vendredi 20 octobre 2017

PERISMER Tome 2 de Franck Dive

Tome 2 : L'ombre de Luisen




Editions Mnémos
Collection Naos
320 pages
17.90 euros




QUAND L’AMITIÉ DEVIENT UN REMPART CONTRE LA BARBARIE !

Alors que Pérismer se remet à peine de la guerre contre les noctères, une ombre s’étend sur l’empire fayeries et Luisen s’enfonce dans les ténèbres. Forcés de réagir, nos quatre héros se retrouvent de nouveau emportés dans la tourmente et plongés au cœur de révélations qui pourraient bien les briser.






Pour ma part il me tarde déjà d'en découvrir la suite. Voilà les mots sur lesquels je concluais ma chronique du tome 1 de cette série. Nul doute, que j'étais sincère. Oui mais voilà, le syndrome poisson rouge a encore frappé. Et si je vous raconte tout ça, c'est pour tempérer le ton peut-être un peu "fade" de cette chronique. Car il m'a fallu du temps pour "remettre" tous les personnages. Oui, il y a un glossaire à la fin (déjà je l'ai vu bien trop tard), mais point de résumé. Et si je me souvenais des grandes lignes du récit, je n'arrivais pas à revoir tous les détails et ça a rendu mon début de lecture pénible. C'est fort dommage.

Fort dommage en effet, car je pense qu'en d'autres conditions j'aurais dévoré le roman à belles dents. Il faut dire que les quatre héros principaux, Erian, Pharnis, Amonis et Farah sont particulièrement bien troussés et que l'auteur ne cède jamais à la facilité. L'atmosphère est lourde, le décor est sombre et le destin qui attend nos héros est pesant. Quelques dissensions ont éclaté au sein du groupe des quatre depuis qu'ils sont les hôtes, ou les prisonniers, de Fortsombre. En effet Kempediem ne leur laisse quasiment aucune liberté et surtout pas celle de sortir. Évidemment c'est pour les protéger, mais c'est tout de même difficile à accepter. C'est en particulier difficile pour Farah alors que la forêt de Luisen semble terriblement menacée. C'est là où vivent les siens et spécialement sa mère. Elle aimerait bien que Pharnis, très proche du sorcier Kempediem, l'aide à le convaincre d'aller au secours des siens, mais Pharnis est bien trop subjugué par tout ce qu'il apprend aux côtés de ce sorcier illustre.
Farah finit par comprendre que le lien spécial qui l'unissait à Pharnis n'est plus et qu'elle ne peut compter que sur elle-même. Enfin pas tout à fait, puisqu'elle pourra compter sur Amonis et Erian pour lui faire faire le mur (au sens propre).
Et c'est là que tout éclate. La force des quatre, c'est leur union. Jamais ils ne sont meilleurs que lorsqu'ils peuvent compter les uns sur les autres. Or, une fois Farah partie, le groupe est détruit et finalement Erian va décider lui aussi de tenter sa chance de son côté pour rejoindre Farah. Bref, ce qui faisant leur force, et leur charme, explose.

Et c'est ce qui m'a un peu gênée dans ce tome 2, car tout le sel de leurs aventures réside dans leur complémentarité et leur association. C'est ce qui m'a manqué dans cet opus. Il n'en reste pas moins que leurs aventures sont intéressantes et que le monde créé par Franck Dive est fascinant. Ce que j'aime par dessus tout, je l'ai déjà dit je crois, c'est la complexité du monde créé et la noirceur des situations. Ce n'est pas un euphémisme que de dire qu'il ne cède pas à la facilité. Point de licornes dansantes et de jolies fleurs colorées. Noir c'est noir il n'y a plus d'espoir (quoi? Ça a déjà été dit ?).  Néanmoins, malgré tout l'intérêt du récit, il me manque le "je-ne-sais-quoi" qui faisait le charme du tome 1.
Rajoutons à tout ceci que je n'ai pas bien compris le rôle de Kempediem, à part celui de jouer les empêcheurs de tourner en rond. J'espère qu'il se ressaisira dans le  prochain opus, car on attend des prouesses autrement plus exaltantes de la part d'un sorcier de cette trempe !

Ce deuxième tome est tout aussi sombre, voire plus que le premier. Souffrances et dangers sont au rendez-vous et c'est une bonne chose pour le lecteur. Cependant, ce nouvel opus n'est pas exempt de (petits) défauts, j'espère que le tome 3 saura y remédier, car l'avenir de nos héros s'annonce troublé !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire