lundi 4 novembre 2019

LA ROUE DU TEMPS - Tome 1 de Robert Jordan [Audio]



L’ŒIL DU MONDE


LA ROUE DU TEMPS # 1






Série : La Roue du Temps, Volume 1
Durée : 34 h et 8 min
AUDIBLE






L'avis express de Dup sur L'oeil du monde de Robert Jordan


Premier tome d'une saga au long court, classique, mais efficace grâce à une écriture sûre et des personnages attachants. 
Dommage qu'il y ait des soucis au niveau de l'enregistrement de cet audio...





L'AVIS DE DUP



Je me suis attaquée cette fin d'été, début d'automne à un grand classique de la High Fantasy, la voyant bien présente dans le catalogue d'Audible : déjà 5 tomes sur les 13 ou 14 que compte La roue du temps. Cette saga déjà sans doute lue par les trois quart d'entre vous, ma chronique ne va pas révolutionner la blogosphère, c'est clair... mais je tenais à en parler pour sa version audio.

Alors l'histoire tout d'abord. Cinq jeunes originaires d'un endroit reculé du royaume, Deux-Rivières, cinq paysans en somme, se retrouvent embarqués dans une aventure qui les dépasse. Trois garçons, Rand, Mat et Perrin, Rand étant le personnage principal de ce premier volume. Deux filles, Egwene et Nynevae. Leur village, en pleine effervescence pour préparer la fête du printemps alors que celui-ci ne fait pas mine de pointer le bout de son nez, est attaqué par des Trollocs. Des méchants qui ressemblent fortement à des Orcs, le bras armé des forces du Mal. La présence sur place, pas si fortuite que ça, de Moraine, une Aes Sedaï et son champion Land, va les soustraire de ce cauchemar. Elle va les entraîner d'abord dans une fuite en avant puis vers un destin auquel ils ne peuvent se soustraire, une bataille contre les Ténèbres pour faire rejaillir la Lumière et qu'advienne à nouveau le printemps.

Ben oui, du grand classique, mais qui fonctionne bougrement bien. L'univers est riche et varié. Chaque région que l'on croise au long de cette épopée possède ses particularités culturelles, architecturales, son histoire propre. Les personnages sont fouillés et attachants, particulièrement les cinq jeunes. Je réserve mon opinion sur leurs encadrants : Moraine que je n'ai pas réussi à cerner et Land qui se met toujours en retrait, sauf à la toute fin, et donc pas suffisamment tôt pour le découvrir vraiment. À noter quand même que la gente féminine créée par Robert Jordan possède un caractère fort, dominateur et ombrageux. Les échanges sont vifs, les engueulades tempétueuses et ces messieurs filent doux !

L'écriture de l'auteur est fluide et efficace. Soit, il y a beaucoup de descriptions mais il faut bien mettre en place tout cet univers, et cela ne m'a gêné en rien, d'autant plus que c'était vraiment intéressant, bien étayé et logique, sans lourdeur aucune. Et puis, il y a beaucoup d'action aussi, pas mal de suspense et de stress quant au sort de nos personnages auxquels on s'est attaché.

Bref, l'objet de cette chronique est plutôt de parler de la version audio. Le narrateur, Arnauld Le Ridant n'est pas crispant comme certains que je fuis vraiment, mais plutôt plat, quelconque je dirai. Bon, c'est vrai que passer après un Dahan, un Lebert ou un Agaësse, c'est plus difficile :D. Le ton est assez monocorde et peu vivant alors que le récit s'y prêtait. Il me manquait quelques envolées lyriques, un peu plus de niaque dans les répliques féminines. Mais bon, l'un dans l'autre, ces 34 heures d'écoute sont passées sans se forcer grâce à un texte passionnant. En revanche j'ai un gros reproche à faire sur l'enregistrement de cet audio. Ce devait être un stagiaire débutant aux manettes, c'est pas possible autrement ! Des blancs, des coupures au milieu d'une phrase, d'un mot, des reprises au début de la phrase... Ce bégaiement du récit fut bien pénible et me fait dire que si je dois poursuivre un jour cette saga, ce ne sera pas la version audio que je choisirai. Dommage...



4 commentaires:

  1. Ah dommage! J’hésitais justement à écouter ce livre... je le lirais du coup :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça se trouve, les enregistrements suivants sont de meilleure qualité hein ! Il n’empêche, faut bien commencer par le premier :P

      Supprimer
  2. Oui je le lirais du coup :) là j‘ai décidé de partir sur Arkane de Pierre Bordage (j’ai lu ton article et ça m’a donné envie).

    RépondreSupprimer