mardi 27 avril 2021

CALAME tome 2 - LES DEUX ROYAUMES de Paul Beorn

Parution le 7 avril 2021
Éditions Bragelonne
504 pages
25 euros







☇ L'avis éclair de Phooka sur le tome 2 de Calame de Paul Beorn ☇


On l'a attendu longtemps ce tome 2, mais le jeu en valait la chandelle.
Enorme coup de cœur !


L'AVIS DE PHOOKA:






Je l'ai tellement attendu celui-ci, tellement que j'aurai pu être déçue tant mes attentes étaient élevées. Et vous savez quoi, non seulement ce tome 2 de Calame est à la hauteur de ce que j'espérais, mais Paul Beorn a réussi l'exploit de se surpasser et de transcender le premier tome.

D'abord je tiens à remercier Dup qui a eu l'excellente idée de relire le tome 1 et de me faire un superbe résumé détaillé avant que je ne me plonge à mon tour dans ce second opus. Et c'était vraiment parfait, car le récit reprend exactement là où on l'avait laissé. Maura est retournée dans sa cellule, mais elle peut vagabonder dans la prison de Frankand comme elle veut -ou presque- entre deux visites de D'Arterac. Le conteur continue de recueillir tous les témoignages possibles à propos de Darran Dahl. Je ne vais pas vous faire un long topo sur le récit lui-même parce que Dup l'a déjà fait dans sa très belle chronique

Ce deuxième tome est dans la lignée du premier mais tout est amplifié et sublimé. Les personnages, leurs relations, la magie, le récit lui même, tout semble avoir encore plus de couleurs. Je ne cherche même pas à comprendre le pourquoi du comment, c'est juste un ressenti. Mon ressenti. 

Bien sûr, nous suivons Maura, cette jeune femme qui nous conte l'histoire de Darran Dahl et la sienne à travers celle du héros. Maura et sa magie si particulière, une magie qui va prendre beaucoup plus d'importance dans ce second tome. Cette magie peut s'avérer terriblement néfaste quand il s'agit par exemple des pouvoirs de Bragal. Et puis il y a le Calame, ce pouvoir lié à l'imaginaire des gens, à leur croyance envers des faits ou des récits. Perçu au début comme un bienfait, Darran ne devient-il pas invincible grâce au Calame, on se rend compte petit à petit de l'effet pervers d'une telle magie. Ce tome deux explique bien des choses, met tout à plat, permet de comprendre le pouvoir au sens politique du terme, et les pouvoirs, magiques cette fois. Mais surtout il fait la part belle aux personnages. Qu'ils soient au premier plan ou tout au fond du tableau, Paul Beorn leur donne de la vie et de la couleur. Évidemment il y a Maura, Darran, Le roi Erick, Bragal ou Alendro, mais tous les autres sont là et bien là pour rendre le récit encore plus fabuleux. Le lecteur va s'attacher à toute une palette de héros, des héros chacun à leur manière. Et je sais que je vais me demander longtemps ce qu'est devenue Tara ... Étrange n'est ce pas que je ne vous ai pas parlé de Darran ? Pourtant il est au centre du récit, il est le petit germe qui cristallise tout le récit autour de lui. Mais justement ce qui est beau, ce ne sont pas forcément les hauts faits de Darran mais bien la façon dont ces faits se sont produits et souvent ce sont les circonstances qui sont encore plus fabuleuses que l'acte lui-même. Une belle illustration de ce que disait Ursula LeGuin "C'est très bien de voyager vers un but, mais ce qui importe, en fin de compte, c'est ce qu'apporte le voyage lui-même." Et ce voyage vers la destinée de Darran, avec Paul comme guide, est un des plus beaux voyages que vous ferez. Prenez le temps de vous laisser porter.

Et comme ci tout ce qui précède ne suffisait pas, Paul saupoudre son texte de féminisme, juste quelques touches qui font mouche. Et pas que ... C'est un récit vraiment plein de surprises à tous les niveaux.

Finalement pour répondre à Dup: "oui j'ai versé ma larme à la fin", voire même plusieurs. Et rien que de penser que c'est fini, que l'histoire de Darran Dahl est arrivée à son terme, qu'on va quitter ces héros ô combien attachants. Là vraiment j'ai envie de pleurer. Je n'ai pas envie de les quitter ...

Plus j'écris et plus je me rends compte que je ne sais pas comment faire passer tout le plaisir que j'ai eu à ma lecture. Mes mots sont bien faibles pour exprimer mon ressenti. Voilà une chronique terriblement frustrante. La seule chose que j'ai envie de vous dire, c'est foncez ! Découvrez ce merveilleux diptyque, plein de fureur, de magie, d'amour et de héros plus grands que nature. Et envoyez plein de Calame à Paul Beorn pour qu'il continue à nous faire rêver avec ses romans ... 

Paul Beorn sur Bookenstock
et bien sûr ses Mois de donc celui en cours en ce moment:





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire