jeudi 17 septembre 2020

LA NEUVIÈME MAISON de Leigh Bardugo

 



Éditions De Saxus
525 pages
19,90 euros





L'avis express de Dup sur La neuvième maison de Leigh Bardugo


Après les Young Adult, Leigh Bardugo se frotte aux adultes, et le moins que je puisse dire c'est que l'essai est transformé !

L'AVIS DE DUP



Étant une grande fan de Leigh Bardugo depuis le diptyque Six of crows, mais encore plus après la trilogie Grisha (liens en fin de chronique), je ne vous raconte pas le bond que j'ai fait lors de l'annonce par les éditions De Saxus de cette sortie ! Une trilogie adulte 😍 ! Et en plus il est arrivé pile avant mon départ en vacances !

Alors convaincue ? Mais carrément ! 

Lorsque nous faisons la connaissance d'Alex, de son vrai nom Galaxy Stern, elle débarque à New Haven, dans la prestigieuse université de Yale. Mais nous comprenons tout de suite que son inscription n'est qu'une couverture de "normalité" car en fait elle est recrutée par la Neuvième maison, la maison du Léthé. Ce qu'elle considère comme une malédiction s'avère un don unique pour le Léthé : elle voit les Gris (les fantômes des morts). Elle sera chapeautée par Darlington, un "gentilhomme" old school qui lui expliquera toutes les ficelles... sur le tas. 

Qui dit neuvième, dit huit précédentes... Leigh Bardugo nous plonge dans l'univers des fraternités américaines, mais ici version magie. Ces huit maisons, dites les Maisons du Voile, le voile étant la séparation ténue et invisible entre le monde des vivants et celui des morts. Alex a toujours discerné les Gris, ces morts capables de franchir le voile et errer dans le monde des vivants. Sources de terreur permanente pour elle, car elle a bien compris qu'elle est la seule à les voir. 

La Maison du Léthé ne pratique pas la magie en tant que telle, elle est là pour surveiller, discipliner les huit autres. Vérifier que les rituels pratiqués ne dérapent pas, que les Gris ne franchissent pas les protections installées, et plein d'autres tâches... Alex découvre donc en même temps que nous la magie, parce qu'il faut bien comprendre que cette magie n'est connue et accessible qu'aux membres de ces Maisons. 

Âmes sensibles, s'abstenir, on est bien dans du roman pour adulte ! Les éditions De Saxus le signalent bien en début de roman avec un AVERTISSEMENT DE CONTENU, et toujours en majuscule : Violence, sexe, drogue, violences sexuelles, langage grossier, descriptions explicites de blessures. Comme ça vous êtes prévenus, et je précise que tout cela est vrai, Leigh Bardugo n'y va pas avec le dos de la petite cuillère ! Rien que le premier rituel, une pronostication faite par les Skull & Bones est costaud : une prévision du cac40 lue dans les entrailles d'un cobaye, humain bien sûr, emprunté discrétos à l'hôpital le plus proche ! 

Seulement voilà, des rituels dérapent, Darlington disparaît, des magies de portails et même de sujétion échappent aux Maisons et sont utilisées sans contrôle par des étudiants lambdas, un meurtre est commis sur le campus. Alex est persécutée par une gluma, sorte de démon en pleine rue, lorsqu'elle enquête sur ce meurtre qui a une étrange résonance en elle. Les différentes intrigues, toutes passionnantes, se chevauchent, s'entremêlent pour mieux nous perdre. Mais elles permettent un final spectaculaire et inattendu à cet opus ! Rhaa, comme j'ai hâte d'en savoir plus !!!

L'univers développé par Leigh Bardugo est comme d'habitude dense, complexe, et nécessite de s'investir pour y pénétrer. Certains pourraient reprocher cet aspect confus du début, d'autant qu'il est entrecoupé de nombreux flash-back permettant de comprendre le personnage d'Alex. Moi je ne peux que vous dire que ça vaut le coup de s'accrocher. Plus on avance dans le roman et plus la lecture se fait jouissive. C'est un sacré personnage que l'autrice nous développe là, une warrior malgré tous les obstacles,  et je n'ai qu'une hâte, pouvoir lire la suite !!!  Bref, des fois que vous n'ayez pas compris, gros coup de coeur encore une fois pour Leigh Bardugo. ♥♥♥  


Leigh Bardugo sur Bookenstock :



PETITE LÉGENDE :
☺ = Chronique de Phooka
☻ = Chronique de Dup


Aucun commentaire:

Publier un commentaire