mardi 3 juillet 2018

L'HOMME-RUNE de Peter V. Brett




Éditions Bragelonne
504 pages
10 euros


Le pitch :


Parfois, il existe de très bonnes raisons d'avoir peur du noir...

Arlen a onze ans et vit avec ses parents dans leur petite ferme. Lorsque la nuit tombe sur le monde d'Arlen, une brume étrange s'élève du sol ; une brume qui promet la mort aux idiots qui osent affronter les ténèbres, car des démons affamés émergent de ces vapeurs pour se nourrir des vivants. Quand le soleil se couche, les gens n'ont pas d'autre choix que de s'abriter derrière des protections magiques et de prier que leurs défenses tiennent jusqu'à ce que les créatures disparaissent aux premières lueurs de l'aube. Lorsque la vie d'Arlen est détruite par le fléau des démons, il s'aperçoit que c'est la peur, plus que les créatures, qui, en réalité, paralyse l'humanité. Persuadé que son monde ne se résume pas à ça, il risquera sa vie pour quitter la sécurité des runes et découvrir une autre voie.








Le monde créé par l’auteur n’est vraiment pas un monde cool, tout du moins la nuit. Car dès que le dernier rayon de soleil disparaît à l’horizon, les démons sont de sortie. Et il y en a de toutes sortes de ces démons, appelés également des chtoniens : des démons d’air, d'eau, de bois, de sable, de pierre… Ils sont tous plus horribles les uns que les autres, caparaçonnés et armés de griffes et de dents. Et ils ont faim de chair fraîche !

La nuit, les humains se terrent dans leurs abris, protégés par des runes magiques qui forment un maillage défensif que les chtoniens testent inlassablement. Un trait de travers, ou simplement une feuille morte posée sur une rune et c’est la faille très vite trouvée, la ruée des démons, le carnage. 
Le jour, et bien la priorité est de consolider ces runes, les vérifier et les revérifier avant de vaquer à ses occupations…

Dans ce premier tome du Cycle des démons, nous allons suivre trois personnages de l’enfance à l’âge adulte : Arlen, Leesha et Rojer. Il n'y a bien sûr aucun lien entre eux, chacun étant né dans un village différent. Et bien sûr nous allons passer toute la lecture de ce volume à attendre que le destin les rassemble, ce qui aura forcément lieu à la toute fin de cet opus. Bref, vous l’aurez compris, du grand classique de la Fantasy. MAIS, avec tout ce que j’aime dedans !

- Un monde dur, impitoyable et surtout original. Un monde fort bien décrit que l’on va silloner aux côtés de nos trois protagonistes. Du nord, aux mines de Miln, au sud, au désert de Krasia. Des grandes cités protégées par des murailles couvertes de runes au plus humble des villages, où l’entraide est sans doute le maillage défensif le plus solide, mais où l’égoïste ou le pleutre sera probablement la faille.

- Des personnages principaux forts, passionnants, avec un destin fabuleux. On suivra une dizaine d’années seulement de leur vie dans ce tome, et elle est déjà bien assez remplie d’épreuves, de choix de vie cruciaux. Arlen, marqué par la mort de sa mère et la peur de son père, deviendra tout d’abord Messager, car il a en lui une grande soif de liberté.  Leesha, rejetée par sa mère, ridiculisée par son "promis" deviendra Cueilleuse d’herbes ce qui lui permettra de vivre plus isolée. Quant à Rojer, orphelin très jeune, il sera recueilli par Arrick un Jongleur dont il adoptera le métier.
Messagers et Jongleurs sont les métiers qui forment un lien entre les différentes villes-hameaux-villages. Cueilleuses d’herbes et Protecteurs (science des runes) sont les plus importants métiers de chaque agglomération.

- Les personnages secondaires ne sont pas en reste et j’en ai grandement apprécié plus d’un. Ragen, le maître d'Arlen, Elissa sa femme. Bruna, la maîtresse de Leesha et même Arrick finalement, alors qu'il ne part pas avec un capital de sympathie bien haut... 

Une plume fluide et entraînante qui nous conte une succession d’aventures prenantes de la première à la dernière page. L’Homme-Rune est un roman de Fantasy passionnant avec des personnages forts qui évoluent grandement au fil des ans et des épreuves. Et ce n'est pas dame Phooka qui me contredira, allez donc voir sa chronique ! Les transformations de chacun, de Arlen notamment laissent présager une suite encore plus intéressante. Un univers déjà bien étoffé que j’ai hâte de retrouver rapidement. À noter la superbe couverture, dommage que je n'arrive pas à lui ôter son affreuse pastille rose ! :(


Aucun commentaire:

Publier un commentaire