive de notre futur en 2053. Un futur proche mais dans lequel la vie des hommes ne s'est pas franchement améliorée. Habitat en ruines ou presque, moyens de transport défectueux, la vie n'est pas facile. Et il y a cette nouvelle religion ...

L'idée du roman est plutôt bien pensée, par contre j'ai trouvé le début un peu lent et confus. Le lecteur se retrouve perdu à la fois parce qu'on ne sait pas qui est Hannah, qui est "l'inconnu" et on ne comprend pas le monde de 2053 (qui pourtant n'est pas si loin de nous). Il m'a manqué un bête prologue dans lequel aurait été expliqué une bonne fois pour toute à quoi ressemblait ce futur. Au lieu de ça on l'apprend par pettes touches, mais comme on doit en parallèle aussi comprendre qui sont les personnages, la fluidité de la lecture en est affectée. Mais une fois les bases posées, alors le récit prend son envol et devient vraiment passionnant. Je n'ai aucun doute que le second tome sera génial.

Ce premier tome de Réminiscences est intrigant et bien mené. Sa lecture en est agréable et le mystère qui entoure les différents personnages du récit tient le lecteur en haleine. À partir de la moitié du roman, il devient franchement "inlâchable" et il me tarde d'en lire la suite pour avoir le fin mot de l'histoire.


Une autre chronique chez Lilie 

Julie Saurel sur Bookenstock:


Aucun commentaire: