jeudi 29 avril 2021

LE DERNIER CHANT de Sonja Delzongle

 



Éditions Denoël
470 pages
19,90 euros





L'avis express de Dup sur Le dernier chant de Sonja Delzongle

Un thriller mené tambour battant, sans temps mort et bourré d'émotions.
Du pur Sonja Delzongle !


L'AVIS DE DUP




Sonja Delzongle nous propose avec Un dernier chant bien plus qu'un thriller encore une fois. Car c'est aussi un roman puissant et engagé pour la sauvegarde de la nature et des espèces animales. On pense de suite à Boréal, mais là elle va plus loin, car en plus des espèces animales, elle y englobe l'espèce humaine qui court à sa perte.

Mais qu'on ne s'y méprenne pas, c'est bien un thriller et un bon. Ce roman une fois démarré, je vous garantis que vous ne pouvez plus le reposer. Shan est virologue au IVMS (Institut de Virologie Moléculaire et Structurale) de Grenoble, mais elle a aussi une formation de biologiste. C'est donc normal pense t'elle, que lui échoit un dossier sur la mort inexpliquée de milliers de baleines dans le fleuve Saint Laurent, à Tadoussac au Québec, de centaines de gorilles dans une réserve au Congo, et dans un zoo en France.

Shan va prendre sur ses vacances pour se rendre sur place. Sonja va alors nous faire vivre des scènes qui remuent les tripes, je vous promets. Rien que pour ce flot d'émotions vécues sur un kayak au milieu du Saint Laurent ou en pleine brousse au Congo vaut le détour. Le seul point commun que notre virologiste va pouvoir mettre en évidence, c'est que tous ces animaux émettaient des larmes de tristesse avant de mourir.

Le retour de Shan à Grenoble sera chaotique pour de multiples raisons que je vous laisse découvrir et qui vont l'entraîner à tourner le dos à l'IVMS pour rejoindre un groupe de scientifiques indépendants. Cela introduira dans le récit quelques personnages qui manquaient autour de Shan. Pressentie dès le début par la chamane locale de Tadoussac, l'enquête de Shan va s'orienter vers le son, le hum, les basses fréquences. 

L'enquête sur le terrain se poursuit en France, les hypothèses sont tellement nombreuses que parfois on s'y perd un peu tant le fil de l'intrigue fait des nœuds. Ces détours permettent à l'autrice d'aborder pas mal de sujets qui lui tiennent à cœur comme l'écologie, l'importance de la biodiversité, et toutes les dérives de l'homme dans sa soif de pouvoir. C'est sur ce dernier point que j'émettrai un bémol, la mégalomanie de certains personnages rencontrés m'ont paru un poil too much. 

Le dernier chant est un thriller bien sombre, éclairé cependant par quelques scènes pleines d'émotions. L'effet page turner de l'intrigue est bien présent et ces presque 500 pages se parcourent très rapidement. Un personnage principal fort, déterminé et pourtant peu épargné par l'autrice. Et j'ai adoré le clin d'œil au hang (cf image ci dessous) de Shan, juste regretté qu'elle n'en joue pas plus souvent, cela aurait apaisé certains passages tendus ! 





Aucun commentaire:

Publier un commentaire