mardi 3 novembre 2020

FEU SACRÉ de Nicki Pau Preto

 



Lumen Éditions
758 pages
16 euros






L'avis express de Dup sur Feu sacré de Nicki Pau Preto


Feu sacré met bien du temps à démarrer, mais après ce n'est que du bonheur !


L'AVIS DE DUP




J'étais vraiment impatiente de reprendre pied dans l'univers de Nicki Pau Preto, avec ses personnages si attachants et ses phénix. On retrouve tout ce monde là, et pourtant l'enthousiasme est retombé comme un soufflet trop tôt sorti du four. Le gros problème du premier tiers de ce roman c'est qu'il ne se passe pas grand chose. Veronika poursuit son entraînement, Tristan l'aide au mieux, Val se terre ou fomente un mauvais coup, Sev espionne pour les dresseurs de phénix mais il n'a rien à transmettre d'intéressant. La seule nouveauté c'est l'entrée dans la danse polyphonique du point de vue d'Eliott, le traître malgré lui. 

Sauf que un tiers de 760 pages, ça fait beaucoup de pages où le lecteur se traine, et la lassitude pointe dangereusement. C'est vraiment dommage parce qu'ensuite, dès que Veronika découvre ses origines (une sacrée menteuse sa soeur !), le récit s'emballe pour ne plus s'arrêter. Et là c'est vraiment bien, ça n'arrête plus. J'ai mis bien moins de temps à lire la suite !

Lorsque l'alliance de l'action et de l'alternance des points de vue se fait, Feu sacré devient un sacré page-turner. Veronyka a de plus en plus de mal à canaliser son ombremagie qui l'attire dans les pensées de Tristan, d'autant plus qu'ils sont maintenant tout le temps ensemble. Elle est devenue dresseuse de phénix (un poil au forcing tout de même) et a intégré la patrouille commandée par Tristan. Une situation qui va créer quelques troubles de cohésion au sein de la dite patrouille d'ailleurs. 

Tandis que le Gouverneur de Ferro continue ses manigances pour forcer les Dresseurs de Phénix à entrer en guerre, qu'il sera espionné par Sev et son ami Kade mais aidé par Val, Veronika et Tristan cherchent à rallier à leur cause d'anciens dresseurs de Phénix ayant réchappés au massacre de la guerre précédente. Le point de vue d'Eliott, resté à terre au Nid d'Azurec permet de voir que Cassian, le commandant et père de Tristan ne reste pas inactif, lui non plus même s'il ne veut pas mettre son fils dans la confidence. 

J'ai adoré la relation qui se tisse entre Eliott et la petite Mésange, l'aveugle animage qui voit par le regard des animaux qui l'entourent en permanence. C'est doux, c'est frais et en même temps très profond. J'ai adoré l'évolution de la relation entre Veronyka et Tristan. Où tout tourne autour de cette ombremagie que Veronyka contient, alors que tout pousse à lui laisser ouvrir les vannes. Il est vrai que l'exemple du lien toujours existant et entretenu entre elle et Val n'est pas le bon exemple de sérénité ! On ne choisit pas sa famille, tout ça, tout ça... Et en parlant de famille, la relation entre Cassian et Tristan aussi évolue enfin !

J'ai adoré également les batailles (mais pas encore la guerre) que l'on découvre à la fin. L'autrice prête aux phénix des particularités absolument géniales qui en font des armes de guerre redoutables. Ce n'est pas juste le classique "je meurs et je renais de mes cendres", c'est juste énorme ce qu'ils sont capables de faire... mais ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler ça. Zavez qu'à le lire !

Bref, c'est passionnant. Feu sacré aurait mérité d'être raccourci d'un bon tiers pour en faire un vrai coup de cœur et c'est bien dommage. Cependant le coup de théâtre final ET la révélation dans l'épilogue (bon sang que c'est dur de ne pas spoiler) ne laissent présager que du bon pour la fin de cette trilogie et j'ai bien hâte de connaitre la fin de cette histoire. Même si, au vue de la progression entre L'envol du phénix, le tome 1 et Feu sacré le tome 2, le tome 3 devrait atteindre les 800 pages !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire