jeudi 7 novembre 2019

NÉCROPOLITAINS de Rodolphe Casso






Éditions Critic
715 pages
25 euros





L'avis express de Dup sur Nécropolitains de Rodolphe Casso


Ne ratez sous aucun prétexte cette balade parisienne à la fois horrifique et pleine d'humanité portée par un personnage inoubliable.
Un immense coup de cœur !



L'AVIS DE DUP



Un an que l'apocalypse zombie a eu lieu. Un an que les militaires de la base aérienne de Taverny non loin de Paris survivent, retranchés dans leurs souterrains. Le général Thomann confie à son meilleur élément, le capitaine Franck Masson la mission de rallier trois poches de survivants observées par satellite dans Paris : à Montmartre, aux buttes Chaumont et sur l'Île de la Cité. Le but ? Prendre contact, échanger, s'entre-aider si possible...

Le jeune capitaine, champion du monde de sauts de précision en parachute, va donc être lâché à 4000 mètres d'altitude d'un hélicoptère Puma, au-dessus de Montmartre... de nuit ! Il va découvrir là une communauté d'artistes principalement, qui vivent dans une ambiance bohème, festive, sous la direction d'un vieux beau fantasque appelé JC qui s'est proclamé président de la République de Montmartre. Mais les apparences sont trompeuses et derrière tous les "Relax ? - Take it easy" échangés à longueur de journée, malgré toutes les soirées passées à chanter et rire, se cache une bien vilaine réalité. Franck découvre, s'insurge et finit par prendre la tangente quand ce n'est plus tenable. Mais pas avant d'avoir fait un brin de ménage salutaire au sein de cette République.

Il rallie les buttes Chaumont difficilement, gravement blessé, sauvé in extremis par les survivants de là-bas et s'y réveille quelques jours plus tard à l'infirmerie. Il découvrira là, après s'être refait une santé, une toute autre organisation. Un conseil réunissant des référents de chaque activité nécessaire à la survie du groupe, des tâches partagées, une discipline stricte mais indispensable. Il y fera de belles rencontres, apportera beaucoup de lui-même au sein de cette communauté. Mais on est militaire ou on ne l'est pas, il va la quitter pour rejoindre l'Île de la Cité, même si c'est la mort dans l'âme.

Ce qu'il va trouver là-bas est encore radicalement différent, c'est le fanatisme religieux qui règne en maître, dans une ambiance moyenâgeuse et inquisitrice. Les survivants sont baptisés ou rejettés à la Seine, tous renommés. Mehdi devient frère Childéric, Jonathan frère Enguerrand et Franck, frère Pierre-François... Sur l'île on y croise donc que des "frères" et des "soeurs" vivants bien séparément cela va de soi... Misère !!! J'avoue que lire la messe dans un roman de ce type est une expérience déstabilisante !

J'ai adoré ce roman, englouti ces 700 pages avec avidité, oui, moi qui n'aime pas les zombies. Il faut dire qu'on a peu à faire avec eux. Ils sont là, ils sont une donne qu'on ne peut oublier car omniprésents de l'autre côté des barricades, mais hormis les trajets de Franck, tout le roman se passe loin d'eux. Et on se rend très vite compte que les plus grands dangers viennent de l'homme...

J'ai adoré le personnage de Franck qui porte entièrement ce récit. Ce n'était pourtant pas gagné au début : froid, rigide (le vrai militaire quoi !), limite antipathique, il va se révéler au fil des aventures et des rencontres. Il porte en lui de belles valeurs, et avant tout, il est loyal envers ses convictions et n'hésite jamais à se mettre en danger pour défendre ses opinions, les opprimés, etc. Les personnages que croisent Franck sont également bien fouillés, profonds et très touchants pour certains.

Le second personnage principal de ce roman est bien évidemment la ville de Paris que visiblement Rodolphe Casso connaît parfaitement. Les descriptions des rues, des squares, du métro, des canaux, des ponts sur la Seine et des bâtiments font de Nécropolitains un véritable guide touristique. À noter que le dit guide est à jour : Notre Dame a perdu sa flèche et sa charpente est calcinée !

J'ai adoré l'écriture également de l'auteur. Sûre, parfaitement maîtrisée, parfois poétique, parfois trash mais toujours à bon escient. Un léger humour transparaît, surtout dans les situations, et je me suis trouvée souvent avec le sourire aux lèvres... l'accalmie avant le stress et l'angoisse. L'équilibre est parfait. Je ne peux que vous conseiller cette lecture, adepte des zombies ou pas, ayant lu PariZ (le livre précédent de cet auteur, sur l'apocalypse zombie justement) ou pas. Moi en tout cas j'inscris ce dernier dans ma liste de livres à lire impérativement et ne raterai plus une seule sortie littéraire de Rodolphe Casso. Et puis franchement, vous avez vu cette couv' de Aurélien Police ? ♥♥♥  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire