vendredi 22 novembre 2019

LAMES VIVES # 1 de Ariel Holzl



Tome 1 - OBÉDIENCE




Éditions Mnémos
Collection Naos
336 pages
18 euros




L'avis express de Dup sur Obédience de Ariel Holzl



Après une super série jeunesse pour se faire la main, cette fois c'est fini la "douceur", Ariel Holzl envoie du lourd, du très lourd !!!



L'AVIS DE DUP



Comme j'aime ces romans polyphoniques où chaque personnage a son chapitre et se raconte à la première personne du singulier. Cinq personnages que l'on va suivre, essayer de comprendre, et finalement aimer. Dès le premier chapitre on est plongé immédiatement au coeur de l'action et celle-ci démarre froidement par une boucherie en règle, l'extermination d'un village de "dissidents" Haa'this par des lames, ces soldats si singuliers de la République. Et puis, un dérapage d'une des lames, Gryff, et la sentence tombe : exécution, extraction (non, je n'expliquerai rien, même sous la torture) et... poubelle ! 😲

La dite poubelle étant la Mer noire, réellement noire car polluée d'une épaisse couche d'hydrocarbures, d'immondices, de plastiques flottants et de cadavres à l'occasion. Et c'est là que Minah et Nazeem viennent "faire leurs courses" et repêchent Gryff qui finalement n'est pas tout à fait mort, pas encore. En catimini, ils vont ramener l'ennemi n°1 de leur peuple dans leur ville flottante. Minah compte bien se servir de Gryff pour retrouver sa soeur jumelle Norah qui a été enlevée par des lames il y a quelques années. Quant à Nazeem, amoureux depuis toujours de Minah, il va suivre et faire tout ce qu'elle lui demande.

Vous croyez que je vous ai tout spoilé ? Et bien sachez que c'est là un résumé des trois premiers chapitres, et encore je ne vous ai pas tout dit !

Deux peuples donc s'affrontent, les Haa'this et les Muedins. Aujourd'hui les Haa'this sont presque tous sous le joug des Muedins, main d'oeuvre bon marché de la République, les rares refusant de se plier, et bien... exterminés, dès qu'on les trouve. Enfin, sauf si ce sont des Empathes, eux sont extrêmement recherchés. Mais on ne tarde pas à apprendre que dans le passé, les Muedins étaient les esclaves des Haa'this, ces derniers gouvernants grâce à leurs Empathes justement...Alors, au début, on se dit qu'Ariel Holzl base son intrigue sur un bégaiement de l'Histoire, un juste retour de bâton en quelque sorte... mais ça c'est au début ! Parce que celle-ci s'avère bien plus complexe, plus subtile et on en pressent toute l'ampleur... à la fin de cet opus ! Rhaaa ! Quand il aura tué presque tout le monde !!! Rhaaaaaaa !!!

Un univers oriental, ou plutôt maghrébin, les villes avec des souks et des médinas. Avec un désert noir, le Nigredo et sa faune à vous dresser tous les poils du corps. Un peuple d'empathes et de modeleurs de golems d'un côté. Un peuple dominant la haute technologie et les manipulations génétiques de l'autre. Un univers dépaysant, surprenant.

En parlant de manipulations génétiques, il faut quand même que je vous parle un peu de ces fameuses lames, car on en suit deux, Gryff et Saabr. Ce sont, ou plus exactement c'étaient des gamins, à qui on a remplacé le sang par du vif-argent. Ils n'ont plus de souvenirs, juste ceux de leur meute. De leurs mains jaillissent à la demande des lames inusables, parfaites et adaptées : griffes, sabres, faux, etc. Ils sont embrigadés, formés, surentraînés. Mais ils s'usent vite... Ils obéissent au doigt et à l'oeil, enfin, presque tous. Pas mal non ? Et bien ce n'est rien à côté des Magnites ! Wow, quelle imagination, c'est juste énorme ce pouvoir... dont je ne dirai pas un mot. Il vous faut absolument le découvrir !

Quant aux personnages, je crois bien que je les ai aimé tous les cinq. A chaque chapitre, je me disais c'est lui, ou c'est elle que je préfère ! Si je devais vraiment choisir, je serai plutôt #teamSaabr pour son caractère de cochon. J'attends la suite pour me décider, d'autant que mon choix va être grandement facilité par l'hécatombe finale dès ce premier opus !!! Gare m'sieur Holzl, vous tendez les chaînes pour vous faire battre...

Avec la trilogie des Soeurs Carmine, Ariel Holzl nous avait proposé de l'urban fantasy victorienne pleine de gentils meurtres et d'humour. Avec Lames vives, on passe dans la cour des grands et c'est de la pure fantasy pleine de meurtres bien trash où l'humour n'a plus sa place, même s'il transparaît de temps en temps au détour d'un dialogue. De la fantasy sans dragon, mais laissez moi vous dire que les scorpiars qu'on y rencontre les valent bien ! Un réel plaisir de lecture ! De la littérature jeunesse vraiment pour tous les âges, même les flétris 😃 ! N'hésitez pas, ruez-vous dessus.

Et la couv de Melchior Ascaride est juste magnifique... comme d'hab quoi ! Un bien bel ouvrage avec rabats, merci les Éditions Mnémos ♥



Ariel HOLZL sur Bookenstock

















Son mois2


3 commentaires:

  1. Nooonnnnnnn ça y est je suis foutue il me le faut !!!!!
    😭

    RépondreSupprimer
  2. Bon, ben s'il le faut absolument, je consens à devoir découvrir cet opus.
    Mais c'est bien parce qu'il le faut absolument hein ! Rien à voir avec le fait que le pitch et ta chronique font envie.
    Non rien du tout...
    Ma PaL gagne le matche par chaos technique ^^

    RépondreSupprimer