vendredi 9 novembre 2018

NOS DESTINS INACHEVÉS de Sophie Audouin-Mamikonian




Editions Michel Lafon
Parution : 18/10/18 
Prix : 19.95 € 
426 pages



Paris

Catherine n’a pas eu le choix. Lorsque son mari a été assassiné sous ses yeux alors qu’ils s’apprêtaient à découvrir ensemble le secret du prolongement de la vie humaine, la jeune chercheuse a pris la fuite.

New York

Maximilien va devenir fou. Lorsqu’il découvre que la femme en charge du nettoyage de son laboratoire est une brillante scientifique, il est sûr d’avoir démasqué une espionne. Mais plus il apprend à connaître Catherine, plus il tombe sous le charme de cette femme brisée.

Jusqu’à ce qu’elle disparaisse. Maximilien n’a alors qu’un but : la retrouver.

Une histoire d’amour enivrante, Électrique, Éternelle.





"On peut aimer des romans loin d'être parfaits, finalement aimer un livre c'est un peu comme aimer les gens !"

Bon, je sens que je vais pondre encore une de ces chroniques bizarres mais vous en avez l'habitude. Pour être brève, j'ai adoré ce roman et pourtant je lui trouve des tonnes de défauts.

Déjà, si vous avez lu la quatrième de couverture jusqu'au bout, vous allez tomber sur "Une histoire d’amour enivrante, Électrique, Éternelle.". Non mais franchement, comme si c'était ça l'intérêt de ce livre qui est beaucoup, mais alors beaucoup plus qu'une histoire cul-cul d'amour éternel! C'est un thriller scientifique d'abord et avant tout. Et si j'exagère un peu, je dirais même que l'histoire d'amour entre les deux chercheurs est superflue. Cependant elle apporte une touche de légèreté dans le contexte très glauque du récit. Un peu comme parfois la pincée de sucre dans un coulis de tomate permet d'en faire passer l'acidité pour en révéler toute la saveur. L'histoire d'amour entre Catherine et Max, va être la touche de sucre qui va révéler toute la saveur de l'histoire contée par S.A.M.

Contrairement à mes habitudes, je vais commencer par dire ce qui m'a déplu comme ça c'est fait et ensuite on va se concentrer sur tout ce qui m'a plu au point de dévorer le roman à toute allure.

Déjà la couverture et la quatrième m'ont rebutée et franchement c'est uniquement la nom de l'autrice qui m'a poussée à découvrir le livre. Sinon je ne l'aurais même pas considéré tant le thème proposé est loin de mes envies de lecture. D'ailleurs à la maison, quand on m'a vue avec le livre entre les mains, mes proches ont regardé la couverture avec effarement et m'ont dit "Mais c'est quoi ce que tu lis là ?" avec l'air dégouté qui va bien ...

Je n'ai pas aimé que Max et Catherine soient deux superbes chercheurs immensément riches. Le genre Barbie et Ken ... Il se trouve que je suis chercheuse depuis presque 30 ans, des labos j'en ai vu beaucoup et des chercheurs encore plus. Je n'ai jamais vu de Barbie et Ken super riches parmi les chercheurs du monde entier avec qui je travaille. Donc ce côté caricatural m'a bien fait sourire. D'un autre côté, je pense que S.A.M. a voulu faire un récit de type "série américaine" et dans ces séries effectivement les personnages sont toujours stéréotypés, beaux, très riches, habitant des appartements hyper luxueux et c'est sans doute ça qui a dicté son choix. Donc elle est pardonnée ! :)
Je n'ai pas non plus aimé la scène de sexe très crue entre les deux héros. On sent que l'auteur a voulu faire une scène très hot, tout en étant très réaliste et très respectueuse du corps féminin. C'est tout à son honneur, mais je n'ai pas marché. Ça m'a plus fait rire que frisonner! Ce sont pour moi les deux seules pages ratées du roman (bon 2 sur 426, c'est un bon score, non?).

Voilà, j'ai déballé les points qui m'avaient titillés , je trouve des excuses au principal "défaut", passons maintenant au reste. TOUT le reste que j'ai adoré! Parce que non, ce n'est PAS DU TOUT une histoire d'amour, c'est un vrai thriller avec suspense, rebondissements et morts en série. J'ai marché de bout en bout. La partie scientifique tient bien la route (on comprend pourquoi en allant lire les pages de la fondation de l'auteur), c'est très documenté et très réaliste (enfin sauf Barbie et Ken bien sûr :)). Le scénario est super bien ficelé, et les surprises vont bon train jusqu'à la fin du roman. Et surtout, il n'y a aucune concession. Des gens meurent, même parmi les "gentils" et souvent de façon atroce. Heureusement pour moi (qui suit une chochotte en terme de thriller comme le dit souvent Dup 😁), l'écriture de S.A.M. est toujours aussi légère. Elle permet ainsi de ne pas sombrer dans le glauque intégral, ce qui m'aurait été insupportable. Et c'est là que l'histoire d'amour permet de reprendre son souffle, une petite bouffée d'air avant de replonger dans l'océan de "glauquitude" imaginé par l'auteur.

A dessein, je ne dévoile rien du récit. La quatrième de couverture est largement (in)suffisante et il est beaucoup plus intéressant de lire ce roman en ne sachant rien et en se faisant surprendre. Le seul point sur lequel je tiens à insister c'est que c'est d'abord et avant tout un thriller.

Les deux héros, Barbie et Ken, oops Catherine et Max sont des chercheurs brillants avec le corollaire (malheureusement vrai) qui va souvent avec: ils sont capables de se laisser emporter par leurs recherches et d'oublier ce qui se passe autour. Du moins, jusqu'à ce que ça leur retombe sur le nez. Et quand on parle d'immortalité, on se doute bien que beaucoup de choses et de gens peuvent graviter tout autour. Des gens prêts à n'importe quoi pour s'approprier "la potion magique".

Catherine est un magnifique personnage féminin. Et là, je ne fais pas référence à sa plastique qui n'a aucun intérêt, mais à son caractère. Une femme forte, qui a vécu et va vivre encore des moments absolument atroces. Elle fera face à sa façon. Pas forcément celle que d'autres auraient choisi, mais elle tient la route du mieux qu'elle peut. Elle n'en est que plus admirable.

Maximilien, m'insupporte beaucoup plus. Imbu de lui même, de sa beauté et de son intelligence, c'est exactement le genre de personne qu'on a envie de fuir. Mais cela en fait un personnage bien plus passionnant. L'association avec Catherine n'en sera que plus intéressante.

Comme déjà dit, le récit aurait pu tout aussi bien marcher si ils étaient juste sympas et charmants, sans être des êtres d'une beauté telle qu'ils en sont stéréotypés. Mais ça se passe aux États-Unis, et leur aspect ancre le récit dans ce pays de séries télés aux héros sublimes ...

Que rajouter encore? Que la fin est un peu rapide? Oui c'est vrai, et c'est un autre regret. 
Mais aussi et surtout, que l'autrice m'a vraiment bluffée avec ce récit d'une extrême dureté, dans lequel viol, torture et meurtre font bon ménage. Je comprends son effarement quand elle a vu que certains libraires rangeaient le livre parmi les jeunesses, trop habitués au Tara Duncan ... Ce n'est pas un livre à mettre dans toutes les mains !

Nos destins inachevés, n'est pas le thriller parfait, mais je me suis vraiment laissée emporter par le récit glauque à souhait. La touche S.A.M. m'a permis de le lire sans être étouffée par la noirceur de certaines situations. Je serai curieuse d'avoir l'avis d'experts en thriller (Dup?), qui auront peut-être une vision totalement différente. En tout cas, en ce qui me concerne, ce roman a été une superbe lecture, une histoire haletante, une rythme de fou et un suspense très réussi malgré ses défauts. Une fois de plus Sophie Audouin-Mamikonian a réussi à m'emporter avec ses mots et son imagination. Bien loin de ses terrains habituels. Chapeau !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire