vendredi 16 octobre 2020

CODEX ALERA Tome 5 de Jim Butcher


Tome 5
La furie du Princeps



Editions Bragelonne
Poche
624 pages
9.90 euros
Parution: 16/09/2020






☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 5 de Codex Alera  ☇



Cinquième tome et cinquième coup de coeur.
Cette série est vraiment extraordinaire !



L'AVIS DE PHOOKA:




Tavi est maintenant l'héritier du trône, le Princeps Gaius Octavien et compte tenu de tout ce qui lui tombe dessus je suppose qu'il préférerait être encore "apprenti berger"... mais bon. Il est le futur Duc et les responsabilités qui en incombent lui tombent dessus. Si Tavi a réussi à conclure une paix fragile avec les Canims, il lui reste un défi encore plus gigantesque à relever: les vordes. Ces saletés de bestioles (elles me collent des frissons dans le dos rien que d'y penser) prolifèrent de façon exponentielle (mais Tavi n'a pas d'application 'stopvordes" ... ) et ravagent villes et villages. Pour arranger le tout, elles "apprennent" et il semble bien qu'elles arrivent à maîtriser les furies. Si on rajoute à ça que plus on les combat et plus elles "volent" de corps qui se retrouvent par la suite sur les champs de bataille côté vorde, on comprend que la situation est désespérée. Canims et Aléréens, ennemis d'hier vont devoir faire front ensemble ...

Cette série est juste horrible. Non pas qu'elle ne soit pas bien, non. Tout au contraire d'ailleurs. Mais le pauvre petit cœur des lecteurs se serre quand on voit tout ce qui arrive à Tavi. Et pas qu'à lui d'ailleurs car en cinq tomes, on a aussi eu le temps de s'attacher à tous ceux qui l'entourent: Max, Crassus, Isana, Amara, Bernard, Varg et j'en passe. Tous ont leur rôle à jouer, tous sont attachants, courageux mais finalement impuissants face à la menace. Tavi ne maîtrise toujours pas ses furies, il est loin d'avoir les capacités du Duc en place. Mais Tavi a un atout de maître: il est incroyablement intelligent et empathique. Ces qualités lui ont permis de se sortir de toutes les situations jusqu'à présent, mais seront-elles suffisantes ? Ajoutons à ça une intuition qui s'est développée pour compenser son manque de furies et vous aurez ainsi un tableau assez complet de Tavi. Intelligence et intuition lui permettent souvent d'avoir un coup d'avance sur ses adversaires et son empathie lui permet de se faire aimer de ses hommes et de son entourage. Aussi bien à titre individuel que par une légion entière, tout le monde est prêt à le suivre. Même les Canims ...

Codex Alera est une lecture dense, à la fois par le nombre de pages et de tomes, mais aussi parce qu'il se passe des choses dans tous les coins d'Alera. Les héros sont donc répartis dans différentes parties du royaume, chacun avec des tâches bien définies et leur évolution est contée dans des chapitres séparés en alternance ... ou pas. C'est évidemment un procédé bien connu en fantasy et qui fonctionne à merveille ici. On quitte l'un des héros avec peine à la fin du chapitre mais on se réjouit d'en retrouver un autre. Ce qui rend la lecture dense c'est le suspense et l'action qui sont omniprésents mais surtout la noirceur qui enveloppe de plus en plus le récit. Comme dit plus haut ces vordes collent le frisson et comme leur emprise s'étend de plus en plus, le ressenti pour le lecteur c'est qu'il n'y a aucune échappatoire. D'ailleurs ... il n'y a aucune échappatoire. Quand en plus de ces ennemis, Tavi doit aussi faire face à des complots en interne, on ne voit pas comment il peut s'en sortir et "le petit coeur du lecteur ..." (bis repetita)

Codex Alera est une série fabuleuse, mais sachez que si vous vous y plongez, vous ne pourrez pas en ressortir avant d'avoir tout lu (6 tomes au total). Le lecteur en prend plein la figure, il souffre autant que les héros et ce n'est pas peu dire. Bref ... on aime! Non ! On adore !!!


Si vous avez raté le début:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire