jeudi 28 novembre 2019

CAUCHEMAR de Paul Cleave





Sonatine Éditions
448 pages
22 euros




L'avis express de Dup sur Cauchemar de Paul Cleave



Cauchemar est un sacré page-turner qui ne vous laissera aucun répit.
Un délice !



L'AVIS DE DUP




Rho comme j'ai bien fait de ne démarrer ce roman qu'un soir ! Comme j'ai bien fait de m'interdire d'y toucher le lendemain dans la journée et d'attendre la soirée... Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu entre les mains un page-turner aussi efficace. Il m'aura fallu deux nuits, grosses en lecture, petites en heures de sommeil, mais quel plaisir !

Un premier chapitre violent, un passage à tabac en règle pour obtenir l'adresse de séquestration d'Alyssa 7ans, enlevée quelques jours auparavant, puis deux chapitres où la tension redescend : l'agent Noah Harper retrouve la gamine et l'emporte se faire examiner et soigner à l'hôpital. Paul Cleave inverserait-il les codes en commençant par la fin ? Que nenni, ce n'est que le début. Parce que 12 ans plus tard, Alyssa disparaît à nouveau... Noah, qui avait dû quitter sa ville natale Acacia pines, ben oui, c'est le fils du shérif qui lui avait servi de putching ball à l'époque, revient prévenu par son ex-femme : il avait promis à Alyssa qu'il serait toujours là pour la protéger.

Et à partir de là, cela ne s'arrête plus ! L'intrigue menée par l'auteur est d'une rare efficacité, les actions-réactions s'enchaînent en même temps que le nombre de coups que prendra Noah, le lecteur va de surprises en surprises sans jamais savoir où il est mené et le suspense est maintenu jusqu'au bout. Le rythme de lecture est véritablement frénétique.

J'ai beaucoup aimé le personnage principal, Noah. Volontaire, droit dans ses bottes malgré ses actions antérieures qu'il assume totalement. Un pourri contre une môme de 7 ans, il n'y a pas photo. Même si ça lui a coûté son job, son mariage et sa vie à Acacia Pines. Néanmoins on ressent une profonde mélancolie en lui, lorsqu'il fait le constat de ce qui est immuable et ce qui a changé. Aussi bien à propos de la ville que des personnes qu'il a connues... Il me donne cependant l'impression d'être un surhomme pour être encore debout à la fin de cette histoire tant il se prend de raclées pendant son enquête !

Le second personnage de ce roman est sans aucun doute cette ville fictive que l'on va arpenter dans tous les sens, une ville typique du grand nord américain, isolée au milieu de ses immenses forêts parsemées de lacs. Acacia Pines vit de ces forêts : les scieries, le tourisme de randonneurs.  Une moyenne bourgade où tout le monde se connait, au moins de vue, et tout ce que cela implique.

Un thriller moins psychologique que le précédent que j'ai lu de Paul Cleave, Ne fais confiance à personne, différent donc, mais non moins efficace. Avec toujours cet humour froid, léger, posé au fil de la narration, parfois noir, parfois pince-sans-rire, qui m'a apporté souvent le sourire aux lèvres, et ma foi, cela fait du bien lorsque la tension est à son comble.
L’aéroport est totalement automatisé, ce qui lui donne un côté futuriste, mais le personnel de sécurité est renfrogné, je suppose donc que certaines choses ne changeront jamais. Je termine un petit déjeuner rapide tandis que l'embarquement pour mon vol est annoncé. La porte s'avère tellement éloignée qu'ils devraient avoir des gens qui offrent des gobelets d'eau sur le trajet.

Avec un humour so british pour un néo zélandais, Cauchemar est un thriller d'une grande efficacité que je recommande chaudement aux amateurs du genre. Gare aux nuits blanches cependant, ainsi qu'à la douche froide que nous réserve Paul Cleave avec son épilogue !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire